Navigation – Plan du site

Alain Deneault, L’économie esthétique. Feuilleton théorique 3

Dorian Debrand
L'économie esthétique
Alain Deneault, L'économie esthétique. Feuilleton théorique 3, Montréal, Lux, 2020, 150 p., ISBN : 9782895963202.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Nous renvoyons aux deux premiers volumes : Alain Deneault, L’économie de la nature. Feuilleton théo (...)
  • 2 Les deux premiers opus ont comme matrice commune de mettre en lumière des rapports « économiques » (...)

1Cet ouvrage est le troisième volume du « feuilleton théorique » du philosophe Alain Deneault. L’objectif général de cette série d’ouvrages est de cartographier les usages historiques du terme « économie » dans différents champs disciplinaires et diverses pratiques culturelles pour en élaborer le concept et en démontrer toute la profondeur1. La démarche de l’auteur se veut non pas étymologique mais philologique, à travers une étude quasi archéologique de l’évolution de l’économie dans l’histoire, jusqu’à sa récupération par ceux qu’Alain Deneault qualifie « d’économistes autoproclamés » qui auraient, selon lui, restreint son sens au domaine particulier de « l’intendance » (la production, la thésaurisation du capital, etc.). Ainsi, l’auteur poursuit une entreprise de réhabilitation pour « reprendre l’économie aux économistes [...] dissocier économie et capitalisme [...] économie et intendance » (p. 9). Dans ce troisième opus2, Alain Deneault prolonge sa synthèse des acceptions du mot en s’intéressant à l’économie esthétique, depuis Aristote jusqu’au marketing d’aujourd’hui. On peut diviser le propos de l’auteur en trois parties : la première déconstruit la dimension étymologique de l’oikonomia (oikos nomos), la seconde approfondit la question économique dans l’esthétisme et sa relation spéculaire avec l’argent, la dernière partie montre comment la « science de l’intendance » aurait fini par phagocyter l’économie esthétique.

  • 3 Hésiode, « Les travaux et les jours », in Charles-Marie-René Leconte de Lisle, Hésiode, Hymnes orph (...)
  • 4 Denys d’Halicarnasse, « Dinarque », in Etienne Gros, Examen critique des plus célèbres écrivains de (...)
  • 5 Denys d’Halicarnasse, « Isocrate », in Etienne Gros, op. cit., t. 2, § IV.

2Alain Deneault propose de déconstruire l’interprétation courante de l’oikonomia en remontant aux premières œuvres de la tradition littéraire occidentale. D’abord, il souligne dans sa recherche que bien avant l’oikonomia d’Aristote ou Xénophon, la poésie grecque – à commencer par L’Illiade de Homère – a développé une « pensée de l’intendance en lien avec un fait de possession » (l’opposition entre Achille et Agamemnon autour d’une juste répartition ou encore l’épargne, pheidomai, d’Hésiode3 par exemple). Ce discours, propre à l’intendance, a nourri le discours public et le récit littéraire des penseurs grecs, et c’est à partir de ce vocabulaire que ces derniers ont procédé par économie, en recourant à un ensemble de règles d’agencements complexes « qui permet, en peu de moyens, de faire saillir plus qu’un regard, une vision » pour épargner tout développement superflu (p. 16). Ce qui est recherché, c’est l’effet esthétique par la maîtrise de l’économique. Dans le discours public, Alain Deneault montre que certains auteurs grecs ont eu un recours explicite à l’économie, comme Denys d’Halicarnasse4 parlant des « grandes beautés » de l’économie discursive de Démosthène, ou encore de la parfaite « économie oratoire » d’Isocrate5 : cette économie se traduit par la bonne « disposition [oikonomèsai] » (p. 22) du discours, et cela jusque dans l’organisation du plan. Il y a ainsi la recherche d’une juste répartition (de la narration, etc.) pour maintenir l’attention de l’auditeur, l’épargner : « Les référents à la richesse fournissent à la critique littéraire ses termes opératoires ; la littérature produit l’ordre du discours donnant à penser les politiques de la richesse » (p. 29).

  • 6 Jacques Derrida, Glas, Paris, Galilée, coll. « Philosophie en effet », 2004, [1974].
  • 7 Claude Mossé, La Grèce archaïque d’Homère à Eschyle, Paris, Seuil, coll. « Points Histoire », 1984.
  • 8 André Wartelle, « Introduction », in Aristote, Économique, Paris, Les Belles Lettres, « Collection (...)
  • 9 Xénophon, De l’économie. Tome 1, Paris, Hachette, 1859 [vers 370 avant J.-C.].
  • 10 Aristote, La politique, Paris, J. Vrin, coll. « Bibliothèque des textes philosophiques », 1995.
  • 11 Platon, La République, Paris, Garnier-Flammarion, 2002, livre 4, 4221d-422b, p. 217-218.

3L’auteur critique ensuite l’étymologie traditionnellement avancée de l’oikonomia comme loi de l’habitat (oikos nomos). D’après lui, il s’agirait d’une pseudo-étymologie, une analyse conceptuelle au rabais pour saisir l’origine de l’économie. L’argumentation s’appuie sur différents auteurs (Derrida6, Mossé7, Wartelle8, etc.) qui démontrent que l’oikos peut en effet recouvrir une vaste portée de notions : « le domaine patrimonial, ce qui veut dire un territoire, des pratiques agricoles, un personnel asservi, un complexe habitable, le nom propre auquel la maison est rattachée, les ancêtres qu’il évoque et la descendance qu’il préfigure » (p. 30). Ainsi, l’oikos serait une institution d’ordre public, entraînant selon Alain Deneault un malentendu historique, au point de méconnaître les raisons pour lesquelles Antigone enterre les restes de son frère (agissant ainsi non pour ce frère éploré, mais pour la lignée généalogique). Mais, plus important encore, la loi (nomos) s’inscrirait dans un principe référentiel faisant autorité (un rapport d’imitation de Zeus, selon Claude Mossé) ; dans ce cadre l’adjectif « économique » devient le nom d’une science, la science générale des rapports – et qui ne s’applique pas uniquement à la seule demeure –, intégrant par conséquent une dimension morale : la juste mesure, la pondération, la limitation, l’harmonie. C’est le rapport à la terre chez Xénophon9, l’opposition à la chrématistique d’Aristote10 ou encore le juste revenu préconisé par Platon11. Enfin, l’auteur souligne que nulle étymologie n’est possible lorsque l’économie ne se définit qu’à travers une « économie du discours » usant de métaphores, que ce soit dans l’art oratoire, l’agriculture, la poésie, l’algèbre ou encore la musique.

  • 12 Jacques Derrida, « La mythologie blanche », in Marges. De la philosophie, Paris, Éditions de Minuit (...)
  • 13 Nicole Ricalens-Pourchot, « Catachrèse », in Lexique des figures de style, Paris, Armand Colin, col (...)
  • 14 Georg Simmel, La tragédie de la culture. Et autres essais, Paris, Rivages, coll. « Petite Bibliothè (...)
  • 15 Norbert Jacques, Docteur Mabuse, Paris, Édition du Rocher, coll. « Bibliothèque du mystère », 2001 (...)
  • 16 André Gide, Les faux-monnayeurs, Paris, Gallimard, coll. « Folio », 1925.

4Alain Deneault prolonge son étude étymologique en développant dans un second temps la question de l’économie dans l’esthétisme. Pour cela, il s’appuie sur « l’économie de la métaphore » et « l’économie du récit » pour dévoiler la relation spéculaire qu’entretien le langage avec l’argent. En s’appuyant de nouveau sur Derrida, Alain Deneault ne s’arrête pas à la considération économique de la métaphore, mais il cherche également à étudier son « caractère mécanique », c’est-à-dire sa capacité d’« abréviation, [de] raccourcissement de temps et d’espace »12 (p. 65), pouvant potentiellement falsifier la langue elle-même. Selon cette idée de falsification de la langue, il montre que l’usage de la métaphore peut être traité comme une usure, signifiant à la fois un épuisement de la métaphore et l’intérêt que l’on peut en tirer à la manière d’un usurier. Il constate ainsi que le terme d’économie, comme d’autres syntagmes courants et prémâchés, a pu aisément glisser d’un champ sémantique à un autre. Par conséquent, alors que la langue s’appuie généralement sur les métaphores pour s’enrichir, Ricalens-Pourchot13 avance que l’économie aurait subi une catachrèse, c’est-à-dire « une tournure pourvoyant un syntagme à un référent qui n’en a pas » (p. 61), procédé illustré par les Denkbilder14 de Georg Simmel, par exemple. Des œuvres rappellent la relation spéculaire entre l’argent et le langage : le Docteur Mabuse de Norbert Jacques15 ou encore Les faux monnayeurs de Gide16. Cependant, l’auteur souligne que ces dernières évoquent une époque où les référents sociaux vacillent à travers une écriture métaphorique signalant la crise du signe lui-même, « où plus rien n’est susceptible d’être ce qui se montre » (p. 70).

  • 17 Gérard Genette, « Vraisemblance et motivation », in Figure II, Paris, Seuil, coll. « Points Essais  (...)
  • 18 Jacques Rancière, « Le fil perdu du roman », in Le fil perdu. Essai sur la fiction moderne, Paris, (...)
  • 19 William Gadis, JR, Paris, Plon, coll. « Feux croisés », 2011.

5Mais c’est l’évolution de « l’économie du récit » développée par Genette17 et décrite par Alain Deneault qui semble être la meilleure façon de démontrer la co-évolution du langage et de l’argent, l’un prenant le pas sur l’autre. L’économie du récit tient ici à nouveau d’un principe d’organisation, consistant à produire du véridique à partir d’un cadre et de procédés imitant le réel et servant une téléologie particulière. C’est une économie en ce sens que chaque élément du récit a une importance dans cet ensemble qu’est l’œuvre. Pour Jacques Rancière18 néanmoins, cette économie du récit primitive va connaître une rupture de la règle de nécessité dans des œuvres où abondent les éléments inutiles, ne servant apparemment aucune téléologie narrative : Alain Deneault rapporte le cas du baromètre présent dans Un cœur simple de Flaubert qui, dans une économie de moyens, « arrache toute l’intrigue aux anciens gonds de la fable » (p. 107). Cependant, ce délitement même de la narration dans l’économie du récit va se perdre et engendrer une crise de l’économie. En effet, l’auteur prend l’exemple de l’ouvrage de William Gadis, JR19, où l’économie comme organisation du discours disparaît au profit de considérations techniques et comptables. Alain Deneault pointe ici un parallélisme édifiant entre l’économie des formes et les formes de l’économie marchande.

6Dans la troisième et dernière partie, Alain Deneault met en lumière le retournement de perspective, où l’art ne réfléchit plus son époque, mais où l’époque s’est appropriée la puissance de l’art. Pour cela, il montre comment les « sciences de l’intendance » auraient préalablement neutralisé les arts au sens large en apposant leur griffe, celle des vainqueurs : c’est l’avènement de l’industrie culturelle qui serait « un instrument de séduction et de formatage des esprits, conditionnant les citoyens d’un temps à penser en fonction de canevas et de tempi standardisés et répétitifs » (p. 120). Ainsi, « l’économie de l’œuvre » ne serait plus qu’au service du régime dominant, imprégnée de ses conceptions, où le mélange des genres serait permanent, « participant massivement à la diffusion performative des modalités idéologiques du capitalisme » (p. 125). L’auteur achève son ouvrage sur la critique du marketing et des relations publiques : la marque est devenue un récit et le design le genre esthétique de prédilection. Mais c’est aussi un appel que lance l’auteur, un appel aux artistes, écrivains et philosophes de l’art pour démasquer les constructions fictionnelles dont dépendrait la science de l’intendance.

  • 20 Denys d’Halicarnasse, « Isée », in Etienne Gros, op. cit., t. 2, § V.

7Finalement, comme dans son ouvrage précédent, on saluera l’originalité de la recherche d’Alain Deneault, servie par des références hétéroclites et pointues qui rendent la lecture de l’ouvrage stimulante pour les lecteurs spécialistes et non spécialistes. Toutefois, on regrettera parfois qu’il ne s’inspire davantage d’Isée, qui « craignait sans doute qu’une trop grande multiplicité d’objets ne rendît le fil du discours difficile à suivre, et que des preuves accumulées ne nuisissent à la clarté, si elles étaient réunies sur un seul point »20. En effet, le lecteur peut avoir l’impression d’être accablé de notions, sans pour autant pouvoir s’accrocher à un propos structuré, difficulté sans doute propre à la forme de l’essai choisie par Alain Deneault. Cela étant dit, cette réserve ne nous empêche pas de recommander la lecture de cet ouvrage qui, dans la lignée des précédents épisodes du feuilleton, développe une pensée critique convaincante.

Haut de page

Notes

1 Nous renvoyons aux deux premiers volumes : Alain Deneault, L’économie de la nature. Feuilleton théorique 1, Montréal, Lux, 2019 ; compte rendu d’Alexandre Klein pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/41352 et Alain Deneault, L’économie de la foi. Feuilleton théorique 2, Montréal, Lux, 2019 ; notre compte rendu pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/39354.

2 Les deux premiers opus ont comme matrice commune de mettre en lumière des rapports « économiques » féconds, le premier entre les espèces, le second entre le plan des principes et celui de la pratique.

3 Hésiode, « Les travaux et les jours », in Charles-Marie-René Leconte de Lisle, Hésiode, Hymnes orphiques, Théocrite, Biôn, Tyrtée, Odes anacréontiques, Paris, Alphonse Lemerre, 1869, p. 69.

4 Denys d’Halicarnasse, « Dinarque », in Etienne Gros, Examen critique des plus célèbres écrivains de la Grèce, Paris, Brunot-Labbe, 1826 [seconde moitié du Ier siècle avant J.-C.], t. 2, § V.

5 Denys d’Halicarnasse, « Isocrate », in Etienne Gros, op. cit., t. 2, § IV.

6 Jacques Derrida, Glas, Paris, Galilée, coll. « Philosophie en effet », 2004, [1974].

7 Claude Mossé, La Grèce archaïque d’Homère à Eschyle, Paris, Seuil, coll. « Points Histoire », 1984.

8 André Wartelle, « Introduction », in Aristote, Économique, Paris, Les Belles Lettres, « Collection des Universités de France », 1968.

9 Xénophon, De l’économie. Tome 1, Paris, Hachette, 1859 [vers 370 avant J.-C.].

10 Aristote, La politique, Paris, J. Vrin, coll. « Bibliothèque des textes philosophiques », 1995.

11 Platon, La République, Paris, Garnier-Flammarion, 2002, livre 4, 4221d-422b, p. 217-218.

12 Jacques Derrida, « La mythologie blanche », in Marges. De la philosophie, Paris, Éditions de Minuit, coll. « Critique », 1972.

13 Nicole Ricalens-Pourchot, « Catachrèse », in Lexique des figures de style, Paris, Armand Colin, coll. « Synthèse/Lettres », 1998.

14 Georg Simmel, La tragédie de la culture. Et autres essais, Paris, Rivages, coll. « Petite Bibliothèque », 1988.

15 Norbert Jacques, Docteur Mabuse, Paris, Édition du Rocher, coll. « Bibliothèque du mystère », 2001 [1921].

16 André Gide, Les faux-monnayeurs, Paris, Gallimard, coll. « Folio », 1925.

17 Gérard Genette, « Vraisemblance et motivation », in Figure II, Paris, Seuil, coll. « Points Essais », 1969.

18 Jacques Rancière, « Le fil perdu du roman », in Le fil perdu. Essai sur la fiction moderne, Paris, La Fabrique, 2014.

19 William Gadis, JR, Paris, Plon, coll. « Feux croisés », 2011.

20 Denys d’Halicarnasse, « Isée », in Etienne Gros, op. cit., t. 2, § V.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dorian Debrand, « Alain Deneault, L’économie esthétique. Feuilleton théorique 3 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2020, mis en ligne le 02 juin 2020, consulté le 14 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/41614

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page