Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020Elinor Ostrom, Discours de Stockh...

Elinor Ostrom, Discours de Stockholm. En réception du prix Nobel d’économie 2009

Madhura Joshi
Discours de Stockholm
Elinor Ostrom, Discours de Stockholm. En réception du Nobel d'économie 2009, Caen, C&F Editions, coll. « Interventions », 2020, 118 p., préf. Benjamin Coriat, trad. Jay Demazière et Hervé le Crosnier, ISBN : 9782915825985.
Haut de page

Texte intégral

1Née Elinor Claire Awan, Elinor Ostrom (1933-2012) fut à la fois la première femme à gagner le prix Nobel d’économie en 2009 (conjointement avec Oliver Williamson) et une outsider parmi les économistes lauréats. Durant la « vie de recherche » (titre du texte éponyme autobiographique inclus dans la publication) qu’elle a menée, elle a conduit de nombreux travaux marqués par une transdisciplinarité, tant sur le plan méthodologique que sur celui de la composition des équipes avec lesquelles elle a travaillé. Issue d’une famille modeste, la voie vers les études supérieures et la recherche n’était pas toute tracée. Après une licence en économie à l’université de Californie à Los Angeles, elle a obtenu son doctorat en sciences politiques. Si les femmes n’étaient pas encouragées à entreprendre une carrière universitaire (3 femmes dans la promotion de 40 étudiants), elles étaient ouvertement dissuadées de faire de la recherche en économie.

2À l’université d’Indiana à Bloomington, où Vincent Ostrom, son mari, avait trouvé un poste de professeur en sciences politiques, elle est devenue enseignante vacataire au milieu des années 1960 puis directrice d’un programme d’études en sciences politiques également. Dans les années 1970 le couple a cofondé l’Atelier de Théorie et d’Analyse Politique, qui accueillait des chercheurs venant de différentes disciplines (notamment des économistes et des politistes) et qui étudiait la manière dont les arrangements institutionnels affectaient les différents usagers de ressources communes. Elle a consacré les quinze premières années de sa recherche à l’étude des services de police aux États-Unis, mettant en évidence avec son équipe de recherche que la décentralisation n’affectait pas négativement l’efficacité des différents services de police, déconstruisant ainsi l’idée reçue selon laquelle la multiplication des services les rendrait inintelligibles et inefficaces.

  • 1 Les biens privés sont gérés par la loi du marché donc il peut y avoir une rivalité pour leur usage (...)
  • 2 C’est la thèse défendue par Garett Hardin. D’après lui, sans la définition de droits de propriété (...)

3Dans les années 1960, le courant de recherche dominant en économie reposait sur un modèle basé sur la figure de l’homo-œconomicus (un agent « rationnel » qui connaîtrait toutes les options possibles dans une situation donnée et chercherait à optimiser ou maximiser l’utilité attendue d’un service, d’une ressource, d’un produit donné), deux types de biens économiques (privés et publics1) et deux formes optimales d’organisation concurrentielle. Les biens communs – dont l’usage ne pouvait être ni concurrentiel ni restrictif (par exemple les cours d’eau) – étaient voués à la « tragédie »2 de la surexploitation, puisqu’il n’y aurait pas la main du marché ni celle de l’Etat pour gérer leur usage. Elinor Ostrom a démontré qu’il ne pouvait en être ainsi puisque les communs sont, par définition, des ressources gouvernées et protégées. Ainsi, aux biens publics, biens privés et biens de club (dont l’accès est contrôlé par des droits d’inscription comme les associations culturelles, sportives etc.) précédemment identifiés par des chercheurs, Elinor et Vincent Ostrom ont ajouté un quatrième type de biens, les Common Pool Resources ou « réservoirs communs de ressources » (selon la traduction de Jay Demazière et Hervé Le Crosnier). Il s’agit de ressources qui peuvent se présenter comme étant « naturellement » jointes (par exemple l’herbe d’un pâturage, l’atmosphère, les poissons d’un lac) ou bien qui peuvent prendre la forme d’un système construit par l’intervention humaine (par exemple un système d’irrigation).

4Les réservoirs communs de ressources sont caractérisés par l’impossibilité d’exclure des prétendants de leur accès ou de leur bénéfice (p. 12). Au lieu de penser à la « rivalité de consommation » des biens entre individus, Elinor et Vincent Ostrom ont introduit le terme de « soustractabilité d’usage » (p. 46-47). Celle-ci, ainsi que la possibilité d’exclure des agents de l’accès à la ressource, peuvent être plus ou moins fortes. Les cours d’eau, les pêcheries, la gestion des forêts sont des exemples concrets de ces réservoirs communs sur lesquels ont travaillé Vincent et Elinor Ostrom avec leurs collaborateurs à travers le monde.

5Au milieu des années 1980, Elinor Ostrom a fait partie d’une équipe fédérale formée par la National Research Council, qui était chargée de synthétiser l’ensemble des recherches empiriques afin d’évaluer l’utilisation efficace des ressources qui sont en autogestion. Elle a aussi contribué à la rédaction d’un manuel de codage des réservoirs communs de ressources dans lequel sont analysées 500 études de cas sur les communs, réalisées par des chercheurs dans diverses disciplines. Ses travaux montrent que la décentralisation et l’autogestion sont plus efficaces qu’une gestion publique centralisée ou strictement marchande.

6Le discours d’Elinor Ostrom lors de la réception du Prix Nobel s’intitule « Au-delà des marchés et des États : la gouvernance polycentrique des systèmes économiques complexes ». Les systèmes polycentriques de gouvernance peuvent avoir plusieurs centres de prise de décision, qui peuvent être formellement soit indépendants les uns des autres soit interdépendants. Ces centres peuvent entrer dans des relations contractuelles ou de coopération et ont recours à des mécanismes centralisés pour la résolution des conflits. Le nœud des décisions prises dépend de la position et des caractéristiques des acteurs, de l’information disponible et des actions possibles en connaissance des coûts et bénéfices ainsi que des résultats potentiels. Elinor Ostrom défend la thèse selon laquelle ce type de système polycentrique peut gérer les réservoirs communs de ressources. À partir de la grande diversité de cas enregistrés par l’équipe de recherche, elle a en effet analysé les caractéristiques des institutions présentes dans les systèmes pérennes et étudié les régularités institutionnelles, qu’elle a appelé « principes de conception » (design principles) (p. 63). Il s’agit là d’un de ses apports majeurs. Ces principes, qui s’appliquent aux biens communs, peuvent se résumer dans une liste qui comprend (p. 63-64) : les limites concernant les usagers et les ressources ; l’accord avec les circonstances locales ; l’appropriation des bénéfices et l’apport proportionnel dans les coûts ; les arrangements collectifs pour l’usage ; le contrôle des utilisateurs et de la ressource ; les sanctions graduées selon le degré de violation des règles ; l’existence d’un mécanisme de résolution de conflits ; la reconnaissance minimale des droits et la gouvernance imbriquée qui implique différents niveaux d’intervention.

7Ostrom met non seulement l’accent sur l’aspect technique de sa théorie de la gouvernance polycentrique et des modèles économiques qui en découlent dans la gestion des réservoirs communs de ressources mais aussi sur le développement de la structure de l’Institutional Analysis & Development Framework (IAD). Ce cadre d’analyse des institutions vise à contribuer à la dynamique du développement. Ainsi que l’explique Benjamin Coriat dans la préface (p. 23), la polycentricité revendiquée dans le titre du discours implique et nécessite la prise en compte des individus et des « méga » acteurs publics (États, entreprises, organisations non gouvernementales, etc.) puisqu’il s’agit de systèmes complexes.

8Si certains reprochent aux travaux d’Ostrom de s’inscrire dans une approche institutionnaliste historique, d’autres, comme Benjamin Coriat, y trouvent plutôt de la proximité avec la tradition libérale américaine. En situation de dilemme social, Elinor Ostrom considérait que la concertation des acteurs entre eux donnerait des résultats plus pérennes et mieux acceptés que ceux obtenus par une intervention externe. Car pour elle, les acteurs sociaux sont des agents mus par une pluralité de raisons, qui trouvent des solutions à leurs problèmes plutôt par les habitudes et les règles empiriques issues de l’usage (habits and rules of thumb) que par des « choix rationnels » tels que postulés par la théorie économique standard.

9Les travaux d’Ostrom vont au-delà du domaine purement économique : la décroissance, l’écologie, le changement climatique, la propriété intellectuelle, la gestion des ressources libres d’accès sont parmi quelques domaines de recherche qui viennent à l’esprit lorsqu’on pense aux communs, et ses dernières publications sur la « connaissance comme commun » en témoignent.

10Elinor Ostrom a consacré une grande partie de sa vie à réfléchir à la manière dont les politiques publiques peuvent faciliter le développement d’institutions pour que les êtres humains puissent en bénéficier et y contribuer. Dans sa théorie de gouvernance, le principe relationnel, la confiance et le contexte s’avèrent cruciaux pour expliquer des phénomènes de société et le comportement des acteurs (p. 78-82). L’essentiel n’est pas le type de gouvernance (centralisée/décentralisée) mais la manière dont celle-ci peut s’adapter aux spécificités locales et développer ses règles en fonction de la situation. Il convient ainsi de ne pas confondre complexité et chaos dans la gouvernance des territoires et des réservoirs communs de ressources.

11Cet ouvrage stimulant, fourni d’une riche bibliographie sur les communs, rend hommage à la réflexion visionnaire d’Elinor Ostrom. Il donne aux lecteurs un aperçu sur sa vie, son œuvre et sa joie dans la collaboration scientifique et dans la transmission. Avec la préface de Benjamin Coriat, spécialiste des communs, le lecteur pourra mieux comprendre les nuances dans l’élaboration du cadre d’analyse des communs et les enjeux contemporains lorsqu’il s’agit de la gouvernance des systèmes complexes, questions auxquelles s’est consacrée cette intellectuelle.

Haut de page

Notes

1 Les biens privés sont gérés par la loi du marché donc il peut y avoir une rivalité pour leur usage et l’individu qui les possède peut exclure les autres de leur usage (par exemple une maison individuelle). Les biens publics sont gérés par l’État, tout le monde peut s’en servir – il n’y a pas de rivalité ni d’exclusion possible (par exemple un jardin public).

2 C’est la thèse défendue par Garett Hardin. D’après lui, sans la définition de droits de propriété sur les biens communs, les agents rationnels exploiteront la ressource jusqu’à son épuisement. Voir Hardin Garett, « The Tragedy of the Commons », Science, n° 162, p. 1243-1248.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Madhura Joshi, « Elinor Ostrom, Discours de Stockholm. En réception du prix Nobel d’économie 2009 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 15 juin 2020, consulté le 28 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/41778 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.41778

Haut de page

Rédacteur

Madhura Joshi

Maître de conférences en anglais à l’Université Toulouse 1 Capitole et membre du laboratoire Cultures Anglo-Saxonnes (EA 801) à l’Université Toulouse 2 Jean Jaurès.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search