Navigation – Plan du site

Mathieu Magnaudeix, Génération Ocasio-Cortez. Les nouveaux activistes américains

Frédérick Port-Levet
Génération Ocasio-Cortez
Mathieu Magnaudeix, Génération Ocasio-Cortez. Les nouveaux activistes américains, Paris, La Découverte, coll. « Cahiers libres », 2020, 288 p., ISBN : 978-2-348-04614-8.
Haut de page

Texte intégral

1Le « community organizing », le pouvoir construit, l’activisme et l’effervescence de la contestation sont les principaux objets de cette longue enquête de Mathieu Magnaudeix, qui associe le journalisme de terrain et l’investigation sociologique pour analyser des faits sociaux et des milieux où se réinvente aujourd’hui la vie politique aux États-Unis. La figure émergente et désormais iconique d’Alexandria Ocasio Cortez (AOC, appellation devenue le label de toute une génération), élue de New-York, illustre ce renouveau.

2L’intérêt de cet ouvrage est de présenter non seulement des idées nouvelles, toutes localisées à la gauche du possible, mais surtout l’incarnation de ces idées, portées et défendues par une kyrielle de militants, sortis de l’anonymat pour la plupart, qui forment toute une lignée en Amérique du Nord. L’auteur dresse en effet une série de portraits réalisés à la suite d’interviews directs. Dialogues et mises en perspectives éclairent l’analyse de leurs engagements, qui se réfèrent souvent à des mouvements sociaux antérieurs et à ceux qui les avaient théorisés. Enfin, ce livre apporte un début de réponse, à travers de multiples exemples, à la double question : comment mobiliser la population et établir un rapport de force avec les pouvoirs en place dans le contexte très particulier de l’ère Trump ?

3L’objet, tout comme le titre, clairement explicités et définis en introduction, sont ensuite déclinés 16 chapitres, d’importance équilibrée, rangés sous quatre parties qui constituent autant d’actes d’un scénario, évoluant logiquement, selon un arc narratif, autour de thèmes qui abordent la manière dont se met en scène un combat, (première partie, « Les Combattants ») une stratégie (deuxième partie, « Le Grand réveil »), un collectif (troisième partie, « Hope is discipline ») et une philosophie (quatrième partie, « Militer joyeusement »), avec l’inventivité et la conviction comme maîtres mots.

4En s’attachant à présenter les acteurs principaux ou secondaires, plus ou moins médiatisés, de ces luttes, ainsi que les questions et dilemmes qui traversent à la fois les prises de position particulières et les structures militantes, l’auteur évite le piège du simple catalogue ou du recensement et parvient à restituer de façon vivante ce qui ressemble à une mobilisation tous azimuts en vue d’actions concrètes détachées des schémas de l’engagement politique traditionnel, comme autant de défis lancés aux partis installés, tant républicain que démocrate.

5Si de nombreuses pages (introduction, p. 7-12, chapitre 6, p. 75-95) sont consacrées à la figure, iconique désormais, d’Alexandria Ocasio Cortez, celle-ci n’est pas l’arbre qui cache la forêt des personnalités porteuses d’initiatives. L’efflorescence de cette constellation est permanente et remonte à d’anciennes traditions, comme celle rattachée aux mouvements « grassroots », à savoir l’approche de situations et de problèmes concrets vécus sur des bases locales et communautaires. Mais les héritiers d’aujourd’hui sont prêts à mener la bataille des grandes idées.

6Sans expérience politique concrète, mais ayant connu des situations de discrimination ou simplement indignés, toutes ces personnalités se comportent en sujets-acteurs pour retrouver un destin capacitaire et tenter d’être libres de lutter, de passer d’une souffrance individuelle à une action politique. Elles combattent ainsi contre l’apathie, l’isolement pour obtenir de petites mais nécessaires victoires en expérimentant de nouveaux modes d’action et de mobilisation, comme les sit in d’Occupy Wall street ou les pressions que le mouvement Sunrise (chapitre 3) exerce sur les élus démocrates afin qu’ils prennent position sur le Green New Deal et reconnaissent l’urgence climatique.

  • 1 Black Lives Matter (BLM) est un mouvement militant afro-américain créé en 2013. Black Youth Project (...)

7C’est donc toute une cohorte de jeunes gens entre dix-huit et trente-cinq ans qui sous des slogans et des mots d’ordre apparemment simples, comme « Hope is a discipline… to practice every single day » (chapitre 10) ou « All of us or none of us » (chapitre 14), dessinent la nouvelle ligne politique et obéissent à des formes d’organisation innovantes. Souvent, leurs parcours se croisent, se renforcent, se complètent. Ainsi, les mouvements Black Lives Matter et Black Youth Project 100 se sont rejoints pour créer le réseau militant National1. « Usine à révolution » (chapitre 11), le mouvement Momentum est un ensemble hybride, lui-même né de rencontres entre activistes venus de tous les bords de la nouvelle gauche américaine, plus ou moins ralliée à Bernie Sanders.

  • 2 Chantal Mouffe, théoricienne et philosophe post-marxiste, est l’auteure d’entretiens avec Iñigo Err (...)
  • 3 Antonio Gramsci (1891-1937) et le fondateur du parti communiste italien. Ses principaux travaux son (...)

8Des figures émergent, comme celle de Maurice Mitchell (p. 18-22), au parcours exemplaire : jeune Noir mobilisé contre les violences policières et le racisme, il est aujourd’hui, à 40 ans, à la tête du Working Families Party, lequel, en plein essor depuis vingt ans, incarne la gauche classique, radicale et méthodique, pourvoyeuse de conseils pour créer des espaces de pouvoir collectif et remporter des victoires électorales. D’autres veulent recomposer la vie politique par-delà les cycles électoraux, prônant un alignement populaire et inclusif contre l’establishment des grandes formations. Certains ont lu Chantal Mouffe2, théoricienne du « populisme de gauche », ou s’inspirent d’Antonio Gramsci3 et de son combat culturel pour produire ses propres représentations, ses propres références afin de convaincre ceux qui ne votent pas. C’est le cas de Max Berger (p. 129-134), issu de la vieille gauche, qui rêve de dépasser le bipartisme, de Waleed Shahid (p. 138-141), une des premières collaboratrices d’AOC, qui voit dans les jeunes progressistes le moteur de ce réalignement, ou de Matthew Smucker, qui développe un modèle théorique et pratique dans des ateliers, si bien nommés « Beyond the Choir », au-delà donc des fidèles de la gauche traditionnelle.

9Cette urgence de s’adresser aux « nous, les autres », soit l’écrasante majorité de la société nord-américaine, déconnectée de la politique, se retrouve analysée dans tout le chapitre 12, « Le pouvoir des histoires », qui présente le grand retour du « narrative » dans la gauche étatsunienne. Mathieu Magnaudeix y décrit l’action de Marshall Ganz (p. 180-189), déjà vieil homme, qui enseigne l’art d’engager les cœurs et les cerveaux, comme il le fit pour la campagne d’Obama, dans un « storytelling » utilitariste, en dépouillant l’imaginaire des récits dominants. C’est encore Patrick Reinsborough (p. 189-197), le créateur du Center of Story-Based Strategy (CSS), qui réfléchit au pouvoir des symboles culturels et s’efforce de créer des mèmes, d’autres « cadres viraux » encapsulant une histoire plus large en un objet culturel facile à propager comme le « We are the 99 % » d’Occupy Wall Street, ou « Me too », périmant ainsi toutes les histoires dont celle du slogan de Trump « Make America great again ». Il s’agit bien de bâtir des histoires pour aider les gens à se réveiller, pour qu’ils apportent leur propre pouvoir au pot commun.

  • 4 L’OSF, crée en 1979 par le milliardaire et philanthrope George Soros, inscrit son action à l’origin (...)

10Mais comment parvenir à ce réveil ? C’est l’objet des chapitres 13, 14 et 15. Tout d’abord, cette révolution ne sera pas financée par la voie classique des donateurs. Mathieu Magnaudeix montre bien, par exemple, comment l’Open Society Fondation (OSF)4 cherche à imposer sa soi-disant expertise à travers son rôle philanthropique, mais que cette forme de soutien est massivement rejetée par les activistes, qui y voient une tentative de captation des bénéfices de leurs actions. Ils préfèrent donc se rallier aux nombreuses fondations radicales qui échappent au lobbysme et au dark money, et surtout organiser un mode de financement direct par les individus (p. 206-207).

  • 5 Charlene Carruthers est une activiste noire, queer, animatrice du BYP100, et auteure de Unapologeti (...)
  • 6 Nikita Mitchell est directrice de l’organisation Black Lives Matter.

11Ainsi, ce sont tous les individus qui sont convoqués à agir, car se connecter aux autres pour une action révolutionnaire suppose de n’oublier personne, indépendamment de la race, du genre, de la religion, des conditions socio-économiques... L’intersectionnalité (p. 224-225) est l’outil qui permet de repenser la manière dont les oppressions sont encastrées. Il s’agit donc d’individus qui ne sont pas abstraits car « nous ne vivons pas des vies à problème unique », selon la belle formule de Audre Lorde, la grande poétesse noire et… lesbienne. Le préciser prend tout son sens puisque l’affirmation des queers (p. 232-240) dans cet immense mouvement social est primordiale, d’autant plus que l’antériorité de leurs actions leur confère une totale légitimité et une force portée par des personnalités marquantes, comme Charlene Carruthers5 ou Nikita Mitchell6.

12En croisant toutes ces trajectoires individuelles avec l’histoire sociale et politique des États-Unis, Mathieu Magnaudeix met en relief l’articulation qui existe entre la domination, donc le pouvoir, et les processus qui permettent aux individus comme aux groupes d’agir, par un apprentissage des luttes. Apprentissage qui s’inscrit dans une culture de la joie, objet du dernier chapitre et de la conclusion. Ainsi, l’ouvrage mérite bien son titre puisqu’il dépeint toute cette génération qui, se reconnaissant dans la figure de proue d’AOC, s’est organisée collectivement pour reconquérir un pouvoir et répondre aux promesses d’une révolution citoyenne.

13Cependant, face à la profusion du vocabulaire en langue anglaise et à la multiplication des sigles, des acronymes et des personnages cités, il semble qu’un index aurait facilité leur repérage. Ce défaut est partiellement compensé par une large bibliographie, alors que les trois annexes proposées forment une sorte de « guide pratique » pour une action non violente dans ses formes mais toujours rationalisée dans son questionnement.

Haut de page

Notes

1 Black Lives Matter (BLM) est un mouvement militant afro-américain créé en 2013. Black Youth Project 100 (BYP100) est une organisation de jeunesse afro-américaine, créée en 2016 par Charlene Carruthers.

2 Chantal Mouffe, théoricienne et philosophe post-marxiste, est l’auteure d’entretiens avec Iñigo Errejon (cofondateur de Podemos) : Chantal Mouffe, Iñigo Errejon, Construire un peuple. Pour une radicalisation de la démocratie, Paris, Éditions du Cerf, 2017. Elle a aussi écrit : Chantal Mouffe, Pour un populisme de gauche, Paris, Albin Michel, 2018.

3 Antonio Gramsci (1891-1937) et le fondateur du parti communiste italien. Ses principaux travaux sont exposés dans les cinq tomes de ses Cahiers de prisons, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de philosophie », 1978-1992.

4 L’OSF, crée en 1979 par le milliardaire et philanthrope George Soros, inscrit son action à l’origine contre les discriminations et en faveur d’une société ouverte associée à une gouvernance démocratique.

5 Charlene Carruthers est une activiste noire, queer, animatrice du BYP100, et auteure de Unapologetic. A Black, Queer and Feminist Mandate for Radicals Movements, New York, Penguin Random House, 2018.

6 Nikita Mitchell est directrice de l’organisation Black Lives Matter.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédérick Port-Levet, « Mathieu Magnaudeix, Génération Ocasio-Cortez. Les nouveaux activistes américains », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2020, mis en ligne le 06 juin 2020, consulté le 11 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/41641

Haut de page

Rédacteur

Frédérick Port-Levet

Ancien professeur d’histoire-géographie.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page