Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020Jolanda Jetten, Kim Peters (dir.)...

Jolanda Jetten, Kim Peters (dir.), The Social Psychology of Inequality

Marie Duru-Bellat
The Social Psychology of Inequality
Jolanda Jetten, Kim Peters (dir.), The Social Psychology of Inequality, Cham, Springer, 2019, 405 p., ISBN : 9783030288556.
Haut de page

Texte intégral

1De prime abord, la question des inégalités relève avant tout de la sociologie et de l’économie, et l’on s’attend moins à voir des psychologues s’y intéresser. Cet ouvrage, qui a tout d’un titre de référence, convaincra sans peine que la psychologie sociale a un rôle crucial à jouer pour élucider à la fois la manière dont les personnes perçoivent et ressentent les inégalités et les ressorts de la grande tolérance sociale et politique à l’encontre de celles-ci. Cet ouvrage collectif de plus de 400 pages rassemble une vingtaine de textes de chercheurs, très majoritairement anglo-saxons, des textes accessibles, qui tous conjuguent à la fois un état de l’art et la présentation de travaux originaux récents. Chacun d’entre eux est riche d’une bibliographie impressionnante (incluant de nombreux liens hypertextes) et tous, ce qui n’est pas très fréquent dans ce type de littérature, esquissent en conclusion des pistes politiques susceptibles d’être efficaces pour réduire les inégalités et leurs effets délétères.

2Après une introduction soulignant l’actualité de la question des inégalités, parce que ces dernières sont en hausse dans la majorité des pays économiquement développés, mais aussi parce que leurs effets sur les sociétés et les psychismes sont de mieux en mieux connus, les deux premières parties s’attachent à décrire concrètement ces effets dans des contextes organisationnels : dans les entreprises en particulier, mais aussi dans des contextes scolaires. On découvre ainsi que de très fortes inégalités de salaire dans les entreprises affaiblissent de fait la capacité des dirigeants à les gouverner efficacement : quand ils touchent des salaires mirobolants, ceux-ci ne peuvent guère partager une identité commune avec leurs salariés, qui pour leur part adhèrent moins aux objectifs de l’organisation, sont moins confiants et plus absents. Le lien parfois postulé entre hauts salaires et efficacité globale est donc démenti. C’est d’autant plus vrai que dans les entreprises, comme d’ailleurs plus largement dans la société, les inégalités favorisent une quête éperdue pour un meilleur statut, gage d’une meilleure estime de soi, ce qui renforce une compétition et un individualisme contre-productifs. Les chapitres sur les contextes éducatifs mettent l’accent sur d’autres processus par lesquels se jouent les effets des inégalités. Au niveau de l’université, les étudiants de milieu défavorisé ont du mal à se sentir intégrés dans un milieu culturel et social si éloigné du leur, ce qui explique, entre autres, leur moindre réussite et leur moindre bien-être. Plus jeunes, les élèves souffrent particulièrement des représentations stéréotypées des enseignants, qui s’ancrent sur l’appartenance sociale : attentes plus modestes vis-à-vis de ceux dont on suppose qu’ils réussiront moins bien, mise en avant de l’idéologie méritocratique posant que seules les inégalités de talents expliquent les inégalités de réussite. Les élèves eux-mêmes intériorisent ce message selon lequel s’ils ne réussissent pas, c’est qu’ils sont moins bons, tant toute difficulté d’apprentissage affecte l’identité et la confiance en soi : la violence symbolique de l’institution, mise en exergue par Bourdieu et Passeron, est tout autant psychologique que sociologique !

3Parmi les adultes, les inégalités ont également des conséquences sur les conduites quotidiennes. En particulier, les plus défavorisés tendent à adopter des conduites susceptibles de renforcer leur désavantage : comportements alimentaires défavorables à la santé, addictions, prises de risque de tous ordres. Un leitmotiv de tous ces textes est que les inégalités sociales engendrent des comparaisons sociales d’autant dures plus que ces inégalités sont marquées, et qu’elles augmentent la motivation de ceux qui sont au bas de l’échelle à s’élever pour améliorer leur sort. D’où une tension et des émotions négatives qui peuvent favoriser des addictions de tous ordres, ainsi qu’une plus grande propension à prendre des risques : on va moins hésiter à s’endetter par exemple, tant le mode de vie des plus riches apparaît tentant. Un environnement inégalitaire, favorisant sur l’obsession de l’argent (pour satisfaire des besoins sans limites), nourrit chez les plus pauvres une polarisation sur le fait qu’ils ont (et donc valent) « moins » que les autres ; ils ont le sentiment de ne pas pouvoir contrôler leur vie, d’où la tentation de se rabattre sur des objectifs de court terme, qui vont parfois leur faire du tort. Les inégalités poussent aussi les plus riches à tout faire pour améliorer encore leur statut, et créent donc également un stress, tant la comparaison sociale est un phénomène universel, des plus riches aux plus pauvres

4Dans d’autres textes, les auteurs s’attachent à approfondir l’élucidation des mécanismes psychologiques qui sous-tendent les effets négatifs des inégalités : une chose est de pointer l’anxiété inhérente aux comparaisons avec les autres, encore faut-il savoir ce que les personnes perçoivent des inégalités. Il semble que celles-ci focalisent l’attention sur les hiérarchies matérielles les plus visibles, et que jouent alors les processus de privation relative relativement connus des sociologues, sachant qu’on se compare en général à ceux qui sont un peu mieux situés que soi. Ceci peut varier selon les contextes, et jouer moins fortement dans les environnements ségrégés où les plus riches que soi sont moins nombreux.

5Il faut aussi compter avec les idéologies qui justifient les inégalités. Mais si l’on tolère mieux les inégalités quand elles semblent justes, ceci varie selon la position des personnes : ainsi, aux États-Unis, l’accroissement récent des inégalités a accru l’adhésion des plus riches à la méritocratie, alors qu’augmentait la tendance des plus pauvres à la rejeter. Cette observation est rapprochée d’une autre soulignant le développement de tout un langage des inégalités, un langage imprégné d’explications teintées de moralisme : le terme d’assistés fait florès et tout ce qui évoque la responsabilité personnelle est mis en avant, même si les auteurs notent l’émergence d’expressions a priori plus bienveillantes envers les pauvres comme les « working poor ». Il n’empêche, les pauvres sont perçus à travers le filtre de stéréotypes (chaleureux mais paresseux, peu volontaires voire se laissant aller…), tout comme les riches d’ailleurs, qui en sont l’image inversée (froids, travailleurs, rationnels, maîtres d’eux-mêmes…). À ces stéréotypes attachés aux personnes viennent s’agglomérer des représentations stéréotypées de la société elle-même, en particulier comme rendant plus ou moins possible la mobilité sociale : quand on estime vivre dans une société mobile, on tend à sous-estimer les inégalités (c’est le cas des États-Unis) ; l’inverse est vrai, notamment en Europe où à la fois la mobilité sociale est sous-estimée et les inégalités plutôt surestimées.

6Le contexte idéologique et l’environnement concret dans lequel on vit ont donc tous deux une influence sur la perception des inégalités. Les auteurs soulignent l’importance du constat a priori trivial selon lequel on évolue parmi ceux qui nous ressemblent, ceux qui pensent comme nous, ceux que l’on a envie de rencontrer ; on tend alors à penser que la société est à leur image. C’est ainsi que les plus riches sous-estiment la pauvreté, qu’ils côtoient peu, et que les plus pauvres sous-estiment la richesse, qui est loin de leur univers… Ceci n’est pas sans affecter les préférences politiques et notamment la réticence des plus riches par rapport à la redistribution.

7Les auteurs, au-delà des conclusions de chaque chapitre, reviennent dans la dernière partie sur les pistes susceptibles de fonder des politiques visant à l’égalité. Un leitmotiv du livre est qu’il est nécessaire de connaître et de comprendre le point de vue des personnes, ce qui constitue la marque de fabrique des psychologues sociaux. Mais au-delà, le poids des idéologies est souligné, en particulier la responsabilité de l’idéologie méritocratique dans le maintien des inégalités. Il s’agit là d’un facteur relativement typique des sociétés occidentales, ce qui apparaît bien quand on s’intéresse à d’autres contextes culturels : une recherche comparant les normes de justice d’enfants allemands et kenyans montre que si, entre 4 et 11 ans, les premiers mobilisent de plus en plus le principe du mérite (pour partager des objets), les seconds restent sur un principe d’égalité, prégnant dans leur environnement culturel.

8Aux yeux des auteurs, le contexte historique est peut-être favorable : dès lors que les inégalités évoluent, elles tendent à apparaître moins légitimes. Certes, ceci alimente la peur des plus aisés de perdre leurs avantages, avec des stratégies de fermeture voire d’hostilité envers les autres. Pour aider les plus favorisés à évoluer, il faut entre autres leur faire percevoir les contours des changements à venir : ils y perdront peut-être sur le plan matériel mais ils pourront préserver leurs atouts et leur valeur sur d’autres terrains. La piste préconisant plus de contacts pour réduire la distance sociale est plus ambivalente, puisqu’à la fois ceci accroît les comparaisons sociales et peut affaiblir les stéréotypes.

9L’ouvrage se clôt sur un index copieux mais sans bibliographie générale, ce qui est finalement peu gênant dès lors que l’on est renvoyé à des chapitres tous extrêmement généreux en termes de références. Au total, voilà un livre passionnant et très éclairant sur l’approche des psychologues sociaux, qui convaincra sans peine de la portée de leurs analyses ceux qui seraient tentés de considérer qu’ils sont en quelque sorte propriétaires de cet objet, sociologues, économistes ou philosophes. Un bel outil académique donc, assorti de considérations politiques souvent originales.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Duru-Bellat, « Jolanda Jetten, Kim Peters (dir.), The Social Psychology of Inequality », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 08 juin 2020, consulté le 13 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/41587 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.41587

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search