Navigation – Plan du site
La crise du Covid vue par le monde de la recherche

La crise du Covid vue par le monde de la recherche

Volet II
Dir. : Alain Faure
Alain Faure (dir.), « La crise du Covid vue par le monde de la recherche. Volet II », Le virus de la recherche, 2020, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble.
Notice publiée le 08 juin 2020

Présentation de l'éditeur

À l’initiative de Ségolène Marbach, directrice éditoriale des PUG, l’opération « Le Virus de la recherche », coordonnée par Alain Faure (Science Po Grenoble), est le fruit d’une démarche collective d’auteurs. Elle rassemble des textes courts, grand public, écrits par des chercheurs, toutes disciplines confondues, sur la pandémie Covid-19.

- Pandémie, résilience, villes : deux ou trois choses que nous savons d’elles, Jérôme Baratier, urbaniste
Cet article ne dit pas le futur et ne vise pas à dessiner le monde d’après. Il ne se lit pas non plus au passé, à vouloir dresser la liste de ce qui ne devrait plus jamais être comme avant. Il est écrit au présent et s’essaie à discerner ce que le Covid‑19 nous dit de nos territoires, de nos actions collectives, de la résilience et de quelques perspectives de l’urbanisme. 

- Revisiter le solidarisme de Léon Bourgeois à l’heure du Covid-19, Hervé Defalvard, économiste
Le solidarisme de Léon Bourgeois devrait nous inspirer pour faire de cette crise du Covid-19 non pas un moment éphémère de solidarité, mais bien le début d’une nouvelle humanité solidaire. Comment éclairer, à partir de nos activités de recherche, ce qui nous arrive aujourd’hui ainsi que les conséquences que nous pouvons en tirer pour le « jour d’après » ? Le questionnement initié par les PUG me donne l’occasion de mettre en lumière le solidarisme de Léon Bourgeois. Même s’il a été quelque peu exhumé ces dernières années, celui‑ci reste un grand oublié de notre histoire collective. 

- Un monde invisible, Viviane Huys, historienne de l’art et philosophe
À l’image des personnes en situation de handicap qui sont « empêchées » au quotidien, c’est l’ensemble des individus qui est aujourd’hui entravé dans l’accès aux espaces. Si le Covid‑19 nous contraint à vivre comme nous n’avons jamais vécu, privés de nombreuses libertés pour éviter que la pandémie ne nous atteigne davantage, il oblige à interroger les pouvoirs de l’invisible. Car il est impossible de voir le virus qui a gagné de nombreux territoires désormais, seulement ses effets, considérables. De même, nous verrons que le contexte actuel nous rappelle d’autres invisibilités dont les effets nous échappent pourtant cette fois.

- Tourments et principe de précaution vus depuis l’Assemblée nationale, Michel Issindou, homme politique
Une fois de plus, les élus du peuple, sans qualification particulière, se retrouvent confrontés à des avis d’experts divergents, et dans l’obligation de trancher rapidement. Le désordre planétaire provoqué par le Covid‑19 me ramène à un moment d’extrême tension vécu à l’hiver 2009, alors que j’étais député à l’Assemblée nationale. Un autre virus de la grippe, le A H1N1, avait semé le doute, le trouble et une forte dose d’angoisse sur les bancs de l’Hémicycle. Fallait‑il s’inquiéter de ce virus que l’on prétendait redoutable ou ne pas lui prêter plus d’attention qu’à une grippe saisonnière ? Les experts furent convoqués en masse pour nous dire leur vérité, nous exposer la menace réelle. Les uns, bourrés de certitudes négatives, nous ont effrayés, d’autres bourrés de doutes, nous ont laissés dans l’expectative, les derniers enfin, bourrés de certitudes positives, nous ont rassurés… À qui fallait‑il faire confiance ?

- Faites confiance à la science, mais méfiez-vous des scientifiques, Raul Magni Berton, politiste
Contrairement aux activités de voyance, la science ne peut dire de l’avenir que ce que le passé nous permet d’inférer. Rarement l’influence de la science sur la politique n’a été aussi importante que dans la crise sanitaire du Covid‑19. S’agissant d’éviter ou de minimiser une menace qui risque de produire de millions de morts, les modèles épidémiologiques ont été décisifs pour inspirer les politiques publiques à suivre. Et si nous sortons de cette crise en évitant un lourd tribut, nous pourrons dire que c’est la recherche scientifique qui nous a protégés.

- Confinés de tous les pays, unissez-vous !, Michel Hollard, économiste
Les conséquences possibles de cette crise sont considérables et aucune frontière ne permet de s’en protéger. Un rapport de l’ONG OXFAM (9 avril 2020) évalue à 500 millions le nombre de personnes que la crise pourrait « précipiter dans la pauvreté » avec les mouvements de population et les montées de violence qui peuvent en résulter. Or, au même moment, je relisais des épreuves d’un ouvrage collectif sur la production au Maroc réalisé par une équipe d’économistes marocains et français. Ceci m’incitait évidemment à poser la question : « Qu’en est‑il de la pandémie au Maroc ? ». 

- Une crise totalement inédite…, Yann Echinard, économiste
La lente prise de conscience collective de la fragilité de notre écosystème est à l’image de l’inertie de notre modèle économique construit durant près de deux siècles. Les changements se réalisent sur un temps long. Les conséquences économiques sont inédites car la crise dans laquelle entrent progressivement les pays touchés par le Covid‑19 n’a jamais été expérimentée : c’est la première fois dans l’histoire qu’un nombre aussi important de pays se confinent quasi simultanément et décident, de fait, d’arrêter leur activité économique en période de paix afin de préserver les vies humaines, le seul moyen de combattre le Covid‑19 semblant être le confinement. Cette décision politique majeure a des conséquences économiques tout aussi majeures. Une récession qui, en quelques jours, se transforme en une dépression. 

Et moi ?, Pierre Frappat, journaliste
Comment inventer si on ne doute pas de soi‑même, si on n’écoute pas ce qui se pense et se dit hors de nos chapelles ? La crise actuelle nous apprend ce que nous savions déjà : nous avons encore tant de choses à apprendre, dans tous les domaines des sciences dures et des sciences sociales. Alors, restons humbles et modestes. Peut‑être trouverons‑nous des solutions aux problèmes gigantesques qui nous assaillent en avançant par tâtonnements. Cela s’appelle le pragmatisme, loin des certitudes et des dogmes.

Test acide, Erwan Henry, chef d’entreprise, spécialiste en marketing international
Le cruel Covid sape nos valeurs et nos principes. Il déclenche la collision violente de nos valeurs humanistes avec les principes économiques et la réalité de la société industrialisée. Pour analyser et comprendre les cultures du monde et les relations qu’elles suscitent entre les personnes et leurs manières de travailler, il faut pouvoir aller au‑delà de ce qu’on voit, déchirer les voiles qui déforment la perception ou racler une couche opaque et occultante. Dans cette perspective, le perfide Covid est un puissant révélateur, une sorte de test acide sur les événements, l’environnement et nous‑mêmes. Par test acide, entendons une abrasion brutale et douloureuse qui décape le vernis de la convenance, dissout les nuances complaisantes et éclaire crûment tout ce que l’on ne peut pas ou ce que l’on ne veut pas voir. Nous n’écoutions que distraitement les cassandres du réchauffement climatique, de l’épuisement de la planète, dénonçant le tsunami des déchets plastiques et poisons. Est‑ce une coïncidence si le Covid vient d’une des zones les plus polluées au monde ? Effet boomerang du massacre de la nature et de la surpopulation ?

- Triste distance, Fabienne Martin-Juchat, chercheure en science de l’information et de la communication
Lors de nos rares sorties, les regards sont fuyants, les visages sont sévères, les saluts rares. Pourquoi un tel comportement ? Le Covid‑19 ne se contracte pourtant ni par le regard, ni en disant « bonjour » à un passant. Ce changement, qui ne se manifeste pas que dans les quartiers urbains et « sensibles », pourrait sembler anodin. Mais il annonce une évolution peut‑être durable. Les rites de politesse ont un rôle essentiel : afin de préserver l’interlocuteur, il s’agit d’éviter l’inquiétude d’être agressé, impliquée par la coprésence physique. Il a fallu des siècles d’éducation dans toutes les sociétés pour contenir cette pulsion animale de peur de l’autre qui mène à une réaction primitive : sauver sa peau.

Haut de page

Notes de la rédaction

Cette collection d'ouvrages, disponible sur https://www.pug.fr/collection/113/le-virus-de-la-recherche, est consultable au format numérique. Seule cette version numérique de la publication est disponible pour la rédaction d'un compte rendu. Les rédacteurs et rédactrices peuvent concentrer leur compte rendu sur quelques titres seulement. 

Haut de page

Discipline

Économie

Géographie

Philosophie

Science politique

Sciences de l'information

Sociologie

Urbanisme - architecture

Haut de page