Navigation – Plan du site

Christian de Montlibert, Résistances au néolibéralisme

Philippe Fritsch
Résistances au néolibéralisme
Christian de Montlibert, Résistances au néolibéralisme, Vulaines sur Seine, Editions du Croquant, coll. « Dynamiques socio-économiques », 2019, 342 p., ISBN : 978-2-36512-206-1.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Bourdieu Pierre, Méditations pascaliennes, Paris, Seuil, 1997, p. 206.

1Comment se fait-il que le néolibéralisme progresse et s’étende malgré les mouvements sociaux qui tentent de s’y opposer et dénoncent ses effets en termes de déstructuration, délocalisation industrielle, fermeture de sites de production et chômage de masse ? Tel est le problème posé dès l’introduction en quelques pages alertes, vigoureuses, historiquement et économiquement documentées. S’inscrivant dans la lignée d’une « théorie dispositionnelle des pratiques »1, l’étude de Christian de Montlibert relève d’une sociologie qui s’intéresse aux conditions de possibilité de l’action collective et cherche à identifier ce qui y fait obstacle ou en réduit l’efficacité. Pour comprendre comment se forment (ou non) les dispositions à agir collectivement (ou non), l’ouvrage ne néglige ni l’histoire industrielle, ni l’histoire politique, ni celle des populations concernées, ni celle des idées, ni surtout les enquêtes de terrain.

2Sa thèse part du fait que le néolibéralisme promeut une société d’individus mus avant tout par l’intérêt économique et poursuit son entreprise de démantèlement systématique d’institutions pourtant difficilement créées pour tempérer les effets du capitalisme. Selon lui, la déréglementation à l’œuvre en France comme dans les autres pays d’Europe tend en effet à en finir avec les mesures de protection sociale qui, dès la fin du dix-neuvième siècle, avaient résulté des luttes ouvrières relayées par le mouvement syndical et des actions politiques qu’inspirait une conception sociale de l’État.

  • 2 De ceux qu’ont connus le textile vosgien et la sidérurgie lorraine au cours des années soixante et (...)
  • 3 Notamment de données d’enquêtes engagées avec le concours d’étudiants dont il dirigeait les travaux (...)

3L’auteur retrace alors plusieurs combats2 menés pour contrer l’impact des « mesures de libéralisation » sur la classe ouvrière, voire plus largement les salariés et l’ensemble de la population. Reprenant, réinterrogeant et reformulant des analyses issues de travaux préalables3, l’ouvrage n’en est pas moins original, et sa portée réactualisée. Ordonné en trois parties, ce retour réflexif de Christian de Montlibert sur ses recherches aborde successivement les résistances spécifiques à trois processus apparentés à l’extension relativement récente du néolibéralisme : la désindustrialisation, la financiarisation du monde social, et la prise en main managériale de secteurs qui en étaient jusqu’alors relativement préservés.

  • 4 L’expression est de Pierre Bourdieu – auquel l’auteur se réfère et qu’il cite à ce propos. Voir Bou (...)

4Pour Christian de Montlibert, l’histoire industrielle de la vallée du Rabodeau met en évidence le déclin de l’industrie textile autrefois prospère et celui d’une population ouvrière qui perd de son importance et de sa cohésion. Elle montre les effets d’un changement radical de mode de gestion du personnel, allant de pair avec les fermetures d’usine, les licenciements et le chômage de masse. Les tentatives syndicales pour engager collectivement le combat contre cette destruction programmée n’y ont guère eu de prise sur une population désorientée, mais encore attachée aux anciens patrons et majoritairement peu disposée à estimer légitime l’action syndicale. Quant à l’histoire de la sidérurgie lorraine, elle est selon l’auteur d’abord celle de la dépendance économique, culturelle et sociale, d’une population ouvrière malmenée dès les années 1960 par une politique étatique subordonnée à celle de la communauté économique européenne, qui sacrifie la sidérurgie lorraine au profit de sites plus rentables pour des firmes multinationales. Mais c’est aussi l’histoire de la révolte parfois violente contre les licenciements, les suppressions massives d’emplois, l’extinction des hauts fourneaux et la fermeture des usines. Et, simultanément, cette histoire est celle d’une défense identitaire de l’honneur d’une population outragée. Présentés comme exemplaires, ces deux cas permettent à l’auteur d’esquisser une théorie plus générale. D’une part, l’action collective nécessiterait toute une activité de mobilisation des ressources, à la fois organisationnelles, matérielles et symboliques. D’autre part, elle impliquerait de rompre avec les catégories de pensée et d’action dominantes. Or cette rupture est d’autant plus difficile que la population ouvrière semble prisonnière de tout un système de contrôle qui la conduit à intérioriser les schèmes de vision et de division du monde social. S’en défaire supposerait ainsi un « véritable travail de contre-dressage »4.

  • 5 Wacquant Loïc, « Décivilisation et démonisation : la mutation du ghetto noir américain », in Fauré (...)

5Soutenue par les dirigeants politiques, la financiarisation s’étend non seulement dans la production industrielle mais également dans des secteurs jusqu’alors non marchands. Comme le souligne Christian de Montlibert, elle entraîne d’un côté l’exigence d’un retour sur investissement et le profit des actionnaires, de l’autre un accroissement des inégalités et un chômage de masse aux effets de décivilisation5. Outre l’accentuation de la précarité des contrats de travail, le fractionnement du salariat et l’extension de conditions de travail ouvrières à d’autres catégories dans le secteur des services (notamment publics), ce système rendrait ainsi difficile toute contestation d’envergure – d’autant que le pouvoir politique use selon l’auteur de tous les modes de domination pour rendre caduques les acquis sociaux et illégitimes les luttes défensives des salariés et leurs organisations, notamment en jouant les réformistes contre les révolutionnaires. Quoique les conflits dans les entreprises privées et surtout publiques demeurent nombreux, les possibilités de généralisation des revendications se réduiraient alors d’autant que l’emprise du néolibéralisme s’étend quant à elle au niveau même des catégories de perception du monde social, chacun finissant par être tenté de l’accepter tel qu’il est et de s’en accommoder.

6Sous des formes que Christian de Montlibert s’emploie à différencier, les mouvements sociaux comme les grèves et manifestations contre le CPE (1995) ou comme les occupations des universités (2006 et 2009) ont en commun de s’opposer à la managerialisation qui atteint des secteurs jusqu’alors relativement éloignés de la gestion néolibérale. Mais, là encore, mettre en rapport les prises de position (en écrits, en paroles ou en actes) avec les caractéristiques sociales des agents qui les prennent ou s’en abstiennent semblerait essentiel pour comprendre et expliquer sociologiquement leurs réactions contrastées. À cet égard, la soumission de l’enseignement supérieur et de la recherche au marché et à ses contraintes n’est aux yeux de l’auteur possible qu’en raison de l’affinité dispositionnelle entre les agents qui dominent ce champ et ceux qui dominent le champ politique – lui-même acquis au néolibéralisme et au type de management qu’il impose.

  • 6 Olson Mancur, The Logic of Collective Action: Public Goods and the Theory of Groups, Cambridge, Har (...)

7Nourri par les résultats d’enquêtes menées sur divers terrains et mis en perspective à l’échelle nationale comme européenne, cet ouvrage servi par une grande culture sociologique et par la mise en œuvre d’un mode de pensée relationnel montre comment opèrent les stratégies de domination du néolibéralisme et comment les classes sociales dominées tentent d’y résister. Ce faisant, il pointe également les promoteurs de cette domination : non seulement les dirigeants économiques et politiques, mais aussi nombre de journalistes et d’intellectuels qui légitiment cette domination dont eux-mêmes bénéficient. Toutefois, sur ce dernier point, pousser l’analyse de l’emprise du néolibéralisme sur les pratiques journalistiques et scientifiques aurait sans doute été plus pertinent que de citer une liste d’intellectuels plus ou moins médiatiques. Aussi, on peut regretter que l’auteur n’ait pas situé explicitement son approche de l’action collective par rapport à d’autres qui ne recourent pas nécessairement à l’hypostasie d’un groupe sujet (actionnalisme) ou à l’arithmétique improbable de choix individuels rationnels6. Ceci étant, il n’en demeure pas moins que l’analyse, précise et rigoureuse, éclaire singulièrement l’actualité et permet de mieux la comprendre.

Haut de page

Notes

1 Bourdieu Pierre, Méditations pascaliennes, Paris, Seuil, 1997, p. 206.

2 De ceux qu’ont connus le textile vosgien et la sidérurgie lorraine au cours des années soixante et soixante-dix jusqu’à d’autres plus récents comme l’occupation des universités en 2006 et 2009, en passant par des mobilisations collectives comme celle de décembre 1995.

3 Notamment de données d’enquêtes engagées avec le concours d’étudiants dont il dirigeait les travaux et dont les noms sont dûment mentionnés.

4 L’expression est de Pierre Bourdieu – auquel l’auteur se réfère et qu’il cite à ce propos. Voir Bourdieu Pierre, Méditations pascaliennes, op. cit., p. 248.

5 Wacquant Loïc, « Décivilisation et démonisation : la mutation du ghetto noir américain », in Fauré Christine, et Bishop Tom (dir.), L’Amérique des Français, Paris, Édition François Bourin, 1992, p. 103-125.

6 Olson Mancur, The Logic of Collective Action: Public Goods and the Theory of Groups, Cambridge, Harvard University Press, 1965.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Fritsch, « Christian de Montlibert, Résistances au néolibéralisme », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2020, mis en ligne le 28 mai 2020, consulté le 04 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/41294

Haut de page

Rédacteur

Philippe Fritsch

Professeur des universités (à la retraite). Après avoir été chercheur à l’Institut national pour la formation des adultes (Nancy), il a enseigné la sociologie à l’université Lyon 2 et dirigé une équipe de recherche associée au CNRS (CRESAL, Saint-Étienne). Outre ses travaux sur la formation permanente, ses recherches ont porté sur les questions environnementales et sur la profession de vétérinaire.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page