Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020Isabelle Collet, Les oubliées du ...

Isabelle Collet, Les oubliées du numérique

Eliakim Sénégas-Lajus
Les oubliées du numérique
Isabelle Collet, Les oubliées du numérique, Paris, Le Passeur éditeur, 2019, 213 p., ISBN : 978-2-36890-705-4.
Haut de page

Texte intégral

1Depuis les années 1980 et l’essor de l’informatique grand public, les outils numériques n’ont cessé de se diversifier et de gagner en importance. Ordinateurs, téléphones portables, montres connectées, voitures autonomes… : les objets connectés s’enracinent de façon croissante dans notre quotidien, influençant nos façons d’agir et de faire société. Loin de l’image de neutralité qui leur est parfois associée, le fonctionnement de ces objets est fortement orienté par les nombreux professionnels qui concourent à leur conception au sein des entreprises de la tech. Or, si l’informatique est utilisée de façon égale par toutes et tous, ce sont en majorité des hommes qui sont responsables de sa construction et de son développement. Isabelle Collet, chercheuse en sciences de l’éducation, s’intéresse dans cet ouvrage aux enjeux soulevés par ce déséquilibre de genre. En interrogeant la construction sexiste du secteur numérique et en proposant une re-féminisation de l’histoire informatique, elle entend contribuer à la lutte contre les inégalités au sein de ce domaine en pleine expansion.

2Les Oubliées du numérique propose avant tout un état des lieux des inégalités de genre au sein du monde informatique contemporain. Le numérique est, dans les pays occidentaux, un univers fortement masculin, tant en termes de structure professionnelle que de représentations. En France, les cursus informatiques ne sont suivis qu’à 12% par des femmes ; cette inégalité se poursuit dans le monde professionnel, et en particulier dans les secteurs de pointe comme la cyber-sécurité, où les femmes ne représentent que 11% des effectifs. Ce déséquilibre s’accompagne de la prégnance de représentations discriminantes des femmes informaticiennes, y compris au sein du monde professionnel, en témoigne par exemple un mémo interne produit en 2017 par un employé de Google, qui estimait que la faible représentation des femmes au sein de l’entreprise s’expliquait par des différences « biologiques », les femmes étant « plus ouvertes aux sentiments et à l’esthétique qu’aux idées » (p. 31).

3Isabelle Collet s’attache à montrer les façons dont la composition inégale du monde professionnel informatique en termes de genre et les représentations sexistes qui le traversent agissent négativement sur l’ensemble de la société. Comme l’a souligné la sociologie des sciences et des techniques, les concepteurs d’outils numériques inscrivent les présupposés liés à leur identité et à leur position sociale dans les objets qu’ils construisent. À titre d’exemple, alors que les femmes représentent la moitié des utilisatrices d’applications de santé, celles-ci, conçues majoritairement par des hommes, n’ont pris en compte les cycles menstruels qu’à partir de la fin des années 2010. Ainsi, « quand on contrôle tous les aspects de la conception et de la mise en œuvre [d’un outil], on en contrôle l’usage » (p. 52).

4Les inégalités de genre au sein du monde informatique sont pourtant loin d’être naturelles. Isabelle Collet le montre par le biais d’un travail de réécriture de l’histoire de ce secteur, au sein duquel les femmes ont longtemps joué un rôle central. En effet, si les figures aujourd’hui connues de la naissance de l’informatique sont essentiellement masculines (Norbert Wiener, inventeur de la cybernétique, ou encore Alan Turing, pionnier de l’intelligence artificielle dans les années 1950), de nombreuses femmes ont contribué à la construction de l’informatique moderne. Suivant les pas d’Ada Lovelace, inventrice au XIXe siècle des notions de variable et de boucles de programmation, c’est par exemple un groupe exclusivement féminin qui conçut l’Eniac, premier ordinateur ayant servi à la réalisation de calculs balistiques durant la seconde guerre mondiale.

5Ainsi, avant que l’informatique ne devienne un vecteur de prestige et de profit économique à partir des années 1970, le caractère minutieux et réputé fastidieux du travail d’annotation et de programmation en faisait une activité qualifiée de féminine. Cette brève histoire « féminisée » de l’informatique permet de faire apparaitre les déterminants politiques et économiques de la structure de genre de ce domaine, et donc d’en relativiser la portée.

6L’ouvrage, qui se veut résolument opérationnel, propose en parallèle de ces analyses une revue des solutions possibles aux inégalités de genre qui traversent le monde informatique. Si les pouvoirs publics et les entreprises de la tech prennent en compte de façon croissante cette problématique, Isabelle Collet met en garde les décideurs contre des pistes de réponse qui pourraient s’avérer contre-productives. C’est en particulier le cas des mesures différentialistes visant à « peindre la tech en rose » (p. 154). Prenant appui sur les stéréotypes de genre, ces stratégies visent à faire coïncider l’informatique avec les représentations traditionnellement associées au genre féminin, à l’instar du clip « science is a girl’s thing » diffusé par l’Union européenne en 2012 montrant des femmes scientifiques en jupes courtes et talons aiguilles travaillant à la conception de cosmétiques. En jouant sur les imaginaires genrés, ces méthodes renforcent les discriminations subies par les femmes à la fois dans le monde informatique (où elles sont renvoyées à des tâches « féminines » même lorsqu’elles sont parfaitement qualifiées) et dans la société dans son ensemble.

7En contrepoint de ce type de mesures essentialistes, Isabelle Collet propose de s’attaquer directement aux fondements de l’inégalité, par le biais de stratégies relevant de l’« action affirmative » (p. 152). Il s’agit de considérer l’égalité de fait dans ce domaine (à la fois en termes numériques et de représentations) comme un objectif mais également comme un moyen de consolider cet objectif : ce n’est qu’à cette condition que les femmes cesseront de se confronter à des obstacles entravant leur entrée et leur évolution dans ce secteur. Pour ce faire, l’utilisation de quotas est en particulier largement recommandée par l’autrice, tant au niveau de la sélection dans les filières universitaires que dans les recrutements professionnels, en particulier concernant des postes décisionnels. L’égalité numéraire à tous les niveaux serait en effet seule à même d’induire sur le temps long des changements culturels permettant de construire une informatique inclusive et égalitaire.

8Les oubliées du numérique offre ainsi un vaste panorama des inégalités de genre traversant le monde informatique, de leur impact sur l’ensemble des utilisateurs et utilisatrices de technologies numériques, de la construction historique de ce déséquilibre et des solutions possibles à cette situation. Rédigé avec un souci constant de pédagogie et d’accessibilité, cet ouvrage pose les bases d’une réflexion essentielle et urgente dans une époque marquée par l’essor permanent et ubiquitaire des outils numériques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eliakim Sénégas-Lajus, « Isabelle Collet, Les oubliées du numérique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 23 juin 2020, consulté le 03 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/42353 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.42353

Haut de page

Rédacteur

Eliakim Sénégas-Lajus

Doctorant en études théâtrales à l’Université Lumière Lyon 2.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search