Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020Jacques-Benoît Rauscher, Des ense...

Jacques-Benoît Rauscher, Des enseignants d’élite ? Sociologie des professeurs des classes préparatoires aux grandes écoles

Mathieu Sadourny
Des enseignants d'élite ?
Jacques-Benoît Rauscher, Des enseignants d'élite ? Sociologie des professeurs des classes préparatoires aux grandes écoles, Paris, Cerf, 2019, 208 p., ISBN : 978-2-204-13484-2.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les données proviennent de l’édition 2019 des Repères et références statistiques de la DEPP (direct (...)

1Lors de la rentrée scolaire 2018-2019, pour faire face aux 85 121 élèves de classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE), on dénombrait quelques 6 727 enseignants1. Plus des deux tiers sont agrégés, mais qu’en est-il des autres caractéristiques sociologiques de cette profession ? Pour aller au-delà des données officielles, Jacques-Benoît Rauscher nous livre les principaux résultats issus d’une thèse de sociologie qu’il a soutenue en 2010 sous la direction d’Agnès van Zanten. Du point de vue empirique, il s’appuie principalement sur 70 entretiens semi-directifs ainsi que sur un questionnaire en ligne ayant reçu quelque 823 réponses d’enseignants de CPGE.

  • 2 L’auteur empruntant ces notions à Pierre Bourdieu, l’ouvrage peut se lire comme une actualisation c (...)
  • 3 Le chapitre 3 est d’ailleurs consacré à la question de l’accès des enseignants aux classes préparat (...)

2L’ouvrage débute par une brève description du profil de ces enseignants, suivie d’un rapide historique qui retrace comment la catégorie de professeur de CPGE s’est construite depuis la fin du XIXe siècle, même s’il demeure « difficile de dater avec précision l’émergence d’un groupe particulier de professeurs de CPGE car il est difficile de donner une date précise à la constitution des classes préparatoires elles-mêmes » (p. 43). Mobilisant les résultats quantitatifs de son travail de thèse, l’auteur brosse alors un portrait sociologique des professeurs de CPGE, notamment en relation avec les autres enseignants du secondaire. Les enseignants de CPGE paraissent, en moyenne, plus dotés que leurs collègues en capitaux économique, culturel, symbolique2. Ils utilisent cette prééminence avant tout pour défendre un espace entre le lycée et l’université et non une quelconque position de supériorité ; certains enseignants de CPGE ont pu occuper auparavant un poste au lycée ou au collège3 voire continuent à donner des heures de cours dans ces cursus s’ils n’ont pas un temps complet en CPGE. Aux yeux de l’auteur, les professeurs de CPGE ne représentent pas tant une élite qu’un ensemble à part dans le monde du secondaire. Cet ensemble est lui-même fractionné tant les enseignants n’ont pas tous le même parcours ni la même valorisation (en fonction de l’âge, de la matière enseignée, du lycée, de la participation ou non à des jurys de concours pour les grandes écoles, l’agrégation, etc.). En somme, la catégorie de professeur de CPGE gagne à être dépliée afin de montrer la profonde hétérogénéité qui règne au sein de cette profession. 

  • 4 Qui plus est, les enseignants de ces établissements doivent davantage s’investir dans la présentati (...)

3Par la suite, l’ouvrage envisage de manière séquentielle la sélection des élèves, l’enseignement en CPGE et la canalisation des élèves vers les grandes écoles (chapitres 4, 5 et 6, respectivement). La première question, celle de la sélection des élèves, permet de souligner que le tri opéré entre les élèves qui candidatent à une classe préparatoire n’est pas le même selon qu’il s’agit d’une CPGE prestigieuse ou non. En effet, ces dernières opèrent une première sélection entre les établissements d’origine des élèves avant de hiérarchiser les dossiers. Priorité est ainsi donnée aux grands lycées parisiens, suivis des grands lycées de province, avant que soient étudiés les dossiers provenant d’établissements perçus comme plus anonymes. Le pouvoir d’attraction de ces CPGE leur permet ainsi de procéder à une sélection bien plus avancée et pointue comparée aux « établissements périphériques » (p. 112), ces derniers recevant de moins bons dossiers4. Dans tous les cas, il semble que la sélection repose sur la prise en compte des résultats de l’élève, des appréciations des professeurs ainsi que du niveau de la classe d’origine, à quoi s’ajoute la volonté de détecter si l’élève a encore une marge de progression, afin de faire face à la charge de travail qui l’attendra en classes préparatoires. Il ne s’agit donc ni d’un tri strictement scolaire, dans la mesure où la marge de progression de l’élève appartient à un ensemble qui n’est pas réductible à ses bulletins scolaires mais fait intervenir le jugement de ses futurs enseignants qui s’engagent alors dans une forme de pari, ni d’un tri strictement social.

  • 5 Sirinelli Jean-François, Génération intellectuelle. Khâgneux et normaliens dans l’entre deux guerre (...)

4Le chapitre 5 se concentre sur l’enseignement en CPGE. Jacques-Benoît Rauscher l’aborde en référence à Jean-François Sirinelli et à son travail sur les professeurs de khâgne5 afin d’identifier à quel modèle pédagogique peuvent être rattachés les enseignants de CPGE. Sont ainsi évoqués les figures de l’éveilleur (qui ne cherche pas tant à assurer la réussite de ses élèves aux concours qu’à éveiller leur esprit, quitte à les éloigner de la culture scolaire), du maître (dont l’objectif est de transmettre un contenu disciplinaire à son auditoire) et de l’entraîneur (pour qui le concours reste l’objectif unique autour duquel tout doit graviter). Les enseignants de CPGE n’incarnent pas strictement un type plutôt que l’autre mais ont plutôt tendance à les croiser, si bien qu’il paraît difficile de mettre au jour un modèle pédagogique de référence. En revanche, la question des pratiques d’enseignement en CPGE est abordée de manière assez indirecte : aucune observation n’a été faite en classe, l’auteur se référant aux propos des enseignants interviewés ou à de la littérature secondaire.

5Le thème de la canalisation des élèves, objet du dernier chapitre de l’ouvrage, s’articule autour de deux éléments. Tout d’abord, la mobilisation des enseignants pour assurer la réussite de leurs élèves, point sur lequel nous reviendrons ci-après. Ensuite, la mobilisation des enseignants comme appui pour les grandes écoles. Ici, l’idée est qu’à travers leurs actions, les enseignants jouent un rôle de filtrage qui permet aux grandes écoles d’économiser des ressources : le concours sélectionne parmi des profils déjà sélectionnés par les enseignants, que ce soit pour entrer en CPGE comme pour passer en deuxième année.

6À propos de la mobilisation des enseignants pour assurer le succès de leurs élèves aux concours, on peut regretter une certaine imprécision. Ainsi peut-on lire : « les enseignants qui rentrent moins d’une fois par an en contact avec les grandes écoles ont, toutes choses égales par ailleurs, deux fois plus de chances que leurs collègues d’avoir peu d’étudiants intégrant une grande école très sélective » (p. 153). L’auteur met pourtant en garde quelques lignes plus loin en soulignant que cette corrélation ne peut pas être traduite en causalité. Or les propos qui suivent (p. 153-158) tentent justement de justifier une relation de causalité sans jamais prendre en compte, par exemple, l’existence d’une causalité inverse ni d’autres facteurs qui pourraient les influencer. Qui plus est, le propos reste très général et ne permet pas d’ouvrir cette boîte noire : quelle est la nature précise des contacts ? Comment cela se traduit-il dans l’enseignement explicite ou implicite de l’enseignant ? Suffit-il qu’un seul des professeurs d’une CPGE soit en contact avec telle grande école pour améliorer ipso facto les résultats de ses élèves ? Nous ne le savons pas : tout se passe comme si le « contact » se transformait, par une sorte de magie préparationnaire, en sésame pour la grande école. Et l’auteur d’en conclure : « En fonction de l’investissement du professeur de CPGE auprès de la grande école, les élèves sont plus ou moins susceptibles d’intégrer une école » (p. 163).

7Au terme de cette lecture, on ne peut que saluer le travail réalisé par l’auteur tout en ayant le sentiment que l’enquête sociologique n’a pas été complètement menée à son terme. L’usage des entretiens, d’un questionnaire et de sources secondaires ne paraît pas à même de se substituer à une observation des pratiques dont l’absence constitue un angle mort notable, qui n’est pas justifié par l’auteur. On peut, enfin, s’interroger sur l’actualisation du propos à l’heure de Parcours sup (a-t-il modifié le recrutement des CPGE ?), mais aussi dans l’attente des effets de la réforme du baccalauréat sur les classes préparatoires, pour ce qui concerne leur format, leur contenu, leurs finalités, mais aussi pour le public qu’elles accueilleront.

Haut de page

Notes

1 Les données proviennent de l’édition 2019 des Repères et références statistiques de la DEPP (direction de l’Évaluation de la prospective et de la performance) pour l’Éducation nationale et de la SD/SIES (sous-direction des Systèmes d’information et des études statistiques) pour l’Enseignement supérieur et la recherche : https://www.education.gouv.fr/cid57096/reperes-et-references-statistiques.html.

2 L’auteur empruntant ces notions à Pierre Bourdieu, l’ouvrage peut se lire comme une actualisation critique des éléments présentés dans Bourdieu Pierre, La Noblesse d’État. Grandes écoles et esprit de corps, Paris, Éditions de Minuit, 1989.

3 Le chapitre 3 est d’ailleurs consacré à la question de l’accès des enseignants aux classes préparatoires.

4 Qui plus est, les enseignants de ces établissements doivent davantage s’investir dans la présentation de leurs CPGE lors de journées de présentation, d’orientation qui se déroulent au cours de l’année dans les lycées, forums de leur académie ou au-delà, afin de se faire connaître et attirer ainsi des élèves.

5 Sirinelli Jean-François, Génération intellectuelle. Khâgneux et normaliens dans l’entre deux guerres, Paris, Arthème Fayard, 1988.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathieu Sadourny, « Jacques-Benoît Rauscher, Des enseignants d’élite ? Sociologie des professeurs des classes préparatoires aux grandes écoles », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 18 mai 2020, consulté le 23 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/41129 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.41129

Haut de page

Rédacteur

Mathieu Sadourny

Professeur de sciences économiques et sociales en classes préparatoires économiques et commerciales.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search