Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020César Rendueles, Joan Subirats, L...

César Rendueles, Joan Subirats, La cité en communs

Aurélie Landon
La cité en communs
César Rendueles, Joan Subirats, La cité en communs. Des biens communs au municipalisme, Caen, C&F Editions, coll. « Interventions », 2019, 140 p., traduit de l'espagnol par Alain Ambrosi, ISBN : 9782915825961.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le Crosnier Hervé, « Une bonne nouvelle pour la théorie des biens communs », Vacarme, n° 3, 2011, p (...)

1L’ouvrage restitue une conversation entre deux chercheurs, César Rendueles et Joan Subirats, qui vise à questionner les perspectives politiques qu’ouvre l’engouement récent autour des communs. Dans la société civile, on ne compte plus les initiatives qui y font référence. Il en va de même dans la sphère académique, où de nombreuses disciplines s’en saisissent. Ainsi le concept de communs est-il mobilisé comme un «  outil à penser », selon Hervé Le Crosnier1, pour répondre aux enjeux sociaux et politiques contemporains comme la crise écologique ou l’évolution des régimes de production.

  • 2 Hardin Garrett, « The Tragedy of the Commons », Journal of Natural Resources Policy Research, n° 3, (...)
  • 3 Voir notamment : Östrom Elinor, Governing the commons. The evolution of institutions for collective (...)

2Les débats sur les communs ont émergé dans les années 1970 à l’occasion d’une controverse scientifique opposant Elinor Östrom à Garret Hardin. Ce dernier, écologue, publie en 1968 un article qui fait l’objet d’un grand débat : « The Tragedy of the Commons2 ». G. Hardin y cherche à prouver que seule la gestion par la propriété privée ou par la réglementation étatique permettrait la préservation des ressources naturelles. Dans sa réponse3, Elinor Östrom démontre les capacités d’autogestion des populations pour gérer des biens communs et analyse comment se construisent des formes de régulation collective de ces biens, par des processus de négociation, de conflit et d’ajustement. Le prix Nobel d’économie qui récompense les travaux d’Elinor Östrom en 2009 a sans doute contribué à replacer au centre des débats la notion de communs.

3La première partie de l’ouvrage s’ouvre par une discussion sur la définition du concept de communs et ses limites. César Rendueles parle d’un « impressionnisme conceptuel » (p. 12) qui permet au concept d’être assimilé par des projets autant néolibéraux, lorsqu’ils reconduisent une critique de l’État interventionniste, que conservateurs et xénophobes, lorsque promesse est faite d’une amélioration de la vie uniquement pour les membres d’une communauté nationale. La critique anti-institutionnelle, qui accompagne fréquemment la promotion des communs, s’inscrit également pour lui dans la longue lignée des tensions qui parcourent les mouvements politiques de gauche entre libertés individuelles et organisation collective. Or, pour César Rendueles, cette organisation collective, centrale dans la gestion des communs, semble effacée par la promesse de nouveaux droits sans que les devoirs et contraintes liés à cette participation ne soient clairement explicités.

  • 4 Le terme « pro-communs » est une traduction proposée dans l’ouvrage pour le néologisme espagnol « P (...)

4Joan Subirats, quant à lui, propose d’appréhender les communs comme un «  concept parapluie » qui rend possible une logique d’action collective. Dans la lignée de mouvements plus anciens, comme l’anarcho-syndicalisme, le mutualisme ou le coopérativisme, la dynamique pro-communs4 permet de remettre en cause le fonctionnement par délégation («  faire au nom des autres ») pour suggérer une mobilisation et un engagement collectif. L’imprécision du concept permet justement une certaine souplesse dans ses applications.

  • 5 Voir à ce sujet le passionnant reportage concernant la coproduction de la page Wikipédia consacrée (...)

5La deuxième partie de l’ouvrage se concentre sur les controverses contemporaines autour des communs. Elle s’ouvre sur un échange autour de l’échelle d’action du mouvement et du périmètre des communautés concernées. Ici, les deux chercheurs remettent en question le périmètre micro et local de la communauté telle que la conçoit Östrom. Joan Subirats indique qu’il limite la portée de l’action collective. Le périmètre est pour lui l’un des enjeux majeurs auxquels se confrontent les mouvements pro-communs. César Rendueles pointe quant à lui un problème intrinsèque à la communauté : le périmètre de la communauté ne fait pas l’objet d’une délibération publique, puisqu’elle est ce qui précède la possibilité de délibération publique. Le risque, ici, est donc de passer d’un projet politique d’envergure à un simple projet de gestion collective dans lequel la gouvernance démocratique n’est plus interrogée. À Subirats qui mobilise Wikipédia comme un cas exemplaire de communs numériques, Rendueles oppose une critique de fond sur les formes de coopération qui s’opèrent entre les contributeurs. La coopération dans Wikipédia est rendue possible par des formes d’accord minimales, qui tendent à reproduire l’ordre établi sans l’interroger : « C’est pourquoi le libre savoir conserve les préjugés de genre ou d’ethnicité qui existent dans nos sociétés : la spontanéité collaborative du numérique est issue et s’adresse à la classe moyenne, masculine et occidentale » (p. 89)5.

6Les deux chercheurs constatent d’ailleurs que le mouvement des communs risque de n’être investi que par une élite intellectuelle disposant d’un fort capital social et culturel. Nous revenons ici au point cher à César Rendueles, qu’il défend tout au long du livre : l’action collective crée des obligations et nécessite des capacités d’engagements à long terme qui ne sont pas forcément possibles pour les catégories les plus populaires. En minimisant ces contraintes, le risque perdure que seules les catégories sociales supérieures aient la possibilité de s’investir dans la durée. C’est le cas dans les comités de parents d’élèves à l’école, par exemple. Pour Joan Subirats, la reconnaissance de formes de démocratie directe comme la coproduction est un moyen de rendre plus accessibles les processus pro-communs. Il cite l’action de la municipalité de Barcelone qui a mis en place des mécanismes de gestion collective des centres sociaux pour coproduire les politiques culturelles et sociales et ainsi intégrer les populations précaires dans ces processus pro-communs.

  • 6 Le nouveau municipalisme est issu du mouvement municipaliste théorisé par Murray, Bookchin qui prôn (...)
  • 7 Joan Subirats est élu commissaire à la culture à la mairie de Barcelone, dirigée par le parti Barce (...)

7La diversité des thématiques abordées rend difficile l’écriture d’une synthèse exhaustive, nous nous arrêterons donc ici après avoir proposé une lecture des principales querelles entre les deux chercheurs. Retenons que César Rendueles soutient une perspective critique des communs, en soulevant les ambivalences du discours pro-communs et en mettant en garde contre les risques d’«  affinités monstrueuses » (p. 12) avec les dynamiques marchandes, prenant pour exemple le récent slogan de la banque d’épargne espagnole Abanca : «  se sentir communs ». Joan Subirats, quant à lui, voit dans l’intérêt pour les communs une possibilité pour repenser l’action collective à un moment de crise économique et politique. Les communs sont un moyen, pour lui, de développer le « nouveau municipalisme6 ». Son rôle d’élu7 explique partiellement ce positionnement tourné vers la production de savoirs destinés à nourrir l’action collective. Il propose en postface de l’ouvrage un bilan de mi-mandat, dans lequel il présente les expérimentations institutionnelles en cours comme la cession de terrains publics à destination de projets d’habitat coopératif ainsi que les réflexions pour réguler les plateformes de l’économie collaborative (Uber, AirBnB, Deliveroo).

  • 8 Lallement Michel, Un désir d’égalité. Vivre et travailler dans des communautés utopiques, Paris, Le (...)
  • 9 Voir à ce sujet la synthèse des recherches de Benjamin Coriat menées pour l’Agence française de dév (...)

8Si le dispositif de l’échange permet de brasser un grand nombre de questions ayant trait aux communs, l’ouvrage aurait gagné à présenter une approche empirique des expérimentations pro-communs conduites notamment en Espagne. Pour aller plus loin, nous conseillerons les travaux de Michel Lallement8, qui cherche à comprendre comment se pratiquent les «  utopies concrètes » de vie communautaire chez les hackers. Les recherches dirigées par Benjamin Coriat9 fournissent également matière à réfléchir sur la mise en pratique d’une dynamique pro-communs, en particulier pour favoriser l’accès aux ressources essentielles dans les pays en développement.

9Enfin, le dialogue, dont on ignore dans quelles conditions il a été conduit et retranscrit, rend parfois les formes argumentatives déroutantes. L’échange oscille entre références théoriques, recherches personnelles évoquées de manière très allusive et exemples empiriques réduits à des anecdotes. Tout ceci concourt cependant à en faire un objet particulièrement intéressant pour une première vision des débats qui traversent le mouvement pro-communs.

Haut de page

Notes

1 Le Crosnier Hervé, « Une bonne nouvelle pour la théorie des biens communs », Vacarme, n° 3, 2011, p. 92‑94.

2 Hardin Garrett, « The Tragedy of the Commons », Journal of Natural Resources Policy Research, n° 3, vol. 1, 2009, p. 243-253.

3 Voir notamment : Östrom Elinor, Governing the commons. The evolution of institutions for collective action, Cambridge, Cambridge University press, 1990 ; Östrom Elinor « Collective Action and the Tragedy of the Commons », in Garrett Hardin and John Baden (dir.), Managing the commons, W. H. Freeman, 1977, p. 173-181.

4 Le terme « pro-communs » est une traduction proposée dans l’ouvrage pour le néologisme espagnol « Procomún ». Il permet de se différencier du terme générique « communs » et de se rapprocher du concept anglais « commoning ».

5 Voir à ce sujet le passionnant reportage concernant la coproduction de la page Wikipédia consacrée au gilets jaunes : WeDoData, Sorel Vincent, « Wikipédia : Sous les claviers, la rage », Revue Dessinée, n° 26, hiver 2019-2020.

6 Le nouveau municipalisme est issu du mouvement municipaliste théorisé par Murray, Bookchin qui prônait le développement d’institutions libertaires, autonomes et locales ainsi que la dissolution des institutions étatiques bourgeoises et soumises au capital. Le « nouveau municipalisme » est un courant plus réformiste qui vise à renforcer le rôle des municipalités sur leur territoire. Pour aller plus loin, voir le dossier de la revue Mouvements consacré à ce sujet : « Vive les communes ! Des ronds-points au municipalisme », Mouvements, vol. 101, n° 1, 2020, p. 7-11.

7 Joan Subirats est élu commissaire à la culture à la mairie de Barcelone, dirigée par le parti Barcelona en Comú (Barcelone en Commun) depuis décembre 2017.

8 Lallement Michel, Un désir d’égalité. Vivre et travailler dans des communautés utopiques, Paris, Le Seuil, 2019 ; Lallement Michel, L’âge du faire. Hacking, travail, anarchie, Paris, Le Seuil, 2015.

9 Voir à ce sujet la synthèse des recherches de Benjamin Coriat menées pour l’Agence française de développement : Coriat Benjamin, « L’État et les communs peuvent-ils se revitaliser mutuellement ? », iD4D, 2016, disponible en ligne : https://ideas4development.org/communs-outil-inclusion/.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurélie Landon, « César Rendueles, Joan Subirats, La cité en communs », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 29 mai 2020, consulté le 05 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/41324 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.41324

Haut de page

Rédacteur

Aurélie Landon

Aurélie Landon est doctorante en études urbaines à l’université Paris 8 au sein du laboratoire UMR CNRS 7218, Lavue. Ses recherches portent sur l’innovation sociale dans la fabrique de la ville. Elle s’intéresse aux évolutions que portent les promoteurs de l’innovation sociale en amont (sur la programmation) et en aval (sur la gestion) des projets architecturaux et urbains.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search