Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020François-Xavier Devetter (dir.), ...

François-Xavier Devetter (dir.), « Valeur et capitalisme (1/2) », Revue française de socio-économie, n° 23, 2019

Pierre Le Brun
Valeur et capitalisme (1/2)
François-Xavier Devetter (dir.), « Valeur et capitalisme (1/2) », Revue française de socio-économie, n° 23, 2019, 245 p., Paris, La Découverte, ISBN : 9782348054778.
Haut de page

Texte intégral

1Ce numéro de la Revue française de socio-économie présente le premier volume d’un dossier consacré aux liens entre les « modes de production de la valeur » et le « mode de production capitaliste dans son ensemble » (p. 15). Il s’appuie sur le constat que la conception de la valeur dominante en science économique est erronée. L’ambition de ce dossier est de remédier à cette lacune par la synthèse et le prolongement des théories matérialistes contemporaines sur la valeur. Il se compose d’une introduction générale, d’un entretien et de cinq articles de recherche, appuyés pour quatre d’entre eux sur des enquêtes de terrain.

  • 1 Orléan André, L’empire de la valeur. Refonder l’économie, Paris, Seuil, 2011.

2Le dossier s’ouvre par une introduction de Marlène Benquet et Richard Sobel qui en resitue le projet dans les débats récents sur la valeur. Dans le prolongement de l’économie des conventions, qui occupe une place centrale dans ce dossier, et d’une certaine sociologie économique, les auteurs et autrices appréhendent la valeur selon un angle résolument matérialiste. Elle serait ainsi : « encastrée dans des rapports sociaux capitalistes » (p. 13), c’est-à-dire déterminée par les impératifs de l’accumulation des capitaux. Cette perspective rejette les théories de la « valeur substance »1, renvoyant dos-à-dos la valeur travail de Smith et Marx et la valeur utilité de l’économie néoclassique. Ce faisant, c’est bien une approche critique que propose ce dossier, dont les conclusions reviennent à remettre en cause « l’un des principaux régimes de justification du capitalisme contemporain » (p. 12).

  • 2 Orléan André, Aglietta Michel, La violence de la monnaie, Paris, PUF, 1982.

3L’entretien avec André Orléan, mené par Marlène Benquet et Richard Sobel, retrace les principales contributions de l’économiste au débat sur la valeur et discute la place qu’y occupe la pensée de Marx. André Orléan2 a consacré ses premiers travaux aux liens entre valeur et monnaie, contre Marx et les économistes néoclassiques pour qui la première précède logiquement la seconde. S’il retient de Marx sa perspective matérialiste et l’idée selon laquelle le capitalisme est mû par ses contradictions, c’est paradoxalement de Keynes qu’André Orléan tire son approfondissement de l’analyse marxiste de la monnaie. Ses travaux sur les marchés financiers, synthétisés dans L’empire de la valeur, s’appuient sur la notion de « convention financière », faisant de la valeur un fait social construit. L’enjeu d’une théorie marxiste de la monnaie « qui ne soit pas la théorie de Marx » (p. 31) est dès lors de concevoir la monnaie non comme un intermédiaire neutre des échanges mais comme une construction marquée par des conflits et des contradictions.

4L’article de Marine Duros illustre l’importance des conventions dans le domaine de la finance. Une enquête ethnographique de plusieurs mois réalisée dans un cabinet de conseil en immobilier d’entreprise lui permet d’étudier l’« architecture institutionnelle sur laquelle repose la construction de la valeur » (p. 37) dans ce domaine. L’évaluation-valorisation des actifs immobiliers serait guidée par des « conventions implicite d’évaluation » (p. 38) dont la généralisation et la persistance tiendraient à leur compatibilité avec les intérêts des gestionnaires de fonds, donc avec les impératifs de l’accumulation capitaliste. Le rapport de dépendance des experts à leurs clients offre en effet aux seconds la possibilité d’influer sur la valeur estimée de leurs actifs. L’objectif réellement poursuivi par les experts serait donc moins d’identifier la valeur « réelle » d’un actif que d’en proposer une valeur « vraisemblable » (p. 45) susceptible de convenir aux clients-investisseurs. Les méthodes d’évaluation des actifs seraient ainsi mobilisées ex-post comme justification de la valeur et non ex-ante comme moyen d’aboutir à celle-ci, ainsi que le prescrit la théorie.

  • 3 À la façon dont Jean-Daniel Reynaud oppose travail prescrit et travail réel : Reynaud Jean-Daniel, (...)

5L’article de Marlène Benquet s’inscrit dans la même veine. Elle éclaire, au travers d’une enquête ethnographique et d’entretiens, les usages contradictoires de la définition néoclassique de la valeur chez les acteurs et actrices du capital-investissement. Elle montre d’une part que la façon dont les membres des fonds d’investissement présentent leur activité traduit leur adhésion pratique à une conception institutionnaliste de la valeur, à l’opposé de celle défendue dans les cours et manuels de finance. Alors que ces derniers enseignent une définition objective et substantielle de la valeur des entreprises, les personnes enquêtées insistent au contraire sur le caractère contingent et contextuel des évaluations. Au-delà de ces tensions entre définition prescrite et définition réelle3, Marlène Benquet observe que les conceptions de la valeur mobilisées par les personnes enquêtées varient selon les situations d’énonciation. La conception néoclassique est mobilisée essentiellement à des fins de légitimation de leur activité. Cette observation complète celle de Marine Duros en montrant que le rôle du corpus néoclassique, invisible à ses propres usagers, est moins heuristique que rhétorique, moins scientifique que politique.

  • 4 Boltanski Luc, Esquerre Arnaud, Enrichissement. Une critique de la marchandise, Paris, Gallimard, c (...)
  • 5 Pour une critique complémentaire de l’ouvrage de L. Boltanski et A. Esquerre, voir : Boulay Guilhem (...)

6L’article de Christian Bessy propose une synthèse critique des travaux consacrés à la pluralité des conventions de qualité. Il constitue une introduction théorique aux deux dernières contributions. Préalable au jeu des conventions d’estimation (étudiées par les deux articles précédents), la qualification des objets détermine la façon dont ils sont ou non marchandisés. L’intérêt de l’ouvrage de Luc Boltanski et Arnaud Esquerre, Enrichissement4, auquel Christian Bessy consacre la seconde partie de son article, est de lier ce processus de qualification à la dynamique capitaliste. Les auteurs y montrent que les classes dominantes se dégagent de nouvelles sources de richesse via le déplacement d’objets d’une forme de mise en valeur à une autre (par exemple en patrimonialisant des marchandises standard). Les conditions d’imposition, de déplacements et de contrefaçon de ces formes, peu développées dans l’ouvrage, pourraient inspirer de futurs travaux5.

7L’article de Caroline Bertron analyse les enjeux de la requalification marchande dans le contexte scolaire. À partir du cas de trois écoles internationales suisses rachetées au tournant des années 2010 par une multinationale de l’éducation, elle met en évidence les ambiguités de la « requalification symbolique » (p. 101) produite par cette financiarisation. Cet exemple, tiré de son travail de thèse de doctorat, permet d’éclairer les liens entre finance et rente d’une façon originale. L’intégration de ces établissements au « portefeuille d’écoles » (p. 104) de la multinationale s’accompagne d’un alignement des établissements sur des méthodes managériales conventionnelles très inégalement acceptées par le personnel. D’autre part cependant, la forte valeur symbolique de ces écoles incite la multinationale à limiter la rupture avec l’image et le mode de fonctionnement antérieurs des établissements. La « rente de territoire » dont entend profiter la multinationale « est ici liée à leur ancienneté et à la défense d’une spécificité territoriale “suisse” et pédagogique » qu’il s’agit pour elle de conserver (p. 110).

  • 6 D’autres travaux de sociologie du travail, menés dans d’autres secteurs, permettent d’aboutir à des (...)

8L’article de Sylvain Vatan montre le rôle des conventions de valorisation dans la fixation des prix. S’appuyant sur son enquête de thèse de doctorat, il étudie les pratiques tarifaires des services d’aide à domicile (SAD, qui peuvent être associatifs, publics ou privé à but lucratif) en cours dans deux départements. Il met ainsi en évidence l’émergence d’une nouvelle convention de valorisation des activités, la tarification à la tâche, devenue majoritaire sur son terrain en dépit de nombreuses résistances. Cette tendance à l’alignement des SAD sur les pratiques tarifaires du secteur lucratif ne serait imposée ni par la concurrence exercée par les organismes privés, ni par une valorisation de cette tarification par les membres des SAD, mais par une coercition déployée par les pouvoirs publics – en l’occurrence un des conseils généraux. Pour autant, les efforts de la nouvelle gestion publique en faveur des pratiques issues du secteur lucratif resteraient globalement en échec, faute de repères partagés permettant d’imposer cette nouvelle convention. Cet article contribue donc à montrer que la définition de la valeur des activités est un enjeu de conflits en soi6.

  • 7 Par exemple : Harvey David, « The art of rent: globalization and the commodification of culture », (...)

9Ce dossier, à la lecture stimulante, s’inscrit dans un projet d’« unification d’un champ des sciences sociales abordant les faits économiques comme des construits historiques, et la valeur des biens en lien avec l’analyse des valeurs morales et culturelles » (p. 15). Si le pari d’un enrichissement sociologique de l’économie des conventions est sans conteste tenu, on pourra néanmoins déplorer la rareté des références non francophones consacrées à cette question. Pour ne prendre qu’un seul exemple, les propositions de David Harvey7 auraient pu fournir des pistes de discussion intéressantes, en particulier à l’article de Caroline Bertron.

Haut de page

Notes

1 Orléan André, L’empire de la valeur. Refonder l’économie, Paris, Seuil, 2011.

2 Orléan André, Aglietta Michel, La violence de la monnaie, Paris, PUF, 1982.

3 À la façon dont Jean-Daniel Reynaud oppose travail prescrit et travail réel : Reynaud Jean-Daniel, Les règles du jeu. L’action collective et la régulation sociale, Paris, Armand Colin, 1989.

4 Boltanski Luc, Esquerre Arnaud, Enrichissement. Une critique de la marchandise, Paris, Gallimard, coll. « NRF Essais », 2017 ; note critique de Lilian Mathieu pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/22359.

5 Pour une critique complémentaire de l’ouvrage de L. Boltanski et A. Esquerre, voir : Boulay Guilhem, « Comptes Rendus », Géographie, économie, société, vol. 19, n° 4, 2017, p. 561-563.

6 D’autres travaux de sociologie du travail, menés dans d’autres secteurs, permettent d’aboutir à des conclusions proches. Voir par exemple : Misset Séverine, « Classifications ouvrières et confrontation de générations d’ouvriers qualifiés : vers une remise en cause de l'ordre de l'ancienneté ? », Sociétés contemporaines, n° 90, 2013, p. 29-52.

7 Par exemple : Harvey David, « The art of rent: globalization and the commodification of culture », in Spaces of Capital. Towards a Critical Geography, New York, Routledge, 2001, p. 394-411.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Le Brun, « François-Xavier Devetter (dir.), « Valeur et capitalisme (1/2) », Revue française de socio-économie, n° 23, 2019 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 08 juin 2020, consulté le 14 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/41609 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.41609

Haut de page

Rédacteur

Pierre Le Brun

Étudiant en sciences sociales à l’ENS de Lyon.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search