Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020Marie-Ève Thérenty, Femmes de pre...

Marie-Ève Thérenty, Femmes de presse, femmes de lettres. De Delphine de Girardin à Florence Aubenas

Lucie Barette
Femmes de presse, femmes de lettres
Marie-Ève Thérenty, Femmes de presse, femmes de lettres. De Delphine de Girardin à Florence Aubenas, Paris, CNRS, 2019, 400 p., ISBN : 978-2-271-11792-2.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 En 2017, 46,9% des titulaires de cartes de presse étaient des femmes. Voir Béatrice Damian-Gaillard (...)
  • 2 « Nous, femmes journalistiques politiques et victimes de sexisme », Libération, 4 mai 2015, en lign (...)
  • 3 La « Ligue du Lol » est un groupe Facebook rassemblant une trentaine de journalistes, de blogueurs (...)

1Si aujourd’hui la parité des effectifs de presse est quasiment effective – près de 47% en 20171 – la répartition des fonctions continue de se fonder sur des assignations de genre : les femmes atteignent plus difficilement les postes à responsabilités, on les charge plus facilement des rubriques « société » et des articles en lien avec la vie domestique, avec le care. Les journalistes ne sont pas épargnées non plus par le harcèlement et les violences sexistes et sexuelles ainsi qu’elles l’ont exprimé dans une tribune publiée dans Libération2 tout comme la scandaleuse « ligue du LOL »3 a montré la profondeur et l’ampleur du problème. La domination masculine, dans ce milieu, s’inscrit également dans l’épistémologie et l’histoire de la presse qui ont longtemps invisibilisé la participation active des femmes à la construction des modèles et des genres journalistiques.

  • 4 Marie-Ève Thérenty et Alain Vaillant, Presse et plumes : journalisme et littérature au XIXe siècle, (...)
  • 5 Marie-Ève Thérenty, Alain Vaillant, 1836, l’an 1 de l’ère médiatique : étude littéraire et historiq (...)

2Dans cet ouvrage Marie-Ève Thérenty adjoint à ses analyses littéraires de la presse4 une perspective de genre. Ce faisant, elle met en lumière l’héritage des pratiques journalistiques féminines dans les écritures médiatiques à partir d’un corpus majoritairement issu de la presse quotidienne française de 1836 à 1944, de l’entrée dans l’ère médiatique5 au droit de vote des femmes.

3Elle rappelle dans son introduction comment les femmes ont construit leurs journalismes à partir d’un point de vue situé spécifique puisque leur statut dans la société civile, professionnelle et domestique était en tout point différent de celui de leurs confrères : mineures perpétuelles sans droit vote, destinées à valoriser un mari par leur gestion du foyer. Il est évident que cette position de « subalternes » a affecté leur manière d’entrer en presse et d’y écrire. La thèse de Marie-Ève Thérenty est que le biais construit par les femmes pour composer avec les contraintes qui pesaient sur elles est celui de la littérarisation et que cette dernière s’est ancrée dans l’ensemble de l’écriture journalistique.

  • 6 Christophe Charle, Le Siècle de la presse : 1830-1939, Paris, Éditions du Seuil, 2004.

4Elle étudie six figures de journalistes qui fondent Le Siècle de la presse6 par leurs postures et les poétiques élaborées dans les différentes rubriques qu’elles occupent. Chaque chapitre associe une pratique journalistique à une posture d’autrice nommée à partir de personnages mythologiques féminins.

5Pénélope est la première à regrouper les chroniqueuses du milieu du XIXe siècle. Par référence à sa qualité de gardienne du foyer, elle est l’allégorie de la théorie des deux sphères assignant les femmes à l’espace domestique, les excluant de l’espace public, théorie également appliquée dans le journal. Les femmes désireuses de participer à l’essor du journal des années 1830 se voient cantonnées à des interventions dans le feuilleton à propos de la mode et des mondanités. Elles réinventent alors la chronique, Delphine de Girardin en tête dans La Presse entre 1836 et 1848. Girardin fixe les fondements poétiques de cette rubrique qui auparavant n’était qu’un agenda quand elle le transforme en un espace protéiforme et hybride : la conversation mondaine, la lettre, l’anecdote fictionnalisée font s’entrecroiser l’analyse socio-politique et les « chiffons » mondains. Marie-Ève Thérenty évoque l’ambivalence de ce lieu du journal qui à la fois permet aux femmes d’entrer de plain-pied dans le quotidien en même temps qu’il confirme les contraintes et les stéréotypes de genre. C’est pourquoi celles qui en ont marqué l’histoire – Girardin, mais à sa suite Jeanne Thilda, Jeanne Marni ou Gyp – adoptent des stratégies d’oblicité, d’ironie et de contre-points pour faire jaillir un discours disruptif, mettant en échec les frontières de genre à l’intérieur du journal.

6Cassandre est ensuite convoquée pour sa manière de vivre et de décrire l’événement depuis l’extérieur. C’est en effet une stratégie argumentative employée par les femmes qui ont la volonté d’aborder explicitement la politique dans le journal. Ce chapitre se concentre sur les journalistes politistes du XIXe siècle et du début du XXe siècle : George Sand, Marie d’Agoult signant Daniel Stern, Juliette Adam, Claude Vignon mais aussi Louise Weiss et Geneviève Tabouis. Cette position d’outsider est complétée par la fictionnalisation de leur production, par le recours à l’épistolaire, par la distance prise avec l’actualité, en somme à une littérarisation de l’écriture journalistique pour mieux contourner le système contraignant les écritures médiatiques des femmes.

7Marie-Ève Thérenty se consacre encore aux reportages de terrain de la fin du XIXe siècle écrits par celles qu’elle appelle « Les Frondeuses ou les Bradamante », héroïne de L’Arioste déguisée en homme courant les champs de bataille. À partir de Séverine, première journaliste à recevoir une formation de terrain similaire à celle de ses confrères auprès de Jules Vallès qu’elle assiste et seconde, est évoqué le reportage de terrain toujours empreint de l’oblicité héritée de la chronique. Andrée Théry, autre journaliste de La Fronde, amène à la pratique de l’immersion comme technique d’enquête pour le reportage. Dans leur sillage, Andrée Viollis mais encore Colette et leurs postures de reporteresses se définissent par la pratique de l’interview et la professionnalisation.

8Proches des reporteresses, « les aventurières ou les amazones » écrivent leurs explorations pour la presse du XXsiècle. Au reportage des Frondeuses, elles ajoutent la transgression des « frontières nationale, sociales, culturelles et même genrées » (p. 204) en signalant l’obstacle voire le danger que représente le fait d’être une femme dans certaines zones, mettant en scène ce danger, réalisant une forme de puffisme pour gagner en visibilité – c’est le cas de Titaÿana. Le corps, subissant l’aventure mais maîtrisé, est également au centre des écrits à l’image des reportages d’Alexandra David-Néel. Les « amazones » jouent également sur l’ambigüité du genre par leur costume – Isabelle Eberhardt et son habit masculin dans les pays arabes – et par leur maîtrise de la technique (photo, automobile), domaine imaginé comme masculin. Journalistes par accident et par nécessité, on les retrouve à la frontière de l’ethnologie et de la littérature.

9Marie-Ève Thérenty remet encore en lumière les « Sappho », ces écrivaines de l’entre-deux-guerres – Marcelle Tinayre, Lucie Delarue-Mardrus, Germaine Beaumont, Myriam Harry, Blanche Vogt, Huguette Garnier – qui participent à la réinvention de la chronique et à la promotion des aventurières en immersion. Colette, que l’on retrouve dans ce chapitre, détourne elle aussi un genre-phare, le reportage, en y intégrant les caractéristiques traditionnelles de la chronique afin de laisser jaillir « les saillies de l’infraordinaire et du quotidien » (p. 266).

  • 7 Françoise Giroud, France-Observateur, n° 556, 29 décembre 1960.

10Enfin, Françoise Giroud et sa mention ironique des « Dalila du journalisme7 » intitulent un dernier chapitre consacré aux journalistes du grand reportage au milieu du XXe siècle. Marie-Ève Thérenty y montre comment les préjugés et les règles qui contraignent les femmes sont finalement en adéquation avec l’écriture du reportage tel qu’il est pensé dans l’entre-deux-guerres : la sensibilité, la subjectivation du monde, la littérarisation et la dramatisation sont des caractéristiques d’écriture associées aux femmes et qu’on attend dans le grand reportage. Celles-ci produisent alors selon la chercheuse « un journalisme au carré, un hyperjournalisme, un archireportage » (p. 357).

11Marie-Ève Thérenty conclut cet essai en évoquant l’héritage des pratiques explorées et analysées ici dans le journalisme contemporain : Françoise Giroud, une Sappho ? Marguerite Duras qui fait une force médiatique de l’intime et du privé ; Florence Aubenas dans le sillage de Maryse Choisy et du « reportage-roman ».

12Réinscrivant les femmes dans une histoire des médias, Marie-Ève Thérenty dégage un collège de modèles féminins qui ont réussi (ou échoué parfois) à s’émanciper des stéréotypes associés à leur genre pour fonder des poétiques médiatiques dont nous sommes les héritièr·e·s. Si le regroupement par figure, genre journalistique et période rend parfois confuse la distinction entre les journalistes, il permet de mesurer la porosité des écritures, des stratégies et des directions de carrières. Cette lecture invite à questionner des thématiques précises comme celle du rapport à la temporalité – le « journalisme conjugué au futur » (p. 122) que l’on pourrait confronter à un journalisme conjugué au présent d’itération, du quotidien – ou encore celle de la représentation du corps féminin dans le journal qui ne manque pas de se transformer au gré des évolutions sociales. Enfin, ces modèles opérants pour la presse généraliste et quotidienne se vérifient-ils dans le journal de la marge, de la subalternité que représente le colossal corpus de la presse féminine ?

Haut de page

Notes

1 En 2017, 46,9% des titulaires de cartes de presse étaient des femmes. Voir Béatrice Damian-Gaillard et Eugénie Saitta, « Féminisation du journalisme : encore un effort pour la parité et l’égalité ! », Femmes dans les médias : rôles de dames, La Revue des médias, Ina, 6 mars 2019, en ligne : https://larevuedesmedias.ina.fr/feminisation-du-journalisme-encore-un-effort-pour-la-parite-et-legalite.

2 « Nous, femmes journalistiques politiques et victimes de sexisme », Libération, 4 mai 2015, en ligne : https://www.liberation.fr/france/2015/05/04/nous-femmes-journalistes-en-politique_1289357.

3 La « Ligue du Lol » est un groupe Facebook rassemblant une trentaine de journalistes, de blogueurs et de communicants qui s’est rendu coupable de harcèlement, d’intimidation et d’usurpation d’identité. Voir Robin Andraca, « La Ligue du LOL a-t-elle vraiment existé et harcelée des féministes sur les réseaux sociaux ? », Libération, 8 février 2019, en ligne : https://www.liberation.fr/checknews/2019/02/08/la-ligue-du-lol-a-t-elle-vraiment-existe-et-harcele-des-feministes-sur-les-reseaux-sociaux_1708185.

4 Marie-Ève Thérenty et Alain Vaillant, Presse et plumes : journalisme et littérature au XIXe siècle, Paris, Éditions du nouveau monde, 2004.

5 Marie-Ève Thérenty, Alain Vaillant, 1836, l’an 1 de l’ère médiatique : étude littéraire et historique du journal La Presse d’Émile de Girardin, Paris, Édition du nouveau monde, 2001.

6 Christophe Charle, Le Siècle de la presse : 1830-1939, Paris, Éditions du Seuil, 2004.

7 Françoise Giroud, France-Observateur, n° 556, 29 décembre 1960.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lucie Barette, « Marie-Ève Thérenty, Femmes de presse, femmes de lettres. De Delphine de Girardin à Florence Aubenas », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 18 juin 2020, consulté le 28 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/41991 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.41991

Haut de page

Rédacteur

Lucie Barette

Docteure en littérature et langue françaises, enseignante en information-communication, Lucie Barette est spécialiste des écrivaines-journalistes du XIXe siècle, de leurs choix de carrière et d’écritures. Elle concentre également ses recherches sur la presse féminine et la figure de la flâneuse.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search