Navigation – Plan du site

« Les raison d'aimer… les séries télé », Médiamorphoses, hors-série, n° 3, 2007

Benoît Ladouceur
Les raison d'aimer… les séries télé
« Les raison d'aimer… les séries télé », Médiamorphoses, hors-série, n° 3, 2007, INA.
Haut de page

Notes de la rédaction

Un site à visiter : Editions Armand Colin

Texte intégral

1Médiamorphoses est une revue née en 2001, éditée par l'INA, qui réunit des contributions d'auteurs divers sur des thèmes touchant les grandes problématiques des médias actuels. Elle est accessible à tous, dans une présentation de bonne vulgarisation. Elle peut être utilisée par les enseignants curieux de découvrir et comprendre les nouvelles logiques propres aux médias. Ce numéro collectif se propose d'analyser l'évolution des séries télévisées en déclinant trois approches différentes mais complémentaires : géopolitique dans une première partie qui propose un tour d'horizon mondial de la série télévisée ; sociale ensuite, en articulant les problématiques contemporaines de l'individuation de la société avec des analyses des séries des années 2000 ; enfin, la troisième partie, recentrée sur une analyse interne des séries contemporaines, nous propose d'autres clés de lectures.

2Les séries TV ont connu un grand renouvellement depuis les années 1990. Ce numéro permet d'en prendre la mesure et de mieux comprendre les mécanismes qui sous-tendent cette forme télévisuelle. En effet, les thématiques renouvelées des séries traversent les thèmes étudiés par les sociologues analysant la société dite « post-moderne ». C'est donc naturellement que l'analyse des séries télévisées s'est imposée comme un nouveau champ d'étude des sciences sociales.

3Dans l'article « Etats-Unis : la règne des saisons et la galaxie des auteurs » Eric Vérat expose bien le fonctionnement de l'économie hollywoodienne des séries télévisées. Evidemment la dimension économique est première dans cette véritable « industrie culturelle » et elle exerce sa logique tout au long de la production des séries : « les séries peuvent rapporter gros et coûtent moins cher qu'un film ». Elles fidélisent le public. Cependant le succès commercial nécessite un vrai travail d'anticipation et d'expertise pour d'abord réaliser des épisodes pilotes qui convaincront les chaînes. Ensuite il s'agit pour les chaînes de bien utiliser leur grille de programme pour cibler les téléspectateurs et ainsi en attirer davantage. La multiplication des chaînes, notamment avec l'arrivée du câble dans les années 1970 a joué un rôle important dans la promotion des séries.

4Eric Verat distingue les séries généralistes qui font 20 % de part de marché car elles sont capables de réunir la famille autour de leur télévision (par exemple CSI Les experts ou Desperate Housewives séries niches qui ciblent les spectateurs et donc permettent une programmation publicitaire plus efficace (c'est la cas de 24 heures chrono) qui attirent environ 30% des 18-49 ans.

5Les séries télévisées sont un parfait contre exemple à la thèse de l'uniformisation culturelle à l'échelle mondiale. Il existe en effet de multiples modèles de séries dans le monde, la série états-unienne reste néanmoins la référence. Les séries sont un vecteur d'identité culturelle décisif. Ainsi, Régine Chaniac dans l'article « Europe : vers une convergence » montre que les séries européennes sont particulièrement liées à des références nationales, expliquant la faiblesse des échanges européens en la matière. L'intérêt de ce numéro est également de proposer une perspective internationale des séries, en exposant les spécificités nationales ou locales des telenovelas et autres soap operas Mexicains, Indiens ou encore les dramas Sud Coréens.

6Pour Eric Maigret et Guillaume Soulez, dans leur article « Les nouveaux territoires de la sérietélévisée », la transformation des conditions de l'expression de la culture, notamment par les nouveaux médias, rend l'analyse des pratiques selon la classe sociale d'appartenance moins forte que pour les autres pratiques culturelles. Cette spécificité rend alors possible la coexistence du succès d'audience et la reconnaissance culturelle. Ils expliquent un tel constat par un « relâchement, même faible, de la coercition culturelle ». Néanmoins ces sociologues insistent sur le fait que si la hiérarchie entre les formes culturelles décroît, il existe un jeu de hiérarchie entre les séries elles-mêmes. Des « entrepreneurs de morale » se font les défenseurs et les promoteurs de la culture télévisuelle de « qualité », celle des nouvelles séries américaines, qui contrasteraient avec les anciennes séries ou les autres formes télévisuelles. Ce snobisme concernerait d'abord les jeunes et s'exprime sur les blogs et les magasines consacrés aux séries dont le nombre a grandi ces dernières années.

7En conclusion, les attraits de ce numéro de Médiamorphoses sont nombreux et satisferont un grand nombre de lecteurs. Les non-spécialistes ne seront pas frustrés de ne pas connaître les séries évoquées, les articles, d'une forme plutôt courte, présentant les séries de façon claire et précise. Cependant on peut regretter le parti pris d'une analyse essentiellement interne des séries, ce qui tend à laisser de côté la présentation de données sociologiques comme l'appartenance sociale des téléspectateurs et les réceptions différenciées selon les caractéristiques sociales de ces mêmes téléspectateurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benoît Ladouceur, « « Les raison d'aimer… les séries télé », Médiamorphoses, hors-série, n° 3, 2007 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2007, mis en ligne le 28 mai 2007, consulté le 22 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/411

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page