Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020Joanie Cayouette-Remblière, Gaspa...

Joanie Cayouette-Remblière, Gaspard Lion, Clément Rivière (dir.), « Socialisations par l’espace, socialisations à l’espace », Sociétés contemporaines, n° 115, 2019

Clément Nicolle
Socialisations par l’espace, socialisations à l’espace
Joanie Cayouette-Remblière, Gaspard Lion, Clément Rivière (dir.), « Socialisations par l’espace, socialisations à l’espace », Sociétés contemporaines, n° 115, 2019, 207 p., Paris, Les Presses de Sciences Po, ISBN : 9782724636130.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Outre les travaux de Jean-Yves Authier, abondamment cités dans ce numéro, on peut également faire r (...)

1Jusqu’aux années 1990, et comme le détaille amplement l’introduction de ce numéro de Sociétés contemporaines, l’espace est une notion plutôt périphérique dans l’étude de la socialisation : l’agencement spatial des individus a longtemps été interprété comme une simple matérialisation des rapports sociaux. Appuyées principalement sur les récents acquis de la sociologie urbaine, les contributions proposées montrent à l’inverse que l’espace et ses structurations façonnent non seulement les comportements des individus qui les fréquentent, mais également que ces comportements sont le fruit d’apprentissages socialement différenciés. On lira donc ici des analyses mobilisant les notions de capital et de disposition, en lien avec la notion d’espace pour laquelle la sociologie développe un intérêt croissant depuis quelques années1. Les six articles proposés s’appuient sur des matériaux qualitatifs, issus d’entretiens mais aussi d’enquêtes ethnographiques. Les auteur·ices n’opposent pas socialisation primaire et socialisation secondaire : si l’une et l’autre sont plus ou moins abordées en fonction des thématiques et de la nature des enquêtes menées, tous et toutes ont à cœur de montrer comment les dispositions à – et par – l’espace s’acquièrent comme se réactivent à tout âge.

2L’article d’Ana Portilla (« Réapprendre l’espace après la migration. La construction de rapports différenciés à la ville d’immigrés latino-américains aux États-Unis »), montre cet élément de manière fort convaincante. Si les migrants qu’elle étudie semblent socialement homogènes (hispanophones, sans papiers), la migration n’efface en fait pas les différences sociales originelles entre eux. Or, ces différences ont grandement influé sur les ressources dont ils ont pu bénéficier au moment de leur migration, et surtout « ancrent directement et durablement les immigrés dans des groupes d’interconnaissance situés socialement dans l’espace du quartier » (p. 93). De fait, tous ne s’approprient pas le nouvel espace urbain de la même façon, et l’autrice rend finement compte de ces différences socio-spatiales, et des significations dont elles sont investies par les groupes en présence.

3La question de l’espace est également croisée avec celle de la mobilité sociale. Garance Clément analyse ainsi « le rôle de la fête dans la mobilité sociale », à partir de la biographie d’une femme issue de l’immigration algérienne, installée dans le nord de la France dans les années 1950 : fréquentant assidument les milieux de la fête belge au début de sa vie d’adulte, celle-ci y a rencontré son mari, rencontre pivot d’une mobilité ascendante. Replaçant cette période dans la trajectoire biographique de l’individu, l’autrice analyse « comment des expériences de socialisation festive s’articulent aux dispositions héritées du milieu d’origine pour offrir les conditions d’un reclassement social » (p. 66).

4La mobilité sociale, est également au cœur de l’article de Margot Delon (« Aux frontières de la mobilité sociale. Espaces et socialisations dans les bidonvilles et cités de transit de l’après-guerre »), dans lequel l’autrice étudie la socialisation par l’espace de personnes ayant passé leur jeunesse dans des bidonvilles en région parisienne, après la seconde guerre mondiale : si la marginalité socio-spatiale du bidonville est intériorisée par les individus comme un élément infamant, la présence de multiples acteurs extérieurs (associatifs, bénévoles ou militants), permettent à certain·es de nombreux apprentissages (culturels et scolaires en particulier), favorisant une mobilité sociale ultérieure. Mais surtout, Margot Delon montre l’importance de la socialisation familiale dans la capacité des individus à mobiliser ces acteurs et leurs apports.

5La mobilité sociale apparaît également en filigrane dans la contribution d’Amélie Beaumont. Elle s’intéresse à une situation d’entre-deux, puisque son article (« Une topogenèse des dispositions. La socialisation par l’espace de travail des employés d’un hôtel de luxe ») prend pour cadre les salariés d’un grand hôtel de luxe parisien : il s’agit pour l’autrice de se demander si ces employé·es développent une forme d’« acculturation […] à des pratiques associées à des groupes dominants » (p. 35), à force de les côtoyer au quotidien. Alors qu’ils sont socialement en position subalterne à l’hôtel et dans le quartier de celui-ci – ce qui se ressent dans les sociabilités qu’ils y ont –, ils développent toutefois en privé certaines « pratiques culturelles distinctives » (p. 52), rappelant celles du monde des clients fortunés de l’hôtel.

6L’article de Lorraine Bozouls (« Et si le luxe, c’était l’espace ? ») s’intéresse à la socialisation aux et par les espaces domestiques. Ceux-ci sont en effet révélateurs de multiples dispositions acquises, tout en étant les lieux de nombreux apprentissages. L’autrice étudie les logiques résidentielles de ménages aisés en région parisienne et montre comment, pour ces populations, l’investissement du logement « contribue à l’incorporation de positions dominantes » (p. 153). Lorraine Bozouls met également en avant la dimension genrée de ce processus, puisque « les femmes sont les principaux agents de cette socialisation résidentielle, à travers le choix du logement, son aménagement et son organisation quotidienne » (p. 175).

  • 2 On peut par exemple renvoyer à Yves Raibaud, La ville faite par et pour les hommes, Paris, Belin, 2 (...)

7Si elle apparaît de manière plus ou moins importante dans chaque article, cette thématique du genre est au centre de la contribution de Clément Rivière. Celui-ci défend la thèse d’une socialisation genrée à l’espace public au sein de la famille, ce qu’il montre à partir d’entretiens réalisés avec des parents d’enfants et d’adolescent·es – surtout des mères, celles-ci restant investies de l’essentiel du travail parental. Si, jusqu’à la puberté, les filles sont vues comme plus matures que les garçons et plus susceptibles d’être autonomes, ce rapport s’inverse à partir de l’adolescence. L’anticipation par les mères des dangers de l’espace public (agressions, harcèlement de rue, remarques), dont elles ont souvent fait l’expérience dans leur vie de jeune femme, les pousse à encadrer plus fortement les pratiques – horaires de sortie, manière de s’habiller, mode de déplacement – de leurs filles que celles de leurs garçons. La socialisation familiale contribue donc à renforcer les dichotomies de genre, et le caractère majoritairement masculin de l’espace public2.

8Disciplinairement ancré en sociologie et mobilisent les acquis les plus récents de la discipline, ce numéro est susceptible d’intéresser des géographes, mais également celles et ceux pour qui l’espace constitue un objet de réflexion et d’interrogation dans le cadre des sciences sociales.

Haut de page

Notes

1 Outre les travaux de Jean-Yves Authier, abondamment cités dans ce numéro, on peut également faire références aux travaux de Colin Giraud (Quartiers gays, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Le lien social », 2014 ; compte rendu de Lionel Francou pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/16301) et d’Anaïs Collet (Rester bourgeois. Les quartiers populaires, nouveaux chantiers de la distinction, Paris, La Découverte, 2015 ; compte rendu de Laure Ferrand pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/17734).

2 On peut par exemple renvoyer à Yves Raibaud, La ville faite par et pour les hommes, Paris, Belin, 2015.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clément Nicolle, « Joanie Cayouette-Remblière, Gaspard Lion, Clément Rivière (dir.), « Socialisations par l’espace, socialisations à l’espace », Sociétés contemporaines, n° 115, 2019 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 08 juin 2020, consulté le 04 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/41976 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.41976

Haut de page

Sujet

Socialisation

Travail

Stratification sociale

Migrations - minorités

Logement

Genre

Haut de page

Rédacteur

Clément Nicolle

Doctorant en géographie à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UMR Géographie-cités.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search