Navigation – Plan du site

Guillaume Mazeau, Histoire

Blaise Truong-Loï
Histoire
Guillaume Mazeau, Histoire, Paris, Anamosa, coll. « Le mot est faible », 2020, 104 p., ISBN : 979-10-95772-81-1.
Haut de page

Texte intégral

1L’appétit de nos contemporain·e·s pour l’histoire n’est plus à démontrer. Du succès mondial de séries en costume comme Downtown Abbey aux 15 % de parts d’audience régulièrement obtenus par Stéphane Bern avec Secrets d’histoire en passant par le million d’abonné·e·s à la chaîne YouTube Nota Bene, nous assistons clairement à un « triomphe de l’histoire » (p. 5). Dans son dernier ouvrage, Guillaume Mazeau analyse ce phénomène non pas comme une consommation accrue d’histoire mais comme une démocratisation plus poussée de la production d’histoire. Sept Français·e·s sur dix ne se sont-ils et elles pas déjà engagé·e·s dans une recherche généalogique et plus de 2 milliards de pages d’archives numérisées n’ont-elles pas été consultées en ligne en 2017 (p. 11) ? En affirmant que « l’histoire désigne toutes les formes de fabrication du passé, écrites ou non, scientifiques ou non, sérieuses ou fantasmées, individuelles ou collectives, de bonne ou de mauvaise foi, objet de divertissement, de connaissances ou d’usages divers » (p. 5-6), l’auteur rend d’ailleurs bien compte de sa volonté de considérer l’histoire comme une « activité sociale partagée » (p. 6) dont la pratique universitaire ne constitue qu’un pan.

  • 1 Pour un exemple récent, voir Brodiez-Dolino Axelle, Ruiz Émilien (dir.), « Écrire autrement ? L’his (...)

2Maître de conférences à Paris 1, spécialiste de l’histoire et de la mémoire de la Révolution française, Guillaume Mazeau a notamment œuvré comme conseiller de la pièce de théâtre à succès de Joël Pommerat, Ça ira (1). Fin de Louis, en 2014-2015. Il fait ainsi partie des rares historien·ne·s très actif·ve·s en dehors du champ académique. La réflexion qu’il propose avec Histoire n’est toutefois pas isolée. Elle s’insère dans un mouvement plus général de questionnement des historien.ne.s sur les supports de l’histoire, sa fonction sociale et l’articulation du travail universitaire avec les autres formes d’histoire1.

  • 2 Voir Fukuyama Francis, La fin de l’histoire et le dernier homme, Paris, Flammarion, 1992 (cité p. 2 (...)

3Structuré en sept chapitres incisifs et très bien écrits, l’ouvrage commence par expliquer le « triomphe » actuel de l’histoire par un besoin de se rassurer face à l’angoisse écologique et l’incertitude économique que provoque une succession de crises apparemment sans fin. « Alors que le futur ne cesse de se dérober sous nos pieds, le passé aurait en même temps trouvé un nouveau statut : celui d’un temps rassurant, immobile et fétichisé » (p. 15). Cette conception d’un « passé sans histoire » (p. 17) n’est toutefois pas une réponse mécanique aux menaces de notre époque. Pour l’auteur, elle est bien plus la conséquence de la répression, depuis des décennies, de tous les mouvements qui contestent les démocraties libérales et le capitalisme. Depuis les années 1980-1990, la « révolution conservatrice » aurait en effet disqualifié toute proposition d’alternative politique, économique et sociale au nom du réalisme et de la « fin de l’histoire »2. En parallèle, les différents pouvoirs qui se sont succédé auraient promu « l’histoire comme outil de consensus » (p. 34), notamment au travers de politiques mémorielles supposées apaiser les tensions « par l’effet magique et consensuel du “plus jamais ça” » (p. 35). L’échec de ces dispositifs serait alors patent ; « l’hypermnésie volontariste des politiques publiques » aurait nourri « le poison identitaire » (p. 40) et stimulé la dénonciation par des polémistes d’extrême droite d’une « histoire officielle » destructrice des liens sociaux (p. 48).

  • 3 Généralement propagés sur Internet sous forme d’image à caractère humoristique, les mèmes sont auta (...)

4Après avoir ainsi décrit les symptômes du mal qui ronge selon lui les conceptions contemporaines de l’histoire, Guillaume Mazeau analyse la vitalité et la diversité des pratiques populaires de l’histoire comme autant de raisons d’espoir. Des fêtes de village du Cotentin aux collections d’objets de la Première Guerre mondiale en passant par les mèmes3 historiques de Reddit, il donne à voir des formes d’histoire qui sont très loin de s’enfermer dans une logique de préservation d’un passé immuable. Les mépriser au nom d’une défense de l’histoire savante serait alors « une erreur à la fois politique mais également d’un point de vue scientifique » (p. 69).

  • 4 De Cock Laurence, Larrère Mathilde, Mazeau Guillaume, L’Histoire comme émancipation, Marseille, Ago (...)

5C’est qu’Histoire constitue avant tout une prise de position en faveur d’une certaine éthique de l’histoire universitaire. Son auteur plaide en effet dans les deux derniers chapitres pour une pratique de l’histoire savante « arrimée au monde social » (p. 78) sans « non plus se mettre au service des demandes identitaires, même au prétexte qu’elles émaneraient de minorités opprimées » (p. 79). Définie avant tout par sa méthode (l’examen critique des sources), l’histoire académique devrait selon lui arrêter de se penser irréductiblement différente et supérieure aux autres formes d’histoire. Les historien·ne·s n’auraient rien à gagner à se replier derrière le mythe de la neutralité ou de l’objectivité et devraient au contraire assumer le caractère politique de leur travail. En explicitant leur point de vue au lieu de le cacher, ils permettraient plutôt « à leur public de s’approprier leur parole et, finalité ultime, de s’en détacher » (p. 90). On retrouve là un thème cher à l’auteur, plus largement détaillé dans un livre qu’il a co-écrit et qui est paru en 2019 sous le titre évocateur L’Histoire comme émancipation4. Enfin, Guillaume Mazeau voit dans la pratique de l’histoire publique une responsabilité qui incombe aux universitaires au nom de leur fonction sociale. Cette intervention « dans le travail que font quotidiennement leurs contemporains sur le passé » (p. 91) devrait pour lui se faire en investissant des espaces où se fabriquent les imaginaires historiques du plus grand nombre (télévision, jeu vidéo, YouTube…) et en alternant « les moments d’intervention, nécessaires au travail de vigilance, […] et les périodes de retrait » (p. 96).

  • 5 Galvez-Behar Gabriel, « De Cock Laurence, Larrère Mathilde, Mazeau Guillaume, L’Histoire comme éman (...)

6Cette articulation de l’histoire savante avec d’autres formes d’histoire constitue de loin l’enjeu le plus intéressant du livre. Les passages consacrés au « triomphe » de l’histoire dans nos sociétés, qui soulignent la vitalité et la diversité contemporaines de la pratique de l’histoire sont également captivants, mais ils sont plus décevants quand ils mobilisent des termes comme « capitalisme », « néo-libéral » ou « identitaire » qui, n’étant pas clairement définis, tendent à devenir des catégories un peu incantatoires. Le principal intérêt de l’ouvrage réside donc plutôt dans son plaidoyer en faveur d’une conception bien précise des responsabilités de l’historien.ne. Celles et ceux qui y chercheraient cependant un rôle social tout prêt à être endossé risquent toutefois d’être déçu·e·s. Sa plus grande vertu se trouve en effet peut-être moins dans les réponses qu’il apporte que dans les questions qu’il suscite. Ces interrogations ont pour partie été déjà récemment formulées par Gabriel Galvez-Behar dans un compte-rendu de L’Histoire comme émancipation5. On se concentrera donc plutôt ici sur celles qui naissent du double impératif d’une histoire politique et publique, formulé dans le dernier chapitre d’Histoire.

  • 6 O’Sullivan Mary, « The Intelligent Woman’s Guide to Capitalism », Enterprise & Society, vol. 19, n° (...)

7Ce que son auteur entend par histoire politique n’est en effet pas tout à fait clair. Il semble d’abord désigner par là une histoire aux prises avec les grandes questions de son temps, une histoire engagée dans « la critique du monde social » et qui ne soit pas « hors-sol » (p. 88). Il semble y avoir là une position que beaucoup pourraient rallier, mais G. Mazeau ne semble envisager qu’une modalité d’exercice bien précise de cette histoire. Il considère par exemple que face au mouvement des Gilets jaunes, les historien·ne·s qui « jouèrent plutôt bien leur rôle » furent celles et ceux qui se lancèrent sur le terrain « en compagnie de politistes ou de sociologues » (p. 89). Qu’un.e historien.ne travaillant sur les mouvements sociaux ou les contestations populaires y trouve là une forme pertinente d’action, soit. Mais cette pratique est-elle celle qui permet le mieux à des spécialistes de l’histoire de la contraception ou des églises médiévales de s’impliquer dans la cité ? De la même manière, le regard critique sur des problématiques actuelles (c’est-à-dire le caractère politique) de l’histoire ne semble parfois pouvoir procéder, pour l’auteur, que d’une immersion dans les pratiques sociales des classes populaires. Plusieurs trajectoires suggèrent pourtant d’autres voies possibles. C’est par exemple en travaillant comme consultante chez McKinsey que Mary O’Sullivan s’est mise à s’intéresser au capitalisme contemporain, sujet on ne peut plus d’époque et dont elle est aujourd’hui l’une des plus grandes historiennes6. Toute histoire politique (au sens où l’entend initialement Guillaume Mazeau) est-elle donc forcément populaire ?

8Les considérations que développe l’ouvrage sur l’histoire publique s’exposent au même type de remarques. L’intervention « dans le travail que font quotidiennement [nos] contemporains sur le passé » est un exercice que beaucoup d’historien·ne·s pourront trouver très excitant, mais tout le monde est-il spécialiste d’une question entrant ainsi en résonance avec le travail du plus grand nombre sur le passé ? Et à supposer que oui, une intervention sur une chaîne YouTube ou dans un documentaire diffusé à une heure de grande audience constitue-t-elle toujours le meilleur moyen d’intervention ? Un·e spécialiste de l’histoire de l’État et de l’administration ne pourrait-il pas être aussi efficace (voire plus) en participant à la formation des fonctionnaires ? Autrement dit, une bonne histoire publique doit-elle nécessairement être une histoire à destination d’un large public ?

9La question est finalement celle de l’adaptabilité à tous profils et à toutes thématiques de recherche du rôle social de l’historien·ne défendu par l’auteur. Le sujet étant complexe, tout l’intérêt du livre est de le mettre à l’agenda des discussions. En cela, on ne peut que remercier Guillaume Mazeau et les autres universitaires qui s’emparent de ces problématiques.

Haut de page

Notes

1 Pour un exemple récent, voir Brodiez-Dolino Axelle, Ruiz Émilien (dir.), « Écrire autrement ? L’histoire sociale en quête de publics », Le Mouvement social, n° 269-270, 2019.

2 Voir Fukuyama Francis, La fin de l’histoire et le dernier homme, Paris, Flammarion, 1992 (cité p. 26).

3 Généralement propagés sur Internet sous forme d’image à caractère humoristique, les mèmes sont autant de supports de diffusion de masse d’un trait d’esprit.

4 De Cock Laurence, Larrère Mathilde, Mazeau Guillaume, L’Histoire comme émancipation, Marseille, Agone, 2019.

5 Galvez-Behar Gabriel, « De Cock Laurence, Larrère Mathilde, Mazeau Guillaume, L’Histoire comme émancipation », Le Mouvement Social, n° 269-270, 2019, p. 263-266.

6 O’Sullivan Mary, « The Intelligent Woman’s Guide to Capitalism », Enterprise & Society, vol. 19, n° 4, 2018, p. 751-802.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Blaise Truong-Loï, « Guillaume Mazeau, Histoire », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2020, mis en ligne le 24 juin 2020, consulté le 11 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/42366

Haut de page

Rédacteur

Blaise Truong-Loï

Ancien élève de l’École normale supérieure, agrégé d’histoire, doctorant au Centre d’histoire de Sciences Po.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page