Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020Léo Coutellec, Alexia Jolivet, Se...

Léo Coutellec, Alexia Jolivet, Sebastian J. Moser, Paul-Loup Weil-Dubuc (dir.), Le futur de la santé. Pour une éthique de l'anticipation

Thomas Michaud
Le futur de la santé
Léo Coutellec, Alexia Jolivet, Sebastian J. Moser, Paul-Loup Weil-Dubuc (dir.), Le futur de la santé. Pour une éthique de l'anticipation, Paris, Maison des Sciences de l'Homme, coll. « Le (bien) commun », 2019, 144 p., ISBN : 978-2-7351-2546-3.
Haut de page

Texte intégral

1Ce livre associe de courtes fictions à des textes analytiques développant des idées sur le futur de la médecine. Les auteurs élaborent une démarche prospective originale reposant sur une méthodologie spécifique. Ils commencent par identifier trois approches différentes du futur : l’anticipation prédictive (registre du probable), l’anticipation adaptative (registre du possible) et l’anticipation projective (registre de l’imaginable).

2L’anticipation prédictive est définie comme conservatrice, dans la mesure où elle repose sur des projections à partir de données prédéfinies et présélectionnées. Cette approche correspond à ce que Jean-Philippe Touffut définit comme la « société du probable ». Il s’agit de prédire le futur grâce à différentes méthodes, et l’avènement des big datas a permis de révolutionner cette démarche. Les auteurs reprochent à l’anticipation prédictive sa dimension performative. Énoncer un futur, c’est en partie poser les conditions de sa réalisation, dans une société suffisamment planificatrice pour imposer un futur hégémonique.

3L’anticipation adaptative repose sur un principe simple : « l’imprévisibilité de ce qui peut advenir est érigée en principe d’action pour le présent » (p. 11). Le but n’est plus de prédire, mais d’envisager des possibles. Cette approche est non disciplinaire et peut mobiliser des pratiques comme la fuite, le bricolage, l’humour ou la contestation.

4L’anticipation projective s’appuie sur les fictions et les utopies. « Il ne s’agit pas de prendre en compte les possibilités, mais d’imaginer l’inimaginable, de penser l’impensable, pour débattre de l’impossible » (p. 12-13). Les auteurs ont choisi cette approche pour ce livre sur le futur de la santé. La méthode par soustraction consiste par exemple à imaginer ce que serait la médecine sans maladie ou sans médecins.

5Philippe Barrier estime que « le scénario (comme anticipation créatrice), dans sa tentative de prévision, permet de faire advenir l’imprévisible » (p. 24). Les anticipations littéraires n’ont ainsi jamais réellement décrit les situations avant qu’elles n’arrivent. Toutefois, elles permettent de détecter des menaces, qui finissent par advenir sous d’autres formes. Ainsi, si la société d’hypersurveillance du roman d’Orwell, 1984, ne s’est pas réalisée exactement sous cette forme, le totalitarisme libéral permis par les technologies de communication est une dérive se rapprochant de la notion abordée par l’auteur de science-fiction. Barrier conclut que « le faiseur d’anticipation est dans la dynamique de transformation propre à la réalité, quand le prophète ou le devin est dans l’hypostase sacralisée » (p. 27). Il analyse la nouvelle de Sébastien J. Moser, « La malade sans entourage » qui évoque la vie d’une malade d’une sclérose en plaques. Il y voit la dénonciation d’un totalitarisme libéral individualiste qui déshumanise la médecine, comme en témoigne l’approche mécanique du soin de l’infirmière et l’occupation du temps de la patiente par une succession de « rencontres instrumentales programmées » (p. 33).

6Dans la nouvelle « La maladie sans symptôme », Paul-Loup Weil Dubuc et Roberto Poma envisagent une société future où la plupart des maladies auraient été vaincues. Resterait le calcul du taux de dégénérescence menant à la mort, variant selon les individus. Ce type de société serait problématique dans la mesure où les assurances et les emplois seraient conditionnés par un taux établi arbitrairement. Roberto Poma estime que « l’analyse de “La maladie sans symptôme” nous a conduits de l’utopie de la santé parfaite à la dystopie d’un système totalitaire où la quantification des conjectures sur l’état de santé individuel aurait pour conséquence le triomphe de la biopolitique du risque » (p. 50). La fin de la maladie pourrait ainsi générer un système inhumain dans lequel la gestion de la mort rendrait l’existence inégalitaire et provoquerait des différences inacceptables d’un point de vue éthique et moral.

  • 1 Foucault Michel, Sécurité, territoire, population. Cours au Collège de France, 1977-1978, Paris, Ga (...)

7Dans la nouvelle « Une santé sans médecin », de Léo Coutellec et Jean-Christophe Weber, l’action se déroule en 2065. La santé des individus est gérée par une infrastructure numérique nommée « Réseau d’appui humain pour le maintien en bonne santé ». On apprend que l’ordre des médecins a été dissout en 2043, l’assurance maladie finançant à la place des dizaines de milliers de start-up diffusant auprès de la population les trois principes de la bonne santé : prévenir plutôt que guérir, maitriser son mode de vie de façon personnalisée et assumer ses responsabilités de santé. Les médecins ont disparu au profit d’un système technologique qui régule le comportement des individus en les orientant vers la voie d’une santé optimale, sous peine de sanctions de l’assurance maladie. Ce système est défini comme une extension de ce que Michel Foucault1 nommait la biopolitique. La médecine sans médecin est toujours au service d’un pouvoir maitrisé par les technologies de contrôle.

  • 2 Le Breton David, L’Adieu au corps, Paris, Métailié, 1999.

8Le chapitre « Une médecine sans maladie », rédigé par Léo Coutellec et Laurent Denizeau, prolonge la fiction précédente. Charline n’a même plus le droit de déprimer dans ce futur régi par la médecine numérique. Laurent Denizeau y voit une société dans laquelle la dépression est perçue comme un laisser-aller inacceptable, ce qui est déjà le cas actuellement. Il établit un lien entre la médicalisation outrancière et le culte du bien-être, incarné par les coachs de vie qui assurent la performance optimale des individus dans une société où le culte de l’excellence peut mener à des dérives condamnables. Il cite aussi David Le Breton2 qui explique que le domaine du pathologique s’accroit en même temps que les progrès technoscientifiques. Toutefois, il estime que « la biomédecine est très critiquée particulièrement sur deux points : elle substitue à l’ordre naturel un ordre artificiel, et elle oublie le patient » (p. 86). Les imaginaires de la médecine évoluent de manière à promouvoir les approches complémentaires, comme l’acupuncture, face à une médecine technoscientifique totalitaire et déshumanisante.

9Le chapitre « Une santé sans standard », rédigé par Alexia Jolivet et Albert Ogien, se déroule dans un futur dans lequel un individu souffrant décide d’aller au marché aux Soins, dans lequel il est possible d’accéder à un choix important de soins médicaux, adaptés à tous les types de pathologies, pour des prix variables. Albert Ogien estime que la médecine est soumise aux lois du marché, comme un bien de consommation courante. Le scénario pose la question de l’opportunité de la déstandardiser. Cela serait faire fausse route dans la mesure où toute activité nécessite un ordre normatif. Plutôt que de laisser la santé au marché, il est préférable de la considérer comme un bien public incommensurable.

10Dans le chapitre « Une santé sans médicament », Sebastian Moser et Anne Vega ’interrogent sur la possibilité de réduire la consommation de médicaments, notamment en France où le système médical est particulièrement prescripteur. Ce phénomène est attribué par Anne Vega à l’existence d’une industrie pharmaceutique puissante qui influence les thérapeutes et finit par induire des comportements de consommation excessifs. Il est suggéré que les patients s’orientent vers une remise en question de cette médecine, qui apporte bien souvent autant voire plus d’effets secondaires que d’effets bénéfiques sur la santé. De plus, Anne Vega insiste sur les inégalités sociales de santé (ISS), les personnes les plus pauvres subissant bien souvent des pathologies liées à leur condition matérielle. Un grand nombre de symptômes pourraient ainsi être évités non par l’utilisation de médicaments, mais par une organisation différente de la société.

11Ce livre est original dans la mesure où il propose une étude sur le futur de la médecine à travers des fictions d’anticipation projective. Le but était d’envisager un futur privé de certains éléments pour mieux montrer leur importance dans le présent, mais aussi à l’avenir. Les fictions ne sont toutefois pas de la science-fiction, souvent bien ancrées dans la réalité, même si elles certaines se situent dans le futur. L’ouvrage dénonce bien souvent une médecine totalitaire, structurée tantôt par un État autoritaire, tantôt par des acteurs privés peu scrupuleux de la santé de leurs patients. La dimension analytique du livre vient compléter une approche fictionnelle à rapprocher du courant du design fiction, qui utilise la science-fiction pour définir les contours de grandes tendances futuristes ou pour développer des prototypes fictionnels dans la perspective d’effectuer de la prospective ou de modéliser de nouveaux produits ou services. Le séminaire « Anticipation(s) » à l’origine du livre a donc proposé une approche pertinente permettant d’insister sur les grandes tendances critiques de la médecine contemporaine et à venir. Il faut espérer toutefois que la santé décrite dans cet ouvrage ne se réalise pas ou évolue différemment, si elle traduit en grande partie la réalité, tant les fictions sont essentiellement négatives, voire dystopiques. Nous aurions souhaité trouver dans cet ouvrage davantage de réflexions positives et optimistes sur une médecine qui devrait être révolutionnée par le progrès des technosciences dans les prochaines années.

Haut de page

Notes

1 Foucault Michel, Sécurité, territoire, population. Cours au Collège de France, 1977-1978, Paris, Gallimard/Seuil, coll. « Hautes Études », 2004.

2 Le Breton David, L’Adieu au corps, Paris, Métailié, 1999.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Michaud, « Léo Coutellec, Alexia Jolivet, Sebastian J. Moser, Paul-Loup Weil-Dubuc (dir.), Le futur de la santé. Pour une éthique de l'anticipation », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 15 juin 2020, consulté le 27 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/41751 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.41751

Haut de page

Rédacteur

Thomas Michaud

Chercheur en sciences de gestion et en prospective.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search