Navigation – Plan du site

Pierre Charbonnier, Abondance et Liberté. Une histoire environnementale des idées politiques

Pablo Jensen
Abondance et liberté
Pierre Charbonnier, Abondance et liberté. Une histoire environnementale des idées politiques, Paris, La Découverte, 2020, 459 p., ISBN : 9782348046780.

À lire aussi

Haut de page

Texte intégral

1Nous sommes nombreux à sentir que la parenthèse moderniste s’achève, et la pandémie actuelle du Covid-19 en représente une parfaite illustration. Voici venue la fin d’une société pensant maîtriser une nature envisagée seulement comme une ressource à exploiter. Pressés par la catastrophe écologique en cours, nous sentons qu’il faudra refonder nos institutions, qui canalisent nos énergies loin des problèmes importants, mais nous manquons de repères pour penser une nouvelle politique. Abondance et liberté constitue une référence essentielle, car il analyse en détail l’histoire du mariage intime entre environnement et théories politiques, du libéralisme naissant à l’anthropocène, en passant par les grands classiques (Marx, Durkheim, Smith…) et en incluant quelques penseurs souvent négligés (Proudhon, Fichte, Veblen…). La grande question posée par Pierre Charbonnier est la suivante : alors que la modernité a acheté l’autonomie (la liberté de s’affranchir des tutelles externes) à coups d’abondance (croissance et développement), comment penser une autonomie qui n’épuise pas la planète ? Comment conserver le bon héritage moderne, l’énergie politique capable de révoquer les princes et d’identifier la rationalité immanente du corps social, tout en le réinventant pour établir une relation socialisatrice et durable avec le monde matériel ?

2Face à des questions si vastes, on attend volontiers l’auteur au tournant dans le domaine que l’on maîtrise, afin de jauger le bien-fondé de ses analyses dans les domaines qu’on connaît moins. Charbonnier passe l’examen haut la main, en résumant la sociologie des sciences à un « socialisme de la preuve » (p. 346). Pour être socialement valable, la légitimation des sciences doit être procédurale, basée sur des procédures collectives qui nous permettent de nous relier de manière robuste aux faits, et non appuyée sur une « métaphysique de la vérité » (p. 363) selon laquelle les sciences dévoileraient le monde tel qu’il est. Cette dernière a le double inconvénient de contredire la réflexivité sociale propre à la modernité et d’être inopérante face aux lobbies qui en contestent les résultats quand cela les arrange. Dire que « la science est politique » ne signifie pas que « la science n’est qu’une manipulation idéologique », mais que l’autorité sociale confiée aux porte-parole des non-humains est une forme de pouvoir et, comme toute autorité en contexte moderne, elle doit répondre « à l’examen de sa légitimité – ce qui ne se confond pas avec leur récusation de principe » (p. 345).

3Venons-en au cœur du livre. Pierre Charbonnier divise l’histoire humaine en trois grands âges, ceux de la terre, du charbon et de l’Anthropocène, séparés par deux mutations écologiques et politiques, la révolution industrielle et la dégradation écologique. À chaque époque, les rapports de domination et les aspirations collectives à la liberté et l’égalité sont profondément marqués par les caractéristiques écologiques des mondes correspondants. Ainsi, le premier âge, celui du libéralisme originel lié à la terre, est parvenu à créer un lien de renforcement mutuel entre abondance et liberté : promouvant d’une part l’abondance avec la conquête de la prospérité par l’optimisation des dispositifs de production (propriété privée de la terre, division du travail), et d’autre part la liberté avec la protection des droits individuels et collectifs par la limitation de l’arbitraire politique. La propriété privée de la terre constituait le socle juridique de l’égalité et la liberté, l’affranchissement de tous à l’égard des servitudes caractéristiques de l’Ancien Régime, affectant à la fois les hommes et la terre. Elle était également perçue comme une incitation à investir du capital pour améliorer les rendements, jugés insuffisants dans ce régime organique de manque récurrent (disettes chroniques) et de production ancrée localement (agriculture vivrière, énergie du vent ou des rivières).

4La seconde phase de la modernité s’enclenche, selon Pierre Charbonnier, quand le charbon et le chemin de fer se conjuguent à la division du travail et à la société de marché créées par le libéralisme du dix-huitième siècle. Combinée au pillage colonial, la révolution industrielle permet à l’Europe de créer une bulle économique désencastrée des pesanteurs territoriales. D’après l’auteur, cette révolution a donc créé une chimère institutionnelle : l’assemblage d’une tête libérale (guidée par les prix et le profit immédiat, ignorant déchets et pollution) sur un corps industriel et technique. La machine entraîne l’accumulation du capital et transforme la propriété libérale en source d’injustice et d’exclusion, empêchant toute émancipation politique dans les usines, ce que Proudhon a résumé par le slogan bien connu : « la propriété, c’est le vol ». Enfin, l’exploitation des colonies se fait selon un régime politique et écologique incompatible avec les règles libérales du droit. En réponse, vont émerger des critiques visant à socialiser la révolution industrielle, pour retrouver les exigences de liberté et d’égalité des Lumières.

5Pierre Charbonnier montre qu’il a fallu plus d’un siècle pour que ce projet socialiste commence à converger avec les combats écologiques. Pourtant, dès le départ, Marx avait perçu le parallèle entre l’exploitation des hommes et celle de la nature. Mais il ne l’a pas développé, obnubilé par la production et par sa philosophie de l’histoire, devant conduire vers la socialisation post-capitaliste de la nature. On connaît les conséquences de ce choix, qui a débouché sur le consensus productiviste pendant la guerre froide. Charbonnier réévalue ensuite la stature écologique de Durkheim, dont le mérite est selon lui d’avoir perçu très tôt l’anomie sociale provoquée par la recherche exclusive de la richesse, fournissant ainsi la première dissociation de la quête de la liberté de celle de l’abondance. Enfin, il montre que Karl Polanyi est le premier à tenter d’intégrer à la tradition socialiste le rapport à la terre, à un lieu, dont le fascisme avait su s’emparer pour combler le déracinement industriel.

6Pierre Charbonnier fait jouer un rôle majeur au concept de société proposé par ces derniers auteurs. Face aux bouleversements produits par le capitalisme industriel, aurait émergé un « ordre humain tenu par des régularités immanentes, irréductibles à l’exercice d’un pouvoir extérieur répressif ou au déploiement d’une providence naturelle » (p. 277). La société aurait cherché à se défendre contre ce qui l’agressait, ce qui est censé en prouver l’existence : « si quelque chose peut et doit réagir aux changements en cours pour s’y ajuster, c’est que cette chose existe » (p. 277).

  • 1 Salmon Gildas, « Foucault et la généalogie de la sociologie », Archives de Philosophie, vol. 79, n (...)
  • 2 Foucault Michel, La Société punitive. Cours au Collège de France (1972-1973), Paris, Seuil/Gallima (...)

7Mais affirmer que c’est la société (incluant donc libéraux, bourgeois…) plutôt que les ouvriers qui a résisté à la paupérisation provoquée par le capitalisme constitue une prise de position politique forte et peu discutée. Pierre Charbonnier balaye en un paragraphe les objections de Foucault, qui voyait en Durkheim l’« hagiographe d’un pouvoir sans roi »1. Pour Foucault, ces faits sociaux durkheimiens, supposés s’imposer aux individus, n’émergent pas d’une « conscience collective » par « un consensus obscur »2. Ils sont imposés par les puissants pour discipliner les travailleurs et garantir les profits. Or l’imprécision du concept de société conduit Charbonnier à considérer les marchés comme un pouvoir extérieur répressif plutôt que comme un ennemi politique interne à la société. Mais il ne précise pas ce qui définit les limites de la société, et son concept de société a du mal à caractériser les résistances populaires en dehors de l’Occident. Une analyse plus poussée de cette notion serait alors d’autant plus opportune que l’auteur fait jouer à la société un rôle central pour le futur. Pour lui, le défi essentiel de notre époque consisterait à identifier le sujet collectif qui reprendra le rôle qu’a eu la société après la révolution industrielle, mais en y incorporant « les êtres non humains, le territoire et les processus et régulations écologiques » (p. 392).

8Le livre se clôt par l’exploration de quelques pistes pour construire cette future autonomie post-productiviste. Pour Charbonnier, le mal est profond : il ne suffira pas de rejeter l’aliénation produite par le capitalisme technoscientifique pour reconquérir une humanité libre par essence, car nous ne disposons « d’aucun concept d’autonomie […] véritablement étranger aux mécanismes de l’abondance » (p. 424). Le monstre est en nous : dans nos lois, nos institutions. Ainsi, l’État social « a contribué à consolider les objectifs de performance économique qui conditionnent son financement » (p. 424).

9Pierre Charbonnier s’inspire de nombreux travaux des sciences sociales qui ont mis au jour la logique moderniste, puisant dans l’anthropologie, l’histoire par le bas, ou encore l’économie environnementale. Selon lui, cette dernière aura montré l’absurdité du système des prix, qui entretient le pillage écologique des terres et l’inaction climatique, tandis que la sociologie des sciences, à l’heure de la post-vérité, met en avant le soin à porter aux chaînes de médiation qui assurent la bonne représentation des faits dans la Cité.

10Tout ouvrage aussi ambitieux attire forcément des critiques, tant sur sa vision politique (concept fourre-tout de société, optimisme à propos de la tradition socialiste) que sur ses lacunes (analyse trop succincte des approches extra-occidentales). Néanmoins, il est clair que Pierre Charbonnier offre un socle historique et conceptuel fécond pour mieux penser la mutation écologique en cours. Il montre très bien que nous sommes loin d’avoir trouvé une relation entre les humains et la terre suffisamment viable pour garantir l’autonomie, la subsistance et l’habitat de 9 milliards d’humains.

Haut de page

Notes

1 Salmon Gildas, « Foucault et la généalogie de la sociologie », Archives de Philosophie, vol. 79, n° 1, 2016, p. 84.

2 Foucault Michel, La Société punitive. Cours au Collège de France (1972-1973), Paris, Seuil/Gallimard, 2013, p. 15.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pablo Jensen, « Pierre Charbonnier, Abondance et Liberté. Une histoire environnementale des idées politiques », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2020, mis en ligne le 03 juin 2020, consulté le 05 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/41761

Haut de page

Rédacteur

Pablo Jensen

Chercheur CNRS à l’ENS de Lyon, auteur de Pourquoi la société ne se laisse pas mettre en équations, Seuil, 2018.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page