Navigation – Plan du site
Sociologie d'une institution cinématographique

Sociologie d'une institution cinématographique

La S.R.F. et la Quinzaine des réalisateurs
Olivier Thévenin, Sociologie d'une institution cinématographique. La S.R.F. et la Quinzaine des réalisateurs, L'Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2009, 189 p., EAN : 9782296094574.
Notice publiée le 02 décembre 2009

Présentation de l'éditeur

Relater l'histoire de la " Société des Réalisateurs de Films " (S.R.F.) et de la Quinzaine des Réalisateurs et " partir " sur les traces des personnes qui s'y sont investies, tel a été le questionnement récurrent de cette investigation mais aussi sa raison d'être. Au-delà de la diversité des univers cinématographiques des nombreux cinéastes composant la S.R.F. et de l'évolution de la Quinzaine en marge du Festival de Cannes, ces deux projets plongent leurs racines dans le mouvement de résistance sociale et les soulèvements collectifs de mai 1968. Ils illustrent avec éloquence l'idée que les films ne sont pas des produits mais des oeuvres, et que leurs créateurs sont des auteurs dont la vision du monde force souvent l'admiration. Depuis quarante ans, la " Quinzaine des Réalisateurs " continue d'offrir une tribune à des films singuliers, jouant son rôle d'aiguillon de la compétition officielle, tandis que les initiatives des réalisateurs au sein de l'association permettent à la S.R.F. d'être un lieu ouvert qui fait office " d'école " et de véritable laboratoire d'idées. L'engagement des membres de la S.R.F. et de la " Quinzaine " renvoie ainsi à une dynamique croisée où s'affirment à la fois une distanciation par rapport aux corporatismes de l'industrie cinématographique et une défense constante de l'autorité morale du réalisateur. Après avoir reconstitué les avancées et parfois les limites des actions des protagonistes de l'enquête, cette étude de sociologie apporte un regard nouveau sur les luttes menées pour la reconnaissance et la construction d'une autre conception du cinéma.

Haut de page