Navigation – Plan du site

Marion Ballet, Domitille Caillat, Hugues Constantin de Chanay et Dominique Desmarchelier (dir.), « Reprendre la parole de l’autre en politique », Mots, n° 122, 2020

Thomas Veret
Reprendre la parole de l’autre en politique
Marion Ballet, Domitille Caillat, Hugues Constantin de Chanay, Dominique Desmarchelier (dir.), « Reprendre la parole de l’autre en politique », Mots, n° 122, mars 2020, 148 p., Lyon, Editions ENS, ISBN : 9791036202353.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Boyer Henri, Gaboriaux Chloé (dir.), « Les “petites phrases” », Mots, n° 117, 2018, disponible en l (...)

1Il y a dans tout énoncé une reprise de la parole de l’autre. Depuis l’appropriation des mots d’une langue à la citation in extenso, la reprise est un mouvement essentiel de notre rapport au langage. Cette reprise n’a pas toujours les mêmes fonctions et n’apparaît pas toujours de la même manière : il peut s’agir par exemple d’un slogan scandé collectivement dans une manifestation, ou de l’énoncé d’un adversaire politique, cité et contesté. Il y a aussi plusieurs degrés de reprise : la citation en est le plus connu, en ce qu’elle met en scène, par l’usage des guillemets à l’écrit, le mouvement même par lequel les mots de l’autre sont repris dans le discours ; mais tout discours est aussi traversé de discours autres, selon des modalités parfois moins visibles, que trahissent parfois l’emploi d’un mot précis, facilement identifiable. En traitant de la reprise des mots de l’autre, cette livraison de la revue Mots se situe d’ailleurs dans le sillage d’un numéro portant sur les « petites phrases » en politique, que l’on répète à foison dans les conversations, dans les médias ou sur les réseaux sociaux1. Coordonné par Marion Ballet, Domitille Caillat, Hugues Constantin de Chanay et Dominique Desmarchelier, le présent dossier propose en ce sens un point de vue élargi sur la reprise des paroles de l’autre, qui met en lumière à la fois la matérialité de ces formes discursives, leur fonctionnement dans le cadre argumentatif et leurs effets dans l’interlocution (p. 10).

  • 2 Vion Robert, La communication verbale : analyse des interactions, Paris, Hachette supérieur, 2000.
  • 3 Bres Jacques, « Dialogisme, éléments pour l’analyse », Recherches en didactique des langues et des (...)

2Le premier apport de ce dossier réside dans la finesse avec laquelle les auteur·rices distinguent les différents niveaux de reprise de la parole d’autrui. Outre la présentation du numéro, chacun des trois articles qui composent le dossier procède à des distinctions conceptuelles particulièrement utiles au lecteur. C’est le cas du texte de Siham Hocini, qui emprunte à Robert Vion2 une typologie qui distingue la « reprise », lorsque le segment A est reproduit tel quel dans l’énoncé B, et la « reprise-modification » ou « reformulation », lorsque A est repris mais modifié dans la reprise. D’autres critères servent à distinguer les différents types de reprise : dans leur article sur le dialogisme dans les débats parlementaires sur le délit d’entrave à l’interruption volontaire de grossesse (IVG), Claudia Cagninelli et Cécile Desoutter distinguent, à la suite de Jacques Bres3, trois types de dialogisme, celui-ci étant entendu comme le « microdialogue interne au discours en train de se faire » (p. 39). Le premier est le dialogisme dit « interdiscursif », lorsque le discours repris est antérieur à l’interlocution : il s’agit par exemple de la reprise, très fréquente lors du débat, des mots de Simone Veil, figure iconique de la lutte des femmes pour le droit à l’avortement. Le second type de dialogisme est dit « interlocutif », lorsque la reprise touche le discours de l’interlocuteur, notamment pour anticiper le discours de l’adversaire, avec des énoncés comme « vous nous répondrez que… » (p. 52). Le troisième, enfin, est un dialogisme intralocutif, où le locuteur ou la locutrice fait référence à son propre discours.

  • 4 Butler Judith, « Nous, le peuple. Réflexions sur la liberté́ de réunion », in Alain Badiou, Pierre (...)

3La cohérence du dossier tient par ailleurs à la volonté d’explorer en profondeur les différentes fonctions de la citation dans l’argumentation. Reprendre les propos de Simone Veil, par exemple, permet, dans le contexte du débat parlementaire sur le délit d’entrave à l’IVG, de formuler un argument d’autorité, en inscrivant son propos dans une continuité historique avec le combat originel mené par cette icône. Mais ce n’est pas la seule valeur argumentative de la reprise, comme le montre Zoé Carle à partir du cas emblématique du slogan révolutionnaire, qui ne devient slogan que s’il est repris (p. 23). Ce type de slogan se distingue des autres formes de citation : il s’inscrit dans un « régime performatif exceptionnel » (p. 22) où l’énonciateur sous-jacent est « nous, le peuple ». Comme le dit Judith Butler, citée par l’autrice : « Ainsi considéré comme un acte de parole, “nous, le peuple” est une énonciation qui cherche à faire émerger la pluralité sociale qu’elle nomme. Elle ne la décrit pas, elle cherche à la faire exister » (p. 22)4. Autrement dit, le slogan révolutionnaire porte en lui une énonciation collective qu’il tente d’instituer, dans le but de parler au nom du peuple.

4Zoé Carle prend pour cas d’étude un corpus de slogans révolutionnaires égyptiens récoltés entre 2011 et 2014. Leur force argumentative repose notamment sur la rétorsion de discours visant à délégitimer les révolutionnaires. Les soutiens du régime d’Hosni Moubarak ont par exemple fait courir la rumeur selon laquelle les révolutionnaires se faisaient livrer des boîtes de Kentucky Fried Chicken (KFC) alors qu’ils occupaient la place Tahrir. Le slogan forgé en réponse est le suivant « Les braves disent “sacrifice” et les médias disent “Kentucky” » (p. 29), avec un jeu sur la proximité sonore entre « Kentucky » et « fadakī » (« sacrifice »). L’exemple est d’autant plus parlant que le slogan met directement en scène deux énonciations qui se font face, chacune luttant pour asseoir sa vision du mouvement révolutionnaire. L’accusation est ici réfutée par le slogan, qui opère par la reprise du discours de l’autre la rectification de celui-ci.

5La reprise est d’ailleurs un acte de parole marqué par la « polémicité », pour reprendre le mot de Zoé Carle. Dans les cas abordés par le dossier, le désaccord se manifeste clairement, qu’il s’agisse de situations révolutionnaires ou de débats parlementaires. Avec les outils de la linguistique interactionnelle, Siham Hocini s’appuie quant à elle sur l’analyse d’un débat télévisé algérien pour comprendre quel rôle joue la reformulation dans la production du désaccord. Ce rôle est parfois très subtil, par exemple lorsque la reprise du discours de l’interlocuteur permet de préserver la « face » de ce dernier. En reformulant le discours de l’autre, le locuteur donne du crédit à son discours, il l’« amadoue » avant de produire le désaccord dans un deuxième temps. Deux autres fonctions sont abordées dans l’article. La première consiste à durcir le désaccord, lorsque la reformulation accuse la divergence entre les deux participants. La seconde apparaît lorsqu’un locuteur tiers – ici, le présentateur de l’émission – soumet à l’un des adversaires le discours de l’autre afin de déclencher la divergence. En demandant à l’un son avis sur telle ou telle formulation de l’autre, le présentateur suscite le désaccord entre les deux participants.

6Dans tous les articles, l’inscription de la reprise dans un régime polémique témoigne d’une lutte pour la légitimité à dire le vrai, et ce d’autant plus que le numéro se focalise sur le monde politique. Les transformations que subit l’énoncé à travers sa reformulation ont pour finalité de rectifier le discours porté sur la réalité, d’en proposer une nouvelle lecture, plus pertinente que celle du discours cité. Comme le dit Zoé Carle, « l’énonciateur […] revendique pour soi la juste définition des termes » (p. 29). Il s’agit alors d’assurer la conformité du discours à la réalité, comme en témoigne l’exemple des boîtes de KFC. Le combat pour dire le vrai se déroule également sur le plan discursif, lorsque le discours citant est évalué à l’aune de sa conformité au discours cité, à son intention première. Le cas du débat parlementaire analysé par Claudia Cagninelli et Cécile Dessouter en offre une bonne illustration. L’article évoque un député de l’opposition qui cite un article de la Constitution afin d’étayer son propos, ce à quoi répond la ministre Laurence Rossignol en fournissant l’article dans son entier : « Plusieurs orateurs ont également cité des articles de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, en particulier les articles 10 et 11. Mais encore faut-il les citer en entier » (p. 46).

7À la lecture, le dossier frappe par sa cohérence. Les textes qui le composent se répondent les uns et autres et fournissent chacun une variété d’outils et de perspectives pour aborder la reprise des mots de l’autre. On appréciera notamment le souci porté à distinguer finement les différentes formes de reprise. En mesurant les avantages et les inconvénients de chacune des typologies proposées, lectrices et lecteurs pourront aussi s’interroger sur l’empan du phénomène discursif en question : la reprise peut être analysée en surface, lorsqu’elle est rendue identifiable par tout un ensemble d’indices, mais aussi en profondeur, lorsque le discours se nourrit d’autres discours sans toutefois en signaler la provenance. Si l’introduction mentionne la variété de formes que prend la reprise, on peut regretter que le dossier ne présente que des formes particulièrement visibles, où la reprise se donne comme évidente. Les formes « insaisissables » (p. 10), celles qui relèvent d’échos plus lointains sont ainsi laissées dans l’ombre, au profit du seul contexte resserré de l’interlocution ou du débat politique en cours. Les analyses ciselées que proposent les contributrices n’en sont pas moins captivantes et démontrent tout l’intérêt des outils théoriques et méthodologiques qu’elles mobilisent.

Haut de page

Notes

1 Boyer Henri, Gaboriaux Chloé (dir.), « Les “petites phrases” », Mots, n° 117, 2018, disponible en ligne : https://www.cairn.info/revue-mots-2018-2.htm.

2 Vion Robert, La communication verbale : analyse des interactions, Paris, Hachette supérieur, 2000.

3 Bres Jacques, « Dialogisme, éléments pour l’analyse », Recherches en didactique des langues et des cultures, n° 14-2, 2017 disponible en ligne : https://journals.openedition.org/rdlc/1842.

4 Butler Judith, « Nous, le peuple. Réflexions sur la liberté́ de réunion », in Alain Badiou, Pierre Bourdieu, Judith Butler et al., Qu’est-ce qu’un peuple ?, Paris, La Fabrique, 2013, p. 57.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Veret, « Marion Ballet, Domitille Caillat, Hugues Constantin de Chanay et Dominique Desmarchelier (dir.), « Reprendre la parole de l’autre en politique », Mots, n° 122, 2020 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2020, mis en ligne le 05 juin 2020, consulté le 11 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/41571

Haut de page

Rédacteur

Thomas Veret

Doctorant contractuel en sciences du langage à l’université Paris 3 Sorbonne Nouvelle.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page