Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020Kolja Lindner (dir.), Le dernier ...

Kolja Lindner (dir.), Le dernier Marx

Selim Nadi
Le dernier Marx
Kolja Lindner (dir.), Le dernier Marx, Toulouse, L'Asymétrie, coll. « Réverbération », 2019, 370 p., ISBN : 979-10-96441-09-9.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Anievas Alexander et Nişancıoğlu Kerem, How the West Came to Rule, Londres, Pluto Press, 2015, p. 4
  • 2 Saïd Edward, L’Orientalisme. L’Orient créé par l’Occident, Paris, Seuil, 2003, p. 179.

1Suivant Alexander Anievas et Kerem Nişancıoğlu, l’eurocentrisme se traduit par une conception des origines de la modernité capitaliste comme le produit d’un développement principalement interne à l’Europe1. Cette critique d’une vision historique présupposant un schéma linéaire – calquée sur l’évolution économique et politique européenne – que devrait suivre l’ensemble des sociétés, est au cœur d’un reproche fait non seulement aux divers courants marxistes, mais également à Marx lui-même, accusé d’avoir par moments des accointances avec le colonialisme britannique ou d’être enfermé dans une vision linéaire et étapiste de l’histoire. La plus célèbre de ces critiques est sans aucun doute celle d’Edward Saïd qui s’appuie sur l’analyse de 1853 que faisait Marx de l’Inde, et notamment sur une longue citation dans laquelle le penseur allemand mobilise le fameux Divan occidental-oriental de Goethe – Saïd pointe ainsi l’orientalisme sous-jacent aux analyses socio-économiques de Marx2. Cette accusation d’orientalisme, voire d’eurocentrisme, envers Marx n’est bien évidemment pas dénuée de fondements. Il est vrai que l’article auquel se réfère Saïd, publié par Marx dans le New-York Daily Tribune, le 25 juin 1853, s’inscrit dans une certaine idée du sens de l’histoire, selon laquelle l’imposition du colonialisme britannique aux Indiens serait un mal nécessaire.

2Les écrits plus tardifs de Marx nuancent pourtant fortement cette vision d’un Marx emprisonné dans une vision étapiste et eurocentrique du développement historique. C’est à ce « dernier Marx » que s’intéressent les auteurs de cet ouvrage, qui dresse le portrait théorique d’un Marx non seulement moins déterministe dans son appréhension de l’histoire, mais également plus à même d’analyser les rapports de domination de race et de genre. Le présent ouvrage se penche ainsi sur un Marx lecteur des anthropologues de son époque. On y découvre ainsi certains extraits, inédit en français, des notes de Marx – accompagnés de textes d’auteurs revenant sur l’évolution de Marx.

  • 3 Voir notamment : Poggio Pier Paolo, « Marx, marxiste hérétique », in Karl Marx, Michael Löwy, Pier (...)

3Dans l’introduction de l’ouvrage, Kolja Lindner rappelle que, au cours des dernières décennies de sa vie, Marx a été amené à s’interroger sur la possibilité d’une révolution dans un pays non industrialisé – une hypothèse allant à l’encontre de l’idéologie du progrès que l’on retrouve parfois chez lui. Pourtant, les différents auteurs du livre insistent sur la distance prise par le dernier Marx avec ce progressisme. Ses lectures anthropologiques le poussent à ne plus percevoir certaines catégories historiques comme universelles. De la même manière, l’intérêt porté par Marx aux communautés rurales russes entraîne un décentrement de l’analyse du développement historique – qui ne suivrait pas une voie nécessairement tracée à l’avance où le prolétariat industriel serait le sujet révolutionnaire principal3.

4Par ailleurs, l’introduction de Lindner est précieuse pour saisir l’évolution marxienne depuis la publication du premier volume du Capital (1867) et la direction vers laquelle tend le travail de ce dernier Marx, avec moins de lois générales rigides et plus de complexités dans les analyses en termes de développement.

  • 4 Brown Heather A., Marx on Gender and the Family. A Critical Study, Chicago, Haymarket books, 2012, (...)

5Ce rejet d’un modèle linéaire de développement historique, calqué sur l’expérience occidentale, est essentiel pour saisir l’évolution de Marx sur la question coloniale, mais également sur la question du genre. De ce point de vue, on ne peut que se réjouir que cet ouvrage comporte un chapitre d’Heather A. Brown et un autre de René Gallissot. Le texte de Brown est la traduction française du sixième chapitre de Marx on Gender and The Family – devenu une référence dans l’étude du rapport de Marx à la question du genre. Sur ce point, il est évident qu’il y a certaines réflexions problématiques parmi les travaux de Marx. D’une part, on trouve dans Le Capital une vision assez traditionnelle du rôle des femmes dans la famille, d’autre part, comme le souligne Heather Brown dans un autre chapitre de Marx on Gender and The Family, la critique féministe la plus sérieuse faite à l’œuvre marxienne conteste le rôle central donné aux rapports de production, qui sous-estime, voire ignore les rapports de reproduction – dans lesquels l’exploitation des femmes est pourtant essentielle4.

6Bien sûr, en tant qu’homme du XIXe siècle, on ne peut guère reprocher à Marx de ne pas avoir devancé les féministes marxistes des années 1970. On trouve néanmoins chez Marx de la matière pour penser la question du genre. Heather A. Brown rappelle qu’outre La Société archaïque de Lewis H. Morgan (1877), Marx commente, dans ses carnets, les travaux de John Budd Phear, John Lubbock, Maxime Kovalevski, Henry Sumner Maine et Ludwig Lange. Le texte de Brown se penche notamment sur les notes de Marx à propos de Maine et de Lange et tente de saisir l’orientation du dernier Marx sur le genre et la famille. Le premier point qui ressort de ces notes est l’historicisation de la famille opérée par Marx – et notamment le développement des contradictions lors du passage du clan à la famille patriarcale, dans les sociétés archaïques indienne et irlandaise –, le passage d’un clan relativement égalitaire en famille patriarcale, où la domination de genre est nécessairement structurante. Le texte de Brown permet donc de saisir le genre comme une sphère liée aux développements sociaux et non comme une sphère totalement indépendante, qui ne relèverait que de l’idéologie.

  • 5 Anderson Kevin B., Marx aux antipodes. Nations, ethnicité et sociétés non occidentales, Paris, Édit (...)

7Concernant le colonialisme, nous avons déjà abordé les problèmes que posaient les textes de Marx publiés dans le New York Daily Tribune en 1853. Kevin B. Anderson souligne cependant que Marx est passé d’une analyse unilinéaire du colonialisme, dans les années 1840, perçu comme un potentiel facteur de développement économique pour les sociétés non européennes, à une analyse multi-dimensionnelle dans les années 18805. On retrouve l’évolution de Marx sur la question coloniale dans plusieurs textes présents dans le recueil. Toutefois, la reproduction d’un chapitre du livre de René Gallissot Marxisme et Algérie (devenu quasiment introuvable aujourd’hui) apporte à cet ouvrage collectif une précieuse valeur ajoutée pour l’étude de la pensée marxienne. Ce chapitre rappelle notamment qu’à la lecture de Kovalevski, Marx semble s’éloigner d’une ligne percevant la colonisation comme potentiellement progressiste. Gallissot s’appuie notamment sur l’exemple de la spoliation des terres, qui joue un rôle central dans l’accélération de la paupérisation de l’Algérie.

  • 6 Virdee Satnam, Racism, Class, and the Racialized Outsider, New York, Palgrave Macmillan, 2014, p. 4
  • 7 Marx Karl, « Karl Marx à Ludwig Kugelmann », in Karl Marx et Friedrich Engels, Textes sur le coloni (...)

8La question irlandaise a joué un rôle essentiel dans l’évolution de Marx sur la question coloniale – les catholiques irlandais de la Grande-Bretagne du XIXe siècle étant considérés comme une « race celtique inférieure »6. En introduction, Lindner rappelle qu’en s’intéressant à l’incorporation de l’agriculture irlandaise dans le développement du capitalisme en Angleterre, Marx perçoit la colonisation comme une intégration inégale des colonies dans le marché mondial, processus qui entraîne un sous-développement des économies des périphéries – une sorte de théorie de la dépendance avant la lettre. Mais la question irlandaise a également eu des conséquences plus directement politiques, Marx rappelant par moments qu’il est dans l’intérêt même des prolétaires anglais de se saisir de cet enjeu. Dans une lettre, du 29 novembre 1869, au socialiste allemand Ludwig Kugelmann, Marx écrit ainsi : « Je suis de plus en plus arrivé à la conviction – et il ne s’agit que de l’inculquer à la classe ouvrière anglaise – qu’elle [la classe ouvrière anglaise] ne pourra jamais rien faire de décisif, ici en Angleterre, tant qu’elle ne rompra de la façon la plus nette, dans sa politique irlandaise, avec la politique des classes dominantes […]. Le prolétariat anglais doit suivre cette politique non par sympathie pour l’Irlande, mais parce que c’est dans son propre intérêt »7.

9Qu’il s’agisse de l’Inde, de l’Algérie ou de l’Irlande, les réflexions de Marx sur la question coloniale n’apparaissent plus comme des questions marginales, mais bien comme un élément central dans l’évolution de sa pensée.

  • 8 Marx Karl, Le Capital. Livre I, Paris, Gallimard, 2008, p. 103.
  • 9 Hudis Peter, Marx’s Concept of the Alternative to Capitalism, Chicago, Haymarket Books, 2012, p. 2.

10Enfin, cet ouvrage se penche sur la réflexion de Marx sur une société post-capitaliste. Dans la postface de la seconde édition allemande du Capital, Marx écrivait que la Revue positiviste de Paris lui aurait reproché de rester trop analytique et de ne pas « formuler des recettes […] pour les marmites de l’avenir »8. Selon Peter Hudis, il n’y a eu que peu d’analyses de ce qui constitue une alternative au capitalisme pour Marx9. L’ouvrage publié par les éditions de l’Asymétrie s’intéresse pourtant à cette question, le chapitre d’Urs Lindner montrant notamment comment la « voie française » suivie par le dernier Marx correspond à une conception radicale de l’égalité. Que ce soit à travers sa lecture de la Commune de Paris de 1871 – notamment dans La Guerre civile en France (1871) – ou par ses notes sur les analyses de Morgan relatives à la démocratie iroquoise, discutées dans le chapitre de Franklin Rosemont, la question d’une démocratie radicale apparaît comme centrale dans les derniers écrits de Marx.

  • 10 Lukács Georg, Histoire et conscience de classe, Paris, Les Éditions de minuit, Paris, p. 18.

11Si ce livre offre donc des éclairages précieux sur ce « dernier Marx » – bien trop riches pour pouvoir être restitués dans leur entièreté ici –, on a par moments l’impression qu’il entend opposer Marx à ses successeurs. Pourtant, la pensée marxiste post-Marx, parfois caricaturée par la qualification de « marxisme orthodoxe », a également participé à enrichir les analyses du capitalisme, de la question coloniale, du genre ou de la démocratie. Georg Lukács rappelle ainsi que « [l]’orthodoxie en matière de marxisme se réfère […] exclusivement à la méthode »10. S’il est vrai que certains épigones ont pu « figer » une certaine lecture de Marx, il faut également rappeler que les marxistes ont également eu une pensée en mouvement. Le dernier Marx reste cependant essentiel pour découvrir un Marx moins connu, cherchant à faire évoluer sa pensée par les lectures et commentaires de ses contemporains.

Haut de page

Notes

1 Anievas Alexander et Nişancıoğlu Kerem, How the West Came to Rule, Londres, Pluto Press, 2015, p. 4.

2 Saïd Edward, L’Orientalisme. L’Orient créé par l’Occident, Paris, Seuil, 2003, p. 179.

3 Voir notamment : Poggio Pier Paolo, « Marx, marxiste hérétique », in Karl Marx, Michael Löwy, Pier Paolo Poggio et Maximilien Rubel, Le dernier Marx, communisme en devenir, Paris, Eterotopia France, 2018, p. 30.

4 Brown Heather A., Marx on Gender and the Family. A Critical Study, Chicago, Haymarket books, 2012, p. 66.

5 Anderson Kevin B., Marx aux antipodes. Nations, ethnicité et sociétés non occidentales, Paris, Éditions Syllepse, 2015.

6 Virdee Satnam, Racism, Class, and the Racialized Outsider, New York, Palgrave Macmillan, 2014, p. 4.

7 Marx Karl, « Karl Marx à Ludwig Kugelmann », in Karl Marx et Friedrich Engels, Textes sur le colonialisme, Moscou, éditions en langues étrangères, 1968, p. 349.

8 Marx Karl, Le Capital. Livre I, Paris, Gallimard, 2008, p. 103.

9 Hudis Peter, Marx’s Concept of the Alternative to Capitalism, Chicago, Haymarket Books, 2012, p. 2.

10 Lukács Georg, Histoire et conscience de classe, Paris, Les Éditions de minuit, Paris, p. 18.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Selim Nadi, « Kolja Lindner (dir.), Le dernier Marx », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 23 juin 2020, consulté le 19 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/42341

Haut de page

Rédacteur

Selim Nadi

Chercheur invité au centre d’histoire européenne de l’université d’Oxford, ATER en science politique à l’université Lyon 2.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search