Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020Carine Vassy, Benjamin Derbez, In...

Carine Vassy, Benjamin Derbez, Introduction à la sociologie de la santé

Célia Poulet
Introduction à la sociologie de la santé
Carine Vassy, Benjamin Derbez, Introduction à la sociologie de la santé, Paris, Armand Colin, coll. « Cursus », 2019, 195 p., ISBN : 978-2-200-62109-4.
Haut de page

Texte intégral

1Accessible sans prérequis, cet ouvrage de synthèse sur les travaux sociologiques menés dans le champ de la santé est principalement destiné aux étudiants en filières de santé. Les auteurs ont fait le choix de structurer leur propos par sections thématiques, selon les principaux terrains de recherche investigués par la sociologie de la santé : la maladie appréhendée comme phénomène social ; le travail en santé (en particulier la profession médicale et la profession infirmière) et la relation entre patients et corps médical ; l’histoire et l’analyse des territoires sociaux investis par les professionnels de la santé (reproduction, maladie mentale notamment) et enfin les enjeux de la recherche médicale en général et de la bioéthique en particulier. L’ouvrage étant très dense, cette note ne prétend pas en rendre un compte-rendu exhaustif, mais en retenir certains points clés.

  • 1 Voir par exemple l’enquête ObEpi en France, citée par les auteurs, dont les principaux résultats so (...)
  • 2 Fassin Didier, « Inégalités sociales de santé » in Didier Fassin et Boris Hauray (dir.), Santé publ (...)

2Le premier chapitre est consacré à la rupture qu’opère la sociologie avec le sens commun en appréhendant la maladie non pas comme une donnée naturelle, mais comme le résultat de configurations socialement construites. Les travaux sur les inégalités sociales de santé en constituent un exemple parlant, puisque plus le milieu social est favorisé, plus on vit longtemps et en bonne santé1. Si une partie de l’explication réside dans les conduites à risque (par exemple le tabagisme), l’approche sociologique montre que celles-ci constituent un angle mort car elles cachent les facteurs sociaux tels que les conditions de vie ou de travail (le tabagisme est plus répandu chez les ouvriers que chez les cadres2). Pour expliquer le lien entre milieu social et santé, les sociologues font notamment appel au concept d’habitus qui rend compte de pratiques non plus seulement individuelles, mais de classe.

3La profession médicale et la constitution du quasi-monopole qu’exercent les médecins sur le diagnostic et le traitement des maladies font l’objet du deuxième chapitre. L’évolution du pouvoir des médecins s’inscrit pour les auteurs dans un processus de médicalisation, un terme qui décrit le mécanisme par lequel de plus en plus de problèmes sociaux sont rattachés au champ de compétence des médecins, comme c’est le cas pour l’hyperactivité à partir de la fin du xixe siècle. En parallèle de cette extension du territoire de la médecine, la profession médicale se transforme au fil de ses relations avec les instances civiles et politiques. Le développement des institutions de prévoyance, en particulier à partir de la fin du xixe siècle avec la Charte de la Mutualité (1898), qui fonde les principes du mutualisme, initie une profonde modification de la relation entre les médecins et les pouvoirs publics, prenant la forme d’une négociation permanente entre exigences médicales et considérations politiques, notamment sur le tarif des consultations ou encore le numerus clausus à l’entrée de l’université de médecine. L’un des autres effets de l’entrée de la santé dans le périmètre des pouvoirs publics se matérialise par l’essor de l’hôpital et la spécialisation grandissante des médecins. Après la Seconde Guerre mondiale, le nombre d’hôpitaux augmente considérablement, jusqu’à la réforme Debré de 1958 qui crée les centres hospitalo-universitaires (CHU). Les CHU achèvent un mouvement amorcé depuis longtemps : à l’origine plutôt située dans le monde libéral, l’élite médicale est désormais salariée dans les institutions. La santé entre du même mouvement dans le cadre gestionnaire des grands établissements hospitaliers sur lesquels pèsent des contraintes managériales et financières.

  • 3 Goffman Erving, Asiles. Études sur la condition sociale des malades mentaux, Paris, Minuit, coll. « (...)

4Le troisième chapitre s’intéresse aux objets de la médicalisation. La santé mentale est le premier de ces objets d’études, immortalisé par le célèbre Asiles3 d’Ervin Goffman, qui développe l’idée que l’hôpital psychiatrique, sous couvert de soigner les malades, est une « institution totale » où s’exerce sur les patients la privation de liberté par leur surveillance permanente. Le cas de la maladie mentale soulève plus largement la question de la liberté du patient : les travaux de Livia Velpry, par exemple, montrent la difficulté, dans le contexte de la médecine psychiatrique, de savoir comment considérer le point de vue du « malade », à qui l’on demande de prouver en permanence la rationalité et la fiabilité de son discours. La deuxième partie du chapitre présente l’apport de la sociologie sur les questions de la sexualité et de la reproduction. Les auteurs s’intéressent notamment à la dimension du genre dans la prise en charge médicale, soulignant que « les femmes sont devenues une clientèle captive de la profession médicale » (p. 83), et que c’est sur le corps féminin qu’est concentré l’essentiel des actes de soin liés à la reproduction. Les techniques médicales apparaissent alors non seulement comme des outils de soin, mais aussi comme des processus permettant la rationalisation des naissances en institution et l’amélioration des conditions de travail du personnel soignant : l’anesthésie péridurale, par exemple, contribue à la fois à la diminution des douleurs de l’accouchement et à la réduction des cris des femmes. La médicalisation accrue de la reproduction illustre ainsi le pouvoir de plus en plus grand du médical sur la reproduction humaine, mais aussi la dimension de contrôle social qu’implique l’action thérapeutique.

5Les travaux sur la profession infirmière sont au cœur du quatrième chapitre. Profession créée à l’initiative des médecins pour se doter de travailleuses soumises à leur autorité et non plus à celle de l’Église, comme c’était le cas avec les religieuses dans les hospices médiévaux, le métier infirmier connait un mouvement de professionnalisation en même temps que d’autonomisation par rapport aux médecins. Les premières écoles d’infirmières apparaissent dès la fin du xixe siècle, laïcisant le métier tout en conservant certaines de ses caractéristiques initiales, telles que la vocation, l’empathie ou le don de soi, qui marquent encore l’expérience du travail infirmier. L’histoire de la profession infirmière est aussi celle de son combat pour l’autonomie par rapport aux médecins, où émergent différentes perspectives : développer leur rôle propre, autrement dit la pratique d’un diagnostic infirmier, ou orienter la profession vers l’extension d’un certain nombre d’actes médicaux au périmètre infirmier. Ces débats s’inscrivent dans un contexte global d’intensification du travail où le temps disponible pour les soins se voit diminué, rendant difficile l’exercice du rôle propre des infirmières. Pourtant, la filière est amenée à devenir de plus en plus attractive pour les étudiants, du fait de la pénurie de personnel dans un contexte de besoin de soins grandissant, conséquence notamment du vieillissement de la population.

  • 4 Rabeharisoa Vololona, Callon Michel, « Les associations de malades et la recherche : des self-help (...)

6Le cinquième chapitre est consacré au pouvoir des malades, montrant comment la place du malade a progressivement évolué d’une asymétrie relationnelle, où le médecin a le monopole de la connaissance, à un rapport de force négocié. Les travaux d’Eliot Freidson, publiés aux États-Unis pendant les années 1970, ont montré que la relation médecin-patient, loin d’être une « simple » répartition des rôles, comporte en effet des aspects conflictuels, dont une partie se matérialise autour du partage de l’information concernant le diagnostic avec le patient. Pour organiser la défense de leurs droits, les patients et leurs familles se constituent, particulièrement depuis les années 1970, en collectifs et en associations. Ces associations promeuvent les droits du patient jusqu’à la contestation du pouvoir médical, en faisant reconnaître les savoirs expérientiels du patient sur sa pathologie et en produisant des connaissances scientifiques par le financement de travaux scientifiques indépendants. C’est le cas par exemple de l’Association Française contre les Myopathies qui, dès les années 1950, est devenue le leader de la recherche sur le sujet, sous le contrôle des patients et des familles de patients. Ces associations ont participé à la construction de « collectifs de recherche hybrides » (p. 141), où patients et chercheurs sont associés dans un mode de production de connaissance inédit4.

7Dans le dernier chapitre de l’ouvrage, les auteurs s’intéressent aux travaux menés en sociologie autour des innovations biomédicales et de la bioéthique. Le concept de biomédicalisation développé par la sociologue états-unienne Adele Clarke est au cœur de ces pages, décrivant la place qu’ont prise les activités de laboratoire dans la pratique médicale, en particulier depuis la seconde moitié du xxe siècle. L’un des traits de cette évolution est la généticisation de la médecine, qui présente deux écueils : d’une part, il s’agit d’un paradigme réductionniste car il limite l’explication à des caractéristiques liées aux seuls gènes ; d’autre part, il s’agit d’un paradigme déterministe, car le destin des individus serait alors inscrit dans leur ADN. La médecine prédictive qui en découle brouille la frontière entre prédisposition (risque d’être atteint) et prédétermination (développement de la maladie), fabriquant une catégorie d’individus « ni malades, ni en bonne santé » (p. 154), comme c’est le cas des porteurs d’états dits « pré-cancéreux » dont une partie n’évolue pourtant jamais en cancer. La sociologie apporte ici un éclairage à la bioéthique par la discussion qu’elle ouvre sur des notions qui semblent aller de soi dans la médecine, comme la définition de la pathologie par rapport à la bonne santé ou, plus largement, la « ligne de partage entre la vie et la mort [qui est] remise en question » (p. 170) par les évolutions médicales.

8L’ouvrage a deux grandes forces : d’une part, son écriture claire permet d’avoir une vision assez large de la sociologie de la santé, dans un livre relativement court et à la lecture facile ; d’autre part, le livre montre les liens qu’entretiennent sciences médicales et sociologie, et aide à comprendre comment la démarche sociologique peut éclairer la pratique médicale. On pourra cependant regretter que l’ouvrage n’aborde que très allusivement la question de la médicalisation du vieillissement, sujet pourtant de plus en plus étudié en sciences sociales et qui ouvre de nouvelles perspectives quant à la réflexion sur l’état de maladie et de santé.

Haut de page

Notes

1 Voir par exemple l’enquête ObEpi en France, citée par les auteurs, dont les principaux résultats sont consultables ici : www.promosante-idf.fr/sinformer/ressources-documentaires/enquete-obepi. On y apprend par exemple « qu’il existe une relation inversement proportionnelle entre le niveau de revenu mensuel du foyer et la prévalence de l’obésité » (cité en p. 24 de l’ouvrage).

2 Fassin Didier, « Inégalités sociales de santé » in Didier Fassin et Boris Hauray (dir.), Santé publique, l’état des savoirs, Paris, La Découverte, 2010, p. 413-424.

3 Goffman Erving, Asiles. Études sur la condition sociale des malades mentaux, Paris, Minuit, coll. « Le sens commun », 1968

4 Rabeharisoa Vololona, Callon Michel, « Les associations de malades et la recherche : des self-help groups aux associations de malades », Médecine/Sciences, vol. 16, n° 8-9, 2000, p. 945-949.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Célia Poulet, « Carine Vassy, Benjamin Derbez, Introduction à la sociologie de la santé », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 16 juin 2020, consulté le 17 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/41971 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.41971

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search