Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020Sylvia Faure et Daniel Thin (dir....

Sylvia Faure et Daniel Thin (dir.), S’en sortir malgré tout. Parcours en classes populaires

Théoxane Camara
S'en sortir malgré tout
Sylvia Faure, Daniel Thin (dir.), S'en sortir malgré tout. Parcours en classes populaires, Paris, La Dispute, 2019, 168 p., ISBN : 978-2-84303-148-9.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les travaux français se sont notamment intéressés aux ressources liées à l’appartenance à des résea (...)
  • 2 Selon les auteurs, la notion de vulnérabilité demeure une notion « éponge, floue et protéiforme » ( (...)

1L’ouvrage s’inscrit dans une sociologie des classes populaires qui fait valoir les « ressources des dominés » (p. 19)1. En contrepoint des discours institutionnels et politiques sur la « vulnérabilité »2 des classes populaires, il envisage les parcours des membres de celles-ci dans leur hétérogénéité, et autrement que sous le seul prisme du manque et de la distance vis-à-vis des normes dominantes d’existence et de comportement. Six chapitres éclairent cette problématique générale, dans un ouvrage qui transcende les frontières érigées par la spécialisation des domaines de recherche, rassemblant des enquêtes qualitatives conduites sur des terrains variés.

  • 3 Grignon Claude, Passeron Jean-Claude, Le savant et le populaire. Misérabilisme et populisme en soci (...)

2Les coordinateurs de l’ouvrage exposent ses bases théoriques dans une partie introductive, justifiant le choix du prisme des « ressources » pour appréhender les parcours des individus de classes populaires. En mettant l’accent sur ce qui fait ressource (soutiens matériels, psychologiques, relationnels), les auteurs rompent avec tout discours compassionnel, réprobateur et misérabiliste sur les classes populaires, sans pour autant renouer avec une approche populiste3 qui « encenser[ait] l’autonomie et la culture des classes populaires » (p. 23). Il s’agit d’analyser conjointement la domination structurelle des classes populaires et leurs multiples formes de résistance, analysées ici en termes de « ressources ». Si cette notion est préférée à celle de « capital », c’est parce qu’un « capital » peut valoir dans différents contextes, tandis que les « ressources » ne sont pas transférables : tributaires de contextes locaux spécifiques, elles ne s’adossent pas à des institutions qui garantiraient leur valeur.

  • 4 Fol Sylvie, « Mobilité et ancrage dans les quartiers pauvres : les ressources de la proximité », op (...)

3Les deux premiers chapitres rendent compte des modalités d’entrée dans la vie adulte de différentes jeunesses populaires en situation de précarité. À travers l’exemple d’ex-collégiens en rupture scolaire, Mathias Millet et Daniel Thin montrent que ces jeunes dépourvus de capitaux scolaires, qui alternent le plus souvent phase de travail précaire et période de chômage, mobilisent des « ressources de la proximité »4 (réseau amical et familial, relations amoureuses) pour réunir les conditions de leur survie. Ne percevant pas les institutions et dispositifs d’insertion sociale comme de réels moyens pour « redresser » leurs parcours, ces jeunes utilisent leur art de « la débrouille », des dispositions spécifiques (« tchatche », dispositions agonistiques pour résister à la stigmatisation et se vendre sur le marché de l’emploi) ou encore, pour certains, des ressources illicites (travail non déclaré, vente de cannabis). Ce dernier exemple est emblématique de l’ambivalence et des limites de ces ressources : elles peuvent desservir plus qu’elles ne servent à « s’en sortir », et n’ont de valeur que contingente.

  • 5 Par exemple, une jeune femme ayant aidé ses parents dans leurs démarches administratives a acquis u (...)
  • 6 Cette « force mentale » est, selon les auteures, le produit de la socialisation institutionnelle, q (...)

4Laurence Faure et Éliane Le Dantec présentent ensuite les résultats d’une enquête menée dans une mission locale et une association d’aide au logement auprès de jeunes de 17 à 26 ans. Elles repèrent trois modalités d’aide susceptibles de constituer des ressources – non exclusives les unes des autres – pour accompagner l’entrée dans la vie adulte. La première consiste à « être aidé » : elle concerne des jeunes ayant quitté le système scolaire, qui peinent à acquérir une indépendance et s’en remettent à l’aide de leur famille ou de structures d’insertion. Une deuxième modalité revient à « aider autrui » (ascendants ou descendants), ce qui confère aux jeunes concernés une certaine reconnaissance sociale au sein du groupe familial (ils accèdent alors au statut d’adulte responsable), ainsi que des dispositions socialement rentables5. La troisième modalité consiste à « s’aider soi-même » et affronter les obstacles, armé de sa seule « volonté ». Socialisés « par l’épreuve » (p. 65), ces jeunes disent acquérir une certaine « force mentale » (p. 65) qui tient lieu de ressource subjective6.

  • 7 Ce qui corrobore les résultats de travaux en sociologie de l’immigration, tels que : Timera Mahamet (...)

5Si les deux premiers chapitres pointent en filigrane le rôle primordial de la famille dans la constitution de ressources, le chapitre 3 en fait le cœur de son objet. Julien Bertrand, Gaële Henri-Panabière, Géraldine Bois, Martine Court et Olivier Vanhée y montrent l’ambivalence de la fratrie nombreuse dans la scolarité de ses membres. Cette seule variable ne suffit guère à expliquer les parcours scolaires des enfants : selon les conditions matérielles et relationnelles, les fratries nombreuses infléchissent différemment les parcours scolaires des enfants. Si elles contribuent à fragiliser des conditions d’existence déjà précaires dans les classes populaires et conduisent à certaines formes d’« épuisement éducatif » des parents (p. 77), elles peuvent également représenter des ressources relationnelles. Les aînés, et plus spécifiquement la figure de l’aînée, s’avèrent parfois de véritables soutiens pour leurs cadets et le reste de la famille (aide au travail scolaire et domestique)7.

6Les deux chapitres suivants s’appuient sur des enquêtes menées auprès d’habitants des quartiers populaires urbains. Sylvia Faure et Pierre Gilbert analysent les parcours résidentiels de ménages de classes populaires de trois cités HLM en cours de rénovation urbaine (chapitre 4). Ils mettent en évidence une ligne de fracture entre les ménages. D’une part, ceux qui gardent une certaine prise sur leur mobilité résidentielle, comme les individus âgés, ceux ayant une respectabilité locale ou les ménages professionnellement stables. Perçues comme autant de signaux positifs par les agents HLM, ces caractéristiques ouvrent aux individus concernés l’accès aux logements les plus valorisés du secteur locatif local. D’autre part, les ménages en plus grande fragilité sociale, maîtrisant moins les codes institutionnels et la langue française, ne bénéficiant pas d’une « bonne réputation » (ménages immigrés, familles nombreuses, à faibles ressources économiques et/ou dans une situation professionnelle instable). Ces ménages se retrouvent grands perdants de la rénovation urbaine, qui entraine pour eux un déclassement résidentiel. Les sociabilités de voisinage et la réputation locale des ménages sont donc des éléments déterminants – atouts pour certains, désavantages pour d’autres – lors des décisions des bailleurs sociaux fixant les conditions de relogement.

7Daniel Thin (chapitre 5) s’intéresse aux effets de la participation à des groupes de mobilisation locale sur les parcours de leurs membres – des femmes appartenant pour la grande majorité aux fractions inférieures des classes populaires. Il observe que cette participation a un effet socialisateur notoire (socialisation à la parole publique, apprentissage des institutions, création d’un capital social), constituant autant de ressources pour les femmes impliquées. Transformant leurs pratiques, leurs rapports aux institutions, mais aussi leur regard sur elles-mêmes par un effet de (re)qualification symbolique, certaines participantes modifient leurs capacités d’action et leurs conditions d’existence. De plus, le collectif lui-même fait ressource : il empêche l’individualisation des confrontations aux institutions, tout en favorisant un soutien mutuel et l’émergence d’une vision collective et politique des rapports entre familles populaires et institutions publiques. Parvenant à exprimer des revendications communes dans des formes plus « recevables », les femmes mobilisées acquièrent ainsi une légitimité à agir dans l’espace local.

  • 8 Défini comme « une croyance dans la possibilité de connaître une ascension par les efforts produits (...)

8Dans le dernier chapitre, Frédéric Rasera et Julien Bertrand montrent la diversité des destins sociaux d’anciens apprentis footballeurs professionnels, tout en répertoriant les ressources jalonnant ces parcours. Ceci les conduit à sortir de l’« illusion du miracle » (p. 134) en soulignant que l’entrée dans des formations au métier de footballeur suppose des ressources propres à certaines fractions des classes populaires comme, par exemple, un engagement footballistique paternel (ou d’un membre de la famille élargie), une stabilité économique et professionnelle parentale qui permet la transmission d’un « ethos du travail et de l’effort »8 (p. 140). Par ailleurs, défendant que le marché du travail footballistique ne se limite pas aux carrières des élites, les auteurs vont à l’encontre du discours sur « la chute » des joueurs évincés de la voie royale (la signature d’un contrat de footballeur professionnel). En passant par des instances de formation au métier de footballeur, les jeunes acquièrent des ressources mobilisables dans la suite de leur parcours biographique, notamment en matière d’emploi (par exemple, pour devenir éducateur sportif).

9Ces différentes contributions permettent de saisir in concreto comment s’activent des ressources, contournant ainsi l’écueil d’une appréhension des ressources populaires par leur « nature » – démarche qui conduirait à essentialiser des « ressources propres » des dominés. Insistant sur les conditions de constitution et de mobilisation de ces ressources, les auteurs en présentent de manière convaincante les limites : de telles ressources demeurent relationnelles et contextuelles. En outre, leur mobilisation repose sur une frontière ténue entre coopération et mise en concurrence des membres des classes populaires.

  • 9 Cette thèse de la relégation sociale et spatiale des classes populaires est défendue notamment par (...)

10Plus généralement, l’ouvrage contribue au débat sur l’enfermement des classes populaires et leur relégation sociale9 en mettant en avant les liens et les interactions existant entre les membres de classes populaires enquêtés, les institutions publiques (dispositifs d’insertion sociale, école, mairie, bailleur) et les possibilités de sortie de la précarité. Contre l’idéologie de l’autonomie et de la responsabilité individuelle, cet ouvrage montre la nécessité et la réalité des soutiens relationnels et institutionnels (famille, amis, associations, institutions politiques locales) pour « s’en sortir ». Simultanément, il souligne les effets socialisateurs de cette idéologie : confrontés aux dispositifs institutionnels porteurs de tels discours, les individus des classes populaires peuvent nourrir le sentiment de se construire et s’en sortir « par soi-même » – ce qui, prodiguant « fierté », « assurance en soi » (p. 124) et « confiance en soi » (p. 53), peut constituer une ressource subjective.

Haut de page

Notes

1 Les travaux français se sont notamment intéressés aux ressources liées à l’appartenance à des réseaux de relations localisées. Voir par exemple les notions de « capital d’autochtonie » (Retière Jean-Noël, « Autour de l’autochtonie. Réflexions sur la notion de capital social populaire », Politix. Revue des sciences sociales du politique, no 63, 2003, p. 121-143 ; Renahy Nicolas, « Classes populaires et capital d’autochtonie. Genèse et usages d’une notion », Regards sociologiques, n° 40, 2010, p. 9-26) et de « ressources de la proximité » (Fol Sylvie, « Mobilité et ancrage dans les quartiers pauvres : les ressources de la proximité », Regards sociologiques, no 40, 2010, p. 27-43). D’autres pistes sont explorées, comme celle des « ressources subjectives » (Delcroix Catherine, « La complexité des rapports intergénérationnels dans les familles ouvrières du Maghreb », Temporalités, 2004, disponible en ligne : https://doi.org/10.4000/temporalites.724).

2 Selon les auteurs, la notion de vulnérabilité demeure une notion « éponge, floue et protéiforme » (p. 12), qui décrirait moins une réalité sociale que la tendance moralisatrice et psychologisante de l’action publique libérale.

3 Grignon Claude, Passeron Jean-Claude, Le savant et le populaire. Misérabilisme et populisme en sociologie et en littérature, Paris, Le Seuil, 1989.

4 Fol Sylvie, « Mobilité et ancrage dans les quartiers pauvres : les ressources de la proximité », op. cit.

5 Par exemple, une jeune femme ayant aidé ses parents dans leurs démarches administratives a acquis un savoir-faire qu’elle a pu mobiliser par la suite pour obtenir la régularisation de son compagnon étranger.

6 Cette « force mentale » est, selon les auteures, le produit de la socialisation institutionnelle, qui amène ces jeunes à considérer qu’ils doivent (et peuvent) se construire par eux-mêmes.

7 Ce qui corrobore les résultats de travaux en sociologie de l’immigration, tels que : Timera Mahamet, « Logiques familiales, communautaires et scolarisation de jeunes filles d’origine africaine noire en France », Formation Emploi, vol. 65, no 1, 1999, p. 57-75 ; ou Beaud Stéphane, La France des Belhoumi. Portraits de famille, 1977-2017, Paris, La Découverte, 2018 : compte rendu de Benjamin Lepetit pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/24685).

8 Défini comme « une croyance dans la possibilité de connaître une ascension par les efforts produits » et analysé comme « une ressource morale » (p. 140).

9 Cette thèse de la relégation sociale et spatiale des classes populaires est défendue notamment par Didier Lapeyronnie (Lapeyronnie Didier, Ghetto urbain. Ségrégation, violence, pauvreté en France aujourd’hui, Paris, Robert Laffont, coll. « Le monde comme il va », 2008 : compte rendu de Clément Rivière, pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/5542).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Théoxane Camara, « Sylvia Faure et Daniel Thin (dir.), S’en sortir malgré tout. Parcours en classes populaires », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 09 juin 2020, consulté le 24 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/41652 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.41652

Haut de page

Sujet

Stratification sociale

Inégalités

Jeunesse

Famille

Socialisation

Éducation

Logement

Sports et loisirs

Exclusion

Travail social

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search