Navigation – Plan du site

Fabienne Henryot (dir.), La Fabrique du patrimoine écrit. Objets, acteurs, usages sociaux

Julie Moucheron
La fabrique du patrimoine écrit
Fabienne Henryot (dir.), La fabrique du patrimoine écrit. Objets, acteurs, usages sociaux, Villeurbanne, Presses de l'Enssib, coll. « Papiers », 2019, 307 p., ISBN : 978-2-37546-123-5.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Christian Hottin et Claudie Voisenat (dir.), Le tournant patrimonial. Mutations contemporaines des (...)
  • 2 L’historiographie sur cette question précise est mince. Dans l’introduction, Fabienne Henryot cite (...)

1Ce que l’on entend par patrimoine fait consensus : l’ensemble des biens culturels anciens, rares ou précieux jugés dignes d’être transmis aux générations futures. En revanche, le « patrimoine écrit » n’a pas de définition ferme, par exemple documentaire, bibliothécaire ou juridique, comme l’explique Fabienne Henryot, la coordinatrice de l’ouvrage, dans une introduction très fournie. La notion a émergé dans le champ francophone il y a une trentaine d’années, dans le cadre du « tournant patrimonial »1 qui a succédé à l’ère du tout-mémoriel. La Fabrique du patrimoine écrit propose donc de réfléchir à cette « composante textuelle du patrimoine occidental » (p. 10) de façon spécifique2.

2En pratique, le patrimoine écrit concerne un grand nombre de domaines. Il inclut les manuscrits, reliures et livres rares, mais aussi des supports courants, comme les affiches, la presse, les livres scolaires… Si l’univers des bibliothèques est traditionnellement séparé de celui du patrimoine (qui comprend archives et musées) dans l’organigramme du ministère de la Culture, ils sont tous deux, et au même titre, acteurs dans la conservation et la valorisation du patrimoine écrit.

  • 3 École nationale supérieure des sciences de l'information et des bibliothèques, située à Villeurbann (...)
  • 4 La contribution d’Emmanuelle Chévry Pébayle, « La vie numérique du patrimoine des bibliothèques » ( (...)

3Les contributions réunies par Fabienne Henryot sont issues de deux journées d’étude à l’Enssib3. Elles interrogent le statut des écrits patrimoniaux, d’abord à travers l’histoire mais surtout dans les usages professionnels contemporains. La réflexion et les pratiques patrimoniales évoluent en fonction des prescriptions politiques, des moyens économiques alloués et de la demande sociale. Aujourd’hui, les acteurs du patrimoine intègrent à leur réflexion les outils numériques, car la numérisation est décisive (mais pas sans risque4) pour la diffusion et la valorisation des collections. Les contributions émanent de spécialistes d’histoire du livre, d’histoire, de littérature et de SIC (sciences de l’information et de la communication), ainsi que des experts des musées, archives et bibliothèques. L’ouvrage est donc fort de sa pluridisciplinarité – conformément à la politique de la collection qui encourage la réunion de la recherche universitaire et professionnelle – et ouvert à la comparaison européenne.

4La première section, « Objets », rassemble six contributions qui illustrent la variété du champ recouvert par la notion de patrimoine écrit (en l’occurrence ici : les musées de l’imprimerie ; la patrimonialisation des écrits protestants, de la bibliothèque bleue et des livres pour enfants ; l’histoire éditoriale des Contes de Perrault ; la numérisation du patrimoine littéraire).

5La contribution d’Alan Marshall, judicieusement placée au début du volume, comporte des mises au point très utiles sur l’histoire de l’imprimé à l’époque contemporaine, pour le lecteur qui ne serait pas spécialiste, ainsi que sur l’historiographie pluridisciplinaire associée. En suggérant d’intégrer l’histoire du design graphique à la réflexion, il effectue un geste fort pour l’extension de la catégorie du « patrimoine écrit ». L’auteur décèle quatre étapes dans l’histoire des musées de l’imprimerie en Europe : leur naissance dans un contexte de révolution industrielle et d’affirmation des puissances nationales ; leur développement avec la bibliophilie qui émerge au cours du XIXe siècle ; leur extension à d’autres supports que le livre (musées de la presse créés au début du XXe siècle…) ; enfin, leur ouverture à la mémoire des métiers depuis les années 1970. L’appétit de patrimoine émane d’une société nostalgique, soucieuse de conserver des activités en voie de disparition.

6L’analyse effectuée par Philippe Martin du destin patrimonial de la bibliothèque bleue, une collection de livres bon marché de l’époque moderne, est particulièrement intéressante pour saisir comment l’objet est construit par l’intervention successive de plusieurs acteurs-prescripteurs. À l’origine littérature de colportage peu prestigieuse, la bibliothèque bleue est longtemps considérée comme une « infra-littérature » (p. 83). Cependant, le développement des études folkloriques au milieu du XIXe siècle, ainsi que le rôle moteur du médiéviste et bibliophile Antoine Le Roux de Lincy, changent peu à peu la donne. Des collectionneurs plus nombreux, puis des érudits et conservateurs, se saisissent de l’objet. Au XXe siècle, des anthropologues font entrer le livre bleu à l’université, et enfin au musée. La bibliothèque bleue connaît ainsi les trois phases de la patrimonialisation décrites par Jean Davallon : la reconnaissance de la valeur, la connaissance (scientifique) et la valorisation.

7La composante littéraire du patrimoine écrit est l’objet de la contribution très stimulante de Jessica de Bideran. Elle s’interroge sur le processus de patrimonialisation d’un écrivain et de ses archives, à partir du projet « Mauriac en ligne » développé entre l’université de Bordeaux et le centre François Mauriac de Malagar (qui est une « maison d’écrivain »). Ce projet est à la fois une entreprise à vocation scientifique et un geste commémoratif. Alors que la muséographie traditionnelle (expositions de manuscrits…) ne rend pas compte de la valeur littéraire, immatérielle, qui fonde l’intérêt de la collection, l’exposition numérique permet de rendre les fonds plus visibles tout en proposant de nouveaux usages, interactifs. Le numérique génère ainsi une nouvelle « machine à produire des patrimoines » (p. 116), qui (re)programme la circulation médiatique et les futurs usages des fonds.

8La section « Acteurs » permet de réfléchir, à travers quatre contributions, aux stratégies patrimoniales d’institutions comme la Bibliothèque royale de Belgique, la Bibliothèque humaniste de Sélestat et la Bibliothèque Diderot de Lyon, mais aussi à l’archivage des journaux.

9Renaud Adam questionne l’identité patrimoniale de la Bibliothèque royale de Belgique (KBR). En effet, à sa création en 1837, peu après l’indépendance du pays, l’institution se voit en charge d’un « patrimoine culturel » dont le contenu n’est pas défini. L’observation des premières intégrations de livres aux collections précieuses montre que certaines pièces (les incunables) sont intégrées sans débat ; en revanche, une partie de la Réserve précieuse constituée après la Seconde Guerre mondiale a été sélectionnée en fonction de critères bibliophiliques propres au conservateur adjoint de l’époque. Plus récemment, des critères de sélection objectifs se précisent (en 2006, intégration de tous les livres antérieurs à 1830). La mission patrimoniale de la KBR est aujourd’hui remise en question, avec la concurrence d’entreprises patrimoniales communautaires (flamandes) et la baisse des moyens alloués – la critique du désengagement financier des États envers le patrimoine se retrouve dans plusieurs autres contributions.

10La presse, par son volume vertigineux et son caractère éphémère, pose des questions particulières de conservation, ainsi que de mise à disposition du public. En étudiant les quotidiens de Meurthe-et-Moselle aux archives départementales et dans les bibliothèques de Nancy et Metz, Claire Haquet montre comment les institutions régionales développent des programmes, par exemple des dossiers éditoriaux ou des activités prévues pour le public scolaire, afin de rendre visibles et valoriser les collections. Elle étend sa réflexion aux programmes nationaux : les initiatives pionnières en la matière (en France) de Gallica, mais aussi Europeana Newspaper, ainsi que Numapresse, qui développe des outils informatiques pour analyser les énormes corpus de presse de façon sérielle, ce qui revient à proposer une nouvelle manière de faire l’histoire culturelle et littéraire de la presse.

11Enfin, la section « Usages sociaux », qui est la plus disparate, analyse différents types d’ouvertures de fonds patrimoniaux. Les six contributions portent respectivement sur la notion de « trésor » appliquée au livre précieux ; sur la place des documents patrimoniaux dans les manuels d’histoire ; sur la transformation du patrimoine écrit par la numérisation ; sur la création d’albums d’enluminures médiévales par des amateurs ; sur l’histoire des expositions patrimoniales dans les bibliothèques italiennes, et sur le musée Médard de Lunel.

12Ainsi, Claudio Galleri étudie la transmission de ce fonds Médard, du nom d’un collectionneur bibliophile protestant du XIXe siècle, et sa muséalisation à l’hôtel de ville de Lunel. À la différence de la contribution de Laurent Naas qui propose un historique détaillé de la bibliothèque humaniste depuis la Renaissance, l’auteur centre sa réflexion sur les problématiques contemporaines rencontrées par le musée : comment intéresser le public à un ensemble de livres savants, de surcroît dans une petite ville ? Le patrimoine écrit est présenté de façon pédagogique et historiquement contextualisée, en tant qu’image du monde du XIXe siècle recréée par le bibliophile. L’auteur insiste sur la prise en compte du public dans les politiques de médiation culturelle, ainsi que sur le renouvellement fréquent des expositions thématiques. La démarche muséale, qui se veut innovante, est pensée en lien avec le tourisme régional (proximité de sites archéologiques, œnotourisme). Cela montre que le patrimoine écrit a pleinement vocation à s’intégrer dans la revalorisation des territoires et de leurs histoires.

13Faute de place, nous n’avons pu rendre compte de chacune des contributions de ce riche ouvrage collectif. On ne saurait que trop en conseiller la lecture, que l’on soit praticien ou théoricien, chargé de mission patrimoniale ou de médiation culturelle, chercheur, ou simple passionné. Le livre lui-même est agréable à prendre en main, pourvu d’illustrations en couleur et d’une mise en page soignée. Notre seul regret porte sur la tripartition « Objets, acteurs, usages sociaux » qui structure l’ouvrage de façon quelque peu artificielle ; en réalité, presque toutes les contributions abordent ces trois dimensions qui fonctionnent ensemble.

Haut de page

Notes

1 Christian Hottin et Claudie Voisenat (dir.), Le tournant patrimonial. Mutations contemporaines des métiers du patrimoine, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, coll. « Ethnologie de la France », 2016, p. 59-85.

2 L’historiographie sur cette question précise est mince. Dans l’introduction, Fabienne Henryot cite la référence déjà ancienne (et plus large) qu’est Jean-Paul Oddos (dir.), Le patrimoine. Histoire, pratiques et perspectives, Paris, Éditions du Cercle de la Librairie, 1997. Dans les contributions, les travaux les plus cités sont ceux de Jean Davallon.

3 École nationale supérieure des sciences de l'information et des bibliothèques, située à Villeurbanne.

4 La contribution d’Emmanuelle Chévry Pébayle, « La vie numérique du patrimoine des bibliothèques » (p. 241-253), explore plus particulièrement les enjeux de la numérisation : cette dernière permet l’ouverture, la démocratisation et des appropriations originales des collections patrimoniales, mais elle efface la dimension matérielle des supports, et bien souvent les indications de contexte nécessaires à la compréhension (provenance, etc.).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julie Moucheron, « Fabienne Henryot (dir.), La Fabrique du patrimoine écrit. Objets, acteurs, usages sociaux », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2020, mis en ligne le 19 juin 2020, consulté le 11 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/42143

Haut de page

Rédacteur

Julie Moucheron

Agrégée de lettres, Julie Moucheron est doctorante à l'université Paul-Valéry de Montpellier et membre du Rirra 21.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page