Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020Baptiste Morizot, Pour une théori...

Baptiste Morizot, Pour une théorie de la rencontre. Hasard et individuation chez Gilbert Simondon

Pablo Jensen
Pour une théorie de la rencontre
Baptiste Morizot, Pour une théorie de la rencontre. Hasard et individuation chez Gilbert Simondon, Paris, Vrin, coll. « Pour demain », 2016, 248 p., ISBN : 978-2-7116-2671-7.
Haut de page

Texte intégral

1Emmanuel Macron, le 13 avril 2020, en pleine crise du Covid-19, invita les Français à profiter de cet « ébranlement » pour changer : « Ne cherchons pas à y trouver la confirmation de ce en quoi nous avions toujours cru. Non. Sachons, dans ce moment, sortir des sentiers battus, des idéologies, pour nous réinventer – et moi le premier »1. Aussitôt, jaillirent des doutes sur sa capacité à renier ses convictions, fruits d’un parcours typiquement bourgeois2. Un énième épisode du vieux conflit entre la liberté individuelle chère aux libéraux, qui permettrait de se « réinventer », et les contraintes sociales, chères aux sociologues, qui détermineraient notre personnalité, notre habitus. La théorie de la rencontre proposée dans cet ouvrage par Baptiste Morizot permet de renouveler ce débat, grâce à une analyse lumineuse des contributions du hasard, de l’inventivité et des contraintes structurelles à la construction des identités individuelles.

  • 3 Gilbert Simondon, Du mode d'existence des objets techniques, Paris, Aubier, 2001, p. 379.

2Une partie importante de l’ouvrage est consacrée à la présentation rigoureuse de la théorie de la construction des individus, proposée dans les années 1950 par le philosophe de la technique et de l’information Gilbert Simondon. Cette théorie représente une voie moyenne entre deux visions théoriques bien balisées. La première est la théorie substantialiste, pour laquelle l’événement et l’extériorité ne sont que des matières passives informées par la substance première de l’individu. Ainsi, la nutrition intègre l’extériorité pour produire de l’intériorité, mais sans transformation radicale de cette dernière, qui demeure fixe : le métabolisme, qui assimile les nutriments pour reproduire à l’identique sa structure matérielle. À l’opposé, certaines théories sociologiques et biologiques font jouer à l’individualité un rôle purement plastique et passif, et c’est l’extériorité, les conditions d’existence, qui déterminent les structures individuelles, à l’exemple de l’habitus discuté ci-dessous. Simondon propose une théorie de l’individuation qui dépasse ces deux positions : les vivants n’ont pas de substance immuable mais produisent activement leurs structures les plus intimes. À l’inverse des atomes, constitués avant toute rencontre, les vivants sont « comme du temps condensé en corps »3. Ces structures – schèmes mentaux, habitudes, dispositions – ont été sélectionnées par leur aptitude passée à résoudre des problèmes, mais peuvent se révéler inadaptées à des situations inédites. Il faut alors en inventer de nouvelles, événement rare mais conceptuellement dominant, car il est à la base de la construction des individus. À l’encontre du déterminisme, Simondon affirme que l’individu n’est pas transformé par l’extériorité mais qu’il se transforme. L’extériorité n’est pas un stimulus imposant un effet, mais un signal appelant une invention, signal sélectionné activement par l’individu s’il est compatible avec sa structure présente.

3Morizot part de cette base pour s’intéresser à la spécificité des trajectoires individuelles : comment expliquer qu’on devienne cet individu-ci, plutôt que tel autre ? Cela l’amène à proposer une théorie des rencontres où le hasard joue un rôle crucial, à l’image de la crise du Covid-19 pour Emmanuel Macron. Morizot nous livre une très belle analyse des différents sens de ce terme polysémique, pour arriver à celui qui l’intéresse, le hasard comme absence de finalité, inspiré du hasard évolutif. Dans la théorie de Darwin, variation et sélection peuvent bien suivre des lois déterministes : le point crucial est que l’apparition d’une variation n’a pas de relation avec son utilité pour la lutte pour la survie. Le hasard dénote une « relation positive d’absence de finalité entre deux opérations » (p. 28) – variation et sélection, ou rencontre et individuation. Il joue un rôle similaire au zéro qui, en matérialisant l’absence de nombre, a contribué de manière décisive à la pensée mathématique.

  • 4 Étudiées notamment par Bernard Lahire dans L’homme pluriel, Paris, Nathan, 1998.
  • 5 Pierre Bourdieu, Le Sens pratique, Paris, Éditions de Minuit, 1980, p. 89.
  • 6 Paul Valéry, « Regards sur le monde actuel » (1938), in Œuvres. Tome II, Paris, Gallimard, coll. «  (...)

4Cette théorie de la rencontre permet à Morizot de passer à son scalpel conceptuel de nombreuses questions liées à l’individuation. Faut-il considérer l’individu ou l’événement extérieur comme « la cause » de l’individuation ? Reprenant et dépassant la question bien connue de Nietzsche (est-ce l’allumette ou le baril de poudre qui est la cause de l’explosion ?), l’auteur note que les individus, à l’inverse du baril qui ne peut qu’exploser, peuvent s’individualiser dans de nombreuses directions. Cet éventail confère un rôle important à l’événement extérieur : comme le baril, l’individu possède la métastabilité qui rend possible l’individuation, mais cette rencontre spécifique va l’orienter dans telle direction particulière. Autre faux dilemme : est-ce que tout arrive pour une cause, ou bien existe-t-il du pur hasard ? Morizot montre que destin et hasard ne s’opposent pas comme des entités métaphysiques mais représentent des étapes successives du processus d’individuation : « les événements nous arrivent par hasard, mais ils nous affectent et nous transforment pour une raison » (p. 116). Le hasard des rencontres se conjugue aux raisons imposées par les structures passées, qui nous conduisent à sélectionner telle singularité et non telle autre. Enfin, la théorie de la rencontre permet d’interroger le concept sociologique d’habitus proposé par Pierre Bourdieu pour comprendre la stabilité des classes sociales ainsi que l’adaptation des comportements. Morizot note d’abord la similarité de ce concept avec la structure individuelle pensée par Simondon, résultat d’une inspiration commune puisée chez Canguilhem et von Uexküll. Les conditions d’existence spécifiques de chaque classe représentent autant de milieux d’individuation distincts, qui engendrent des socialisations analogues entre les agents d’une même classe. Au-delà de ces points communs, Morizot montre que l’individuation permet d’enrichir le concept d’habitus, trop générique, statique et déterministe. D’abord, pour Bourdieu l’habitus est fixe et partagé par toute une classe (l’équivalent de l’espèce chez Uexküll), alors que l’individuation permet également de penser les singularités4. Ensuite, Bourdieu théorise l’individuation comme un « conditionnement »5, négligeant l’activité de l’individu. Mais Morizot met en garde : « activité » ne signifie pas « liberté », concept mystérieux qui « n’est pas fonctionnel » (p. 189). Reprenant Paul Valéry, il caractérise la liberté comme un de ces « détestables mots qui ont plus de valeur que de sens ; qui chantent plus qu’ils ne parlent »6. Car la liberté n’est jamais une liberté d’agir en dehors de son schème d’action, mais « celle d’inventer de nouveaux schèmes d’action qui auront aussi une liberté limitée, car la structure individuelle circonscrit l’horizon des rencontres possibles et impossibles » (p. 203).

  • 7 Gilbert Simondon, Du mode d'existence des objets techniques, Paris, Aubier, 2001, p. 122.

5En résumé, la théorie de la rencontre de Morizot postule que l’individuation s’accomplit par la « sélection de hasards par des contraintes qui ont été structurées elles mêmes historiquement par des rencontres de hasard » (p. 215), la sélection se faisant par la compatibilité des rencontres avec la structure individuelle présente. Son approche représente un apport majeur à la théorie de l’individuation, mais reste assez floue sur quelques problèmes importants : la manière dont les structures passées déterminent les nouvelles inventions, ou dont les contenus nouvellement acquis se combinent aux anciens pour créer les nouvelles structures. Sur ces points, Morizot se contente de reprendre Simondon, notamment sa distinction entre machines et vivants. Les premières se contentent de stocker les nouveaux contenus dans des registres prévus, alors que les vivants sont capables de les utiliser pour transformer leur structure : « le contenu devient codage »7. On aurait aimé qu’il dissèque les algorithmes d’apprentissage profond, qui permettent aujourd’hui aux machines de s’approprier une partie de ce mécanisme de transformation des données en code. Enfin, emporté par sa volonté de réhabiliter le hasard, Morizot néglige ces rencontres qui ont été conçues pour provoquer l’individuation. Car nos sociétés tendent à réduire le rôle du hasard, en générant des rencontres pour nous aider à nous individualiser : pensons à l’éducation, ou... à ce livre !

  • 8 Par exemple son article : Baptiste Morizot, « Nouvelles alliances avec la terre. Une cohabitation d (...)

6C’est vrai, ce premier opus sent encore un peu la thèse, il y a quelques longueurs, des révérences un peu scolaires envers maître Simondon… Mais, outre ses mérites intellectuels déjà recensés, il permet de mieux comprendre l’individuation de Morizot, sa sensibilité précoce aux liens entre vivants et humains, à la participation de tous les êtres à l’activité de notre bas monde, qu’il résume par la formule saisissante d’Héraclite : « ici aussi, il y a des dieux » (p. 110). Depuis, Morizot a trouvé un sens aigu de la formule, qui lui permet de distiller une pensée philosophique profonde, dans de superbes textes qui nous font ressentir la mutation écologique en cours8.

Haut de page

Notes

1 Discours disponible sur https://www.elysee.fr/emmanuel-macron/2020/04/13/adresse-aux-francais-13-avril-2020.

2 Le parcours d’Emmanuel Macron est décrit dans le pamphlet de François Ruffin, Ce pays que tu ne connais pas, Paris, Éditions Les Arènes, 2019.

3 Gilbert Simondon, Du mode d'existence des objets techniques, Paris, Aubier, 2001, p. 379.

4 Étudiées notamment par Bernard Lahire dans L’homme pluriel, Paris, Nathan, 1998.

5 Pierre Bourdieu, Le Sens pratique, Paris, Éditions de Minuit, 1980, p. 89.

6 Paul Valéry, « Regards sur le monde actuel » (1938), in Œuvres. Tome II, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1960, p. 951.

7 Gilbert Simondon, Du mode d'existence des objets techniques, Paris, Aubier, 2001, p. 122.

8 Par exemple son article : Baptiste Morizot, « Nouvelles alliances avec la terre. Une cohabitation diplomatique avec le vivant », Tracés, n° 33, 2017, p. 73-96, disponible en ligne : https://journals.openedition.org/traces/7001.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pablo Jensen, « Baptiste Morizot, Pour une théorie de la rencontre. Hasard et individuation chez Gilbert Simondon », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 12 juin 2020, consulté le 21 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/41686 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.41686

Haut de page

Rédacteur

Pablo Jensen

Chercheur CNRS à l’ENS de Lyon, auteur de Pourquoi la société ne se laisse pas mettre en équations, Seuil, 2018.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search