Skip to navigation – Site map

Denis Colombi, Où va l’argent des pauvres

Marion Clerc
Où va l'argent des pauvres
Denis Colombi, Où va l'argent des pauvres. Fantasmes politiques, réalités sociologiques, Paris, Payot, 2020, 300 p., ISBN : 9782228925419.
Top of page

Full text

  • 1 Par exemple : Saez Emmanuel, Zucman Gabriel, Le Triomphe de l'injustice, Paris, Seuil, coll. « Les (...)
  • 2 Qui à défaut d'en avoir beaucoup, sont nombreux, soulignait l'humoriste Alphonse Allais.
  • 3 « Joyeux Noël (sous conditions de ressources) », 22 décembre 2015 : http://uneheuredepeine.blogspot (...)

1Le titre – et la couverture or et argent – interpellent : l’argent n’est-il pas chez les riches ? Alors que les inégalités de richesse explosent et que cette thématique suscite un intérêt scientifique renouvelé, nombre de publications se concentrent sur le capital économique des riches1. En allant chercher l’argent chez les pauvres2, Denis Colombi renverse la perspective. L’ouvrage recensé se lit comme une synthèse riche et informée sur la pauvreté et un plaidoyer pour l’analyse sociologique des problèmes publics (p. 309). Il prolonge le blog de l’auteur, qui, depuis 2006, y éclaire l’actualité économique et sociale au prisme de la recherche en sociologie. Certains développements du livre sont d’ailleurs empruntés à ce blog3. De ce fait, Où va l’argent des pauvres s’adresse davantage au grand public qu’aux universitaires, même si celleux-ci trouveront leur compte dans l’impressionnante littérature scientifique qui s’y trouve mobilisée.

  • 4 Simmel Georg, Les Pauvres, Paris, Presses Universitaires de France, coll. « Quadrige », 2007 [1908]

2L’introduction et le premier chapitre de l’ouvrage invitent à s’interroger sur les conceptions ordinaires de la pauvreté. À partir de situations concrètes de la vie quotidienne, l’auteur amène son lecteur ou sa lectrice à se rendre à l’évidence : « l’argent des pauvres fait partie de ces sujets sur lesquels on commence à proposer des solutions avant de connaître les problèmes » (p. 12). Non sans ironie, il remarque que les débats sur l’argent et la pauvreté servent moins un but de connaissance qu’ils ne remplissent une fonction identitaire, celle de l’expression de préférences ou d’un positionnement politique : contre l’argent et « du côté » des pauvres pour celleux qui s’identifient à la gauche ; pour l’argent, contre la victimisation des pauvres pour celleux qui se situent à droite (p. 14). Plus largement, cette relation entre le pauvre et la société est essentielle dans la démonstration de Denis Colombi. En effet, il s’appuie sur une définition de la pauvreté inspirée par Georg Simmel4 : le pauvre vit dans un certain dénuement mais aussi, et surtout, il se caractérise par une situation particulière dans l’échelle sociale, celle où il est susceptible de faire l’objet de mesures d’assistance. Ce cadre d’analyse relationnel permet de comprendre, par exemple, pourquoi le pauvre n’est pas libre de disposer de l’aide reçue comme il l’entend sans s’exposer à un jugement moral. En effet, cet argent ne lui appartient jamais pleinement, il constitue une dette envers la société qui, de ce fait, entend définir quel est son bon usage. Notons que l’approche relationnelle de l’auteur le conduit à associer sous le même terme de « pauvres » des situations très diverses (selon la condition, par exemple des ménages de classes populaires et des Sans Domicile Fixe, ou selon le contexte, par exemple entre la France, les États-Unis ou l’Inde), un choix heuristique mais parfois déroutant. En outre, l’identification de l’auteur et de son lectorat au sein d’un même « nous » de classe moyenne ou supérieure dont il s’agit de déconstruire les préjugés, et son opposition à l’altérité du « eux » (les pauvres) interroge parfois : le livre ne risque-t-il pas de tomber dans un des travers qu’il dénonce, celui de traiter les pauvres en objet (de politiques publiques, de discussions, de connaissance...), et non en sujet (p. 225) ?

  • 5 Wright Mills Charles, L'imagination sociologique, Paris, La Découverte, coll. « Sciences humaines e (...)

3Le premier chapitre, particulièrement original et stimulant, s’attache à déconstruire un certain nombre de raccourcis de pensée. Le premier est la distinction entre « bon » (mérité) et « mauvais argent » (indu). L’issue du jugement repose moins sur la manière dont l’argent est gagné, dépensé, et dans quelles proportions, que des caractéristiques sociales de la personne qui le possède. C’est parce que les footballeurs sont majoritairement issus des classes populaires, peu diplômés, racisés etc. que leur patrimoine fait la couverture des tabloïds, qui s’intéressent en revanche beaucoup moins à celui des financiers ou des héritiers. Ainsi, « le parfum de scandale attaché à l’argent ne s’enflamme jamais aussi vite que lorsqu’il rencontre l’étiquette du “mauvais” pauvre » (p. 66). Le second préjugé démonté par l’auteur renvoie à la distinction entre « bons » et « mauvais » pauvres. La compassion, argumente l’auteur, est bien souvent limitée au « bon » pauvre : plutôt discret pour la droite, plutôt engagé pour la gauche, mais en aucun cas oisif, il doit être authentique et donc suffisamment miséreux, faire des efforts et accepter sa position dans la société. Denis Colombi invite à « se débarrasser de tout regard moral ou moralisateur sur la pauvreté : ne voir en elle ni honte, ni grandeur, ni noblesse, ni infamie » (p. 39). Ainsi, les faits sociaux parfois corrélés ou souvent associés à la pauvreté (misogynie, racisme, conservatisme, usage de drogues...) ne doivent pas être passés sous silence mais « pris en compte, compris et expliqués, notamment dans le rapport qu’ils entretiennent avec la pauvreté – en sont-ils le produit ou sont-ils indépendants de celle-ci ? » (p. 39). Et c’est bien là l’ambition de l’ouvrage : se placer sur le plan de la connaissance et non celui du jugement de valeur, faire preuve d’« imagination sociologique »5 c’est-à-dire faire le lien entre épreuves individuelles et enjeux collectifs.

  • 6 Desmond Matthew, Avis d'expulsion. Enquête sur l'exploitation de la pauvreté urbaine, Montréal, Lux (...)
  • 7 Perrin-Heredia Ana, « Faire les comptes : normes comptables, normes sociales », Genèses, vol. 84, n (...)

4Les chapitres deux et trois restituent la rationalité de l’éthique économique des pauvres. Leurs pratiques sont souvent – bien qu’implicitement – jugées à l’aune de celles des classes moyennes et supérieures (valorisation de l’épargne, de la régularité, de la prévoyance…), alors que la gestion de l’argent ne peut suivre les mêmes principes selon la quantité dans laquelle il est disponible, notamment entre situation d’abondance et situation de manque. Les travaux de Matthew Desmond aux États-Unis ou d’Ana Perrin-Heredia en France montrent que sur des revenus très bas, se priver pour constituer une épargne exige un effort considérable, alors même que les économies accumulées ne permettront jamais de sortir de la pauvreté6. En ce qui concerne la consommation, certaines dépenses en apparence « folles » s’avèrent parfaitement rationnelles. Ainsi, acheter un smartphone n’a rien de somptuaire, tant le téléphone est devenu nécessaire à l’intégration sociale. Ou encore : emmener les enfants au fast food ou leur acheter des habits de marque constitue un moyen relativement économique de leur faire plaisir et ainsi de se conformer aux normes de la bonne parentalité. Enfin, l’attention est portée sur le travail et la production. Gérer l’argent en situation de pénurie représente un véritable travail (moneywork). Tenir les comptes, résister aux tentations, provisionner pour l’avenir, différer certaines dépenses pour pouvoir en régler d’autres – comme cette mère de famille citée par Ana Perrin-Heredia qui, pour acheter des cadeaux de Noël des enfants, paye son loyer de décembre en janvier7 – demande à la fois du temps et du savoir-faire. En somme, loin d’être exclus de l’économie, les pauvres y occupent une place essentielle en tant que consommateurs et producteurs. Mais cette place est défavorisée, parce qu’ils payent plus cher que d’autres l’accès aux biens et aux services (songeons aux tarifs bancaires) et parce que leur travail est moins rémunéré, quand il n’est pas gratuit (chapitre cinq).

  • 8 Sur ce point, voir Siblot Yasmine, Cartier Marie, Isablle Coutant Isabelle, Masclet Olivier, Renahy (...)
  • 9 Sur ce débat, voir Lazarus Jeanne, « Les pauvres et la consommation », Vingtième Siècle. Revue d’hi (...)

5En restituant la rationalité des pratiques économiques, l’auteur cherche à montrer qu’elles ne sont pas la cause de la pauvreté mais sa conséquence. Il résume cette thèse dans un aphorisme : « la pauvreté, c’est la pauvreté » (p. 189 et quatrième chapitre). Cela explique que l’ouvrage prenne l’argent plutôt que les facteurs explicatifs traditionnels de la pauvreté (chômage, absence de diplôme, « culture » de la pauvreté…) pour fil directeur (p. 19). Notons que la discussion des termes aurait pu être prolongée : pourquoi avoir crûment retenu celui de « pauvres » plutôt que celui de « classes populaires » par exemple ?8 En mettant l’accent sur la dimension matérielle des inégalités plutôt que sur le capital culturel, cet ouvrage participe au retour du capital économique à l’agenda scientifique9. Il amène aussi à une conclusion politique : « Pour réduire la pauvreté, il faut donner de l’argent aux pauvres » (p. 309 et sixième chapitre).

Top of page

Notes

1 Par exemple : Saez Emmanuel, Zucman Gabriel, Le Triomphe de l'injustice, Paris, Seuil, coll. « Les livres du nouveau monde », 2020 ou Herlin-Giret Camille, Rester riche. Enquête sur les gestionnaires de fortune et leurs clients », Lormont, Le Bord de l'eau, coll. « Documents », 2019, compte rendu de Patrick Cotelette pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/35619.

2 Qui à défaut d'en avoir beaucoup, sont nombreux, soulignait l'humoriste Alphonse Allais.

3 « Joyeux Noël (sous conditions de ressources) », 22 décembre 2015 : http://uneheuredepeine.blogspot.com/2015/12/joyeux-noel-sous-condition-de-ressources.html.

4 Simmel Georg, Les Pauvres, Paris, Presses Universitaires de France, coll. « Quadrige », 2007 [1908].

5 Wright Mills Charles, L'imagination sociologique, Paris, La Découverte, coll. « Sciences humaines et sociales », 2006 [1959].

6 Desmond Matthew, Avis d'expulsion. Enquête sur l'exploitation de la pauvreté urbaine, Montréal, Lux Québec, coll. « Futur proche », 2019 ; Perrin-Heredia Ana, « Le “choix” en économie. Le cas des consommateurs pauvres », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 199, n° 4, 2013, p. 46-67.

7 Perrin-Heredia Ana, « Faire les comptes : normes comptables, normes sociales », Genèses, vol. 84, n° 3, 2011, p. 69-92.

8 Sur ce point, voir Siblot Yasmine, Cartier Marie, Isablle Coutant Isabelle, Masclet Olivier, Renahy Nicolas, Sociologie des classes populaires contemporaines, Paris, Armand Colin, coll. « U Sociologie », 2015. Compte rendu de Samuel Coavoux pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/17467.

9 Sur ce débat, voir Lazarus Jeanne, « Les pauvres et la consommation », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, vol. 91, n° 3, 2006, p. 137-152.

Top of page

References

Electronic reference

Marion Clerc, « Denis Colombi, Où va l’argent des pauvres », Lectures [Online], Reviews, 2020, Online since 27 May 2020, connection on 15 August 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/41256

Top of page

Copyright

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Top of page