Navigation – Plan du site

Henri Eckert, Avoir vingt ans à l'usine. Etre jeune et ouvrier en France au début du 21ème siècle

Igor Martinache
Avoir vingt ans à l'usine
Henri Eckert, Avoir vingt ans à l'usine. Etre jeune et ouvrier en France au début du 21ème siècle, La Dispute, 2006, 218 p., EAN : 9782843031366.
Haut de page

Texte intégral

1A force de voir s'imposer les sociologies de la « postmodernité », « seconde modernité », ou « modernité tardive » selon les auteurs, on en aurait presque oublié qu'il existait des ouvriers. Un peu comme si les piqûres de rappel récurrentes de l'actualité sociale, à commencer par les vagues successives de ce que l'on appelle pudiquement « plans sociaux », étaient devenues insuffisantes face à l'avènement de l' « économie de la connaissance ». Et pourtant, bien que désormais devancés par les employés, les 7 millions d'ouvriers constituent encore plus du quart de la population active française. Et surtout, un jeune homme de 15 à 29 ans en emploi est sur deux est ouvrier. Mais c'est que, comme l'écrit en conclusion Henri Eckert, « les revues automobiles qui annoncent avec éclat, entre couleurs criardes et photos en pleine page, la sortie des nouveaux modèles n'évoquent jamais les chaînes de montage ni la fatigue des opérateurs. Mais surtout, le spectacle de la marchandise ignore le temps et occulte le temps de la production ». C'est donc à la restitution de ce temps, à la fois à l'échelle du quotidien et à celle de l'existence de celles et ceux qui participent physiquement à la production, que s'attèle ici Henri Eckert. Pour cela, il s'intéresse plus particulièrement à la catégorie des jeunes ouvriers : ceux qui, bien souvent eux-mêmes fils d'ouvriers, le deviennent au sortir de l'école.

  • 1 Les enquêtes dites « Génération », qui consistent à suivre la trajectoire scolaire et professionnel (...)

2Ancien enseignant puis conseiller d'orientation, et aujourd'hui chercheur au Céreq (le Centre d'études et de recherche sur les qualifications), Henri Eckert appuie son travail à la fois sur les enquêtes longitudinales réalisées par cette institution1, et sur une série d'entretiens qu'il a réalisés, majoritairement auprès de jeunes opérateurs travaillant sur les chaînes d'un grand fabricant d'automobiles français. Il découpe ainsi son récit de manière chronologique, intercalant cependant entre certains chapitres des « incises », qui lui permettent d'évoquer un cas particulier ou une réflexion plus théorique sur un point précis jugé significatif.

3Ainsi, dans le premier chapitre, intitulé « le temps de l'école », il revient sur le processus qui conduit les jeunes au métier d'ouvrier. Une trajectoire qui paraît à certains égards aussi implacable qu'ambiguë dans la mesure où, aussi bien les représentants de l'institution scolaire que les jeunes concernés font semblant de « ne pas comprendre ce qui leur arrive », pour reprendre les mots d'un des jeunes interviewés. Mais ambiguë aussi car elle conduit aussi ces derniers d'une situation d'échec scolaire à une certaine fierté d'exercer un métier difficile. Cela étant, comme le montre bien le second chapitre, le « chemin de l'usine » est plus sinueux qu'il n'y paraît. Autrement dit, on ne passe que très rarement de la formation initiale à un poste stable. L'intérim, mais aussi des tentatives dans d'autres professions, voire pour certains le passage par la rue, constitue un passage quasi obligé pour les jeunes sortis de la voie scolaire « normale » - avec toute la normativité que ce terme implique.

4Henri Eckert décrit ensuite les « premiers pas à l'usine », caractérisée par la nécessité d'entrer dans son rôle. Suivant une perspective à la fois interactionniste et foucaldienne, il montre à quel point l'usine constitue une institution « disciplinaire » - mais pas « totale » comme l'avance Philippe Bernoux dans Un travail à soi (1981). Parmi les nombreuses exigences imposées aux jeunes ouvriers, celle de s'intégrer à une équipe ; ce qui n'empêche cependant pas un certain sentiment de solitude, mais surtout permet selon Henri Eckert, une normalisation efficace des comportements périphériques à l'activité productive proprement dite. Ainsi les opérateurs sont-ils censés prendre leur temps de pause en équipe et dans les lieux prévus à cet effet. Il prolonge cette thèse de l'usine comme institution disciplinaire dans la troisième partie de l'ouvrage, « l'usine au jour le jour », notamment dans un chapitre au titre explicite : « être surveillé(s) et produire ». Mais entre-temps, il s'intéresse plus spécifiquement au « désenchantement des bacs pro », c'est-à-dire au déclassement auquel fait face cette catégorie de jeunes plus diplômés que leurs collègues pourvus d'un seul CAP ou BEP. Non seulement ceux-là ne peuvent que rarement mettre en œuvre les compétences spécifiques acquises au lycée professionnel, mais ils doivent parfois dissimuler leur niveau réel de qualification pour être embauchés. Plus généralement, les rêves de carrière de ces jeunes ouvriers se heurtent bien souvent à un véritable plafond de verre, ainsi que le décrit le septième chapitre. Ce qui génère souvent un désir important d'échapper à l'usine, cependant aussi souvent contrarié par un besoin impérieux de travailler pour se sentir digne, ainsi que l'exprime une grande partie des enquêtés.

5C'est donc un portrait de jeunes en quelque sorte enfermés dans une condition ouvrière où il faut payer cher de sa personne sans être payé bien cher en retour que livre ici Henri Eckert. Il vient ainsi compléter bien plus que répéter les grands travaux récents consacrés au monde ouvrier, tels que Retour sur la condition ouvrière de Stéphane Beaud ou Michel Pialoux (1999), ou Le monde privé des ouvriers d'Olivier Schwartz (1990). A l'instar de ce dernier d'ailleurs, Henri Eckert consacre son dernier chapitre à la vie « hors de l'usine ». Il vient y confirmer à la fois l'importance de la vie familiale, mais aussi de ce que Schwartz qualifie d'« espaces de recomposition masculine », à commencer par le sport qui permet notamment à ces ouvriers de retrouver un usage plein et libre de leur corps. En somme, cet ouvrage d'Henri Eckert vaudrait déjà la peine d'être lu simplement pour les multiples hypothèses et interrogations qu'il soulève. Mais plus encore, il atteint bel et bien son objectif initial : retrouver le fil des « conditions dans lesquelles sont produits les biens matériels avant qu'ils ne nous apparaissent sous la forme abstraite de marchandises sur les rayons des temples de la consommation postmoderne... ».

Haut de page

Notes

1 Les enquêtes dites « Génération », qui consistent à suivre la trajectoire scolaire et professionnelle d'une cohorte constituée des jeunes quittant le système scolaire la même année

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Martinache, « Henri Eckert, Avoir vingt ans à l'usine. Etre jeune et ouvrier en France au début du 21ème siècle », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2007, mis en ligne le 09 juillet 2007, consulté le 16 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/419

Haut de page

Rédacteur

Igor Martinache

Professeur agrégé (PRAG) en sciences économiques et sociales à l’Université Lille-1, et rédacteur en chef du site Agora / Sciences sociales. Igor Martinache est membre du comité de rédaction de Lectures.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page