Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020Benjamin H. Bratton, Le Stack. Pl...

Benjamin H. Bratton, Le Stack. Plateformes, logiciels et souveraineté

Guillaume Giroud
Le stack
Benjamin H. Bratton, Le stack. Plateformes, logiciels et souveraineté, UGA Editions, coll. « Savoirs littéraires et imaginaires scientifiques », 2019, 334 p., préface de Yves Citton, traduit de l'américain par Christophe Degoutin, ISBN : 978-2-37747-046-4.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Benjamin H. Bratton, The Stack. On Software and Sovereignty, Cambridge, MIT Press, 2015.
  • 2 Professeur en arts visuels et directeur du Center for Design and Geopolitics à l’université de Cali (...)
  • 3 Professeur de littérature et média à l’université Paris 8.

1On ne peut que saluer la traduction partielle de cet ambitieux ouvrage1 du théoricien Benjamin Bratton2. Présenté comme « hénaurme » (p. 16) par Yves Citton3, ce livre volumineux a été, en accord avec l’auteur, divisé en deux volumes par UGA Éditions. Intitulé Le Stack. Plateformes, logiciels et souveraineté, ce premier volet correspond ainsi – comme l’indique l’ajout dans le sous-titre du terme plateformes – aux première (The Models) et troisième (The Projects) parties de l’édition anglaise, dans l’attente de la traduction de la seconde partie (The Layers).

2À l’énormité de sa taille s’ajoute l’énormité du projet, que Bratton présente dès la préface : élaborer une nouvelle théorie de la totalité qui embrasse toutes les couches de la réalité à l’aune de la révolution computationnelle. Cette théorie entend d’une part démontrer que le numérique « ne désigne pas seulement la machinerie », mais aussi « l’infrastructure à l’échelle planétaire qui transforme […] la nature même de la gouvernance » (p. 25). D’autre part, en tant que théorie, elle propose une vision synthétique du numérique, contre l’approche actuelle essentiellement analytique des logiciels. Pour répondre à ce cahier des charges, Bratton s’appuie sur des ressources interdisciplinaires (philosophie, géopolitique, informatique, architecture…), ainsi que de nombreuses références anglo-saxonnes encore peu connues en France.

3Son objectif est de promouvoir une modernité renouvelée (p. 284). Pour ce faire, Bratton n’écrit pas tant qu’il designe une théorie – dans le double sens de désigner et de concevoir un modèle qui permette à la fois d’interpréter et de recomposer la situation numérique actuelle selon des formes alternatives. Tel est l’axe de recherche qui structure ainsi l’ouvrage en deux parties.

4La première (Les Modèles) développe sa théorie du Stack, ce terme clef n’ayant pas été traduit d’une part pour éviter les malentendus et d’autre part pour rester fidèle à son origine technique. En effet, le Stack désigne un type d’architecture informatique structuré par un empilement de couches de protocoles, de mémoires, de programmes, etc. Superposées dans un ordre modulaire et interdépendant, ces couches interagissent selon des boucles rétroactives caractéristiques du Stack.

5Selon Bratton, le Stack n’est pas qu’une métaphore. À la fois idée et chose, la matérialité du Stack se caractérise par un empilement de six couches qui interagissent entre elles – Terre, Cloud, Ville, Adresse, Interface et Utilisateur. Si la seconde partie de l’édition originale les aborde à tour de rôle, elles sont ici déjà brièvement présentées. La première couche Terre désigne l’ensemble des ressources énergétiques planétaires qui alimentent la seconde couche du Cloud, composée de plateformes. Travaillée par la couche du Cloud, la couche Ville organise concrètement les choses, les évènements et les relations, ceci via la couche Adresse et selon les modes de présentation de la couche Interface. À l’extrémité de cet empilement, on trouve l’ultime couche Utilisateur, qui voit et agit sur l’ensemble du système via l’Interface.

  • 4 Jussi Parikka, A Geology of Media, London, University of Minnesota Press, 2015.

6Le premier effet de cette stratification est de mettre fin à une conception immatérielle du numérique, qui le coupait des enjeux écologiques. Dans la mesure où la couche Terre fournit un fondement physique au Stack, celui-ci ne saurait exister sans ce substrat géologique qui lui apporte les ressources nécessaires à son fonctionnement, comme le rappelait déjà Jussi Parikka dans A Geology of Media4. Nous pouvons ainsi parler d’une écologie du Stack, dans le double sens d’une relation écologique entre les couches et d’un enjeu écologique lié à son caractère soutenable ou non.

  • 5 Voir Edmund Husserl, La Terre ne se meut pas, Paris, Éditions de Minuit, 1989 [1934] (en particulie (...)

7Le second effet de cette approche est de verticaliser les relations médiatiques, traditionnellement conçues de manière horizontale. Avec ce feuilletage de couches, il n’y a plus de centre ni de référence absolue : la Terre elle-même devient un Stack, cessant d’être « l’arche-originaire Terre »5. Il s’agit donc d’une architecture sans archè, c’est-à-dire sans fondement : elle est un pur « accident » (p. 50), à l’existence contingente, émergeant de conditions historiques données, et en aucune manière designée par une stratégie globale, un évènement révolutionnaire ou un ordre constitutionnel. Le « Stack-que-nous-avons » (p. 160) n’est donc qu’une variation, tout comme le Stack à venir, présenté dans la seconde partie.

8Reste qu’en tant qu’architecture, le Stack n’est pas dénué de pouvoir, similairement à tout archè. Il n’est pas qu’un système technique mondial. Il est aussi une géopolitique, dont il s’agira – à la suite de Michel Foucault – d’étudier la gouvernementalité. Le Stack est donc une infrastructure non seulement médiatique mais aussi politique, qui structure les relations de gouvernance, une « stackarchie » (p. 9) selon l’heureuse formule d’Yves Citton. Certes, le terme d’infrastructure n’est pas sans rappeler l’approche marxienne, néanmoins Bratton s’en distingue en ne la concevant pas comme une réalité figée et donnée, mais comme un processus architectural actif d’infrastructuration.

  • 6 Carl Schmitt, Le Nomos de la Terre, Paris, PUF, 2012 [1950].

9Plus encore, l’échelle planétaire du Stack fait déborder la gouvernance du strict cadre de l’État, le forçant à se redéfinir. Selon Bratton, ce cadre présuppose une géographie plane que les traités de Westphalie de 1648 ont formalisée. Or l’architecture feuilletée du Stack a pour effet un décollage, voire une déterritorialisation. S’opposant ainsi explicitement à Carl Schmitt, pour qui l’État se fonde sur un nomos de la Terre6, Bratton soutient au contraire qu’il n’y a plus de nomos a fortiori de nomos de la Terre et d’ordre étatique fondé sur celui-ci.

  • 7 Voir Benedict Singleton, On craft and being crafty. Human behaviour as the object of design (thèse (...)

10Toutefois, Bratton ne soutient pas que nous assistons à la fin de l’État. Selon lui, il s’avère désormais nécessaire de le penser en rapport avec une souveraineté de plateforme. Rappelant à la suite de Benedict Singleton7 que la plateforme est un plot (complot, intrigue) qui piège les utilisateurs selon un programme, Bratton en déduit que le Stack est une sorte de plateforme structurée en couches interopérables, relativement auxquelles l’État évolue. Par conséquent, il y a selon lui derrière la politique un programme, et donc des machines. Partant, de manière radicale, « la « politique » est, physiquement, ce système machinique » (p. 104) dont le Stack n’est que le diagramme.

11La seconde partie (Les projets) présente les scripts possibles des Stacks à venir. Et le chapitre « Le Stack à venir » peut à première vue se présenter comme un essai de projection quant aux devenirs des différentes couches du Stack. Se plaçant dans le flou (p. 161) entre ce qui est sans avoir encore de nom, et ce qui pourrait devenir car nous pouvons le nommer avant son arrivée, Bratton propose un travail de prospective, compris comme le fait de « voir de loin » (prospicere), designant ainsi d’autres Stacks possibles, loin de toute fatalité.

12Le dernier chapitre sur « Le Stack noir » nous met en garde contre une computation planétaire dystopique qui peut conduire à la désolation, la tyrannie et la misère, si nous n’y prenons pas garde. Cette expression désigne un type de Stack à venir qui se focalise particulièrement sur la couche Utilisateur. Comme cela a été dit plus haut, celle-ci est la couche supérieure du Stack, qui interagit avec les autres couches. Or rien dans sa définition ne présage de sa nature, qui peut ainsi être humaine ou non, à l’instar des bots, drones et autres capteurs. Le Stack noir est donc un Stack pré-copernicien où l’être humain n’est plus au centre ni auteur du monde, jouant un rôle secondaire dans une ère que l’on pourrait qualifier de post-Anthropocène. Autrement dit, et a contrario d’un certain humanisme, dans le Stack noir l’homme n’a pas été éliminé par la Grande Machine, mais il a cessé d’avoir de l’importance à l’intérieur du Stack lui-même.

13Au final, par son attention à la complexité des médiations numériques, ses divers niveaux d’intelligibilité, sa perspective de design, ainsi que les enjeux de gouvernance développés, Le Stack est un ouvrage majeur. Si la vigueur du style – tirant parfois vers l’exubérance – et l’abstraction conceptuelle peuvent surprendre, le texte prend position de manière nuancée et originale sur plusieurs débats théoriques d’envergure, ceci au fil de nombreuses études de cas. En somme, c’est un ouvrage exigeant et éclairant à tous égards, dont on ne peut que souhaiter la traduction de la partie centrale.

Haut de page

Notes

1 Benjamin H. Bratton, The Stack. On Software and Sovereignty, Cambridge, MIT Press, 2015.

2 Professeur en arts visuels et directeur du Center for Design and Geopolitics à l’université de Californie à San Diego.

3 Professeur de littérature et média à l’université Paris 8.

4 Jussi Parikka, A Geology of Media, London, University of Minnesota Press, 2015.

5 Voir Edmund Husserl, La Terre ne se meut pas, Paris, Éditions de Minuit, 1989 [1934] (en particulier « L’arche originaire Terre ne se meut pas. Recherches fondamentales sur l’origine phénoménologique de la spatialité de la nature »).

6 Carl Schmitt, Le Nomos de la Terre, Paris, PUF, 2012 [1950].

7 Voir Benedict Singleton, On craft and being crafty. Human behaviour as the object of design (thèse de doctorat), Newcastle, université de Northumbria, 2014, p. 96.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Giroud, « Benjamin H. Bratton, Le Stack. Plateformes, logiciels et souveraineté », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 16 juin 2020, consulté le 22 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/41768 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.41768

Haut de page

Rédacteur

Guillaume Giroud

Professeur agrégé de philosophie, actuellement enseignant dans le secondaire et doctorant à l’IRPHIL. Ses recherches portent notamment sur les nouveaux modes de médiation à l’ère du numérique, ceci en croisant les apports de la philosophie de la technique et des media studies.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search