Navigation – Plan du site

Arnaud Alessandrin, Johanna Dagorn, Anastasia Meidani, Gabrielle Richard, Marielle Toulze (dir.), Santé LGBT. Les minorités de genre et de sexualité face aux soins

Théo Sabadel
Santé LGBT
Arnaud Alessandrin, Johanna Dagorn, Anastasia Meidani, Gabrielle Richard, Marielle Toulze (dir.), Santé LGBT. Les minorités de genre et de sexualité face aux soins, Lormont, Le Bord de l'eau, coll. « Documents », 2020, 288 p., ISBN : 978-2-35687-699-7.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Constitution de l’OMS de 1946 : https://www.who.int/fr/about/who-we-are/constitution.
  • 2 Branche de la médecine relative au traitement de l’obésité.
  • 3 Ce programme a par ailleurs donné lieu à un colloque qui s’est tenu à Bordeaux en 2018 dont son iss (...)
  • 4 Cf. quatrième de couverture.

1En partant de la définition donnée par l’OMS selon laquelle la santé est un « état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité »1, le présent ouvrage vise à interroger la pertinence de cette conception pour les personnes qui s’identifient comme LGBT (lesbiennes, gays, bi et trans). L’objectif des auteur·e·s est, à l’aide d’une approche phénoménologique, de souligner les particularités des expériences en santé vécues par les personnes LGBT et de caractériser les discriminations dont elles peuvent être victimes en raison d’une orientation sexuelle ou d’une identité de genre qui ne correspond pas à la norme hétérosexuelle et binaire dominante. Cet ouvrage collectif résulte du programme de recherche « Santé LGBT » qui traite des discriminations dans les parcours de santé LGBT dans trois domaines distincts que sont « la santé scolaire, la bariatrie2, la cancérologie »3. La pluralité des thèmes traités dans les différents chapitres permet d’entrevoir des approches et des conceptions hétérogènes de la santé selon l’orientation sexuelle ou l’identité de genre. Les parcours de santé des personnes LGBT s’inscrivent donc « dans des expériences et des représentations particulières »4, que cela soit en contexte scolaire (première partie), en rapport avec l’expérience du cancer (deuxième partie), à propos de la capacité d’agir individuelle à travers les multiples transformations du corps (troisième partie) ou encore à travers des actions en santé (quatrième partie).

2Comme le précise Stéphanie Rubi, c’est d’abord à l’école, institution centrale en ce qu’elle conditionne grandement les trajectoires sociales futures, que se jouent les premières discriminations pour les élèves LGBT. Parce que leur orientation sexuelle ou leur identité de genre est différente de la norme hétérosexuelle et binaire, ces élèves peuvent être considéré·e·s comme déviant·e·s par leurs pairs et exposé·e·s à des traitements différentiels, des violences ou du harcèlement. Il devient donc difficile pour elles et eux de se construire comme sujets en raison d’une identité qui est au mieux tue, sinon niée, dans un milieu et un quotidien qui ne les reconnaissent pas dans leur singularité. Ces violences et ces diverses formes de harcèlement peuvent conduire à des problèmes de santé plus graves comme la dépression, l’automutilation ou le suicide. La contribution de Sophie Stadelmann traduit en termes quantitatifs l’exposition différentielle des individus qui ne se définissent pas exclusivement comme hétérosexuel·le·s. Elle reprend les résultats d’une étude menée dans deux cantons suisses en 2014 auprès de 5 211 élèves âgé e s de 15 ans qui a permis, entre autres, de savoir dans quelle mesure les individus non-exclusivement hétérosexuels sont davantage concernés par la violence, les discriminations, la consommation de substances psychoactives, le (cyber)harcèlement ou par d’autres problèmes de santé. L’enquête conclut que les jeunes concerné·e·s « constituent une population en situation de vulnérabilité » (p. 63) avec un état de santé généralement moins bon et sont plus souvent victimes de violences ou d’harcèlements. Ces résultats quantitatifs appellent, selon les auteur·e·s, à une prise en compte plus systématique de l’orientation sexuelle ou de l’identité de genre des élèves dans les enquêtes francophones qui portent sur la santé en milieu scolaire. Cela permettrait de corroborer ce qui a déjà été décrit, notamment par la psychologie, sur les risques auxquels sont exposées les personnes LGBT et permettrait de mieux objectiver les problématiques qui affectent ces élèves au cours de leur scolarité.

  • 5 Axel Honneth, La lutte pour la reconnaissance, Paris, Cerf, 2010.

3La vulnérabilité des personnes LGBT se mesure également par l’invisibilisation de leurs problématiques lors de l’accès aux soins et dans la relation avec les soignant·e·s. Le deuxième chapitre s’attache à rendre compte des expériences de soin lors de traitements contre le cancer, en rapport avec ce qu’Axel Honneth a qualifié de « lutte pour la reconnaissance »5. Selon ce dernier, l’expérience de la reconnaissance (appliquée ici aux parcours de soins) est un facteur constitutif de l’être humain en ce qu’elle souligne les singularités de chacun·e. Pour les personnes LGBT, cette reconnaissance, qui permet se constituer comme sujet de santé particulier, s’articule à la question de l’accès à une information fiable et pertinente. En raison des discours dominants et du manque de connaissances sur le cancer en rapport avec les questions de genre et de sexualité, les personnes LGBT peuvent être désavantagées par l’état actuel des savoirs, alors que cette maladie représente la première cause de mortalité dans cette population, devant le sida. En partant de ce constat, l’étude pancanadienne menée entre 2012 et 2017 sur « les marges du cancer » vise à produire des « savoirs culturellement pertinents » (p. 71) en collectant, de manière empirique, les expériences de santé et de maladie de personnes LGBT. L’enquête conduite par Geneviève Rail illustre l’importance de déconstruire les discours dominants pour prendre en compte la complexité et l’hétérogénéité des expériences du cancer. Les recherches qui s’appuient sur une approche expérientielle, comme celle d’Anastasia Meidani, montrent qu’en dépit de contraintes structurelles et institutionnelles, les patient·e·s LGBT parviennent à mobiliser des ressources et des compétences propres (notamment grâce aux actions communautaires), ce qui ne dispense pas de combler le manque de connaissances sur le traitement du cancer en lien avec les questions de genre et de sexualité.

4Cette lutte pour la reconnaissance passe aussi par la mise en avant de la corporéité et des moyens de transformer son propre corps afin d’en faire le support d’une identité singulière exposée au regard d’autrui. Dans la troisième partie, il s’agit de dire le corps non plus à partir des mots qui le caractérisent, avec souvent pour objectif de le discipliner (comme l’a pointé Foucault), mais à partir des pratiques individuelles et collectives hétérogènes qui rendent (in)visibles certains traits ou permettent de soigner certains stigmates. Les efforts déployés par les personnes LGBT donnent cependant à voir une frontière ténue entre la critique des normes de genre et de sexualité et leur reconduction au nom du bien-être individuel. Les contributions d’Hélène Martin et de Marielle Toulze montrent que la technologie, qu’elle soit chirurgicale ou numérique, permet cette mise en avant des corps. Dans un cas, elle offre des possibilités de métamorphose (par la chirurgie des organes génitaux) ; dans l’autre, elle participe, avec les applications de rencontre, à l’émergence de nouvelles corporéités propres au monde contemporain. Cependant, les deux autrices soulignent que ces transformations réinventent peu les normes de genre et contribuent, de manière ambiguë, à la réaffirmation d’une sexualité hétéronormée.

  • 6 Groupe de recherche et d’intervention sociale.

5La dernière partie du livre se concentre sur les actions de santé qui visent à mieux faire connaître les questions de sexualité et de genre dans toute leur diversité auprès d’un public scolaire, ou qui souhaitent améliorer la capacité d’agir des LGBT à partir d’efforts communautaires (c’est-à-dire pensés par et pour les membres des communautés). Tout l’enjeu de ces actions est de mettre un terme aux différents processus sociaux, culturels et juridiques qui invisibilisent, discriminent et victimisent les personnes LGBT. C’est dans cette optique que le GRIS-Montréal6 organise, dans le cadre du projet pilote « Unis dans la diversité » auprès des établissements scolaires de la métropole québécoise, des ateliers de « démystification » de l’homosexualité et de la bisexualité. Ce projet s’accompagne de la publication d’un guide à destination, entre autres, du corps enseignant. Il s’agit à la fois d’évacuer certaines idées reçues que de jeunes élèves pourraient avoir à propos de l’homosexualité et d’offrir des éléments discursifs aux professeurs qui auraient à répondre à ces sujets en classe. Cette dernière partie souligne également la nécessité d’élargir la palette des sujets abordés lors de ces actions en intégrant les questions de transidentité et de vieillissement qui sont également facteurs d’exclusion sociale et qui, pour la dernière, peut même être synonyme de « retour dans le placard ».

  • 7 Georges Canguilhem, Le normal est le pathologique, Paris, PUF, 1966.

6Cet ouvrage promeut l’ouverture d’un nouveau champ de recherche, celui de la santé globale des minorités sexuelles et de genre. L’éclectisme des contributions reflète de manière précise et originale l’hétérogénéité des formes de discrimination dont peuvent être victimes les personnes LGBT, tout comme les stratégies discursives et corporelles développées par les communautés pour accéder à des formes de soins qui les envisagent dans leur(s) singularité(s). L’un des points forts du livre est de mêler des résultats d’enquêtes empiriques avec des retours d’expérience sur des actions associatives en milieu scolaire, ce qui lui permet de s’adresser à des publics d’horizons différents. On peut cependant regretter que la définition de la santé d’après l’OMS soit prise comme un acquis et ne soit pas davantage questionnée, notamment dans sa dimension normative. Car l’approche adoptée par l’organisme onusien repose sur une norme qu’il n’est jamais vraiment possible d’atteindre. Dès lors, une réflexion s’engage sur la normativité sanitaire comme synonyme de normalité. La santé relève toujours d’une appréciation individuelle7 : je peux être déclaré normal du point de vue des constantes physiologiques et me sentir malade, comme être déclaré anormal sans pour autant me sentir malade. Éviter de confondre santé avec normalité, du fait de l’absence de maladie, permet d’envisager à nouveaux frais la pluralité des normes et des façons de vivre.

Haut de page

Notes

1 Constitution de l’OMS de 1946 : https://www.who.int/fr/about/who-we-are/constitution.

2 Branche de la médecine relative au traitement de l’obésité.

3 Ce programme a par ailleurs donné lieu à un colloque qui s’est tenu à Bordeaux en 2018 dont son issues les contributions du livre, http://www.sante-LGBT.fr/.

4 Cf. quatrième de couverture.

5 Axel Honneth, La lutte pour la reconnaissance, Paris, Cerf, 2010.

6 Groupe de recherche et d’intervention sociale.

7 Georges Canguilhem, Le normal est le pathologique, Paris, PUF, 1966.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Théo Sabadel, « Arnaud Alessandrin, Johanna Dagorn, Anastasia Meidani, Gabrielle Richard, Marielle Toulze (dir.), Santé LGBT. Les minorités de genre et de sexualité face aux soins », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2020, mis en ligne le 25 juin 2020, consulté le 04 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/42381

Haut de page

Rédacteur

Théo Sabadel

Doctorant en science politique à Sciences-Po Lyon et membre du laboratoire Triangle.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page