Navegación – Mapa del sitio

Maya Ben Ayed, Le cinéma d’animation en Tunisie (1965-1995). Un cinéma de la marge en contexte autoritaire

Nicolas Lepoutre
Le cinéma d'animation en Tunisie
Maya Ben Ayed, Le cinéma d'animation en Tunisie. Un cinéma de la marge en contexte autoritaire, Paris, L'Harmattan, col. « Mondes en mouvement », 2019, 300 p., ISBN : 978-2-343-18459-3.
Inicio de página

Texto completo

  • 1 Ce court-métrage de Tex Avery, réalisé pendant la Seconde Guerre mondiale (1942), est une parodie d (...)
  • 2 Ce long-métrage de Paul Grimault de 1980, qui raconte la recherche effrénée d’une bergère par un ro (...)
  • 3 Ce long-métrage d’Ari Folman de 2008 s’intéresse à la mémoire du massacre de réfugiés palestiniens (...)
  • 4 Habib Bourguiba (1903-2000) prend la tête de la Tunisie à partir de son indépendance en 1956. À la (...)

1En dépit de l’image enfantine et inoffensive qui lui demeure trop fréquemment associée, le cinéma d’animation a parfois une dimension profondément politique. Il peut ainsi servir de pur instrument de propagande (à l’instar de Blitz Wolf1), nourrir une réflexion politique (tel Le Roi et l’Oiseau2) ou encore participer à un travail sur la mémoire des conflits (comme Valse avec Bachir3), pour ne prendre que quelques exemples saillants. Cette relation du cinéma d’animation au politique dans le contexte tunisien est l’objet de l’ouvrage de Maya Ben Ayed, chercheuse associée à l’IREMAM d’Aix-Marseille et à l’université de Tunis. Ce travail, issu de sa thèse en histoire contemporaine, s’appuie sur un corpus d’une petite quinzaine de films d’animation réalisés en Tunisie entre 1965 et 1995 ainsi que sur deux séries d’entretiens avec divers réalisateurs (entre 2003 et 2008 puis entre 2012 et 2014). L’auteure cherche à montrer que durant cette période, entre le milieu des années 1960 et le milieu des années 1990, le cinéma d’animation tunisien est un cinéma « de la subversion » (p. 27) qui propose une « déconstruction du récit national via la récupération subversive du dispositif narratif du régime et la subversion des codes de l’imagerie du pouvoir » (p. 28). Elle adopte pour ce faire un plan globalement chronologique qui épouse les évolutions politiques du pays : après s’être intéressée à la naissance du cinéma d’animation dans la Tunisie « socialiste » des années 1960 (chapitre 1), elle analyse plusieurs films produits pendant la décennie 1970, lesquels reflètent la forte crise économique et la contestation croissante du régime de Bourguiba (chapitre 2). Le troisième chapitre se concentre sur la période de transition entre Bourguiba et Ben Ali à la fin des années 19804, transition qui à l’époque nourrit d’importants espoirs rapidement déçus, comme le montrent les films des années 1990 (chapitre 4). Le dernier chapitre constitue quant à lui une sorte de synthèse sur les liens entre le pouvoir et l’image.

  • 5 En ce sens qu’elle n’apporte rien, du fait qu’elles sont redondantes avec les éléments qu’elles son (...)

2L’ouvrage souffre malheureusement de plusieurs lacunes. On ne peut que s’étonner en premier lieu des divers problèmes d’édition qui parsèment tant le livre et qui nuisent quelque peu à la lecture : erreurs de syntaxe ou de typographie, répétitions (comme l’anecdote du renvoi par Bourguiba d’un monteur à la télévision ayant inversé deux plans d’un reportage, racontée à trois reprises dans le livre), notes de bas de page inutiles5, etc. Au-delà de ces éléments de forme, la construction du livre ne permet pas de développer pleinement les pistes suggérées par l’auteure. Ainsi, d’intéressantes questions, comme celle de la formation des cinéastes d’animation tunisiens dans les pays communistes d’Europe de l’Est dans les années 1960, sont trop peu explorées : l’auteure mentionne simplement l’exemple d’un réalisateur, Mongi Sancho, qui estime que le cinéma d’animation bulgare bénéficie de meilleures conditions que celui de son pays (miné notamment par le clientélisme dans l’attribution des bourses d’études) et affirme qu’on retrouve dans ses court-métrages des éléments techniques typiques de « l’école de l’Est ». Pour autant, nous n’en saurons pas plus sur l’influence politique qu’a pu avoir son séjour de formation dans le bloc de l’Est sur le contenu de ses films ou sur ses autres influences. Tandis que les cinéastes en prise de vues réelles de la même décennie sont, eux, formés en Occident, il aurait pu être intéressant de comparer les deux types de cinéma et leur degré de politisation ou leur façon de représenter le contexte politique de leur pays. De la même manière, seul le dernier chapitre aborde véritablement, en une petite dizaine de pages, la question de la censure, qui constitue pourtant un enjeu majeur du sujet. Plus problématique, l’auteure semble parfois imposer sa grille de lecture aux films traités : si sa démonstration est très convaincante dans certains cas (comme pour Mohammedia, court-métrage d’Ahmed Bennys qui insiste sur la mégalomanie récurrente des dirigeants du pays et sur la pauvreté de la Tunisie contemporaine dans un contexte de crise économique et d’usure du pouvoir de Bourguiba), d’autres films apparaissent plus éloignés du sujet (comme L’enfant et l’avion et Il était une fois notre monde dans les années 1980 dont on peine à comprendre le lien avec le reste de l’ouvrage). Maya Ben Ayed perçoit également dans le film Le Pain une critique du pouvoir inspirée par les émeutes de la faim des années 1960 et 1980, ce qui peut tout à fait se défendre, mais elle ne parvient pas à expliquer pourquoi son réalisateur Mongi Sancho continue de revendiquer son « apolitisme », y compris après la fin de la dictature en 2011 et l’avènement d’une véritable liberté d’expression. Enfin, sur le plan méthodologique, l’auteure ne précise jamais comment elle a constitué son corpus de films : s’agit-il de l’ensemble des films d’animation réalisés en Tunisie en trois décennies ou bien s’agit-il d’une sélection opérée par ses soins, et, le cas échéant, selon quels critères ?

  • 6 Voir notamment Maya Ben Ayed, « La représentation du dictateur dans les films d’animation tunisiens (...)

3Ces critiques n’enlèvent rien à certaines qualités de l’ouvrage. La description des films par l’auteure, à la fois en termes de narration et de réalisation, est bien menée et permet de se faire une idée assez précise des exemples traités et donc de suivre la démonstration du livre. Cet aspect est d’autant plus important que ces court-métrages semblent très peu accessibles, comme le prouvent les difficultés rencontrées par la chercheuse dans son enquête. C’est sans doute là le principal mérite de ce travail et l’autre ambition de Maya Ben Ayed, à savoir la « restitution d’une mémoire en péril » (p. 267). Quant aux lecteurs qui souhaiteraient une analyse plus resserrée par exemple des représentations du pouvoir dans les films d’animation tunisiens, ils peuvent se tourner vers les articles publiés par l’auteure (et par ailleurs illustrés d’images des films mentionnés, contrairement au livre recensé ici)6.

Inicio de página

Notas

1 Ce court-métrage de Tex Avery, réalisé pendant la Seconde Guerre mondiale (1942), est une parodie des Trois Petits Cochons glorifiant la puissance militaire des États-Unis et moquant Hitler. Il a aussi pour but d’inciter la population états-unienne à acheter les obligations de guerre pour financer les opérations militaires américaines.

2 Ce long-métrage de Paul Grimault de 1980, qui raconte la recherche effrénée d’une bergère par un roi despotique tombé amoureux d’elle, aborde de nombreuses thématiques sociales et politiques (la dictature, les inégalités, l’art comme relais du pouvoir ou au contraire comme vecteur d’émancipation, le progrès technologique etc.).

3 Ce long-métrage d’Ari Folman de 2008 s’intéresse à la mémoire du massacre de réfugiés palestiniens dans les camps de Sabra et Chatila commis par des miliciens chrétiens au Liban avec le soutien de l’armée israélienne en 1982.

4 Habib Bourguiba (1903-2000) prend la tête de la Tunisie à partir de son indépendance en 1956. À la tête d’un régime autoritaire mais de plus en plus malade, il reste au pouvoir jusqu’au 7 novembre 1987, date à laquelle son Premier ministre Zine el-Abidine Ben Ali organise un « coup d’État médical ».

5 En ce sens qu’elle n’apporte rien, du fait qu’elles sont redondantes avec les éléments qu’elles sont censées expliciter. Par exemple, à la page 244, on peut lire cette phrase : « Un mouvement contestataire entamé avec la radicalisation des jeunes aboutissant aux évènements de Slimane en 2006-2007(note 367), en passant par la révolte du bassin minier en 2008 (note 368) […] », et, dans les notes de bas de page en question : « La fusillade de Slimane. » (note 367) et « Les évènements du bassin minier. » (note 368).

6 Voir notamment Maya Ben Ayed, « La représentation du dictateur dans les films d’animation tunisiens : allégorie, substitution, ‘‘allusion iconoclaste’’ et autres artifices », Science and Video, n°8, février 2019, disponible en ligne à l’adresse : http://scienceandvideo.mmsh.univ-aix.fr/numeros/8/Pages/08-07.aspx. Cet article reprend de nombreux éléments du livre mais propose également une présentation très détaillée du film Coma d’Alaeddine Boutaleb (2000).

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Nicolas Lepoutre, « Maya Ben Ayed, Le cinéma d’animation en Tunisie (1965-1995). Un cinéma de la marge en contexte autoritaire », Lectures [En línea], Reseñas, 2020, Publicado el 27 mayo 2020, consultado el 06 agosto 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/41216

Inicio de página

Derechos de autor

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Inicio de página