Navigation – Plan du site

Hommage à Jean-Claude Chamboredon

Gaspard Sénéchal pour l’équipe de Lectures le 7 avril 2020
  • 1 La plupart des informations utilisées ici sont issues de la préface et de l’introduction au recueil (...)

Jean-Claude Chamboredon est décédé mardi 30 mars 2020, à l’âge de 81 ans. La revue Lectures rend hommage à ce sociologue de métier, figure importante du renouveau de la sociologie française aux côtés de Pierre Bourdieu mais peu connu du grand public1.

Né dans le Var en 1938, Jean-Claude Chamboredon était littéraire de formation. C’est durant sa scolarité à l’École Normale Supérieure, qu’il intègre en 1959, qu’il se forme à la sociologie (mais également la géographie et l’anthropologie). Invité par Bourdieu à intégrer le Centre de sociologie européenne au milieu des années 1960, il a activement participé avec celui-ci et Jean-Claude Passeron aux réflexions sur l’épistémologie de la sociologie qui ont débouché sur la publication en 1968 du Métier de sociologue.

  • 2 C’est de ces stages que Stéphane Beaud (qui y avait d'abord participé comme étudiant) et Florence W (...)

Très impliqué dans l’enseignement, Jean-Claude Chamboredon a participé à la formation de nombreu·es·s sociologues, d’abord en tant qu’assistant de Bourdieu à Lille au début des années 1960 puis à l’ENS, où il est nommé agrégé-répétiteur en 1968. Là, il a œuvré à la création de l’agrégation de sciences économiques et sociales (1977), à la fondation d’un laboratoire de recherche pluridisciplinaire, le Laboratoire des sciences sociales (aujourd’hui Centre Maurice Halbwachs), et à la création du DEA de sciences sociales (aujourd’hui master Pratique de l’interdisciplinarité), dont les stages d’enquête de terrain, pilier de la formation des étudiant·e·s, ont contribué à la codification et la diffusion de la méthode ethnographique en sociologie2. Jean-Claude Chamboredon a terminé sa carrière au sein du pôle marseillais de l’EHESS où il est nommé directeur d’étude en 1988.

Chercheur éclectique, ses travaux touchaient à des objets divers tels que la littérature, l’enfance et l’adolescence, les mondes ruraux, les grands ensembles. Mais, au-delà de l’apparente diversité des objets, deux fils rouges ressortent. Le premier est l’élaboration d’une « sociologie critique de l’espace », doublement attentive aux dimensions spatiales de la structure sociale et à la manière dont celle-ci s’incarne dans l’espace au travers d’une différenciation des usages sociaux du territoire, le jeu des appartenances territoriales ou encore la production et la circulation d’images sociales ou de stéréotypes figurant les groupes et les lieux. Issus de recherches collectives, comme celles sur la chasse au début des années 1980 ou celles sur les images de la Provence dans les guides touristiques, les articles de ce programme sont rassemblés dans l’ouvrage Territoires, culture et classes sociales, édité par Florence Weber et Gilles Laferté et paru en octobre 2019 aux Éditions de la Rue d’Ulm. Le second fil est une « sociologie critique de la jeunesse », attentive aux logiques de différenciation des âges de la vie, aux définitions sociales de la jeunesse en lien avec les institutions qui l’encadrent (notamment l’école, mais aussi les institutions de contrôle social) et aux rapports de classes. Les articles, abordant des objets divers, de la scolarisation en maternelle à la délinquance juvénile, ont été rassemblés et présentés par Paul Pasquali dans le recueil Jeunesse et classes sociales paru en 2015 aux Éditions de la Rue d’Ulm3. Enfin, il faut ajouter un troisième axe de recherche, parfois un peu oublié mais néanmoins important dans la carrière de Chamboredon : la construction d’une « iconologie sociale », à la croisée d’une sociologie de l’art et de la littérature et d’une sociologie de la culture. Elle associe l’étude des conditions sociales de la production symbolique, attentive aux différentes dimensions de la position du producteur (dans une trajectoire sociale, dans les champs esthétique et politique, sur des marchés économiques…) d’une part, et, d’autre part, l’étude de la circulation, de la réception des images sociales et des motifs iconographiques ainsi que des usages sociaux et politiques qui en sont fait4.

  • 5 Voir par exemple : Chamboredon Jean-Claude, Présentation de : Bernstein Basil, Langage et classes s (...)

Au travers la rédaction de nombreux comptes rendus ou la réalisation de traductions, Jean-Claude Chamboredon a contribué à la fois au dialogue interdisciplinaire – avec des historiens comme Maurice Agulhon ou Philippe Ariès, des géographes comme Marcel Roncayolo, des ethnologues comme Marcel Maget5 – et à l’introduction d’auteurs étrangers tels que Raymond Williams, Edward P. Thompson ou encore Basil Bernstein, aujourd’hui classiques.

« Passeur », « entraîneur » de l’avis de ceux qui l’ont côtoyé, Jean-Claude Chamboredon était autant attaché à la construction collective des savoirs scientifiques qu’à leur transmission. Un goût et un souci pour le dialogue interdisciplinaire et la diffusion des connaissances dans lequel Lectures se retrouve pleinement.

Voici quelques ressources disponibles en lignes :

Le téléchargement des ouvrages de Chamboredon est en accès libre sur le site de l’ENS jusqu’au 29 avril : https://www.ens.psl.eu/actualites/hommage-jean-claude-chamboredon.

Une présentation du travail de Chamboredon et Madeleine Lemaire sur les grands ensembles par Chloé Leprince sur le site de France Culture : https://www.franceculture.fr/sociologie/sociologie-Chamboredon-mort.

Le téléchargement du chapitre de Paul Pasquali sur la réalisation de cette enquête, issu de l’ouvrage Laboratoire des sciences sociales dirigé par Gilles Laferté, Paul Pasquali et Nicolas Renahy et paru en 2018, est en accès libre sur le site de Raisons d’agir : http://www.raisonsdagir-editions.org/catalogue/le-laboratoire-des-sciences-sociales/.

Le film de la journée d’étude « Jean-Claude Chamboredon, apports et actualité d’un regard sociologique » co-organisée par Paul Pasquali dans le cadre des réseaux thématiques 4 (« Sociologie de l’éducation et de la formation ») et 5 (« Classes, inégalités et fragmentations ») de l’Association française de sociologie, le 29 novembre 2016 à Amiens : https://extra.u-picardie.fr/apiu-webtv/watch_video.php?v=3WSASWH16R4U.

L’hommage de Florence Weber, qui fut élève et amie de Jean-Claude Chamboredon, sur le site de The Conversation : https://theconversation.com/sociologie-hommage-a-jean-claude-chamboredon-136098.

L’hommage de Stéphane Beaud, qui a fait sa thèse sous la direction Chamboredon, sur le site de Libération : https://www.liberation.fr/debats/2020/04/05/jean-claude-chamboredon-troisieme-auteur-du-metier-de-sociologue_1784263.

L’hommage de Jean-Louis Fabiani, qui fut élève de Chamboredon, sur le site d’AOC : https://aoc.media/critique/2020/04/01/jean-claude-chamboredon-grand-sociologue-de-metier/.

L’hommage de Pierre-Paul Zalio, qui a fait sa thèse sous la direction de Chamboredon, sur le site du Monde : https://www.lemonde.fr/disparitions/article/2020/04/03/le-sociologue-jean-claude-chamboredon-est-mort_6035468_3382.html.

L’hommage de Michel Pinçon et Monique Pinçon Charlot, le premier ayant été élève de Chamboredon à Lille, la seconde l’ayant côtoyé dans le cadre de son activité syndicale : https://www.humanite.fr/deces-notre-hommage-jean-claude-chamboredon-687257.

L’hommage de Christophe Prochasson, François Héran, Jean-Louis Fabiani et Jacques Revel pour l’EHESS : https://www.ehess.fr/fr/hommage/hommage-jean-claude-chamboredon.

L’hommage d’Emmanuel Pedler, Jean Boutier, Francesca Sirna et Philippe Gaboriau pour le Centre Norbert Élias : https://centrenorbertelias.cnrs.fr/chamboredon/.

Notes

1 La plupart des informations utilisées ici sont issues de la préface et de l’introduction au recueil Jeunesse et classes sociales rédigées respectivement par Florence Weber, qui fut élève de Jean-Claude Chamboredon à l’ENS, et Paul Pasquali, qui a entamé depuis plusieurs années un travail d’histoire des sciences sociales, ainsi que de l’introduction à Territoires, culture et classes sociales, rédigée par Florence Weber et Gilles Laferté, qui fut élève de celle-ci, et qui a également entrepris un travail d’histoire des sciences sociales.

2 C’est de ces stages que Stéphane Beaud (qui y avait d'abord participé comme étudiant) et Florence Weber (qui l'avait encadré dès 1983) ont tiré la matière empirique pour la rédaction de leur Guide de l’enquête de terrain, paru en 1997 à La Découverte et régulièrement réédité depuis.

3 Note critique de Gérard Mauger pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/17278.

4 Bien que l’art et la littérature ont constitué un domaine très important tout au long de sa carrière et, au-delà, de sa trajectoire, les contributions de Jean-Claude Chamboredon sur le sujet n’ont pas fait l’objet d’une entreprise éditoriale similaire à celles sur la jeunesse et le territoire. Les lecteur·ice·s intéressé·e·s pourront se reporter à la première et la cinquième partie du recueil Territoires, culture et classes sociales (« Les deux manières de Jean-François Millet » et « Pour une iconographie sociale ») ainsi qu’au dossier de la Revue française de sociologie « Sociologie de l’art et de la littérature » coordonné par Chamboredon et Pierre-Michel Menger (Chamboredon Jean-Claude, Menger Pierre-Michel (dir.), « Sociologie de l’art et de la littérature », Revue française de sociologie, vol. 27, n°3, 1986, disponible en ligne à l’adresse : https://www.persee.fr/issue/rfsoc_0035-2969_1986_num_27_3.). Merci à Paul Pasquali pour ses informations sur le sujet.

5 Voir par exemple : Chamboredon Jean-Claude, Présentation de : Bernstein Basil, Langage et classes sociales. Codes sociolinguistiques et contrôle social, Paris, Minuit, 1975 ; Chamboredon Jean-Claude, Présentation de : Thompson Edward P., « Modes de domination et révolutions en Angleterre », Actes de la recherche en sciences sociales, n°2-3, 1976, p. 133-135 ; Chamboredon Jean-Claude, « Compte rendu de : Maurice Agulhon et Maryvonne Bodiguel, Les Associations au village, Le Paradou, Actes Sud, 1981 », Annales ESC, n° 1, p. 52-58 ; Chamboredon Jean-Claude, « Marcel Maget et l’ethnographie des sociétés paysannes », Cahiers d’économie et de sociologie rurales, n° 11, 1989, p. 47-56.

Haut de page