Navigation – Plan du site

Raphaël Morera (dir.), « Zones humides, conquêtes et colonisations », Études rurales, n° 203, 2019

Élias Burgel
Zones humides
Raphaël Morera (dir.), « Zones humides. Conquêtes et colonisation », Études rurales, n° 203, 2019, 198 p., Paris, EHESS, ISBN : 978-2-7132-2788-2.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pour le cas français, voir pour une introduction au sujet : Morera Raphaël, « Discours et pratiques (...)
  • 2 Goeldner-Gianella Lydie, Dépoldériser en Europe occidentale. Pour une géographie et une gestion int (...)

1Jadis stigmatisées, au point que leur dessèchement fut théorisé comme une dynamique de progrès social et entrepris dans une perspective de développement économique au cours de l’époque moderne1, les eaux stagnantes sont désormais parées de toutes les vertus environnementales. Ainsi, si la poldérisation de la Hollande a pu incarner en Occident, autour l’essor de la petite république des Provinces-Unies au XVIIe siècle, un fascinant modèle de domination progressive de la nature par la technique à des fins d’optimisation économique, la protection des étangs, marais, lacs et autres plaines alluviales ainsi que la « dépoldérisation » des surfaces asséchées par la main de l’homme sont désormais encouragées2.

  • 3 Goeldner-Gianella Lydie, « Zones humides », Hypergéo [encyclopédie électronique], 2013, en ligne : (...)
  • 4 Goeldner-Gianella Lydie, ibidem. Il resterait à déterminer précisément comment (Quels rythmes ? Que (...)
  • 5 Massard-Guilbaud Geneviève, « De la “part du milieu” à l’histoire de l’environnement », Le Mouvemen (...)
  • 6 À sa création au début des années 1960 par Georges Duby (historien), Daniel Faucher (géographe) et (...)
  • 7 Récemment, voir : Maughan Nicolas (dir.), « Étangs, marais et deltas en Provence » [Actes du 60e co (...)
  • 8 Fournier Patrick, « Les leçons d’une hydro-histoire : quelques pistes de réflexion », Siècles. Cahi (...)

2Comment, dès lors, expliquer ce retour en grâce des zones humides, appellation générique calquée sur l’anglais wetlands ? Ce dernier terme, d’une « neutralité administrative confondante » selon l’expression de Raphaël Morera (p. 9), présente l’avantage de prendre en compte, sans connotation péjorative, la grande fluidité de ces territoires d’eaux stagnantes dans le temps court (saisonnalité) comme dans le temps long (historicité). Un premier tournant survient à partir des années 1960-1970 dans les sciences naturelles, qui mettent en avant l’importance de ces « zones de transition, lisières entre le milieu terrestre et le milieu aquatique » pour la biodiversité, tout en alertant sur leur inquiétante résorption à l’échelle mondiale3. Ce sont ensuite les sciences humaines et sociales qui s’emparent de la notion, en passant d’une « définition naturo-centrée à une reconnaissance plus anthropocentrée »4 : en raison de leur situation de carrefour entre des dynamiques naturelles et des processus sociaux, les zone humides font ainsi figure de laboratoires des dynamiques environnementales. Dès avant les années 2000, soit bien avant la formation tardive d’un champ des humanités environnementales en France, les études rurales s’intéressent aux zones humides : au croisement de l’histoire et de la géographie, elles demeurent ainsi l’un des rares domaines des sciences sociales où les enjeux environnementaux n’ont pas été tout à fait abandonnés5. Il n’est donc pas étonnant que la revue interdisciplinaire Études rurales consacre un recueil à la question6. L’originalité du présent dossier, au regard d’autres numéros de revues (nombreux) parus sur le même sujet7, est d’interroger la pertinence des notions de « conquête » et de « colonisation » pour étudier les zones humides. Selon la distinction établie préliminairement par Raphaël Morera, si la « conquête » désigne le processus d’appropriation politique d'un territoire par une souveraineté, la « colonisation » évoque, quant à elle, plutôt une entreprise de domination sociale qui vise à contrôler des populations. Du fait de leur statut d’« observatoires privilégiés de l’émergence de l’idée d’environnement »8, les zones humides font ainsi figure, du point de vue de l’histoire du pouvoir étatique voire impérial, de véritables microcosmes qui, par le jeu des échelles, sont susceptibles d’éclairer ou d’affiner la compréhension des phénomènes globaux.

  • 9 Scott James C., Zomia ou l’art de ne pas être gouverné, Seuil, Paris, 2013 [2009]. Voir la recensio (...)

3Une première idée-force mise en avant dans le numéro est la difficulté récurrente des pouvoirs centralisés à établir leur souveraineté sur les zones humides, qui font figure d’« anti-États absolus » (p. 13). Raphaël Morera et John Morgan mettent en avant la quasi-simultanéité de la systématisation des entreprises de conquête ultramarine et de conquête agraire, par le dessèchement, des zones marécageuses autour de 1600 en France et en Angleterre : l’augmentation des surfaces cultivées doit permettre d’augmenter les recettes fiscales. Dans ce contexte, les marais métropolitains anglais et français sont considérés comme des poches de résistance à l’affirmation de l’État. Cette volonté de conquête des pouvoirs centraux culmine au milieu du XVIIe siècle mais tend, par la suite, à décliner. Au siècle des Lumières, même si le soutien étatique aux entreprises de dessèchement peut perdurer dans le royaume de France sous des formes plus indirectes, « l’affirmation de la pensée libérale mobilise davantage l’initiative individuelle et les logiques marchandes » (p. 55-56). De l’autre côté de l’Atlantique, les zones humides échappent durablement à la domination politique des pouvoirs coloniaux européens. Dans l’espace canadien, la Nouvelle-France est décrite par les voyageurs comme un pays sous les eaux, qui échappe très largement à la surveillance du pouvoir métropolitain malgré son rattachement, en droit, au Domaine royal en 1663. L’enjeu prioritaire pour le pouvoir central est d’améliorer la navigation intérieure, mais de grands projets d’aménagement destinés à l’encourager échouent. Bien plus, dans cet espace qui semble infini, les mises en culture se font plutôt par défrichement que par dessèchement, par souci d’économie des moyens mis en œuvre. Plus à l’Ouest encore, la vallée centrale de Haute-Californie ou « pays des joncs » (Tulares), étudiée par Emmanuelle Perez-Tisserant, est le théâtre de colonisations successives – espagnole, mexicaine puis états-unienne – entre le second XVIIIe et le second XIXe siècles. Longtemps considérée comme répulsive et impénétrable, elle est occupée par des populations d’Amérindiens qui vivent de la pêche et de la chasse aux oiseaux migrateurs dans les zones marécageuses. Enfin, dans un tout autre contexte colonial, celui du milieu du XXe siècle, les rives humides camerounaises du lac Tchad, étudiées par Charline Rangé et Philippe Lavigne Delville, échappent à l’administration directe des autorités françaises et sont gérées par les sultans kotoko, qui s’approprient localement les compétences du pouvoir colonial. Au total, les zones humides semblent être des territoires qui échappent plus facilement aux processus de centralisation étatique voire impériale, assimilables à cette « zomia » montagneuse évoquée par l’anthropologue américain James C. Scott9.

  • 10 Un courant historiographique, inspiré des travaux d’Edward Saïd, s’attache à mettre en avant le rôl (...)

4Découlant du premier point, un deuxième aspect qui ressort de la lecture transversale des différentes contributions est la violence institutionnelle et l’inadaptation que peut constituer, dans les zones humides, l’imposition d’une « conception restrictive de la propriété » (p. 14). Ainsi, Raphaël Morera et John Morgan rappellent que les drainages de l’époque moderne en France et en Angleterre se heurtent à l’opposition des paysans des marais, puisqu’ils s’accompagnent d’une appropriation exclusive des terres asséchées qui déstabilise la gestion communautaire, jusqu’alors prédominante, des zones humides et de leurs ressources. De son côté, Emmanuelle Perez-Tisserant montre que dans les années 1830-1840, une forte croissance de l’élevage dans la vallée centrale de Haute-Californie, encouragée par le pouvoir central mexicain, provoque de nombreux conflits entre les Amérindiens des marais et les colons d’origine européenne (Californios). Le contexte de la construction nationale de l’État d’Israël témoigne, selon Élizabeth Mortier, d’un tout autre cas de figure. Si les sionistes promeuvent, dans les premières décennies du XXe siècle, la conquête de nouveaux espaces agricoles dans les zones humides de Palestine, notamment dans la région septentrionale du lac Hula, ceux-ci sont jusqu’alors demeurés des espaces délaissés. La faible emprise foncière des populations arabes sur les zones marécageuses permet alors de remplir pleinement l’« idéal sioniste de rédemption par le travail de la terre » (p. 114). Cette justification environnementale, porteuse de références bibliques et talmudiques, nourrit l’encouragement à l’immigration massive10. Enfin, le cas des bords camerounais du Lac Tchad, documenté par l’enquête de terrain de Charline Rangé et Philippe Lavigne Delville, est particulièrement éclairant, en ce qu’il témoigne de dynamiques qui se retrouvent dans toutes les zones humides. Dans la mesure où il s’agit d’un territoire labile – tantôt sous les eaux, tantôt à sec – qui présente des ressources variables en fonction des aléas météorologiques et des évolutions climatiques, ce territoire est peu compatible avec des formes absolues de propriété. La coordination des activités de pêche, d’élevage et de mise en culture peut d’autant moins se faire a priori dans un espace cartésien qu’elle dépend des évolutions du niveau du lac, mais aussi de la pression humaine changeante sur les ressources en fonction de l'importance des migrations saisonnières.

5Enfin, les différentes contributions permettent d’interroger le fonctionnement concret des formes inédites de pouvoirs décentralisés qui se développent dans les zones humides. Contre les usages abusifs de la notion de « communs », redevables à sa popularisation depuis la remise du prix de la Banque de Suède à l’économiste Élinor Ostrom en 2009, Charline Rangé et Philippe Lavigne Delville montrent que le concept, tel qu’il est défini par l’auteure de Governing the commons (1990), n’est pas toujours pertinent pour décrire les formes de régulation des usages de ressources naturelles. En effet, dans le cas de la rive camerounaise du lac Tchad qu’ils étudient, les institutions locales camerounaises (préfectorales ou municipales) ne se soucient pas d’assurer la pérennité des ressources mais seulement de prélever des rentes – à la différence des situations étudiées par Elinor Ostrom. Une fois en règle avec les autorités, l’usager étranger – généralement un éleveur nomade – bénéficie d’un « accès ouvert autorisé », selon l’expression des deux auteurs, c’est-à-dire qu’il est libre de faire ce qu’il veut. Dans ce cadre, pour éviter les conflits, éleveurs nomades et cultivateurs sédentaires font preuve de stratégies d’« évitements et d’ajustements mutuels, fondé[e]s sur la connaissance mutuelle des pratiques des autres » et sur la mobilité (p. 31). Cette proposition, bien que discutable parce qu’un peu mécanique, est intéressante, dans la mesure où l’engouement depuis quelques années pour la notion de « communs » porte en lui-même les risques d’une dilution de la notion et d’une diminution de son apport heuristique.

6Pour conclure, ce numéro thématique d’Études rurales démontre de façon convaincante que les zones humides peuvent être considérées comme des terrains d’étude pertinents pour étudier les liens entre dynamiques environnementales et dynamiques politiques et impériales. Cela incite notamment à prendre au sérieux l’« immense diversité des formes d’appropriation et de contrôle des ressources » (p. 37), en lien avec l’histoire des formes de souveraineté.

Haut de page

Notes

1 Pour le cas français, voir pour une introduction au sujet : Morera Raphaël, « Discours et pratiques des dessiccateurs dans la France méridionale du premier XVIIe siècle : une politique d’aménagement », Annales du Midi, n° 272, 2010, p. 477-493 ; Derex Jean-Michel, « Le dessèchement des étangs et des marais dans le débat politique et social français du milieu du XVIIIe siècle à la Révolution », in Ciriacono Salvatore (dir.), Eau et développement dans l’Europe moderne, Paris, Maison des Sciences de l’Homme, 2004, p. 231-247.

2 Goeldner-Gianella Lydie, Dépoldériser en Europe occidentale. Pour une géographie et une gestion intégrées du littoral, Paris, Publications de la Sorbonne, 2013.

3 Goeldner-Gianella Lydie, « Zones humides », Hypergéo [encyclopédie électronique], 2013, en ligne : http://hypergeo.eu/spip.php?article554.

4 Goeldner-Gianella Lydie, ibidem. Il resterait à déterminer précisément comment (Quels rythmes ? Quels acteurs ? Quels lieux de savoir ?) s’est opérée cette migration de la notion des sciences naturelles vers les sciences humaines et sociales, provoquant une évolution de sens décisive.

5 Massard-Guilbaud Geneviève, « De la “part du milieu” à l’histoire de l’environnement », Le Mouvement Social, n° 200, 2002, p. 64-72. Pour une vue plus générale sur la genèse disciplinaire de l’histoire environnementale, voir : Quenet Grégory, Qu’est-ce que l’histoire environnementale ?, Seyssel, Champ Vallon, 2014.

6 À sa création au début des années 1960 par Georges Duby (historien), Daniel Faucher (géographe) et Isac Chiva (anthropologue), la revue a pour sous-titre Revue trimestrielle d’histoire, géographie, sociologie et économie des campagnes. Voir la présentation du contexte de création de la revue : Both Anne, « Aux racines d’“Études rurales”. Retour sur les fondateurs de la revue », Études rurales, vol. 200, n° 2 2017, p. 18-25, disponible en ligne : https://www.cairn.info/revue-etudes-rurales-2017-2-page-18.htm.

7 Récemment, voir : Maughan Nicolas (dir.), « Étangs, marais et deltas en Provence » [Actes du 60e congrès de la Fédération historique de Provence, Saint-Tropez, 4-5 novembre 2016], Provence historique, n° 262, 2017,.

8 Fournier Patrick, « Les leçons d’une hydro-histoire : quelques pistes de réflexion », Siècles. Cahier du Centre d’histoire “Espaces et Cultures”, n° 42, 2016, en ligne : https://journals.openedition.org/siecles/2970.

9 Scott James C., Zomia ou l’art de ne pas être gouverné, Seuil, Paris, 2013 [2009]. Voir la recension de Delalande Nicolas : « Zomia, là où l’État n’est pas », La Vie des idées, 2013, en ligne : https://laviedesidees.fr/Zomia-la-ou-l-Etat-n-est-pas.html.

10 Un courant historiographique, inspiré des travaux d’Edward Saïd, s’attache à mettre en avant le rôle des discours sur l’environnement dans la justification des processus de colonisation : voir notamment Davis Diana K., Les Mythes environnementaux de la colonisation française, Seyssel, Champ Vallon, 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Élias Burgel, « Raphaël Morera (dir.), « Zones humides, conquêtes et colonisations », Études rurales, n° 203, 2019 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2020, mis en ligne le 20 mai 2020, consulté le 04 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/41151

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page