Navigation – Plan du site

Isabelle Astier, Nicolas Duvoux, La société biographique : une injonction à vivre dignement

Muriel Epstein
La société biographique : une injonction à vivre dignement
Isabelle Astier, Nicolas Duvoux, La société biographique : une injonction à vivre dignement, L'Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2006, 212 p., EAN : 9782296007918.
Haut de page

Texte intégral

1La société biographique est un panorama de la place de la biographie dans la société et, au-delà, dans l'ensemble des sciences dites sociales. La réflexion est bien sûr sociologique mais également philosophique, historique, ou psychologique. Avec douze auteurs différents, l'ouvrage a les défauts de ses qualités : des tonalités et des points de vue variés qui demandent une gymnastique intellectuelle permanente pour « s'installer » dans la lecture d'un article et comprendre une démonstration qui s'enchaîne plus ou moins bien avec une autre, d'un autre ordre.

2Alors oui, certains liens sont explicités et notamment, le dernier article, de Frédérique Giuliani, qui traite de « la procédure de l'entretien individualisé dans le travail d'accompagnement », fait complètement écho au premier, « L'institution de la dignité dans la société contemporaine », d'Isabelle Astier et Nicolas Duvoux. En effet, on passe du poids que prend l'entretien ethnographique en sociologie aux conséquences que cela peut avoir sur les sujets. Entre temps, on aura pris des détours et des focales plus ou moins originales telles que l'arbitrage entre maternité et emploi pour des femmes aux Etats-Unis (article de Simon Ducan et Sarah Irvin), ou une analyse lexicographique des récits (article de Corinne Squire) avec des liens au sujet général de l'ouvrage plus ou moins apparents.

3L'ouvrage comprend neuf articles regroupés en trois parties. Dans la première intitulée « Les biographies entre pratiques et théories », est explicité ce qu'est une « société biographique » (premier article des coordinateurs de l'ouvrage), en quoi cela constitue un « tournant biographique dans les sciences sociales » (second article par Michael Rustin) et enfin, méthodologiquement, comment « lire les récits » (dernier article par Corinne Squire). Cette partie atteint son objectif de nous faire relire la sociologie à travers le poids croissant des histoires de vie individuelle. Repartant de l'articulation fondamentale en sociologie macro/micro ou individu/société, il s'agit de comprendre en quoi les institutions doivent tenir compte d'un individu concret, réel et non fictif ou théorique.

4La seconde partie intitulée « Des politiques aux sciences sociales et retour, perspectives européennes » réunit des exemples européens de politiques publiques visant des individus. Ces politiques justifient, par elles-mêmes, la place que prend la biographie individuelle et la façon dont elle est travaillée dans un objectif pragmatique pour prendre en compte l'individu dans ses spécificités. « L'état social actif et la nouvelle fabrique du sujet » d'Abraham Franssen traite notamment des minima sociaux en Belgique et reprend, après une série d'exemples concrets la façon dont s'articule société et trajectoires individuelles. Les deux articles suivants « récits d'entreprise sociale : de la biographie à la critique des pratiques et des politiques » de Lynn Froggett et Prue Chamberlayne et « La formation sociale des valeurs et des rationalités : comment les mères arbitrent-elles entre l'éducation des enfants (caring) et l'emploi ? » de Simon Duncan et Sarah Irvin détaillent des terrains en Angleterre d'un centre de soin communautaire pour les premières et de mères travaillant ou non pour les seconds sans s'attarder outre mesure sur le lien entre l'étude des biographies et les politiques à mettre en œuvre. Cette partie offre finalement des visions très « micro », ethnologiques, de trajectoires individuelles mais ne permet pas complètement le recul vers une vision plus globale, plus « sociologique ».

5La troisième partie, intitulée « Nouvelles approches en France », permet de réaliser partiellement ce changement de point de vue. Curieusement, ce retour au territoire national s'ouvre sur un terrain Québécois : « Lorsque les stratégies d'empowerment épousent les trajectoires. L'aide à l'emploi dans des organismes communautaires au Québec » de Frédérique Le Goff. Cet article présente de façon détaillée une analyse comparative entre plusieurs centres sociaux étudiés selon qu'ils incitent plus ou moins les participants à « dire leur biographie ». L'article qui suit, par Matthieu Hély « de l'intérêt général à l'utilité sociale : transformations de l'Etat social et genèse du travailleur associatif » est un peu décalé. En effet, l'article, quoique intéressant en lui-même, est clairement en dehors du sujet de la « société biographique » et présente plutôt l'utilité sociale de ces salariés du privé que sont les travailleurs associatifs. Il permet cependant une transition vers le dernier article. Frédérique Giuliani conclut en effet l'ouvrage avec « La procédure de l'entretien individualisé dans le travail d'accompagnement : quand usagers et intervenants sociaux ont à organiser l'expérience de situation sans qualité ». Ce dernier article, particulièrement précis, détaille notamment en quoi la société biographique, c'est-à-dire celle qui prescrit aux agents de penser et dire leur trajectoire individuellement, est potentiellement dangereuse pour les plus faibles, leur imposant de construire une image d'eux-mêmes qui peut les enfermer, contournant dès l'origine toute tentative de rejeter sur un système ou sur autrui tout dysfonctionnement. L'ouvrage boucle ainsi sur les difficultés de cette société qui se construit de plus en plus individu par individu.

6Au final, malgré des articles hétéroclites, « La société biographique : une injonction à vivre dignement » est un ouvrage essentiel pour qui veut s'intéresser à l'histoire des individus et à l'articulation entre l'individuel et le social, au travail social, ou même pour toute personne qui travaille la méthodologie de l'entretien ethnographique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Muriel Epstein, « Isabelle Astier, Nicolas Duvoux, La société biographique : une injonction à vivre dignement », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2007, mis en ligne le 04 juin 2007, consulté le 29 mars 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/418

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page