Navigation – Plan du site

Pierre-Noël Giraud, L’inégalité du monde

Eric Keslassy
L'inégalité du monde
Pierre-Noël Giraud, L'inégalité du monde. Économie du monde contemporain, Paris, Gallimard, coll. « Folio actuel », 2019, 495 p., 1re éd. 1996, ISBN : 9782070465866.
Haut de page

Texte intégral

1La première édition de L’inégalité du monde est parue en 1996. Plus de vingt ans après, son auteur, Pierre-Noël Giraud en livre une nouvelle mouture actualisée et très largement remaniée. L’économiste justifie d’abord sa démarche par la volonté de voir ses thèses s’inscrire dans un débat public mondial qui, ces dernières années, a considérablement promu la thématique des inégalités. Si les causes de l’accroissement des inégalités et les moyens politiques de les réduire ne font pas toujours consensus, force est de constater que l’on se rapproche de l’unanimité en ce qui concerne leurs conséquences néfastes. En effet, la montée rapide et forte des inégalités, qui peut s’observer pratiquement partout dans le monde, est à l’origine d’effets pervers tant sur le plan économique (réduction de la croissance économique et du développement) que sur les plan social et politique (frustration relative, montée des populismes et apparition de gouvernements ploutocratique). Mais, avec cette réédition, Pierre-Noël Giraud souhaite également souligner combien la partie prospective de son livre de 1996 s’est révélée exacte. Il formulait alors deux prédictions. D’une part, la globalisation permettra à de grands pays émergents de rattraper leur retard, ces économies à bas salaires et à capacité technologique dont la Chine est l’exemple le plus frappant. D’autre part, si les inégalités internationales (inégalités entre pays) vont se réduire avec le renforcement de la mondialisation, ce ne sera pas le cas des inégalités internes (inégalités à l’intérieur d’un pays) : en particulier, les pays développés à économie de marché (PDEM) verront apparaître de puissantes inégalités causées par le décrochage d’une grande partie de leurs classes moyennes. Ces deux idées sont aujourd’hui des constats parfaitement démontrés empiriquement et qui ne prêtent plus à discussion, mais ce n’était pas du tout le cas à la fin du XXe siècle (bien au contraire, ils faisaient l’objet de polémiques enflammées entre économistes). Tout au long de sa nouvelle version de L’Inégalité du monde, l’auteur explique comment il était parvenu à de telles conclusions.

  • 1 Thomas Piketty, Le capital du XXIe siècle, Paris, Seuil, 2013.
  • 2 Anthony B. Atkinson, Inégalités, Paris, Seuil, 2016.
  • 3 Angus Deaton, La grande évasion, Paris, PUF, 2016.
  • 4 Amartya Sen, Development as freedom, Oxford, OUP Oxford, 1999.
  • 5 Branko Milanovic, Inégalités mondiales, Paris, La Découverte, 2019.

2Pierre-Noël Giraud a globalement conservé une approche historique qui le conduit à examiner l’évolution des inégalités du régime préindustriel (avant la première révolution industrielle qui débute au milieu du XVIIIe siècle) jusqu’à nos jours. Dans ce cadre, il accorde une large place à la période des Trente Glorieuses, qui se caractérise par une forte baisse des inégalités, et au monde qui commence à se dessiner au début des années 1980, avec le retour en force des idées libérales et le développement de la mondialisation, dont nous sommes les héritiers directs. Si ces chapitres ont été retouchés, la grande innovation de cette édition se situe dans la rédaction d’un très long premier chapitre qui offre une synthèse remarquable des travaux qui portent sur les inégalités, produits au cours des vingt dernières années. Les thèses de Piketty1, Atkinson2, Deaton3, Sen4 ou encore Milanovic5 sont résumées et mises en perspective avec une minutie très appréciable. Mais Pierre-Noël Giraud ne se contente pas de rédiger des chapitres historiques ou de résumer les travaux de ses collègues. Il cherche aussi à confronter ses propres concepts au réel, à savoir « l’inutilité économique » et le rapport entre les « nomades » et les « sédentaires ».

3Pour l’auteur, les inégalités les plus fortes sont celles qui frappent les « inutiles ». Il s’agit strictement de « l’inutilité économique » qui renvoie, dans les pays développés, aux chômeurs de longue durée mais aussi aux travailleurs pauvres et précaires et, dans les pays en développement, aux paysans sans terre ou encore aux habitants des bidonvilles. Cette forme d’inégalité est particulièrement résistante car elle enferme ceux qui en souffrent dans des trappes dont il est très difficile de sortir. Chiffres à l’appui, Pierre-Noël Giraud démontre combien ces « trappes d’inutilité » ne peuvent s’ouvrir sous l’effet du seul effort individuel de ceux qui y sont rejetés. Elles appellent donc des politiques publiques ambitieuses et adaptées, qui passent notamment par une meilleure répartition des richesses.

4Enfin, dans L’Inégalité du monde, l’auteur revient sur son modèle explicatif des inégalités internes (qu’il illustre par des données empiriques récentes) consistant à distinguer les « nomades », exposés à la concurrence internationale, et les « sédentaires », à l’abri de cette concurrence, partition qui existe dans toutes les économies inscrites dans la globalisation. Or, le fait est que les inégalités entre nomades et sédentaires ne cessent de progresser. Comment l’expliquer ? Si l’on retient le cas des PDEM, les nomades y sont de moins en moins nombreux (précisément en raison de la concurrence internationale qui est de plus en plus vive), si bien que – en moyenne – leur rémunération augmente. Au contraire, les sédentaires sont de plus en plus nombreux (ce qui fait stagner – en moyenne – leur rémunération) et une partie de leur situation économique est directement liée au nombre de nomades. Ainsi, on saisit parfaitement que le meilleur moyen de réduire les inégalités internes est de faire en sorte que des sédentaires passent dans le groupe des nomades, ce qui suppose par exemple que des politiques d’investissement dans les innovations soient mises en place. Plus les nomades sont compétitifs, moins les inégalités avec les sédentaires sont fortes…

5L’Inégalité du monde est une somme utile, rédigée dans une langue claire et accessible et qui, en même temps, pousse à une réflexion approfondie.

Haut de page

Notes

1 Thomas Piketty, Le capital du XXIe siècle, Paris, Seuil, 2013.

2 Anthony B. Atkinson, Inégalités, Paris, Seuil, 2016.

3 Angus Deaton, La grande évasion, Paris, PUF, 2016.

4 Amartya Sen, Development as freedom, Oxford, OUP Oxford, 1999.

5 Branko Milanovic, Inégalités mondiales, Paris, La Découverte, 2019.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eric Keslassy, « Pierre-Noël Giraud, L’inégalité du monde », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2020, mis en ligne le 22 juin 2020, consulté le 15 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/42327

Haut de page

Sujet

Inégalités

Consommation

Développement

Économie

Gouvernance

Population

Travail

Ville

Stratification sociale

Haut de page

Lieu

Amérique latine

Angleterre

Russie (et URSS)

Japon

Corée du Sud

Taïwan

Singapour

Inde

Chine

États-Unis

Afrique

Europe

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page