Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020Alain Eraly, Une démocratie sans ...

Alain Eraly, Une démocratie sans autorité ?

Olivier Lemieux
Une démocratie sans autorité ?
Alain Eraly, Une démocratie sans autorité ?, Toulouse, Erès, coll. « Sociologie clinique », 2019, 248 p., ISBN : 978-2-7492-6446-2.
Haut de page

Texte intégral

1Professeur à l’université libre de Bruxelles en sociologie, communication et gestion, Alain Eraly est membre de l’Académie royale des sciences, des lettres et des beaux-arts de Belgique. Dans cet ouvrage, il prend pour point de départ ce qui lui apparaît comme une « crise de l’autorité », soit une crise qui affecte les fondements de la société moderne, tout autant ses institutions que ses formes de vie. Par autorité, Eraly entend « la légitimité personnelle qu’un agent retire du fait d’occuper une position d’exception, de jouer un rôle spécifique, d’exercer un pouvoir normatif et d’assumer une responsabilité au nom d’une institution » (p. 9). Symbole de la communauté, cet agent d’autorité se veut le personnage autour duquel se réalise l’unité imaginaire du groupe, ainsi que sa mise en récit : « il est celui qui peut légitimement dire Nous et qui, en le disant, le fait advenir » (p. 11). Or d’après l’auteur, si on accepte cette définition, on ne peut réfuter l’ampleur de la crise de l’autorité, une crise à la fois de légitimité et de valeurs « typique de notre modernité démocratique » (p. 8).

  • 1 Les chapitres se présentent de la façon suivante : 1) le reflux de la transcendance ; 2) la crise d (...)

2Aux yeux d’Eraly, la crise de l’autorité « prend les traits d’une défiance endémique à l’encontre de tous les pouvoirs institués » (p. 7-8). Plus précisément, elle serait causée par un déséquilibre entre les responsabilités grandissantes incombant aux agents d’autorité et leur réel pouvoir d’action, toujours plus fragmenté, divisé et revendiqué par des tiers. Ainsi, cette crise d’autorité se manifesterait de façon évidente à travers toutes les figures en position de pouvoir : dirigeants politiques, dirigeants d’entreprise, hauts fonctionnaires, militaires, policiers, scientifiques, experts, intellectuels, enseignants, parents… Pour expliquer ce phénomène, Eraly suggère que ces figures sont victimes d’un travail de délégitimation notamment attribuable à l’héritage d’une tradition culturelle assimilant « toute résistance à l’autorité à une lutte contre l’oppression » (p. 13). Et c’est à investiguer ces pistes d’explication qu’il se livre à travers les quelques 250 pages de son ouvrage divisé en huit chapitres1.

3Partant du constat que « toute autorité suppose d’incarner une figure du collectif et d’exercer un pouvoir en son nom » (p. 23), Eraly s’intéresse d’abord au reflux de la transcendance dans la société moderne, un reflux lié au fait que – dans l’esprit du temps – la liberté appartient à l’individu, et la contrainte au collectif. Ainsi, toute référence à une appartenance, institution, loyauté, tradition, rituel, hiérarchie ou devoir refléterait une forme d’aliénation à laquelle les hommes sont aujourd’hui très peu enclins. En fait, pour lui, l’origine de ce reflux se situerait dans la perte d’un imaginaire social ancré dans les institutions. Or, s’il revient normalement à l’agent d’autorité de réactiver cet imaginaire pour assurer l’unité du groupe, il y parviendrait très difficilement à l’heure actuelle étant donné « la mise en spectacle des fractures » (p. 48), « l’accélération de nos sociétés » (p. 51), la crise des valeurs provoquée par les principes normatifs de la liberté et de la tolérance, la sortie des élites économiques du cadre national, ainsi que le morcellement de l’espace public provoqué par les technologies de la communication. Autrement dit, ces différents phénomènes auraient fini « par mettre à mal l’idée même d’une communauté politique d’appartenance » (p. 48).

4Alors que l’imaginaire social se désagrège, un autre imaginaire tendrait selon l’auteur à s’y substituer : celui de l’autodétermination. Cet imaginaire, qui porte en lui la métaphore de l’horizontalité des rapports sociaux et hiérarchiques que l’on observe tout autant dans l’espace public qu’en entreprise ou dans les milieux scolaire et familial, aurait gagné la société moderne. Et tandis qu’« on se fût attendu à ce que ce recul de l’autorité et de la hiérarchie ouvre de larges avenues à l’émancipation, c’est pourtant un sentiment paradoxal d’impuissance qui nous tenaille : l’impression d’avoir perdu toute espèce de prise sur notre destinée commune » (p. 166). Selon Eraly, ce phénomène s’expliquerait par le « remplacement de l’autorité par la domination impersonnelle » (p. 166).

5Pour lui, croire que le reflux d’autorité permet l’accroissement des libertés constitue une erreur de raisonnement. Cette erreur, qui procède d’une structure mentale nous portant à concevoir la vie sociale au travers d’une spatialité opposant la verticalité du pouvoir et l’horizontalité des échanges, nous amène à confondre autorité et domination, lesquelles sont fondamentalement différentes : « alors que l’autorité est une incarnation du collectif, qu’elle suppose une position reconnue et l’exercice d’un rôle, d’un pouvoir normatif et d’une responsabilité au nom de ce collectif, la domination désigne quant à elle la reproduction d’asymétries dans les réseaux d’interdépendance en l’absence de toute espèce d’incarnation et de consentement » (p. 169). Loin de conforter l’autorité, Eraly estime que la domination impersonnelle tend massivement à s’y substituer. Et par impersonnelle, il entend que cette domination « n’est ni conçue ni vécue comme une volonté qui s’impose à d’autres volontés » (p. 174). Ainsi, elle serait d’autant plus pernicieuse qu’elle entraînerait les dominés à participer activement – et souvent consciemment – à leur propre domination.

6De plus, le reflux de la transcendance, l’extension des logiques d’autodétermination et la domination impersonnelle ont bien évidemment des conséquences sur la vie politique et la citoyenneté. Alors que l’imaginaire collectif tend à disparaître, la relation qu’entretient le citoyen avec l’État se modifie : la citoyenneté sociale, qui privilégie un rapport marchand vis-à-vis de l’État, prend le pas sur la citoyenneté politique qui privilégiait une posture tournée vers le bien public. Ainsi, nous assistons à « l’inflation des attentes frustrées » (p. 77), mais également à la « dépolitisation corrélative des citoyens – de leur réduction à de simples consommateurs plus ou moins ignorants » (p. 215). Et la situation serait d’autant plus alarmante qu’elle apparaît dans un contexte où les citoyens sont plus que jamais appelés à participer à la prise de décision politique par l’entremise de différents dispositifs consultatifs et décisionnels, ceci en dépit même de la rareté de plus en plus marquée d’une information indépendante, plurielle et fiable, permettant une prise de décision éclairée.

7Dans cette perspective, rarement l’autorité aura tant manqué. En permettant de cadrer, recadrer et fixer des limites – comprises comme des contraintes, mais également comme des conditions offrant des possibilités – l’autorité est le pouvoir d’imposition qui soumet la citoyenneté au bien public et assure l’intégrité et la convergence des formes de vie dans l’intérêt de la communauté. C’est pourquoi, affirme Eraly, « l’enjeu n’est pas d’apprendre à vivre sans autorité, mais d’engendrer des formes d’autorité plus respectueuses des valeurs de notre temps » (p. 22). Malheureusement, l’auteur ne se risque pas vraiment à illustrer ou expliquer quelles pourraient être ces « formes d’autorité plus respectueuses des valeurs de notre temps » (p. 22). Il s’agit là sans doute de la plus grande faiblesse de l’ouvrage, laquelle n’en est pas tout à fait une, mais laisse tout de même le lecteur sur son appétit.

  • 2 Comme par exemple Alain Eraly, Autorité et légitimité. Le sens du collectif, Toulouse, Érès, 2015 ; (...)

8Plus diagnostique que prescriptif, l’ouvrage d’Eraly offre un excellent tour d’horizon des maux de la société moderne. Fin observateur, il insère très habilement, dès les premières pages, des références théoriques principalement issues du champ de la pensée politique et des illustrations expérientielles surtout tirées de l’actualité politique européenne. Ne s’adressant toutefois pas forcément aux experts de ce champ théorique ou de l’actualité politique européenne, cet ouvrage est tout à fait accessible à un lecteur initié et relativement bien informé, ce qui s’avère sans contredit une très grande force. Par ailleurs, à cette accessibilité s’ajoute la richesse des références, la clarté des explications, ainsi que la nuance du propos. Et finalement, la satisfaction que procure la lecture de cet ouvrage donne même envie d’investiguer le reste de l’œuvre d’Eraly2.

Haut de page

Notes

1 Les chapitres se présentent de la façon suivante : 1) le reflux de la transcendance ; 2) la crise du collectif ; 3) les paradoxes de l’autodétermination ; 4) l’autonomie comme dépendance ; 5) le déclin des figures du savoir ; 6) l’essor de la vérité subjective ; 7) du capital aux algorithmes : quand la domination remplace l’autorité ; 8) abolir l’autorité : quelques voies sans issues.

2 Comme par exemple Alain Eraly, Autorité et légitimité. Le sens du collectif, Toulouse, Érès, 2015 ; compte rendu de Nicolas Simon pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/20229.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Lemieux, « Alain Eraly, Une démocratie sans autorité ? », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 29 mai 2020, consulté le 28 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/41307 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.41307

Haut de page

Rédacteur

Olivier Lemieux

Professeur en administration scolaire à l’université du Québec à Rimouski.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search