Navigation – Plan du site

Camille Lancelevée, David Scheer, La Prison. Réalités et paradoxes

Gabriel Voisin-Moncho
La prison
Camille Lancelevée, David Scheer, La prison. Réalités et paradoxes, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise Pascal, coll. « L'Opportune », 2019, 64 p., ISBN : 978-2-84516-870-1.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cour européenne des droits de l’homme, Note d’information n° 236 sur la jurisprudence de la cour, S (...)
  • 2 Kensey Annie, Benaouda Abdelmalik, « Les risques de récidive des sortants de prison. Une nouvelle é (...)

1Le jeudi 30 janvier 2020, la Cour européenne des droits de l’homme a condamné une nouvelle fois la France pour les conditions de détention dans ses prisons1. Surpopulation, violences envers les détenu·e·s et le personnel pénitencier, conditions sanitaires dangereuses, taux de récidive supérieur à 60 %2 : les déboires du système carcéral français justifient cette sanction européenne. Les critiques récurrentes de la prison conduisent à s’interroger sur son efficacité, son rôle et sa pérennité dans le système pénal. Conformément à l’objectif de la petite collection « L’opportune » des Presses universitaires Blaise Pascal, l’ouvrage de Camille Lancelevée et David Scheer propose une synthèse efficace de ces questions en 64 pages. Après un examen de la diversité des prisons (chapitre 1), les auteur·ice·s exposent les caractéristiques de la population incarcérée (chapitre 2) et décrivent l’évolution historique de la prison (chapitre 3), avant d’interroger le rôle qu’elle occupe dans la société (chapitre 4).

  • 3 Au sein des maisons d’arrêt séjournent des prévenus, c’est-à-dire les personnes en attente de jugem (...)
  • 4 Clemmer Donald, The Prison Community, New-York, Rinehart & Winston, 1940.
  • 5 Chauvenet Antoinette, Rostaing Corinne, Orlic Françoise, La violence carcérale en question, Paris, (...)

2La première partie offre une présentation du paysage hétérogène du système carcéral en soulignant qu’il n’y a pas une mais des prisons. L’expérience carcérale diffère fortement selon l’architecture de la prison, les modalités d’emprisonnement ou le quartier de détention. Par exemple, être enfermé pour une peine de moins de deux ans en maison d’arrêt n’équivaut pas à purger une peine de vingt ans dans un établissement pour peine3. Les activités proposées et leur accessibilité diffèrent selon les établissements. En théorie, la détention dispose de plusieurs moyens de s’occuper : sport, ateliers socioculturels, formations professionnelles ou encore travail. Pourtant, dans les faits, c’est l’attente en cellule qui occupe l’essentiel du quotidien des détenu·e·s. Celle-ci est d’autant plus pénible que les communications avec l’extérieur ne sont possibles que par courrier (dont le contenu est lu par le personnel pénitentiaire), par téléphone dans les coursives (même si le marché noir interne permet de se procurer un téléphone portable) ou lors des visites aux parloirs. Enfin, la relation entre surveillant·e·s et détenu·e·s est un élément clé de l’expérience carcérale. Cependant, à cause de la surpopulation et des conditions de travail difficiles, cette relation est souvent dégradée par les conditions de détention et par la perte progressive de la fonction de réinsertion des surveillant·e·s au profit de leurs fonctions administratives et sécuritaires. Il faut noter avec les auteur·ice·s que si l’expérience de chaque détenu·e lui est propre, celle-ci reste marquée par deux éléments systématiques : le phénomène de « prisonization »4 et l’important degré de violence. Le premier désigne l’adaptation de la personne détenue au milieu carcéral. Le second s’explique par la « structure sociale fragile aux effets imprévisibles »5 issue de la rencontre d’une contre-culture délinquante avec une structure oppressante qui favorise les comportements agressifs pour se défendre ou s’affirmer.

  • 6 Robert Philippe, Zauberman Renée, Mesurer la délinquance, Paris, Presses de Sciences Po, 2011.
  • 7 Carrier Nicolas, « Sociologie anglo-saxonne du virage punitif », Champ pénal/Penal field, n° 7, 201 (...)
  • 8 De Larminat Xavier, Hors des murs. L’exécution des peines en milieu ouvert, Paris, Presses universi (...)

3La seconde partie s’intéresse à la population carcérale en France, ses caractéristiques et le processus de désaffiliation provoqué par l’incarcération. Le premier point traité est celui de la surpopulation. Au 1er juillet 2019, il y avait 71 710 personnes détenues pour 61 105 places opérationnelles et plus de la moitié des prisons étaient sur-occupées, à hauteur de 120 %. Les études qui portent sur l’augmentation du parc pénitentiaire ont montré que les programmes de construction successifs des dernières années se sont systématiquement accompagnés d’une hausse du nombre de personnes incarcérées. Il faut préciser que cette hausse n’est pas simplement due à l’augmentation de la population française, puisque le taux de détention a continué de croître jusqu’à dépasser en 2012 la barre symbolique des 100 prisonnier·e·s pour 100 000 habitant·e·s. Cette augmentation est d’autant plus frappante que le nombre de crimes commis à tendance à diminuer ces dernières décennies6. La surpopulation serait donc plutôt la conséquence d’un virage punitif alimenté par des discours populistes7, qui se traduit par la conjugaison de l’augmentation du flux de prisonnier·e·s, de l’allongement de la durée des peines et de l’accroissement du nombre de personnes placées en détention provisoire. Les auteur·e·s présentent ensuite la composition sociale des prisons. Celle-ci est liée aux fonctionnement de la filière pénale, dès l’action de la police, qui cible certaines activités et certaines zones plutôt que d’autres. Par exemple, les personnes sans domicile fixe ou sans papiers se retrouvent plus souvent en détention provisoire que les autres. Les auteur·ice·s relèvent que des solutions récurrentes existent pour désengorger rapidement les prisons, notamment réduire le recours à la détention provisoire et sa durée, et favoriser les alternatives à l’incarcération pour les peines les plus courtes. Toutefois, le recours aux peines alternatives ne semble pas freiner la croissance de la population carcérale, mais simplement étendre le filet pénal : de fait, ces peines s’ajoutent plus qu’elles ne se substituent à la peine de prison8.

  • 9 Bouagga Yasmine, Humaniser la peine ? Enquête en maison d’arrêt, Rennes, Presses universitaires de (...)

4La troisième partie s’attache à rappeler que la prison n’a pas toujours été ce qu’elle est aujourd’hui : comme toute institution, elle a une histoire. L’élaboration de la prison moderne débute au XIXe siècle, c’est-à-dire au moment où elle devient un lieu d’exécution des peines. En effet, à partir de 1791, la prison n’est plus seulement un lieu d’attente avant une punition physique : la privation de liberté devient une peine à part entière. Dans ce contexte, la question du meilleur régime d’enfermement émerge. Faut-il enfermer collectivement ou individuellement ? L’isolement cellulaire doit-il être total (régime pennsylvanien) ou limité à la nuit, la journée étant alors un moment de travail collectif (modèle d’Auburn) ? Dès sa création, la prison moderne est soumise à des comités de réforme cherchant perpétuellement à l’améliorer. Ainsi, après la Seconde Guerre mondiale, les réformes Amor améliorent les conditions de détention en favorisant l’éducation et en réduisant les mauvais traitements : c’est la période des « prisons de l’État-providence »9. Ces réformes sont suivies par les mouvements contestataires des années 1970, qui ont permis de les approfondir en facilitant les correspondances extérieures. En 1983, la France est contrainte de s’aligner sur les différentes réglementations et recommandations européennes en mettant en place des peines de substitution à l’enfermement, notamment les travaux d’intérêt général. Mais ces mesures ne suffisent pas à contenir les contestations de la prison qui s’expriment à la fin des années 1990, au point qu’en 2000 un rapport du Sénat dénonce la prison comme une « humiliation pour la République ». Au total, il apparaît que la prison n’a cessé de jongler, au cours du dernier demi-siècle, entre contestations et réformes successives pour maintenir un vernis d’humanisme en dépit de son incapacité à remplir ses missions, notamment de réinsertion. C’est ce constat d’échec qui conduit les auteur·ice·s à s’interroger, dans une dernière partie, sur l’utilité de la prison aujourd’hui.

5La loi pénitentiaire de 2009 revient sur les fonctions de la prison en stipulant que cette institution doit protéger les citoyens, sanctionner les coupables, lutter dans l’intérêt des victimes et préparer la réinsertion des détenu·e·s. Cela constitue une double mise en tension. La première oppose les logiques rétributive et conséquentialiste de la peine : d’un côté, cette dernière doit punir l’individu condamné et, de l’autre, l’enfermement induit des conséquences, dont l’utilité doit être maximisée. La seconde tension met en balance neutralisation et réhabilitation : la prison doit écarter l’individu dangereux tout en préparant sa réinsertion. Limiter la prison à une privation de liberté, comme le déclarait l’ancien président Valéry Giscard d’Estaing, semble impossible. Là où les penseurs du XIXe siècle avaient théorisé le principe de la « moindre éligibilité », selon lequel les conditions de vie des prisonniers devaient être juste inférieures à celles du plus pauvre citoyen honnête, notre système carcéral est désormais contraint par le souci de garantir l’accès à plusieurs droits et à un certain confort de vie. Il faut toutefois garder à l’esprit que l’accès à ces droits peut être restreint puisque la détention reste soumise à des logiques sécuritaires et punitives qui lui sont inhérentes. Enfin, il faut noter que si la neutralisation peut être efficace le temps de la détention de l’individu, elle reste temporaire puisqu’il finira par sortir et que l’accompagnement reçu ainsi que le traitement subi en détention influencent ses risques de récidive.

6Pour conclure, La prison est un ouvrage riche, synthétique et clair permettant d’appréhender la majorité des enjeux contemporains concernant la détention en France. Les quatre chapitres, ainsi que leurs divers encarts thématiques sur les femmes en prison, l’évasion, le terrorisme ou encore la privatisation, permettent d’intégralement « déconstruire l’évidence d’une institution modelée par une histoire et fondée sur des choix politiques » (p. 7). L’ouvrage montre que l’échec de la prison contribue presque à sa pérennisation, du fait de la recherche perpétuelle de la bonne manière d’enfermer. De plus, le déclin de l’objectif de réinsertion au profit de celui de neutralisation des délinquant·e·s et criminel·le·s, qu’illustre la multiplication des peines courtes, semble jouer un rôle de dérégulation sociale. Il vient en effet renforcer les inégalités de traitement et confirmer la position de marginalité des jeunes délinquant·e·s des classes populaires. Comme le précisent les auteur·ice·s, il ne faut pas oublier que la prison s’inscrit dans à la fois dans l’histoire et dans un système pénal. L’étude de l’institution carcérale permet donc aussi d’analyser la société toute entière, car « l’échec de la prison est aussi, in fine, celui d’une société qui ne parvient pas à ménager une place pour chacun » (p. 58).

Haut de page

Notes

1 Cour européenne des droits de l’homme, Note d’information n° 236 sur la jurisprudence de la cour, Strasbourg, janvier 2020.

2 Kensey Annie, Benaouda Abdelmalik, « Les risques de récidive des sortants de prison. Une nouvelle évaluation », Cahiers d’études pénitentiaires et criminologiques, n° 36, 2011.

3 Au sein des maisons d’arrêt séjournent des prévenus, c’est-à-dire les personnes en attente de jugement, ainsi que des personnes condamnées définitivement et dont les peines restant à purger sont inférieures à deux ans. L’appellation « établissement pour peine » regroupe différents types de prisons dont les centres de détentions (axés sur la réinsertion), les maisons centrales (axées sur la sécurité), les centres pénitentiaires (qui regroupent plusieurs types d’établissements) ou les établissements pénitentiaires pour mineurs. Le dénominateur commun des deux premiers établissements est qu’ils sont réservés aux longues peines (plus de deux ans).

4 Clemmer Donald, The Prison Community, New-York, Rinehart & Winston, 1940.

5 Chauvenet Antoinette, Rostaing Corinne, Orlic Françoise, La violence carcérale en question, Paris, Presses Universitaires de France, 2008.

6 Robert Philippe, Zauberman Renée, Mesurer la délinquance, Paris, Presses de Sciences Po, 2011.

7 Carrier Nicolas, « Sociologie anglo-saxonne du virage punitif », Champ pénal/Penal field, n° 7, 2010.

8 De Larminat Xavier, Hors des murs. L’exécution des peines en milieu ouvert, Paris, Presses universitaires de France, 2014.

9 Bouagga Yasmine, Humaniser la peine ? Enquête en maison d’arrêt, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2015.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gabriel Voisin-Moncho, « Camille Lancelevée, David Scheer, La Prison. Réalités et paradoxes », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2020, mis en ligne le 05 juin 2020, consulté le 11 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/41556

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page