Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020Laurent Bazin, La littérature You...

Laurent Bazin, La littérature Young Adult

Marlène Foucherand
La littérature young adult
Laurent Bazin, La littérature young adult, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise Pascal, coll. « L'Opportune », 2019, 64 p., ISBN : 9782845168763.
Haut de page

Texte intégral

1On désigne sous l’expression Young Adult un univers romanesque spécialement conçu pour les adolescents et jeunes adultes actuels, mettant en scène des récits initiatiques imaginaires ayant pour cadre les genres de la fantasy, de la dystopie et de la romance sentimentale. L’univers Young Adult représente 43% de l’édition jeunesse, ce qui dénote son importance comme fait économique et comme fait de société. C’est un défi que de synthétiser un thème aussi large et multidisciplinaire que celui-ci en 64 pages. Laurent Bazin, le relève puisqu’il ouvre « [le] spectre de pensée en prenant en considération des paramètres auxquels les études littéraires ne sont pas toujours accoutumées » (p. 7), tels que les stratégies éditoriales, l’influence du numérique et l’importance du lecteur. Cette approche se justifie aussi par le fait qu’à l’intérieur de l’univers Young Adult, l’aspect littéraire n’est qu’un rouage parmi d’autres, ce qui tend à désacraliser, dans une certaine mesure, œuvres, auteurs et faits littéraires.

2L’ouvrage se compose de trois parties. Le premier chapitre, intitulé « Cœurs de cible », présente un bref historique du roman pour adolescents depuis Télémaque de Fénelon (1699) jusqu’à cette pierre angulaire de l’univers Young Adult qu’est Harry Potter (1997). Il s’intéresse aussi aux stratégies des éditeurs actuels dans ce domaine. Le deuxième chapitre, « Milléniaux », décrit les particularités du lectorat et ses pratiques bibliophiles. « Rites de Passage » explore enfin les thèmes littéraires récurrents. Une lecture transversale permet d’une part de comprendre l’énorme succès de ce phénomène, et pousse d’autre part à s’interroger sur le positionnement des lecteurs : plutôt suiveurs ou plutôt créateurs ?

3Laurent Bazin refuse de voir l’écrit Young Adult comme une mode passagère. Plus qu’un simple divertissement conçu pour le grand public, plus même qu’un genre littéraire, il l’établit comme un « écosystème culturel » qui s’inscrit dans la durée, comporte des aspects culturels, et dont la qualité littéraire atteint parfois l’excellence. L’engouement planétaire qu’il a suscité tient à trois facteurs clés : la situation socio-économique des jeunes au début du XXIe siècle, la mise en œuvre d’une politique marketing dynamique et une bonne compatibilité du genre avec la culture numérique.

4Sur le plan socio-économique, contrairement aux jeunesses des générations précédentes qui souhaitaient accélérer leur émancipation du foyer familial, l’auteur explique que « l’auto-gestion cesse de devenir [l’]objectif immédiat » (p. 28) des jeunes du tournant du siècle. En effet, la conjoncture économique défavorable a ralenti leur progression professionnelle, et ils peinent souvent à s’établir correctement avant la trentaine. À cela s’ajoute l’allongement de la période dite de jeunesse, qui progresse avec celui de l’espérance de vie. Les Milléniaux, c’est-à-dire les générations nées à la fin du XXe siècle et au début du XXIe siècle, restent ainsi matériellement et psychologiquement plus longtemps dans une période de transition. Sans surprise, les romans Young Adult se basent sur des thèmes initiatiques intemporels, typiques de la transition vers l’âge adulte : la quête personnelle, la remise en question de l’autorité, la relation des jeunes au monde, leur relation au corps, l’expression de leur individualité et l’idéalisation de leurs origines. Même si les situations narratives sont le plus souvent hautement fictionnelles, Laurent Bazin démontre que ces romans revêtent une importante fonction sociale : à une époque où les rites de passage se voient gommés de la vie sociale, les récits Young Adult s’y substituent « non seulement parce qu’un part importante de leurs intrigues s’organisent autour de tels rituels, mais aussi parce que l’immersion fictionnelle dans les univers imaginaires va permettre aux jeunes lecteurs de s’y investir pour en retirer des bénéfices pour leur propre vie » (p. 39-40). Le lecteur « expérimente » ainsi virtuellement le chemin de l’initiation, parfois aussi longtemps que dure pour lui l’âge charnière, et devient, en même temps que le héros, un « initié ». Les auteurs veillent d’ailleurs à faire mûrir leurs héros physiquement et psychologiquement au même rythme que leur lectorat, ce qui constitue l’innovation littéraire principale du genre Young Adult. Celui-ci semble ainsi répondre aux besoins des collégiens comme à ceux des lecteurs proches de la trentaine, ce qui aurait été inconcevable autrefois. On peut donc le considérer comme la conséquence littéraire d’une jeunesse qui joue les prolongations.

5Ce décloisonnement des générations, continue Laurent Bazin, ouvre aux éditeurs jeunesse l’opportunité d’une vaste clientèle, ainsi qu’ils le découvrent au tournant du siècle, lorsque Harry Potter conquiert massivement adultes et adolescents et « boulevers[e] contenus et comportements » (p. 15). Les éditeurs développent alors une machine marketing autour de l’univers Young Adult : « sites internet dédiés fonctionnant comme plate-forme d’information et devanture de libraire, événements surmédiatisés à chaque parution avec avant-premières, dédicaces et produits dérivés […] adaptations cinématographiques et vidéoludiques » (p. 17), ou encore recueillent l’avis de la « clientèle » sur la suite d’une saga… La littérature jeunesse quitte alors « l’ombre de la littérature générale au point de devenir, dans de nombreux cas, le moteur économique d’éditeurs polyvalents » (p. 17-18). Les éditeurs ne sacrifient pas pour autant la qualité d’écriture ni la promotion de certaines valeurs culturelles ou éducatives, afin de donner une certaine légitimité à cette littérature populaire.

6Les lecteurs entrent pleinement dans le jeu commercial en consommant assidûment, en particulier sur la toile, les univers fictionnels conçus sur-mesure pour leur plaire. Laurent Bazin souligne la « relation résolument différente [des jeunes] au fait littéraire » (p. 38), due à leur culture du numérique : « Munis du talisman puissant que constitue la maîtrise des univers numériques, les jeunes générations vont transformer l’ensemble de leurs modalités d’existence, notamment pour ce qui relève des choix culturels » (p. 30). Ils changent ainsi les règles du jeu littéraire, selon trois grands axes. Tandis qu’autrefois les choix de lecture des adolescents étaient influencés par les figures du savoir tels que les parents, les professeurs et les bibliothécaires (mode de transmission vertical), ces choix se décident aujourd’hui au gré des phénomènes viraux sur les réseaux sociaux (mode de transmission horizontal). Le numérique a également permis aux fans de constituer, autour de chaque saga, des bulles d’appartenance où se jouent d’intenses interactions communautaires, dont le principe « renou[e] avec des pratiques de partage public en usage dans des époques bien plus anciennes » (p. 34). L’influence du numérique sur le fait littéraire s’épanouit enfin dans le phénomène des fanfictions, qui pousse des milliers de lecteurs à réécrire les récits Young Adult à leur façon, plagiant les œuvres tout en les vénérant. Contrairement aux adolescents des générations précédentes, qui gardaient secrets leurs écrits personnels, les Milléniaux publient et commentent les leurs entre pairs, construisant ainsi « une forme de créativité collaborative » (p. 35). Le numérique génère un nouveau type de bibliophilie, où les lecteurs ont la possibilité de s’approprier et de consommer de diverses manières cet univers littéraire, ce qui allonge le temps qu’ils lui consacrent.

  • 1 Jenkins Henry, « Why Heather Can Write », MIT Technology Review, 6 Fev. 2004, disponible en ligne : (...)

7Hormis son intérêt documentaire, cet ouvrage de Laurent Bazin inspirera en second lieu des pistes de recherche variées, selon la sensibilité de chacun. Par exemple, ces deux statuts simultanés du lecteur, à la fois initié et consommateur, interrogent quant à son positionnement idéologique et artistique personnel. On a, d’une part, des « histoires où se joue l’imaginaire collectif des jeunes générations » (p. 7), ce qui laisse à penser que l’écrivain (appartenant en règle générale aux générations plus âgées) agit non en porte-parole des Milleniaux, mais en mentor, créateur de concepts que répéteront ou exploreront les initiés. D’autre part, l’ouvrage semble suggérer que ce phénomène d’envergure pourrait tout aussi bien représenter le reflet intérieur d’une jeunesse qui construirait elle-même son imaginaire et sa culture entre pairs, en imposant ses préférences aux éditeurs et en composant par elle-même des histoires dérivées des romans. D’un point de vue pédagogique, les conclusions d’Henry Jenkins, professeur au Massachussetts Institute of Technology, mettent en évidence certains effets très positifs des fanfictions : elles permettent aux jeunes de s’impliquer dans un projet, d’améliorer la qualité de leur écriture, de développer des compétences collaboratives, de réfléchir sur des situations données et de pouvoir exprimer leur propre vécu en le mettant en scène d’une façon détournée1. D’un point de vue idéologique et artistique, le résultat de cette hyperactivité en ligne a suscité chez des milliers de jeunes le désir de devenir écrivain, mais n’a pas débouché, pour l’instant, sur un nouveau mouvement littéraire notoire qu’auraient créé les Milleniaux.

8Une analyse d’ensemble des styles, des personnages et surtout des messages véhiculés dans ces sagas exposerait la teneur de l’imaginaire des individus « hors communauté générationnelle » que sont les auteurs, car un genre ne traduit-il pas leur état d’esprit plus que celui des lecteurs qui les plébiscitent ? Une étude d’ensemble des fanfictions permettrait de son côté d’évaluer la pertinence des « expériences initiatiques » vécues par les lecteurs : qu’ont-ils réellement appris d’utile pour leur vie personnelle lors de ce « rite de passage » littéraire, long et virtuel ? Combiner ces deux études permettrait en définitive de découvrir quelles valeurs et quelles représentations du monde exposées dans la littérature Young Adult ont eu le plus de conséquences sur les Milleniaux et en quelle mesure.

9Le présent ouvrage, porté par une structure claire, un format court, un rythme vif et des informations efficaces, constitue un bon support pour acquérir rapidement des connaissances générales en la matière, ce qui constitue d’ailleurs la politique de la collection « L’Opportune » des Presses universitaires Blaise Pascal. Par son aspect généraliste et par les diverses pistes qu’il sait inspirer, il représente le point de départ idéal d’une recherche ou de lectures plus spécialisées. Par l’intérêt et l’actualité même de son sujet et grâce à une expression agréable et parfaitement accessible à tous, il pourra également être apprécié du grand public.

Haut de page

Notes

1 Jenkins Henry, « Why Heather Can Write », MIT Technology Review, 6 Fev. 2004, disponible en ligne : https://www.technologyreview.com/s/402471/why-heather-can-write/.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marlène Foucherand, « Laurent Bazin, La littérature Young Adult », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 28 mai 2020, consulté le 20 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/41702

Haut de page

Rédacteur

Marlène Foucherand

Doctorante en littérature à l’Université de Lorraine.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search