Navigation – Plan du site

Philippe Lalle (dir.), « La pédagogie universitaire », Revue internationale d’éducation, n° 80, 2019

Gilles Pinte
La pédagogie universitaire
Philippe Lalle (dir.), « La pédagogie universitaire », Revue internationale d'éducation, n° 80, avril 2019, 160 p., Sèvres, Ciep, ISBN : 978-2-85420-623-4.
Haut de page

Texte intégral

1D’abord le fruit de pionniers enseignants ou enseignants-chercheurs, la pédagogie universitaire semble se banaliser avec la création de services dédiés. Ces services universitaires de pédagogie favorisent des partages de pratiques innovantes et développent des outils pédagogiques qui peuvent être numériques mais pas seulement.

2Ce numéro propose des articles issus de contextes chinois, canadiens, sénégalais, belges, libanais, danois et français, ce qui confirme que la pédagogie universitaire présente une tendance convergente dans le monde, avec bien sûr des particularités géographiques, économiques et socio-politiques.

  • 1 Bourdieu Pierre, Passeron Jean-Claude, Les héritiers. Les étudiants et la culture, Paris, Éditions (...)

3Dans leur introduction au numéro, Philippe Lalle et Simone Bonnafous rappellent que la pédagogie universitaire s’est développée avec le triple avènement d’un enseignement universitaire de masse, de l’introduction des technologies numériques et des transformations du marché de l’emploi. Ils soulignent également que si de nouvelles formes d’enseignement apparaissent (apprentissage par problèmes, classes inversées, formations hybrides ou co-modales), elles sont aussi accompagnées de nouvelles formes d’évaluation et de nouveaux espaces d’apprentissage. Il y a bien un changement de paradigme dans la prise en compte de la pédagogie dans l’enseignement supérieur qui vient contredire l’affirmation de Bourdieu et Passeron en 19641 : « C’est d’abord par son absence de pédagogie que se caractérise la pédagogie à l’université » (cité p. 55).

4Christelle Lison et Didier Paquelin, dans leur article consacré à la formation supérieure au Québec, expliquent pourquoi les universités québécoises sont reconnues comme comptant parmi les chefs de file de la pédagogie universitaire. Ils expliquent comment les universités québécoises se sont emparées de cette question en mettant en place des services d’accompagnement à proximité des enseignants-chercheurs dans le but de participer à leur développement professionnel sur le plan pédagogique ; la difficulté reste de modifier l’identité fondatrice de l’enseignant du supérieur qui est l’expertise d’une discipline. Pour que l’innovation pédagogique ne reste pas qu’une injonction, une double condition doit être remplie : un portage politique fort et une vision commune des acteurs de l’importance de la qualité pédagogique. La part de la recherche en pédagogie est également importante afin que les enseignants se sentent plus sûrs de leurs compétences. Il ne s’agit pas de transmettre des méthodes qui seraient « bonnes » mais de développer la pratique réflexive de l’enseignant face à ses postures pédagogiques.

5L’article de Marcel Lebrun et de Jean-Marie de Ketele, « La pédagogie universitaire en Belgique francophone : un processus qui s’inscrit dans la durée », analyse de manière historique l’évolution de la pédagogie universitaire à l’Université catholique de Louvain. Les auteurs montrent là aussi l’importance du portage politique : dans les années 1970, un vice-recteur a pris l’initiative de demander aux enseignants s’ils estimaient mettre en œuvre des innovations pédagogiques et surtout de tenir ce dossier à jour pendant les mois qui ont suivi. Ces innovations ont été diffusées auprès des autres collègues sous forme de témoignages et de retours d’expérience avant de passer à une phase d’institutionnalisation marquée par la création de dispositifs de formation, de soutien et de financement des initiatives pédagogiques ou encore de valorisation des enseignants. Les auteurs caractérisent à partir de cet exemple les piliers de la pédagogie universitaire à travers trois phases de développement : l’émergence, l’institutionnalisation, la pratique ancrée. Enfin, ils élargissent leur analyse à d’autres institutions en pointant un besoin de professionnalisation des centres de pédagogie universitaire, qui devrait s’articuler avec les résultats de la recherche.

6Nada Moghaizel-Nasr met l’accent dans sa contribution sur la portée politique et sociétale que peuvent faire émerger les pratiques enseignantes au Liban et la réflexion sur la qualité pédagogique. Faute de cadre national, les universités libanaises sollicitent des accréditations auprès d’agences européennes, britanniques ou américaines. Le constat est fait que si les universités prennent en compte les prestations pédagogiques des candidats lors des recrutements, celles-ci semblent être secondaires, même si les enseignements sont évalués, lors des renouvellements de contrats ou des promotions. Pour l’auteur, un modèle de qualité pédagogique libanais pourrait permettre de fédérer les onze universités libanaises et de prévenir le risque d’explosions sociales. C’est en ce sens que la pédagogie universitaire aurait une fonction inclusive.

7Au Sénégal, la pédagogie universitaire se veut une réponse à la massification et aux inégalités d’accès à l’enseignement supérieur. Les auteurs soulignent l’intérêt de la formation à distance pour l’Afrique subsaharienne malgré les difficultés de démarrage, de réception ou de perception par le public. Abdourahmane Mbengue et Lionel Meinertzhagen décrivent comment l’Université publique virtuelle du Sénégal, créée en 2013, est devenue la première université numérique en Afrique subsaharienne et la deuxième en termes d’effectifs. Leur article aborde les étapes de la mise en place, l’évolution des effectifs d’étudiants et de leurs attentes, les leçons tirées des premières années. Ils mettent en avant l’importance de l’accompagnement des enseignants pour scénariser et médiatiser leurs modules, mais aussi pour faciliter le suivi individuel des étudiants inscrits dans cette modalité d’apprentissage.

8Philippe Dulbecco s’interroge, dans le contexte français, sur le passage de l’expérimentation des innovations pédagogiques à leur généralisation. Même si les pionniers de l’innovation pédagogique ont été rejoints par des enseignants-chercheurs, il reste encore selon lui des changements à opérer. L’article met en évidence les leviers possibles d’une généralisation : l’appropriation par les acteurs et les usagers, la temporalité et surtout le portage politique. L’auteur propose de mieux accompagner les enseignants et les étudiants, de revoir l’organisation des universités en donnant au numérique un triple rôle de modélisation administrative et économique des universités, de vecteur d’élargissement de solutions pédagogiques, et enfin de développement de l’offre de formation. L’auteur détaille des expériences menées à Rennes, Angers et Grenoble qui visent à personnaliser des parcours à travers un processus de flexibilisation et d’hybridation des cursus de formation.

9Le contexte chinois, présenté par Fan Wu, décrit le cas de l’Université de Xiamen avec la mise en place de centres pour le développement de l’enseignement et de l’apprentissage qui visent à promouvoir l’excellence des professeurs en matière pédagogique. L’auteur met en avant la volonté politique de voir augmenter la place des universités chinoises dans les classements internationaux grâce à un développement de la qualité pédagogique. Les problématiques de la pédagogie universitaire chinoise croisent celles que l’on rencontre ailleurs : comment transformer de jeunes docteurs en nouveaux professeurs ? Comment valoriser les activités d’enseignement par rapport aux activités de recherche des enseignants ? L’auteur développe ensuite le modèle de développement professionnel des jeunes enseignants à travers un programme « quatre-en-un » fondé sur la recherche, la formation, l’enseignement et l’apprentissage à travers des stages d’été, des concours de compétences pédagogiques, des formations didactiques liées aux disciplines des enseignants, des cafés pédagogiques et des capsules vidéos. Là encore, cet article illustre les freins et les leviers qui permettent de promouvoir le développement de la pédagogie dans une université de recherche.

10Le dernier article est consacré à l’apprentissage par problèmes ou par projets (APP ou problem based learning) au Danemark. Bettina Dahl et Jette Egelund Holgaard présentent la façon dont cette méthode d’apprentissage à l’Université d’Alborg permet de contextualiser les savoirs disciplinaires en se basant sur des situations présentant un problème. Les auteures montrent l’importance de la recherche en matière d’APP pour faciliter la formation des professeurs, les modalités d’évaluation des étudiants, mais aussi le développement pour les étudiants des compétences liées à la coopération et au travail d’équipe.

11En fin de numéro, Prunelle Charvet et Hélène Beaucher présentent une bibliographie raisonnée sur la pédagogie universitaire prenant comme entrées l’évolution des publics « étudiants » ou « enseignants », les politiques européennes, les dispositifs et pratiques pédagogiques innovants ou encore les espaces physiques d’apprentissage.

12L’intérêt de toutes ces contributions est de montrer que le développement de la pédagogie à l’université vient bousculer une tradition selon laquelle l’enseignant dans le supérieur est avant tout un expert, un spécialiste d’un domaine disciplinaire et que sa seule fonction serait de transmettre de manière verticale ce savoir sans s’interroger sur ses pratiques. Au niveau international, les contributions indiquent de manière transversale que les enjeux futurs du développement de la pédagogie universitaire passent par une meilleure reconnaissance de celle-ci dans les carrières des enseignants-chercheurs. Ce sont souvent les charges administratives chronophages et une pression accrue en termes d’activités de recherche, dues au financement par projet, qui représentent un frein pour une réflexion des enseignants sur leurs pratiques pédagogiques et leur renouvellement.

13Ces articles dans leurs aspects monographiques sont intéressants pour comprendre les leviers et les obstacles de l’institutionnalisation d’une pédagogie spécifique à l’enseignement supérieur. Ils montrent également que la pédagogie universitaire peut prendre plusieurs visages sans se limiter à l’usage exclusif des technologies numériques : le partage de bonnes pratiques, l’enseignement entre pairs, la recherche pédagogique, ou encore l’évaluation des enseignements.

14Pour certains articles, une démarche ethnographique aurait été intéressante à déployer pour mieux comprendre les interactions entre les différents acteurs de l’université : les étudiants, les enseignants, et les managers administratifs et/ou pédagogiques.

Haut de page

Notes

1 Bourdieu Pierre, Passeron Jean-Claude, Les héritiers. Les étudiants et la culture, Paris, Éditions de Minuit, 1964.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles Pinte, « Philippe Lalle (dir.), « La pédagogie universitaire », Revue internationale d’éducation, n° 80, 2019 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2020, mis en ligne le 04 juin 2020, consulté le 11 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/41481

Haut de page

Lieu

Belgique

Québec

Liban

Sénégal

France

Chine

Danemark

Haut de page

Rédacteur

Gilles Pinte

Enseignant-chercheur en sciences de l’éducation à l’Université Bretagne Sud, membre du laboratoire Prefics (Pôle de recherche francophonies, interculturel, communication, sociolinguistique).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page