Navigation – Plan du site

Florian Charvolin, Les sciences participatives au secours de la biodiversité

Simon Calla
Les sciences participatives au secours de la biodiversité
Florian Charvolin, Les sciences participatives au secours de la biodiversité. Une approche sociologique, Paris, Rue d'Ulm, coll. « Sciences durables », 2019, 76 p., préface de Romain Julliard, ISBN : 978-2-7288-0659-1.
Haut de page

Texte intégral

1L’objectif de cet ouvrage est double. Il vise non seulement à permettre au lecteur de mieux comprendre le fonctionnement d’initiatives – désignées par les expressions « sciences participatives » ou « sciences citoyennes » – qui associent des amateurs et des scientifiques dans la co-production de connaissances relatives à la biodiversité, mais également à porter un regard critique sur les pratiques et représentations qui entourent de telles démarches. Dans cette perspective, Florian Charvolin propose un développement en cinq chapitres – et cinq thèses – à travers lesquels il adopte chaque fois une focale différente sur un objet qui, bien qu’étudié depuis plus de vingt ans, n’en reste pas moins un sujet relativement récent dans l’histoire des sciences sociales.

2Le premier chapitre revient sur le fait que l’origine des sciences participatives est le plus souvent associée à l’utilisation de cette expression par Rick Bonney, chercheur au laboratoire d’ornithologie de l’université de Cornell, dans les années 1990. Pourtant, au-delà de ce qui peut apparaître comme un label récent appliqué à des pratiques contemporaines et en plein essor dans le monde occidental, l’auteur montre que ces démarches sont « ancrées dans une archéologie plus vaste qui explique le rapprochement entre des intérêts scientifiques pour des protocoles grand public et des pratiques amateurs soucieuses de donner un sens autre que la gratuité à une activité de loisir » (p. 20). Les sciences participatives sont, pour l’auteur, le fruit de pratiques de partage des connaissances héritées du XVIIIe siècle, comme la participation de certains aristocrates aux travaux de sociétés savantes ou l’association d’artisans soucieux de perfectionner l’exercice de leur profession. Elles ont également profité d’avancées technologiques comme la généralisation de la voiture, qui a favorisé les excursions pour aller observer la faune et la flore, ou du télégraphe, qui a notamment permis de constituer des réseaux de centralisation des informations météorologiques aux États-Unis et en France.

  • 1 Ellis Rebecca, « Jizz and the joy of pattern recognition. Virtuosity, discipline and the agency of (...)

3Au deuxième chapitre, Florian Charvolin affirme que l’étude des protocoles utilisés dans les opérations de science participative permet de constater deux similitudes relatives aux pratiques des professionnels de la science et à celles des observateurs amateurs qui invitent à dépasser le traditionnel partage entre l’expert et le profane : l’usage de l’écriture pour consigner les observations et le contrôle du contexte dans lequel elles sont été faites. Ces protocoles apparaissent comme des « guides pour le signalement », qui revêtent une dimension didactique et font l’objet d’une attention particulière de la part des promoteurs des sciences participatives. En effet, ils doivent garantir l’obtention de données fiables et être un rempart face aux critiques des professionnels de la science. Cela conduit à une forme d’« orthodoxie du protocole » qui, si elle attire l’attention de l’observateur extérieur, « ne décrit pas comment les interactions s’opèrent en plein air » (p. 27). En se focalisant sur les protocoles, l’observateur pourrait par exemple être conduit à négliger ce que les sociologues anglo-saxons nomment le « jizz »1, c’est-à-dire le plaisir de la rencontre et de la reconnaissance.

  • 2 Hecker Suzanne, Haklay Muki, Bowser Anne, Makuch Zen, Vogel Johannes, Bonn Aletta, Citizen Science. (...)

4Puis, dans le troisième chapitre, l’auteur cherche à expliquer pourquoi les promoteurs des sciences participatives ont une très faible « connaissance sociale des inégalités et des profils divers des contributeurs » (p. 39). D’après lui, cela tiendrait à la conception qu’ils ont de leur mission, « éveiller » le grand public à la connaissance de la biodiversité, à l’importance accordée à la mesure de la culture scientifique et de la progression des contributeurs, et à l’idée selon laquelle l’instruction dispensée par les sciences participatives permettrait de former de façon égalitaire le public. Néanmoins, de récentes études2 auxquelles se réfère Florian Charvolin permettent de mieux connaître les caractéristiques des participants. Elles décrivent un groupe homogène composé de personnes qui ont un niveau de qualification plus élevé que dans l’ensemble de la société, exerçant ou ayant exercé une activité professionnelle en lien avec la conservation de la nature et qui disposent d’un temps de loisir important. Plus encore, l’auteur remarque que les premières expériences de la nature, la transmission intergénérationnelle et une volonté de faire progresser la science sont les principaux ressorts de leur engagement.

  • 3 Gourmand Anne-Laure, Legrand Marine et Cosquer Alix, « Vigie-Nature, quand la recherche en écologie (...)
  • 4 Prévot Anne-Caroline, Dozières Anne, Turpin Sébastien et Julliard Romain, « Les réseaux volontaires (...)

5Constatant, au quatrième chapitre, que les sciences participatives sont souvent « assimilées à l’exploitation d’une main d’œuvre bon marché » (p. 47), Florian Charvolin estime qu’il est nécessaire de s’intéresser aux effets de la participation sur les contributeurs. Plus précisément, il semblerait que l’acquisition de nouvelles connaissances conduise à une forme de « réconciliation » individuelle3 et à un changement de pratiques à l’égard de la nature4. Par ailleurs, les critiques formulées envers des sciences participatives portent sur le fait que les contributeurs constitueraient une population peu voire pas qualifiée au regard des attendus de la démarche scientifique. L’attention particulière portée aux protocoles serait alors un moyen de pallier cette « non-professionnalité ». La mise en place de ces protocoles est censée permettre de s’assurer à la fois de la faisabilité des enquêtes, de la participation des contributeurs et de la possibilité d’associer un grand nombre d’observations. Malgré les erreurs commises par certains contributeurs, cela permet aux promoteurs de faire apparaître des tendances statistiques et de publier des données « scientifiquement validées ». Nous pourrions dès lors être amenés à penser l’apparition d’une forme de concurrence entre les sciences « professionnelles » et les sciences participatives. Cependant, puisque les premières sont très fortement spécialisées et les secondes plus généralistes, Florian Charvolin rapporte qu’elles ne s’intéressent pas à la même « nature » et gagneraient à être envisagées comme étant complémentaires.

  • 5 Latour Bruno, Petites leçons de sociologie des sciences, Paris, La Découverte, 2007.

6Enfin, dans le dernier chapitre, l’auteur observe que les évolutions technologiques et la constitution de réseaux qui permettent de centraliser les informations ont conduit à la production d’une « vision synoptique de la nature ». Mais il explique également qu’il convient d’envisager cette dernière comme le résultat de « médiations bricolées de manières situées » (p. 57) et que les « données » sont le résultat d’un processus qui passe par deux opérations. La première est l’abstraction de l’observation5, qui permet de traduire le signalement du contributeur (le plus souvent matérialisé par une photographie) en une ligne au sein d’une base de données intégrant de multiples observations. La seconde est le travail de standardisation qui, en rendant les observations cumulables, combinables et quantifiables, facilite leur circulation entre différents centres de recherche. Le développement de l’informatique et d’internet n’a donc pas permis de réaliser la promesse d’automatisation de la bancarisation des données : l’intervention d’acteurs humains compétents reste nécessaire. Néanmoins, il faut souligner que le recours aux nouvelles technologies a participé du déplacement de l’expertise du côté de la maîtrise des outils numériques, au-delà de la connaissance livresque des naturalistes.

7Pour conclure, rappelons que cet ouvrage est publié aux Éditions Rue d’Ulm, dans une collection qui s’adresse au grand public et cherche à lui fournir des éléments pour mieux appréhender les enjeux du développement durable. C’est peut-être ce qui explique son petit format (78 pages) et le fait qu’un chercheur connaissant les travaux de Florian Charvolin – ou plus largement de ceux portant sur des sciences participatives – pourrait ressentir une légère frustration à l’issue de sa lecture. Ceci n’enlève pourtant rien à la rigueur et la densité du livre qui, par ses thèses et angles d’approche, fonctionne comme une invitation à prendre au sérieux les sciences participatives et à les étudier davantage.

Haut de page

Notes

1 Ellis Rebecca, « Jizz and the joy of pattern recognition. Virtuosity, discipline and the agency of insight in UK naturalists’ arts of seeing », Social Studies of Science, vol. 41, n° 6, 2011.

2 Hecker Suzanne, Haklay Muki, Bowser Anne, Makuch Zen, Vogel Johannes, Bonn Aletta, Citizen Science. Innovation in Open Science, Society and Policy, Londres, UCL Press, 2018 ; Silveira Patricia et Strasser Bruno, Expertise and Experience. The Dynamics of the Participant Population in the Citizen Sciences, Lausanne, Unige, 2017.

3 Gourmand Anne-Laure, Legrand Marine et Cosquer Alix, « Vigie-Nature, quand la recherche en écologie devient participative », in Cynthia Fleury et Anne-Caroline Prévot-Julliard (dir.), L’exigence de la réconciliation, Paris, Fayard, 2012.

4 Prévot Anne-Caroline, Dozières Anne, Turpin Sébastien et Julliard Romain, « Les réseaux volontaires d’observateurs de la biodiversité (vigie-nature) : quelles opportunités d’apprentissage ? », Cahiers de l’action, n° 47, 2016.

5 Latour Bruno, Petites leçons de sociologie des sciences, Paris, La Découverte, 2007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Simon Calla, « Florian Charvolin, Les sciences participatives au secours de la biodiversité », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2020, mis en ligne le 26 mai 2020, consulté le 10 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/41214

Haut de page

Rédacteur

Simon Calla

Docteur en sociologie et chercheur associé au Laboratoire de sociologie et d’anthropologie de l’université de Bourgogne Franche-Comté (LaSA - EA3189).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page