Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020William E. B. Du Bois, Les Noirs ...

William E. B. Du Bois, Les Noirs de Philadelphie. Une étude sociale

Charlotte Corchète
Les Noirs de Philadelphie
William E. B. Du Bois, Les Noirs de Philadelphie. Une étude sociale, Paris, La Découverte, 2019, 581 p., Suivi de Enquête spéciale sur les Noirs employés dans le service domestique dans le 7e district de Isabel Eaton, traduction de l'anglais (États-Unis), introduction et appareil critique de Nicolas Martin-Breteau, ISBN : 978-2-348-04348-2.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 À propos de l’héritage de l’école d’Atlanta et du dénigrement du travail de recherche de Du Bois pa (...)

1W. E. B. Du Bois est devenu l’un des auteurs fondateurs – et pourtant méconnus – de la sociologie grâce à cette œuvre publiée en 1899, au même titre qu’Émile Durkheim avec Le Suicide (1897) ou Max Weber avec L’Éthique protestante (1904). Dans l’introduction de cette édition française, le traducteur et historien Nicolas Martin-Breteau invite à s’interroger sur la manière dont les constats et les concepts mobilisés dans cet ouvrage sur les inégalités raciales, ainsi que l’héritage de l’école d’Atlanta (fondée par Du Bois)1, peuvent, dans une certaine mesure, faire écho à la situation actuelle de l’Europe et inspirer la sociologie française.

2Les deux premiers chapitres présentent l’organisation de l’étude. Du Bois s’intéresse à la population noire de Philadelphie et à ses conditions de vie sous différents aspects. Il souhaite étudier les facteurs sociaux qui influent sur les conditions d’existence de la population noire, remettant ainsi en cause certaines analyses racistes des sociologues de l’époque.

  • 2 Par exemple, l’un des fondateurs de l’African Free Society, l’ancien esclave Richard Allen, instaur (...)

3Les chapitres trois et quatre détaillent le contexte historique de Philadelphie depuis l’esclavage et son impact sur la population noire. Dressant chronologiquement son analyse à l’aide d’archives, Du Bois démontre qu’une multiplicité de lois ont entravé la vie des Noirs avant et après l’abolition de l’esclavage. En 1780, une loi abolit graduellement l’esclavage. Du Bois décrit les parcours d’affranchis qui souhaitent fonder une communauté : la Free African Society, créée en 1787, est la première société d’entraide et de fraternité noire. Le rôle du lien religieux comme créateur de cohésion sociale et de potentialité subversive est significatif2. Mais les conséquences de l’esclavage subsistent après l’abolition : les Noirs ne connaissent pas l’ascension sociale des travailleurs étrangers blancs. Ils sont privés du droit de vote, condamnés lourdement par les tribunaux et sont la cible d’émeutes des Blancs (qui les agressent, pillent leurs maisons ou encore détruisent des églises noires).

  • 3 Dans cette étude, les hommes noirs emprisonnés sont comptés comme « disparus » au même titre que le (...)

4Les chapitres cinq à dix décrivent les caractéristiques de la population. La proportion de Noirs dans la population totale a baissé entre 1790 et 1890, tandis que la forte augmentation de la population blanche est due à l’immigration et à la situation sociale avantageuse des Blancs. Du Bois constate que le nombre de femmes dans la population noire est nettement supérieur au nombre d’hommes, analysant ce fait comme un phénomène social. Plusieurs processus causent cet écart : l’accès des hommes à l’emploi est restreint par racisme, notamment dans le secteur industriel, tandis que le métier de domestique, exercé en majorité par des femmes, n’est pas fermé à ces dernières, qui viennent de plusieurs villes pour s’installer à Philadelphie. De plus, le taux de mortalité des hommes est nettement plus élevé que celui des femmes, alors que cette disproportion n’apparait pas chez les Blancs. Elle participe à la déstructuration de la famille noire : de nombreuses femmes sont veuves ou célibataires, ce qui impacte les conditions sociales de la communauté noire dans son ensemble. Du Bois estime que la vie familiale et domestique noire a été « complétement détruite par le navire négrier ». Ces analyses ont encore du sens aujourd’hui : en 2015, une étude menée aux États-Unis montre que ce déséquilibre démographique entre hommes et femmes perdure, et ce uniquement chez les Noirs. Les raisons invoquées sont le taux de mortalité élevé des hommes noirs mais aussi leur taux d’incarcération3.

  • 4 Cette analyse ouvre la voie aux réflexions ultérieures de Du Bois, comme sa critique du communisme, (...)

5Le chapitre neuf, consacré au travail, relève la difficulté d’accès à l’emploi des Noirs. Les magasins noirs sont quant à eux boycottés par les Blancs. Cette discrimination traverse toutes les classes de la population noire. Outre le racisme des patrons, des syndicats de travailleurs ne souhaitent pas faire alliance ni exercer leur métier avec des Noirs, quitte à renoncer à des avantages économiques4. Le style d’écriture de l’ouvrage est rigoureusement scientifique, mais devient parfois plus littéraire, et témoigne élégamment du talent d’écrivain et de la volonté de changement politique de Du Bois, notamment lorsqu’est évoquée métaphoriquement la venue d’un « despote bienveillant » dans la ville pour supprimer toute inégalité raciale.

  • 5 Du Bois W. E. B., « Sur la mort du premier né » (1903), in Les âmes du peuple noir, Paris, La Décou (...)

6Le chapitre dix, sur la santé, expose les facteurs responsables des maladies qui affectent la communauté noire. Le taux de mortalité des hommes, les maladies des femmes et le taux de mortalité infantile sont causés par les mauvaises conditions de vie : les logements insalubres qui exposent aux changements de température ou encore une mauvaise alimentation due aux emplois instables. Du Bois relève le manquement de la municipalité à ses devoirs, et lui recommande d’améliorer le système de traitement des eaux dans les quartiers noirs. La force de la thèse de Du Bois se situe dans le fait qu’il parvient à historiciser l’état de santé des Noirs ainsi que la responsabilité principale de la structure raciale des États-Unis et de l’esclavage. Il remet en cause le stéréotype de la supposée robustesse des Noirs et dénonce l’indifférence de l’État concernant leurs conditions de santé après l’abolition. Ce constat tragique témoigne de la propre histoire de Du Bois. En 1899, son fils de deux ans décède de la diphtérie à Atlanta : Du Bois n’a pas réussi à trouver un médecin blanc acceptant de soigner un enfant noir, ni à joindre à temps l’un des trois seuls médecins noirs de la ville5.

7Le sociologue s’intéresse à la structure familiale et à la manière dont certains facteurs peuvent la déstabiliser. Il constate que les familles nombreuses et les mariages sont rares dans la communauté en raison d’une « tension économique » si grande que cela affecte la volonté des Noirs de se marier tant qu’ils ne peuvent pas subvenir aux besoins d’une famille. Les familles sont souvent obligées de prendre un sous-locataire qui participe au loyer, ce qui perturbe l’équilibre familial. Pour Du Bois, il est nécessaire que le foyer noir, « détruit par l’esclavage » et « reconstruit avec peine », devienne « sacré » (p. 254). L’Église noire joue un rôle majeur dans l’organisation de la vie sociale. Bien que Du Bois recommande aux établissements religieux et aux classes noires supérieures d’être plus actifs pour le reste de la communauté, l’ensemble de son analyse est positif et s’appuie sur les aspects fondamentaux et bénéfiques de l’Église noire. Il s’agit d’un « centre de sociabilité et de rencontres » essentiel, qui structure la vie noire et réunit toutes les classes sociales. Si le chercheur évoque les difficultés affectant la communauté, telles que la criminalité et l’alcoolisme, il ne cesse d’en chercher les causes profondes (esclavage, exclusion économique et sociale). À l’aide de rapports institutionnels, il démontre que les Noirs ont été plus lourdement condamnés que les Blancs pour les mêmes faits, et décrit la criminalité au sein de la communauté noire comme « la rébellion ouverte d’un individu contre son environnement social » (p. 291).

  • 6 Wilderson III Franck B., Afropessimism, Liveright, 2020, p. 15.

8Du Bois détaille l’influence de l’environnement social et physique sur les Noirs. Par exemple, l’insalubrité et la discrimination au logement restreignent le choix d’habitation. En raison de leurs emplois souvent liés à des services pour les Blancs, les Noirs vivent dans des quartiers aux loyers élevés car proches de leur lieu de travail. De surcroit, les propriétaires blancs augmentent le loyer lorsque leur locataire est noir. Le préjugé racial, « force sociale beaucoup plus puissante que ce que pensent la plupart des Philadelphiens » (p. 382), est l’une des causes majeures de la dégradation de l’environnement social noir. Ces attitudes racistes envers les Noirs ont des effets concrets. Elles génèrent des difficultés pour obtenir un travail et le conserver. L’accès à différents secteurs de l’emploi est limité pour les Noirs et leur salaire est plus faible que celui des Blancs exerçant la même fonction. Ces attitudes racistes entrainent aussi l’exclusion ou le traitement différencié des Noirs dans les lieux publics ainsi que la discrimination des enfants à l’école. L’ensemble des rapports sociaux est donc affecté par le préjugé racial. Avec force, Du Bois illustre chacun des effets par des situations concrètes qui lui ont été racontées. Enfin, des passages de son analyse sur le suffrage noir semblent préfigurer la pensée afropessimiste, notamment représentée par le philosophe contemporain Franck B. Wilderson III. Ce dernier estime que les Noirs ne sont toujours pas considérés comme « de vrais sujets politiques » mais sont « instrumentalisés pour servir des agendas politiques postcoloniaux, pro-migration, féministes, LGBTQ, transgenres ou ouvriéristes (de lutte des classes) »6. Du Bois décrit aussi comment le vote des Noirs, quand il n’est pas empêché, peut être instrumentalisé en échange de promesses politiques ou monétaires pour servir différents partis (républicain, démocrate mais aussi des mouvements de femmes) qui ne s’intéressent pas aux Noirs en dehors des périodes électorales.

  • 7 En somme, Du Bois amène à penser la question d’une essence noire libératrice et formulée par la com (...)
  • 8 À cet égard, Du Bois souligne à plusieurs reprises le rôle des classes supérieures noires qui doive (...)

9Comprendre la condition noire est indissociable de l’analyse des facteurs sociaux et historiques. La communauté noire est hétérogène en termes de parcours de vie mais partage un même passé et « une commune situation sociale d’oppression et de résistance à l’oppression » (p. 28)7, bien que celle-ci puisse être vécue différemment. Du Bois encourage l’organisation sociale dans des lieux comme les églises, où se rencontre la population noire, qu’il appelle à s’unir et à résister.8 Il estime que la raison majeure de la situation des Noirs est la perpétuation de la suprématie blanche, qui affecte la vie noire dans son ensemble. Il appelle les Blancs à prendre en compte les constats de son étude et à changer leurs comportements. L’ouvrage, salutaire par sa méthodologie et son traitement croisé de données qualitatives et quantitatives (questionnaires, observations, archives), marque les prémices de l’engagement politique et scientifique de Du Bois, contre les inégalités raciales et l’impérialisme occidental.

Haut de page

Notes

1 À propos de l’héritage de l’école d’Atlanta et du dénigrement du travail de recherche de Du Bois par le champ scientifique américain, voir : Morris Aldon D., The scholar denied. W. E. B. Du Bois and the birth of modern sociology, University of California Press, 2015.

2 Par exemple, l’un des fondateurs de l’African Free Society, l’ancien esclave Richard Allen, instaure en 1790 une Église rassemblant plus de 500 000 membres.

3 Dans cette étude, les hommes noirs emprisonnés sont comptés comme « disparus » au même titre que les hommes décédés. Les résultats sont accessibles en ligne : https://www.nytimes.com/interactive/2015/04/20/upshot/missing-black-men.html. En revanche, dans le travail de Du Bois, il n’est pas précisé si les hommes noirs incarcérés pourraient amener une justification supplémentaire à cet écart.

4 Cette analyse ouvre la voie aux réflexions ultérieures de Du Bois, comme sa critique du communisme, à propos de l’exclusion des Noirs des luttes ouvrières et du bénéfice que tirent les classes ouvrières blanches de l’exploitation occidentale. À ce sujet, voir : Martin-Breteau Nicolas, « “La suprématie blanche était presque mondiale” : W. E. B. Du Bois, la Première Guerre mondiale et la notion de whiteness », Séminaire « Pratiques sociales de la racialisation », EHESS, Paris, 22 novembre 2019. Voir aussi : Du Bois W. E. B., « The Souls of White Folk », in Darkwater. Voices from Within the Veil, Harcourt Brace, 1920.

5 Du Bois W. E. B., « Sur la mort du premier né » (1903), in Les âmes du peuple noir, Paris, La Découverte, 2007.

6 Wilderson III Franck B., Afropessimism, Liveright, 2020, p. 15.

7 En somme, Du Bois amène à penser la question d’une essence noire libératrice et formulée par la communauté. À cet égard, pour une approche philosophique de la question de l’essence noire, voir : Ajari Norman, La dignité ou la mort. Éthique et politique de la race, Paris, La Découverte, 2019.

8 À cet égard, Du Bois souligne à plusieurs reprises le rôle des classes supérieures noires qui doivent prendre position pour la communauté.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charlotte Corchète, « William E. B. Du Bois, Les Noirs de Philadelphie. Une étude sociale », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 12 juin 2020, consulté le 19 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/41727 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.41727

Haut de page

Rédacteur

Charlotte Corchète

Diplômée de la Fémis et étudiante-chercheuse en sociologie à l’EHESS.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search