Navigation – Plan du site

Franck Poupeau, Brian F. O’Neill, Joan Cortinas Munoz, Murielle Coeurdray, Eliza Benites-Gambirazio, The Field of Water Policy. Power and Scarcity in the American Southwest

Corinne Delmas
The Field of Water Policy
Franck Poupeau, Brian F. O'neill, Joan Cortinas Muñoz, Murielle Coeurdray, Eliza Benites-Gambirazio, The Field of Water Policy. Power and Scarcity in the American Southwest, Abingdon, Routledge, coll. « Routledge Advances in Sociology », 2019, 236 p., ISBN : 9780367192594.
Haut de page

Texte intégral

1Dans un contexte de crise climatique et de pénurie hydrique croissante à l’échelle mondiale, la gestion de l’eau est une question cruciale. Surtout traitée par les hydrologues et les géographes, elle l’est moins en sociologie. Cet ouvrage, issu d’une recherche collective, atteste pourtant l’apport de l’approche sociologique du problème.

2Avec pour ambition d’appréhender un sujet majeur à partir d’une étude de cas, l’ouvrage porte sur le sud-ouest des États-Unis, en proie à un déficit chronique de précipitations et menacé d’une sécheresse durable et majeure d’ici la fin du siècle, à cause du réchauffement climatique. C’est dans ce contexte que de nouvelles approches, plus « vertes », de la politique de l’eau émergent, y compris dans un État politiquement conservateur comme l’Arizona, qui avait jusqu’à présent privilégié son développement économique via des activités agricoles, minières, immobilières et urbaines, en surexploitant le fleuve Colorado. Les auteurs partent d’un apparent paradoxe : comment un tel processus d’« écologisation » de la politique de l’eau peut-il être généré dans des conditions défavorables, qui correspondent à un scénario du pire ? En sociologues, ils ciblent les causes sociales de la pénurie d’eau affectant la région et la manière dont les institutions appréhendent ce problème. L’approche, systémique, mobilise la notion de « champ » (« field »), avec pour défi une grande diversité de situations, mais aussi d’opérateurs de services d’eau et d’instances régulatrices du secteur, au sein une véritable « nébuleuse » (« nebula », p. 8). Cette sociologie de la politique de l’eau est également appréhendée comme s’inscrivant dans une sociologie de la domination, et la production puis la mise en œuvre de cette politique peuvent être considérées comme un objet de gouvernement, l’instauration d’inégalités de distribution des ressources naturelles et une manifestation du pouvoir des « bureaucraties de l’eau » dont les compétences sont désormais contestées.

  • 1 Cf. Donald Worster, Rivers of Empire. Water, Aridity and the Growth of the American West, New York, (...)

3Une consistante introduction présente cette sociologie en discutant plusieurs travaux, dont la thèse de l’historien Donald Worster1 selon laquelle l’Ouest américain, grâce à l’intervention de l’État fédéral, de ses experts et de sa bureaucratie, serait devenu dans les années 1980 la plus grande « société hydraulique » de l’histoire ; ses agriculteurs et ses grandes villes ont ainsi été subventionnés par l’État fédéral à travers la construction de barrages et de canaux coûteux. L’ouvrage part de ces analyses pour appréhender l’émergence d’un nouveau modèle de gestion de l’eau, en étudiant conjointement les conflits suscités par l’appropriation de cette ressource rare, les stratégies politiques et les leviers d’actions des institutions concernées.

4Le détour historique proposé par le premier chapitre, qui présente « l’émergence des hydrocraties », permet de comprendre les particularités du champ des politiques de l’eau aujourd’hui ; ce chapitre décrit en particulier l’évolution d’une gestion dominée par la rationalité des ingénieurs à une gestion davantage procédurale, soumise aux préoccupations juridico-légales, et orientée vers l’entreprise. Ce chapitre présente également les enjeux de la politique de l’eau pour le développement économique, via notamment les mégaprojets (canaux, barrages, etc.) réalisés par les ingénieurs fédéraux et grâce à des fonds fédéraux. Il retrace enfin plusieurs différends portant sur les débits d’eau et l’évolution des politiques hydriques vers des solutions juridiques qui mettent désormais l’accent sur la coopération et le discours consensuel.

  • 2 Canal de 541 km de long à travers l’Arizona. Ce gigantesque et coûteux projet vise à alimenter en e (...)

5Le chapitre suivant, « soutenir l’ordre économique », analyse le transfert progressif de cette politique à l’échelon local, où les forces économiques (souvent dans le secteur immobilier) s’avèrent décisives, malgré les conflits et difficultés que cela pose en matière de normes environnementales. Dès les années 1920, des logiques d’expansion urbaine sont ainsi encouragées par des promoteurs désireux d’étendre le marché immobilier dans un contexte favorable (croissance de l’industrie automobile…) et à un moment où le poids politique des municipalités dans la gestion de l’eau se renforce ; la distribution d’eau, qui relevait d’entreprises privées à la fin du XIXe siècle passe sous la responsabilité des administrations publiques des mairies à partir des années 1920-30. Après la Seconde Guerre mondiale, les besoins croissants des villes incitent à trouver d’autres sources d’approvisionnement ; vu les difficultés à ponctionner l’eau destinée à l’agriculture, ils suscitent par exemple la défense par les élus locaux du Central Arizona Project (CAP)2, et ce en dépit des normes fédérales et des pressions des mouvements environnementalistes. À partir des années 1970, la recherche de croissance économique doit toutefois se concilier de plus en plus avec la protection de l’environnement, dans un contexte marqué par la montée en force d’une nouvelle génération de bureaucrates et d’élus plus prompts à s’adapter à l’émergence de nouvelles valeurs que leurs prédécesseurs animés par la seule dynamique économique.

6Le troisième chapitre, sur la « réinvention de la préservation de l’eau », cible le cas de l’Arizona du Sud, connue comme un bastion des valeurs républicaines, pour analyser l’émergence paradoxale d’une coalition écologiste, notamment entre les institutions locales (comme le comté de Pima) et les régulateurs de l’État. Cette coalition résulte de plusieurs logiques sociales structurant les stratégies d’adaptation aux futures pénuries d’eau. Premièrement, l’architecture institutionnelle de la gestion de l’eau en Arizona crée une interdépendance entre les protagonistes de ce secteur ; les institutions les plus centrales ont besoin d’institutions mineures pour assurer la mise en œuvre de leurs politiques, et s’approprient les idées a priori les plus improbables (préservation de l’eau en Arizona). Deuxièmement, la formation académique commune des principaux professionnels de l’eau rend possible les conditions d’un dialogue par-delà des différences d’intérêts et de croyances. Cette perspective démontre que, dans un sous-système d’institutions au sein duquel l’interdépendance et l’absence de monopole réglementaire produisent un haut degré d’incertitude quant aux résultats, les conflits sont, dans la pratique, soit marginalisés, soit ignorés, afin de produire un accord d’autant plus vague et flexible qu’il s’appuie sur des instruments utilisables par tous (plan d’action contre la sécheresse, par exemple). Le chapitre interroge par ailleurs les déterminants sociaux des systèmes d’action – en particulier le rôle des ingénieurs et les stratégies conçues pour convertir leurs compétences techniques à la sphère de la gestion de l’eau.

7Le chapitre 4, « partager les flux », cible la Californie, à savoir un État qui occupe une position dominante dans le champ de la gestion de l’eau depuis de nombreuses années, à la fois par ses institutions et par l’influence de ses professionnels. Les politiques écologiques y sont ancrées dans des stratégies économiques complexes. Le chapitre explique cependant comment des instruments tels que le dessalement de la mer révèlent une transformation de la politique de l’eau dans cet État. De nouveaux professionnels exposent ce qui pourrait être considéré comme de vieilles méthodes visant à promouvoir des mégaprojets, comme cela se pratiquait avant les années 1970. Toutefois, l’étude de cas montre que le profil de ces gestionnaires et professionnels n’est plus le même que celui des leurs prédécesseurs, une formation managériale et gestionnaire étant devenue de plus en plus nécessaires à l’obtention d’une position influente. Par ailleurs, en Californie, l’adaptation des politiques de l’eau à la pénurie ne fait pas l’objet d’une position unifiée, en raison d’une architecture institutionnelle fragmentée mais aussi d’un processus historique au cours duquel les forces du marché et les pouvoirs municipaux ont acquis une certaine autonomie.

8Le chapitre 5, sur « la mise en œuvre de la politique de l’eau, les instruments et leurs usages sociaux », est une étude approfondie des institutions et les professionnels de l’eau en Arizona et en Californie. Par-delà les interactions visibles entre ces divers acteurs, il prend en compte toutes les variables affectant l’émergence et le consensus autour de des moyens de préserver l’eau afin de proposer une analyse de la construction de cet espace relationnel d’institutions engagées dans la gestion de la sécheresse.

9L’étude sociologique croisée des politiques de l’eau en Arizona et en Californie révèle les conditions de développement des politiques de préservation de l’eau. Alors que, en Californie, la gestion de l’eau était, jusque dans les années 1970 et 1980, dominée par un impératif de développement économique, ce désir de « faire fleurir le désert » (« make the desert bloom ») s’est heurté à la pénurie d’eau, exacerbée par la récurrence des sécheresses et par le changement climatique. Ce sont non seulement les infrastructures majeures de l’eau (canaux…) qui ont été mises en question, mais aussi le pouvoir des politiciens californiens élus au Congrès. Le rôle du gouvernement fédéral et de son agence a été transformé, cette dernière, responsable de nombreux projets, devenant une gestionnaire de la ressource hydrique et une régulatrice de l’environnement. À l’ère des gestionnaires, les économistes et les avocats développèrent des instruments de préservation, incluant des transferts d’eau et des mesures de stockage. Ce fut un tournant, représentant la fin de la subordination de la gestion de l’eau à un secteur économique hégémonique. L’Arizona se caractérisait pour sa part par d’autres mécanismes. Par exemple, la réglementation de l’utilisation des eaux souterraines, introduite à la fin des années 1970 et au début des années 1980, est allée de pair avec l’émergence d’un milieu professionnel relativement autonome traitant de la gestion de l’eau au niveau local. Pendant cette période, les relations d’interdépendance entre les différents niveaux de gouvernement (municipalité, comté, État et institutions fédérales) composaient ce sous-domaine spécifique, dont l’approche opérationnelle a été influencée par les évolutions de la Californie voisine. L’objectif de la durabilité dans la politique de l’eau a ensuite été fondé sur d’autres considérations. Les institutions gouvernementales locales sont devenues les principales défenseuses des politiques de préservation de l’eau, sans lesquelles le développement économique aurait été menacé, et elles ont contré les tentatives des agents immobiliers de s’approprier l’eau dans les zones urbaines en expansion. Au sein de ces administrations, l’arrivée d’ingénieurs et de techniciens formés en gestion environnementale a favorisé l’essor d’instruments contribuant à une utilisation plus efficace de l’eau (recyclage, eaux pluviales, etc.). Le consensus sur les objectifs de durabilité généré est donc causé par divers processus, dont le souci de professionnels de l’eau désireux de défendre leur autonomie, en Californie comme en Arizona, par-delà leurs différences.

10Cette étude, d’une grande actualité et dont on ne saurait ici rendre compte de toute la richesse, propose une approche originale des politiques publiques de l’eau, et apporte un stimulant éclairage sur la gestion des ressources rares au sein d’« hydrocraties » valorisant de nouvelles formes de compétences.

Haut de page

Notes

1 Cf. Donald Worster, Rivers of Empire. Water, Aridity and the Growth of the American West, New York, Oxford University Press, 1986.

2 Canal de 541 km de long à travers l’Arizona. Ce gigantesque et coûteux projet vise à alimenter en eau les zones désertiques du centre et du sud de l’État.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Corinne Delmas, « Franck Poupeau, Brian F. O’Neill, Joan Cortinas Munoz, Murielle Coeurdray, Eliza Benites-Gambirazio, The Field of Water Policy. Power and Scarcity in the American Southwest », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2020, mis en ligne le 19 juin 2020, consulté le 12 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/42323

Haut de page

Rédacteur

Corinne Delmas

Professeure de sociologie à l’Université de Nantes, membre du Centre nantais de sociologie (CENS, UMR 6025).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page