Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020Pierre Charbonnier, Abondance et ...

Pierre Charbonnier, Abondance et liberté. Une histoire environnementale des idées politiques

Nathan Genicot
Abondance et liberté
Pierre Charbonnier, Abondance et liberté. Une histoire environnementale des idées politiques, Paris, La Découverte, 2020, 459 p., ISBN : 9782348046780.

À lire aussi

Haut de page

Texte intégral

1Ayant bénéficié d’une large couverture médiatique, l’ouvrage de Pierre Charbonnier semble appelé à faire date. Son ambition est de relire l’histoire intellectuelle de notre modernité à l’aune des profondes mutations écologiques que nous connaissons. Il se présente ainsi comme une vaste enquête visant à « repérer des problèmes politiques d’un nouveau genre en utilisant l’expérience géologique et écologique dont nous sommes les témoins comme un révélateur, comme la partie visible d’une énigme à reconstituer » (p. 9). Le sous-titre – Histoire environnementale des idées politiques – indique judicieusement l’approche privilégiée par l’auteur. Il ne s’agit pas, en effet, d’une histoire des idées au sujet de l’environnement, telle qu’on peut la lire dans une grande partie des travaux d’écologie politique, et dont l’objet consisterait par exemple à retracer la lente émergence d’une sensibilité écologique. Le projet de Pierre Charbonnier consiste plutôt à étudier la façon dont les relations à la terre et à l’environnement ont été problématisées dans la pensée politique moderne. Ainsi, les auteurs étudiés au fil de l’ouvrage ont été sélectionnés pour l’intérêt de leurs travaux – indépendamment de leur éventuelle appartenance à la tradition écologique. La démarche environnementale de Charbonnier se traduit donc par une attention aux conditions socio-historiques dans lesquelles ces idées politiques voient le jour. Il importe à l’auteur de lier les débats théoriques qui font l’objet de son analyse aux circonstances matérielles qui leur sont contemporaines.

2Quant au titre principal, Abondance et liberté, il désigne la matrice conceptuelle qui structure la thèse de l’ouvrage. L’abondance – c’est-à-dire l’éloignement du manque et l’émancipation des contraintes physiques et matérielles – et la liberté – au sens d’autonomie tant individuelle que collective – forment aux yeux de l’auteur deux idéaux conceptuellement distincts mais historiquement indissociables. L’enquête entend ainsi décrire l’évolution de la relation qui unit ces deux impératifs afin de montrer combien la perspective de prospérité matérielle a constitué l’horizon de la conception moderne de la liberté.

3La majeure partie de l’ouvrage est, comme on peut s’en douter, consacrée aux XIXe et XXe siècles, mais les deux premiers chapitres de son historique (2 et 3) traitent néanmoins de la modernité préindustrielle. L’auteur y étudie en particulier l’élaboration de notions juridiques et de doctrines économiques dont l’influence reste déterminante aujourd’hui. Ainsi, on comprend combien les concepts de propriété et de souveraineté, qui relèvent tous deux d’une rationalité domaniale, ont directement trait à la question de l’usage, de l’occupation et de l’amélioration de la terre. Charbonnier décrit les liens étroits qui unissent les édifices théoriques de penseurs tels que Grotius ou Locke aux préoccupations géopolitiques et coloniales très concrètes auxquelles ceux-ci sont confrontés par ailleurs.

4La pensée économique du XVIIIe siècle prend quant à elle la forme d’une réponse au problème que constitue la construction d’une société juste dans un monde de rareté où différentes communautés sont en concurrence. Elle apparaît comme le moment charnière où se noue l’alliance entre autonomie et abondance. Et Pierre Charbonnier se propose de lire la physiocratie et le libéralisme comme des tentatives de définition du « bon usage de la terre » (p. 91). Pour son histoire environnementale des idées, l’intérêt de la période préindustrielle réside dans le caractère organique de l’économie : les échanges sont grandement dépendants des sols et de leur fertilité, et toute l’organisation technique et industrielle s’y articule. Pour un auteur comme Smith, les ressources naturelles sont en effet limitées et la croissance n’implique que l’accroissement de la productivité du travail, sans considération pour la possibilité d’augmenter le stock de matières premières et d’énergie.

5Sur ce point, la révolution industrielle constitue un tournant majeur car elle marque l’avènement d’un nouveau régime écologique, caractérisé notamment par l’exploitation massive des énergies fossiles et des terres colonisées. L’idée-même du manque, qui se trouvait au cœur du libéralisme économique, semble de fait presque résorbée par le charbon. Or, comme l’explique Jevons, cette situation a ceci de paradoxal qu’elle occulte la nouvelle forme de servitude qui enserre la société industrielle : « l’autonomie politique d’une communauté dépendante du charbon est à la fois plus grande et plus majestueuse que celle d’une communauté engluée dans les limitations organiques anciennes, mais elle se découvre aussi un autre type de plafond, un autre type de dépendance » (p. 150). À cette dépendance aux énergies fossiles, s’ajoute une autre non moins négligeable : l’exploitation coloniale. En effet, l’autonomie mise en avant par le libéralisme politique repose sur un niveau de prospérité atteint en Occident notamment via la captation violente de richesses en dehors de l’Europe. Aux yeux de l’auteur, l’idéologie libérale s’est en définitive trouvée dans l’incapacité de rendre compte des bouleversements engendrés par l’industrie et le système colonial, et incapable également de prendre conscience que la liberté acquise reposait sur un socle matériel découlant de ces évolutions.

  • 1 Il ne s’agit cependant pas, rappelons-le, de faire de ces auteurs des précurseurs de la pensée écol (...)

6Charbonnier formule donc l’hypothèse suivante : le problème écologique qu’a posé l’avènement de la civilisation industrielle ne doit pas se comprendre comme le résultat d’une attitude instrumentale, ni d’une volonté de maîtrise de la nature, mais bien en lien avec la non prise en compte par l’idéologie libérale des déterminations matérielles qui ont rendu possible une telle civilisation. La suite de l’ouvrage (chapitres 5, 6 et 7) porte sur une série d’auteurs (Proudhon, Durkheim, Saint-Simon, Veblen, Polanyi) qui, indépendamment des particularités évidentes qui distinguent leurs travaux respectifs, ont en commun d’avoir formulé des propositions socialistes. Par socialisme, Charbonnier désigne ici toute démarche intégrant dans sa définition de l’autonomie les interdépendances qui unissent la société à ses ressources, ses milieux, ses espaces. Pour l’auteur, la liberté et l’égalité n’impliquent pas un affranchissement pur et simple vis-à-vis des contraintes extérieures, mais se conçoivent « en référence directe à l’organisation industrielle propre à leur temps et aux pathologies qu’elle induit sur le corps collectif et sur sa façon de se rapporter au monde » (p. 164)1. Saint-Simon, pour ne prendre qu’un exemple, voit dans l’industrie le principe d’organisation du social. Pour lui, les innovations techniques ne font pas qu’accroître la quantité de marchandises produites, elles révèlent une normativité immanente au cours des choses, et à laquelle se doit d’être attentif l’ordonnancement politique et économique de la société. Il s’ensuit que l’autonomie ne suppose pas l’indépendance à l’égard des contraintes naturelles, mais bien leur socialisation par le truchement des sciences et des techniques.

7Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, la priorité semble être donnée aux droits de l’homme et à la protection des droits sociaux, au prix d’une éclipse relative de la dimension matérielle de la liberté. L’essor du pétrole, la reconfiguration du commerce mondial et l’usage généralisé d’indicateurs économiques tels que le PIB contribuent à invisibiliser le support matériel du développement et alimentent le sentiment que croissance et ressources énergétiques sont potentiellement illimitées.

8Des courants critiques existent néanmoins et gagnent en importance dans les années 1970 et 1980. Pierre Charbonnier identifie en particulier deux types de discours qui remettent en cause l’alliance entre abondance et liberté. Le premier regroupe des travaux tels que ceux du Club de Rome ou de l’économiste Georgescu-Roegen, qui critiquent l’idéal d’abondance porté par la modernité en mettant en exergue la finitude des ressources et la dépendance des communautés humaines à l’égard des conditions physiques et matérielles. Le deuxième a trait aux risques et étudie deux phénomènes concomitants qui ébranlent le postulat selon lequel les sociétés seraient parvenues à s’émanciper de la nature. D’un côté, les scandales sanitaires et les catastrophes environnementales ; de l’autre, la crise de l’État-providence et les vagues de dérégulation du marché du travail qui s’en suivent. En lisant conjointement ces phénomènes a priori distincts, des auteurs comme Beck ou Giddens font de la prise de risque le cœur d’un mode de vie libre.

9Au demeurant, les rhétoriques des limites et du risque sont susceptibles de dériver : soit vers la collapsologie, c’est-à-dire vers une lutte généralisée pour la survie signant l’abandon du politique ; soit vers la promotion de la résilience et l’industrie du risque. Pierre Charbonnier récuse la première attitude comme la seconde. La réponse à la nouvelle question sociale qui se pose aujourd’hui requiert selon lui une refonte de nos repères politiques. Comme ce fut le cas pour les luttes ouvrières, féministes ou postcoloniales, le dérèglement climatique impose de formuler à nouveau frais l’idéal de liberté des égaux. Mais une telle reformulation du projet d’autonomie doit nécessairement tenir compte des conditions physiques, matérielles et techniques dont notre mode de vie est tributaire.

10En proposant une description plus adéquate de notre rapport au monde, il apparaîtrait que certains savoirs sont désajustés et demandent à être radicalement rénovés. Le constat, par exemple, selon lequel la société ne produit pas ses moyens de subsistance à partir d’un milieu non humain passif mais participe plutôt d’« une relation géo-écologique faite de cycles à entretenir et à préserver » (p. 406) constitue au sens de Charbonnier un premier pas vers l’élaboration d’une économie politique faisant de la reproduction du monde vivant une nécessité. Ainsi, en renouvelant nos catégories de pensée et notre acception de la liberté, il serait possible de forger des dispositifs non plus fondés sur l’abondance mais préservant malgré tout l’exigence d’autonomie individuelle et collective. Quelle forme donner à ces dispositifs ? L’ouvrage n’a certes pas la prétention d’y répondre, mais la question est de taille.

11Au terme de la lecture, ce dense ouvrage se révèle passionnant tant par son érudition que par le caractère extrêmement stimulant de ses propositions. Il intéressera toute personne versée dans l’écologie politique, mais s’avère irréductible à ce seul domaine dans la mesure où son propos est précisément de montrer combien le dérèglement climatique bouleverse l’édifice sur lequel s’est bâtie la philosophie politique moderne.

Haut de page

Notes

1 Il ne s’agit cependant pas, rappelons-le, de faire de ces auteurs des précurseurs de la pensée écologique, ni de nier leur attachement au « partenariat productif ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathan Genicot, « Pierre Charbonnier, Abondance et liberté. Une histoire environnementale des idées politiques », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 03 juin 2020, consulté le 20 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/41367 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.41367

Haut de page

Rédacteur

Nathan Genicot

Doctorant au Centre Perelman de philosophie du droit (Université libre de Bruxelles).

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search