Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020Philippe Riutort, Les classiques ...

Philippe Riutort, Les classiques de la sociologie

Mathieu Sadourny
Les classiques de la sociologie
Philippe Riutort, Les classiques de la sociologie, Paris, PUF, 2020, 258 p., ISBN : 978-2-13-082087-1.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cité par Lapidus André, « Introduction à une Histoire de la pensée économique qui ne verra jamais l (...)

1L’apprentissage d’une discipline implique presque invariablement de se familiariser avec ses grands auteurs passés. Une situation qui ne va pourtant pas de soi puisque, si l’on suit Jean-Baptiste Say, « l’histoire d’une science […] ne peut être que l’exposé des tentatives, plus ou moins heureuses [...], pour recueillir et solidement établir les vérités dont elle se compose. Que pourrions-nous gagner à recueillir des opinions absurdes, des doctrines décriées et qui méritent de l’être ? […] Les erreurs ne sont pas ce qu’il s’agit d’apprendre, mais ce qu’il faudrait oublier »1. Philippe Riutort prend exactement le contrepied de ce propos dans son dernier ouvrage, Les classiques de la sociologie.

2Ce dernier se présente comme « un livre introductif » (p. 13) qui propose « une entrée par les auteurs en sociologie » (p. 11). Comme Philippe Riutort le reconnaît, ce choix est contestable, tout comme le fait de ne retenir que huit auteurs (tous des hommes, décédés), dans un format restreint (moins de 250 pages leur sont consacrées) qui « fait abandonner d’emblée toute prétention d’exhaustivité » (p. 12). Ces limites posées dès l’avant-propos conduisent-elles à refermer l’ouvrage tant elles obèrent sa suite ? Comme les lignes suivantes vont l’indiquer, la réponse est négative.

3Les auteurs retenus – dont les photos apparaissent sur la couverture de l’ouvrage – sont, par ordre d’apparition : Émile Durkheim, Max Weber, Georg Simmel, Robert Merton, Erving Goffman, Pierre Bourdieu, Raymond Boudon et Norbert Elias. Ils figurent dans ce livre car ils sont des « classiques » de la sociologie, c’est-à-dire « des auteurs qui ont établi, inspiré une tradition sociologique […] et/ou ont marqué – et continuent de le faire – un ensemble de recherches théoriques et empiriques en fournissant des ressources intellectuelles pour construire un problème, penser un objet, s’orienter dans un domaine spécialisé du savoir sociologique » (p. 12).

4Philippe Riutort consacre donc un chapitre à chaque auteur, avec une démarche structurée et systématique en cinq points : d’abord, une rapide présentation biographique, puis la mise en évidence de trois lignes de force dans l’œuvre de l’auteur (par exemple, interaction, face et ordre social pour Erving Goffman, action sociale, espace social et domination pour Pierre Bourdieu), avant un dernier point consacré aux « débats, postérité, controverses ». Signalons que l’hermétisme ne règne pas : Riutort tisse autant que possible des liens entre les auteurs, soit directement dans le texte, soit en note de bas de page. Les développements proposés au fil des chapitres ne sont donc pas sans lien entre eux et l’auteur organise, de cette façon, une amorce de dialogue entre les classiques de la sociologie, qu’il nous appartient de prolonger ou non.

5Les différentes parties consacrées aux « débats, postérité, controverses » sont courtes (environ cinq pages), aussi ne prétendent-elles pas clore les échanges, bien au contraire. À cet égard, elles valent surtout par les références données. Ces dernières renvoient aussi bien à des ouvrages ou articles très récents (parus il y a un an ou deux) qu’à des sources plus anciennes (datant de trois ou quatre décennies) qui font parfois resurgir des travaux que le temps passé et les publications ont pu faire oublier.

6L’histoire des idées offerte par Les classiques de la sociologie est accessible, le propos n’est jamais jargonnant, ce qui rend la lecture rapide et sans heurts. Les notions importantes sont mises en gras ou en italiques et une définition est systématiquement proposée. Des illustrations sont aussi données pour rendre concret ce qui pourrait, en première lecture, paraître abstrait au lecteur non familier des auteurs. La réflexion offerte est aussi suffisamment rigoureuse pour permettre au lecteur plus avancé de ne pas perdre son temps, notamment à travers les différentes notes de bas de page et références données tout au long du texte pour aller au-delà des éléments fournis.

  • 2 Baudelot Christian et Establet Roger, Suicide. L'envers de notre monde, Paris, Seuil, 2006 ; compte (...)
  • 3  Pour une référence récente, voir Deffontaines Nicolas, « Le suicide fataliste revisité. Les agricu (...)
  • 4 Pollak Michaël, « Un texte dans son contexte. L’enquête de Max Weber sur les ouvriers agricoles », (...)
  • 5 Rosental Paul-André, « Migrations, souveraineté, droits sociaux. Protéger et expulser les étrangers (...)
  • 6 Fabiani Jean-Louis, Pierre Bourdieu. Un structuralisme héroïque, Paris, Seuil, 2016 ; compte rendu (...)
  • 7 Marc Joly, Pour Bourdieu, Paris, CNRS, 2018 ; compte rendu de Kevin Toffel pour Lectures : https:// (...)

7Pour autant, bien que l’exhaustivité demeure hors de portée, on peut souhaiter que lors d’éventuelles rééditions de l’ouvrage, certaines références complémentaires apparaissent. On se bornera ici à trois évocations brèves : si la place très limitée accordée au Suicide de Durkheim (évoqué en p. 22) peut se comprendre – l’ouvrage a été étudié par ailleurs –, il est dommage de ne pas faire référence à l’actualisation proposée par Christian Baudelot et Roger Establet2 ou encore aux travaux de Nicolas Deffontaines sur le suicide des agriculteurs3. Concernant Max Weber, on peut regretter qu’il ne soit pas fait mention à l’article court mais non moins riche et remarquable de Michaël Pollak consacré à la mise en contexte de l’enquête de Max Weber sur les ouvriers agricoles en Prusse orientale4 à la fin du XIXe siècle, où « l’Allemagne unifiée expulsait plusieurs dizaines de milliers de Polonais et de juifs au nom d’un processus de germanisation que le jeune Max Weber prit la peine de justifier »5. Enfin, à propos des débats entourant Pierre Bourdieu, l’étude critique de Jean-Louis Fabiani6 évoquée à plusieurs reprises (p. 181 et 188) gagnerait sans doute à être mise en regard de la réponse proposée par Marc Joly7.

  • 8 Raymond Boudon constitue une exception étant donné sa défense farouche de l’individualisme méthodol (...)

8En refermant l’ouvrage, le lecteur, pour peu qu’il ait réalisé une lecture attentive et ait pris des notes, a en tête certains repères qui participent à faire des huit auteurs des « classiques de la sociologie » : le refus de la distinction entre holisme et individualisme méthodologiques8, des concepts novateurs mais qui empruntent – de manière plus ou moins assumée en fonction des auteurs – à d’autres (les formes sociales de Georg Simmel, l’habitus chez Pierre Bourdieu, la civilisation des mœurs de Norbert Elias, par exemple), des objets (le suicide, des étudiants en médecine, un hôpital psychiatrique, le goût…) que l’analyse sociologique est venue éclairer et qui font désormais partie du panthéon (s’il existe) des études sociologiques...

Haut de page

Notes

1 Cité par Lapidus André, « Introduction à une Histoire de la pensée économique qui ne verra jamais le jour », Revue économique, vol. 47, n° 4, 1996, p. 870.

2 Baudelot Christian et Establet Roger, Suicide. L'envers de notre monde, Paris, Seuil, 2006 ; compte rendu de Christophe Nicoud pour Lectures : http://journals.openedition.org/lectures/302.

3  Pour une référence récente, voir Deffontaines Nicolas, « Le suicide fataliste revisité. Les agriculteurs : une loupe sociale pour l’étude de ce type oublié », Sociologie, vol. 11, n° 2, 2020, p. 113-129.  

4 Pollak Michaël, « Un texte dans son contexte. L’enquête de Max Weber sur les ouvriers agricoles », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 65, 1986, p. 69-75.

5 Rosental Paul-André, « Migrations, souveraineté, droits sociaux. Protéger et expulser les étrangers en Europe du XIXe siècle à nos jours », Annales. Histoire, Sciences Sociales, vol. 66, n° 2, 2011, p. 335-336.

6 Fabiani Jean-Louis, Pierre Bourdieu. Un structuralisme héroïque, Paris, Seuil, 2016 ; compte rendu de Matthias Fringant pour Lectures : http://journals.openedition.org/lectures/20882.

7 Marc Joly, Pour Bourdieu, Paris, CNRS, 2018 ; compte rendu de Kevin Toffel pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/31395.

8 Raymond Boudon constitue une exception étant donné sa défense farouche de l’individualisme méthodologique contre le holisme. À propos du paradigme holiste et des deux approches qui seraient présentes en sociologie voir Magni-Berton Raùl, « Holisme durkheimien et holisme bourdieusien. Étude sur la polysémie d'un mot », L'Année sociologique, vol. 58, n° 2, 2008, p. 299-318 ; sur l’individualisme méthodologique, L’Année sociologique lui a consacré un numéro cette année (volume 70, numéro 1).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathieu Sadourny, « Philippe Riutort, Les classiques de la sociologie », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 19 juin 2020, consulté le 23 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/42147 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.42147

Haut de page

Rédacteur

Mathieu Sadourny

Professeur de sciences économiques et sociales en classes préparatoires économiques et commerciales.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search