Navigation – Plan du site

Rebecca Jordan-Young, Katrina Karkazis, Testosterone. An unauthorized biography

Thomas Crespo
Testosterone
Rebecca M. Jordan-Young, Katrina Karkazis, Testosterone. An Unauthorized Biography, Cambridge (Massachusetts), Harvard University Press, 2019, 288 p., ISBN : 978-0-674-72532-4.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Connel Raewyn, Masculinités. Enjeux sociaux de l’hégémonie, Paris, Amsterdam Éditions, 2014 : p. 29 (...)
  • 2 Pour un ouvrage classique de ce domaine d’étude, voir par exemple Roy Deboleena, Molecular Feminism (...)
  • 3 Fine Cordelia, Testosteron Rex. Myths of Sex, Science, and Society, New York, WW Norton, 2017.
  • 4 Rebbeca M. Jordan-Young Rebecca M., Hormones, sexe et cerveau, Paris, Belin, 2016. Compte rendu de (...)

1Rebecca Jordan-Young et Katrina Karkazis signent un livre dont la question centrale est la suivante : « que fait la testostérone ? ». Cette question, d’apparence simple, se complique si l’on envisage la diversité des propriétés attribuées à cette hormone. Elle est entre autres censée augmenter la force et la libido, favoriser la dominance, rendre agressif, ou encore renforcer les muscles. L’ouvrage se propose de débrouiller ce qui relève du mythe, « la biographie officielle », et ce qu’un état raisonnable de l’art peut nous apprendre sur les propriétés de cette hormone, « la biographie officieuse » (unauthorized biography). Pour cela, les autrices explorent six domaines d’intérêt afin de répondre à la question difficile de ce que fait réellement la testostérone (« T » dans la suite) aux et dans les corps : l’ovulation, la violence, le pouvoir, la prise de risque, le soin aux enfants (parenting) et l’athlétisme. Puisque l’hormone est dotée d’un pouvoir explicatif sur le social, c’est l’endocrinologie et la neuroendocrinologie sociale qui sont examinées. À partir de ce champ, les autrices identifient un réseau de chercheur·euse·s de différents domaines d’étude et se concentrent sur ceux qui produisent des affirmations particulièrement fortes concernant la T, et où les aller-retours entre la science et les autres mondes sociaux sont nombreux. Elles ont toutefois laissé de côté les sujets traités dans d’autres livres ou des questions qui impliquent de présupposer certains effets de l’hormone qui sont encore en discussion. En replaçant dans leur contexte de production les assertions fortes concernant la T, les autrices tentent à la fois de rendre compte des distorsions introduites par les attentes genrées des scientifiques comme du grand public et de leur substituer des énoncés plus justes. Ainsi, à propos de la manière dont la masculinité se fait « chimique » et est naturalisée pour échapper au social, l’ouvrage s’inscrit dans les études de genre, aux côtés des travaux de Raewyn Connell, selon lequel « on pense presque systématiquement la “véritable” masculinité comme émanant du corps des hommes »1. Dans le même temps, ce livre s’intéresse à la façon dont les faits sont matérialisés, c’est-à-dire dont les faits scientifiques sont produits en relation avec un contexte social d’émergence. Il peut donc être renvoyé aux sciences and technology studies2. Enfin, plus spécifiquement, il rejoint un corpus féministe important sur les hormones dites sexuelles3 et s’inscrit donc dans la continuité directe du précédent ouvrage de Rebecca Jordan-Young4.

  • 5 Toutes les citations issues du livre sont traduites par mes soins.

2Les autrices commencent par rappeler (chapitre 1) que l’unité biochimique de la T masque ses aspects divers, lesquels ont une incidence tant sur ses effets réels que sur la possibilité de la mesurer et donc de standardiser des protocoles expérimentaux. En effet, la T est présente dans plusieurs médiums comme la salive, le sérum, l’urine ou le sang mais à différents taux de concentration et de disponibilité pour l’organisme. Comme il n’y a pas de relation de proportionnalité simple entre les concentrations dans l’un ou l’autre de ces médiums, une élévation de concentration dans la salive (plus facile à mesurer) ne signifie pas nécessairement une élévation dans le sang. À cela s’ajoute que la quantité de T varie dans la journée, selon la période de la vie et de l’année, mais aussi en fonction du contexte (activité physique, ingestion de certaines substances). Il faut également tenir compte du nombre de récepteurs à androgènes dans les organes sur lesquels la T agit, et de leur sensibilité. À ces difficultés de mesure s’ajoute l’équivocité du rôle de la T dans l’organisme puisque son action et ses effets varient fortement en fonction du contexte. Par exemple, la présence en petite quantité de T stimule le complexe hypothalamo-hypophysaire qui va commander aux testicules de produire davantage de testostérone. Mais, au-delà d’un certain seuil, la surstimulation du complexe endocrinien précédent commande l’inhibition de la sécrétion de testostérone. Ces seuils sont relatifs : ainsi, une femme atteinte du syndrome des ovaires polykistiques peut parfaitement avoir un taux très élevé de testostérone – comparativement aux autres femmes – et ne pas en être affectée. En revanche, une suppression ou une augmentation exogène de cette hormone peut perturber l’équilibre endocrinien et provoquer des changements massifs. En retour, ces changements ne peuvent être compris qu’en prenant en compte le contexte dans lequel ils interviennent, de sorte que la « plupart des questions simples à propos de la T n’ont pas de réponses claires »5. Par exemple, comment l’entraînement physique modifie-t-il la production de testostérone ? Cela dépend du type de sport et de caractéristiques individuelles difficilement résumables à un critère simple. Une augmentation des niveaux de testostérone est-elle associée à de meilleures performances ? Cela dépend encore du type de performance et de caractéristiques individuelles, aussi nombreuses que complexes à mesurer.

3Il en va de même pour les liens entre la testostérone et le genre. À rebours des stéréotypes, le chapitre 2 montre que cette hormone peut aussi jouer sur la fertilité des femmes. En effet, on dit souvent que les ovules (en réalité les follicules primaires) sont rangés dès la naissance dans les ovaires et que l’un d’entre eux est pioché dans cette réserve limitée chaque mois. Mais cette série de « follicules primaires » provient elle-même de « follicules primordiaux » en nombre supérieur, dont le recrutement serait encouragé par l’action de la T en doses limitées. Ainsi, si elle joue un rôle essentiel dans le processus global du cycle menstruel (en fait, en amont de son commencement), la définir comme une hormone sexuelle masculine ne rend pas justice à son statut de molécule polyvalente. Cela obscurcit même la recherche à son sujet et rend difficile de rompre avec des préjugés tenaces qui lui sont associés, comme l’idée qu’elle augmenterait l’agressivité ou qu’elle serait associée aux positions de pouvoir en société (chapitre 3 et 4). Ces mythes fonctionnent du fait de leur force en dehors de l’espace scientifique, autorisant de petites études isolées montées en épingle à entretenir la fiction bien au-delà de ce qu’elles permettent de conclure (chapitre 3 à 5). Cela d’autant plus que, comme on l’a rappelé pour le chapitre 1, il est difficile de garder une trace de la subtilité des protocoles au point qu’il est d’autant plus simple d’obtenir une étude confirmant le rôle de la T que « des éléments peuvent entrer et sortir des théories, les définitions peuvent changer, les preuves peuvent manquer, mais il est très difficile de suivre tous les fils et au final, il semble que cela n’ait pas beaucoup d’importance que la science de la T ne soutienne plus le récit » (p. 105). La méthode des autrices consiste justement à suivre ces fils pour relever les contradictions et les usages sociaux divers de ces études. Ces derniers ne se limitent pas aux questions de genre : la testostérone peut aussi servir d’opérateur de racialisation ou de classisme. En cherchant par exemple ses liens avec les comportements parentaux (chapitre 6) et en les définissant d’après des normes qui sont celles de la bourgeoisie blanche américaine, on met sur le compte de différences hormonales des différences de comportements parentaux. Cela sans interroger le contexte social qui les produit ou les normes qui les évaluent. Ce faisant, on naturalise des différences et on fait des non-blancs et des pauvres des parents indignes par nature.

4Cette attention scrupuleuse à la manière dont les idéologies sexistes, racistes ou classistes en viennent à s’immiscer dans la recherche scientifique aboutit assez logiquement au chapitre 7 sur l’athlétisme, le plus intéressant à mon sens, et aussi le plus politique. Prenant comme point de départ l’opposition radicale et surprenante entre plusieurs experts quant aux effets de la testostérone sur les performances des athlètes, les autrices examinent scrupuleusement les données mais aussi « l’épistémologie opportuniste » qui guide certaines instances de régulation dans leurs décisions concernant des athlètes « hyperandrogènes » ou trans. S’il est vrai que, comme elles l’affirment, la plupart des chercheur·euse·s ne trichent pas délibérément (p. 144), il existe cependant des agent·e·s, en particulier la Fédération internationale d’athlétisme, qui font fi des règles de déontologie au profit de leurs propres intérêts ou agendas, troublant la probité nécessaire au travail scientifique et contribuant à la production et au maintien d’énoncés erronés (p. 148). Dans ces conditions, cet ouvrage est un plaidoyer pour comprendre la science comme une source inestimable de connaissances, à la condition impérative de ne pas se méprendre sur ses dimensions politiques : d’abord, parce que l’on peut toujours discuter des conditions de production des énoncés scientifiques, ensuite, parce qu’elle peut être instrumentalisée.

Haut de page

Notes

1 Connel Raewyn, Masculinités. Enjeux sociaux de l’hégémonie, Paris, Amsterdam Éditions, 2014 : p. 29 (souligné par moi). Compte rendu de Delphine Moraldo pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/13753.

2 Pour un ouvrage classique de ce domaine d’étude, voir par exemple Roy Deboleena, Molecular Feminism. Biology, Becomings, and Life in the Lab, Washington, University of Washington Press, 2018. Compte rendu de Thomas Crespo pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/30892.

3 Fine Cordelia, Testosteron Rex. Myths of Sex, Science, and Society, New York, WW Norton, 2017.

4 Rebbeca M. Jordan-Young Rebecca M., Hormones, sexe et cerveau, Paris, Belin, 2016. Compte rendu de Marie Duru-Bellat pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/21580.

5 Toutes les citations issues du livre sont traduites par mes soins.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Crespo, « Rebecca Jordan-Young, Katrina Karkazis, Testosterone. An unauthorized biography », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2020, mis en ligne le 20 mai 2020, consulté le 05 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/41152

Haut de page

Rédacteur

Thomas Crespo

Doctorant en philosophie de la biologie et du féminisme sous la direction de Claude Gautier (Triangle, ENS de Lyon).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page