Navigation – Plan du site

Deborah Myaux (dir.), Aide alimentaire. Les protections sociales en jeu

Adeline Wintzer
Aide alimentaire
Déborah Myaux (dir.), Aide alimentaire. Les protections sociales en jeu, Louvain-la-Neuve, Editions Academia, 2019, 236 p., ISBN : 978-2-8061-0470-0.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Rymarsky Christophe, Thirion Marie-Cécile, La faim cachée. Une réflexion critique sur l’aide alimen (...)

1L’aide alimentaire vise à fournir gratuitement ou à prix très réduit des denrées alimentaires à des populations en situation de pauvreté. Pour ces populations, le budget correspondant à l’alimentation est plus « élastique » que les autres et c’est le premier budget à subir des restrictions en cas de manque d’argent, aux dépens de la qualité et la quantité de l’approvisionnement alimentaire des personnes1. L’aide alimentaire est un sujet peu étudié ; un nombre relativement réduit de livres et de mémoires sont consacrés à ce thème depuis les années 1980. Par ailleurs, ce sont souvent des études commandées par des autorités publiques, ou réalisées en lien avec des associations qui fournissent de l’aide alimentaire, comme c’est le cas pour cet ouvrage, réalisé à l’initiative de la Fédération qui réunit des services sociaux associatifs de lutte contre la pauvreté à Bruxelles et en Wallonie. En outre, la sécurité alimentaire des pays pauvres semble beaucoup plus étudiée que celle des populations défavorisées dans les pays développés. On parle souvent de question sociale, d’exclusion sociale, ou encore d’inégalités en sociologie ; toutefois la faim, la sous-nutrition et la malnutrition restent à la marge du monde académique.

  • 2 Sur les questions de protection sociale, voir Mills Catherine, José Caudron, Protection sociale : é (...)
  • 3 Keynes John Maynard, La théorie générale de l'emploi, de l'intérêt et de la monnaie, Oxford Univers (...)
  • 4 Castel Robert, Les métamorphoses de la question sociale. Une chronique du salariat, Paris, Fayard, (...)
  • 5 Vulbeau Alain (dir.), « L’aide alimentaire (partie 2) : analyse des pratiques de distribution et d’ (...)

2La thématique de cet ouvrage est liée à une question plus générale : comment aider les personnes qui sont en situation d’insécurité alimentaire ? Comment aider ceux qui manquent de ressources financières pour satisfaire leurs besoins de nourriture2 ? Après la Seconde Guerre mondiale, une réponse trouvée en France, en Belgique et dans d’autres pays européens, consiste à mettre en place un système de sécurité sociale reposant sur des cotisations salariales et patronales, indexées sur les salaires des travailleurs. Ces systèmes visent la protection collective face à des risques sociaux comme la maladie ou le chômage. Ils sont proches d’une conception interventionniste et keynésienne3 du rôle de l’État dans l’économie. Selon Keynes, il est souhaitable que l’État mène des politiques de dépenses publiques, y compris en s’endettant, pour soutenir la consommation. Celle-ci a en retour un effet positif sur la demande de produits, et sur la production. De telles politiques aboutissent théoriquement à une amélioration globale de la situation économique nationale, de sorte qu’il est possible de rembourser la dette initialement contractée. Pour Robert Castel4, l’établissement de la sécurité sociale a permis d’affirmer une responsabilité collective à l’égard de la pauvreté, et ce par l’intermédiaire de droits collectifs. À l’inverse, l’aide alimentaire est une solution plus individualisée, où le demandeur est le plus souvent amené à justifier préalablement de sa situation financière et sociale. Cette forme d’aide comporte donc des différences notables par rapport aux politiques de sécurité sociale ; en même temps, elle permet d’aider des personnes qui ne rentrent pas forcément dans les critères de participation de cette dernière, comme les sans-papiers. Ces dernières années, le nombre de personnes ayant recours à l’aide alimentaire a particulièrement augmenté en Belgique et en France. Selon la Cour des Comptes5 : dans l’Hexagone, 4,5 millions de personnes ont bénéficié de l’aide alimentaire en 2015, contre 2,6 millions en 2008..

  • 6 McAll Christopher, Van de Velde Cécile et al., « Inégalités sociales et insécurité alimentaire. Réd (...)

3Dans son introduction, Deborah Myaux souligne le caractère potentiellement dégradant de l’aide alimentaire sur le plan symbolique. Il existe un risque de « réduction identitaire » des personnes bénéficiaires, considérées comme des « bouches à nourrir »6, notamment dans le cas d’interventions en urgence et avec peu de moyens. Dans cette optique, la nourriture est parfois réduite à son rôle physiologique de conservation de la vie, au détriment de la dimension sociale et culturelle du repas, ce qui peut être particulièrement mal vécu par les bénéficiaires, et engendrer une ambivalence à l’égard de l’aide alimentaire, à la fois nécessaire pour la survie et potentiellement dégradante sur le plan symbolique.

4Malgré cette difficulté, il est indéniable que les associations d’aide alimentaire jouent un rôle crucial pour la survie de nombreuses personnes. Dans le premier chapitre, Deborah Myaux dresse un état des lieux de ce type d’aide en Belgique francophone, en se basant sur des recherches menées par la FdSS-FdSSB (Fédération des services sociaux) en coopération avec des organismes d’aide alimentaire. L’auteure propose une description détaillée des restaurants sociaux, des colis d’aide alimentaire et des épiceries solidaires, et souligne le rôle prépondérant des associations et des volontaires dans la mise en œuvre de ces dispositifs. Cette prépondérance des bénévoles pose question, car « on laisse aux personnes les moins qualifiées, les moins outillées, le soin d’accueillir les publics les plus difficiles »7. Le secteur associatif est de fait le premier mobilisé pour la sécurité alimentaire des populations pauvres, alors que la France tout comme la Belgique ont ratifié au niveau international le Pacte relatif aux droits économiques, sociaux et culturels8, dans lequel les États signataires reconnaissent « le droit fondamental de toute personne d’être à l’abri de la faim », et où ils s’engagent à mettre en œuvre des moyens pour protéger ce droit. Après une première description générale de l’aide alimentaire en Belgique francophone, Deborah Myaux propose des pistes pour réfléchir à l’amélioration de ces dispositifs d’aide. Elle utilise l’idée de « bien-être » du bénéficiaire comme notion heuristique. Ce bien-être est considéré dans ses aspects matériels, relationnels, corporels, décisionnels, et temporels. Cette notion permet de ne pas rester focalisé de manière excessive sur l’aspect physiologique de l’aide alimentaire, et elle contribue à accorder de l’attention aux autres dimensions que comporte le fait de se nourrir.

5Après cette première réflexion sur le temps présent, les chapitres suivants invitent à considérer l’aide alimentaire dans sa dimension historique.

  • 9 Il s’agit du taux de pauvreté en conditions de vie, mesuré par rapport à une liste de privations : (...)

6Le chapitre 3 met en lumière les liens entre l’aide alimentaire et les conceptions des politiques sociales en général, qui connaissent des évolutions au fil du temps. Pierre Reman et Philippe Defeyt évoquent ces changements dans les politiques sociales depuis 1945, notamment l’impact de la révolution conservatrice depuis les années 1980 avec Margaret Thatcher au Royaume-Uni et Ronald Reagan aux États-Unis. L’individu est désormais considéré comme un entrepreneur de soi, responsable et autonome. Autre déclinaison de cette révolution conservatrice, « L’État social actif » est un discours profondément ambivalent qui remet lui aussi en question les politiques de sécurité sociale. Selon cette conception, la prospérité économique et le progrès social peuvent être conciliés en augmentant la participation par le travail. Plutôt que d’organiser à grande échelle la solidarité, cette approche tend à privilégier des dispositifs ciblés, comportant une contractualisation de l’aide sociale. Les dispositifs d’aide alimentaire incluent de plus en plus souvent un volet d’accompagnement qui relève de cette idée de contractualisation. Enfin, pour illustrer la nécessité de poursuivre la lutte contre la pauvreté au moyen de politiques sociales, les auteurs rappellent qu’en Belgique, 5,5 % de la population est en situation de privation matérielle sévère. Cette mesure de la pauvreté par le degré de privation nous semble particulièrement pertinente, et est également étudiée par l’Insee en France9. Ainsi, Pierre Reman et Philippe Defeyt montrent que les conceptions des politiques sociales ont évolué dans le temps et qu’elles ont influencé l’aide alimentaire dans une certaine mesure.

7L’aide alimentaire n’est pas seulement influencée par les débats dans le domaine des politiques sociales. D’autres évolutions récentes des mentalités ont un effet sur la manière dont elle est mise en œuvre. Par exemple, dans le cinquième chapitre, Charlotte Maisin et Louise Méhauden évoquent les épiceries sociales, un dispositif d’aide qui s’est développé ces dernières années. En payant la nourriture, et en jouissant d’une plus grande liberté de choisir les produits qu’ils souhaitent consommer, les bénéficiaires se sentiraient plus dignes. Néanmoins, les personnes les plus pauvres n’ont pas accès aux épiceries sociales en réalité. En outre, même si l’épicerie sociale, qui est accessible à court-terme, est décrite comme une « bulle d’air » par les usagers, elle ne permet pas aux populations précarisées d’envisager sereinement leur avenir, qui reste incertain.

8Enfin, le chapitre 6, met en lumière l’influence d’autres idées récentes, notamment les réflexions écologistes, sur l’aide alimentaire. Catherine Rousseau et Lotte Damhuis étudient les effets des politiques d’alimentation durable sur l’aide alimentaire. Elles soulignent que, malgré la volonté de mettre en place une mixité sociale au sein de ces initiatives d’alimentation durable, les nécessiteux qui y participent peuvent ressentir le sentiment d’être en décalage par rapport aux autres participants.

9Ainsi, les différents chapitres de ce livre évoquent à la fois l’utilité et les limites de l’aide alimentaire, tout en prenant en considération ses évolutions au fil du temps. En conclusion, Hugues-Olivier Hubert et Deborah Myaux soulignent que les bénéficiaires de l’aide alimentaire ont besoin de réponses structurelles à leurs difficultés. Or, ils jugent que cette aide n’est pas la réponse structurelle dont ils ont besoin. Les auteurs espèrent que les luttes sociales aboutiront un jour, en sorte que l’aide alimentaire n’ait plus lieu d’être, suggérant ainsi la nécessité de lutter contre la pauvreté par d’autres moyens, dont les modalités restent à déterminer.

10Ainsi, en utilisant la notion de « bien-être » de l’usager, et en étudiant les évolutions récentes du secteur de l’aide alimentaire (notamment les épiceries sociales et l’alimentation durable), ce livre a l’avantage de proposer un point de vue renouvelé sur ce sujet relativement peu traité qu’est l’aide alimentaire en tant que réponse à la pauvreté.

Haut de page

Notes

1 Rymarsky Christophe, Thirion Marie-Cécile, La faim cachée. Une réflexion critique sur l’aide alimentaire en France, Éditions Charles Léopold Mayer, Paris, 1997, p. 33.

2 Sur les questions de protection sociale, voir Mills Catherine, José Caudron, Protection sociale : économie et politique, débats actuels et réformes, Paris, Gualino, 2009.

3 Keynes John Maynard, La théorie générale de l'emploi, de l'intérêt et de la monnaie, Oxford University Press, Payot, 1995 [1936].

4 Castel Robert, Les métamorphoses de la question sociale. Une chronique du salariat, Paris, Fayard, 1995.

5 Vulbeau Alain (dir.), « L’aide alimentaire (partie 2) : analyse des pratiques de distribution et d’accompagnement des publics », FORS - Recherche sociale, n° 222, 2018.

6 McAll Christopher, Van de Velde Cécile et al., « Inégalités sociales et insécurité alimentaire. Réduction identitaire et approche globale », Revue du CREMIS, vol. 8, n° 2, 2015, p. 28-34.

7 Hubert Hugues-Olivier, Nieuwenhuys Céline, L’aide alimentaire au cœur des inégalités, Paris, L’Harmattan, 2009, p. 88.

8 https://www.ohchr.org/FR/ProfessionalInterest/Pages/CESCR.aspx.

9 Il s’agit du taux de pauvreté en conditions de vie, mesuré par rapport à une liste de privations : https://www.insee.fr/fr/statistiques/3281679?sommaire=3281778.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Adeline Wintzer, « Deborah Myaux (dir.), Aide alimentaire. Les protections sociales en jeu », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2020, mis en ligne le 03 juin 2020, consulté le 13 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/41417

Haut de page

Rédacteur

Adeline Wintzer

Doctorante à Sciences Po et à l’Université Hitotsubashi.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page