Skip to navigation – Site map

Raul Magni-Berton, Sophie Panel, Le choix des armes

Ivan Sainsaulieu
Le choix des armes
Raul Magni-Berton, Sophie Panel, Le choix des armes, Paris, Les Presses de Sciences Po, series: « Contester », 2020, 168 p., ISBN : 978-2-7246-2530-1.
Top of page

Full text

1Ceux pour qui le choix des armes est enrobé d’un parfum romantique en seront pour leurs frais : ce livre se propose de rassembler des preuves validant ou invalidant des hypothèses scientifiques sur les modalités du choix des armes en contexte insurrectionnel. Ce faisant, il met à disposition une synthèse de la littérature spécialisée, dont il livre les conclusions et les résultats principaux, parfois contradictoires, au lecteur avide des avancées de la science (politique). C’est l’originalité revendiquée de l’ouvrage et elle présente l’avantage de lutter contre un certain nombre de fausses représentations à propos des causalités économiques, politiques et surtout ethniques des guerres civiles.

2Disons-le tout de suite, l’inconvénient de cette charge de la preuve, c’est toutefois le positivisme embarqué dans le raisonnement : autrement dit, si l’on croit à la preuve, il faut délimiter des objets, les tenir pour certains, et croire que va émerger in fine un consensus empirique, une convergence de résultats confortant une vérité scientifique.

3Prenons ainsi le dernier chapitre, qui aborde les corrélations entre système démocratique – ou types de consultation électorale – et conflictualité politique. On y lit que la démocratie fait baisser la probabilité de guerre civile tandis que le fédéralisme, qu’il soit ethnique ou non, présente des résultats mitigés. Si les spécialistes des modalités de scrutin électoral et de la formation des majorités au pouvoir peuvent s’en saisir pour méditer leurs conséquences sur l’inclusion ou l’exclusion des groupes minoritaires, on pourrait interroger aussi les prémisses du raisonnement. En effet, si la démocratie est déjà là, c’est que toutes sortes de conflits et de déséquilibres ont été sinon résolus du moins limités. Il s’agit donc autant d’un point de départ que d’un point d’arrivée.

  • 1 Voir Jean-Claude Passeron, Le raisonnement sociologique. Un espace non poppérien du raisonnement na (...)

4Par conséquent, l’oubli de grandes questions telles que le débat sur la nature de la démocratie est peut-être le prix à payer pour produire de la preuve. Assez loin des considérations de Jean-Claude Passeron1 sur l’absence en sciences sociales de preuves comparables à celles des sciences naturelles, le corpus de références utilisé par les auteurs suppose au contraire une démarche scientifique cumulative et la réduction des grandes questions à de petites questions mesurables, ceci au risque parfois d’un glissement sur le terrain du détail ou de l’évidence. Ainsi, le deuxième chapitre pose que le niveau de richesse fait baisser les probabilités de guerre civile. On y lit que Marx fonde ses espoirs de révolution sur la paupérisation relative et absolue, alors que Tocqueville associe la révolution démocratique à l’émergence de sentiments de frustration du fait de l’augmentation des attentes. La causalité des révolutions est donc équivoque, mais le suspense reste assez limité : pour reprendre ce vocable sartrien, les ardeurs conflictuelles diminuent davantage sous une pluie d’or que sous l’emprise de la rareté.

5L’analyse du facteur ethnique remplit davantage ses promesses de résultats contre-intuitifs. À cet égard, on apprend au troisième chapitre que c’est moins la mixité que la ségrégation ethnique qui engendre le conflit ethnique, ou que le conflit ethnique est très rare en Afrique par rapport au nombre d’ethnies : seule une ethnie sur dix a été impliquée dans un conflit avec l’État dans le second vingtième siècle, contre un quart des groupes ethniques asiatiques. Par contre, on y lit aussi que la plupart des guerres civiles ont une composante interethnique et que la nature ethnique d’un conflit en prolonge la durée.

6Tout comme le sentiment national, aux yeux des auteurs, le sentiment d’appartenance ethnique n’est pas fondé objectivement et ses composantes varient considérablement. Ainsi, la participation aux violences semble avoir été fortement minoritaire au Rwanda (7 à 8 % des Hutus), et en ex-Yougoslavie les séparatistes paraissent très minoritaires avant la guerre civile. Ceci étant, le rôle manipulateur du leadership nationaliste ou ethnique reste indiscutable. Toujours dans l’ex-Yougoslavie, on apprend que les Serbes génocidaires étaient des soudards sortis de prison, tandis que les soldats serbes ordinaires désertaient massivement au début des hostilités.

  • 2 Le risque d’être attaqué à son tour comme ethnie, après avoir été mis devant le fait accompli par d (...)

7Comment alors les majorités électorales sinon pro-génocidaires du moins pro-ethniques se forment-elles ? Selon l’ouvrage, sous les effets conjugués de la contrainte, de la désinformation, de la spirale ethnocide2 et des opportunités matérielles offertes par le conflit, notamment via la dépossession des victimes. Bien loin de résulter de la frustration des ethnies minoritaires, les auteurs nous disent que les conflits ethniques sont souvent déclenchés par les groupes majoritaires, à l’instar des Cingalais contre les Tamouls. Comme également évoqué autour des cas de la Catalogne et de la Slovénie, la richesse peut alimenter le désir de sécession pour rester entre soi.

8On pourrait en conclure que la différence ethnique se présente moins comme une cause que comme le prolongement de la domination sociale – à l’image du racisme, du sexisme ou de l’homophobie. Selon les auteurs, l’ethnie peut toutefois jouer aussi un rôle intégrateur et présenter l’avantage d’inclure les riches et les pauvres, de brouiller voire de pacifier les clivages sociaux. D’ailleurs, ce sont inversement les ethnies les plus inégalitaires qui prennent généralement part à des conflits armés – car les opportunités de gain dans la guerre civile deviennent plus attractives.

9Cette évaluation du facteur ethnique fait l’objet d’un débat, salutaire à mes yeux, entre courants dits constructiviste et primordialiste (p. 99). Paradoxalement, les constructivistes mobiliseraient souvent le facteur matériel comme élément déterminant du conflit ethnique, tandis que les primordialistes privilégieraient l’explication par le sentiment d’appartenance à des catégories ethniques essentialisées. Selon les auteurs, tous s’entendent sur la construction historique des catégories ethniques, mais pas sur leur rôle moteur : les constructivistes soulignent le rôle des institutions et la variabilité des appartenances ethniques, les primordialistes le rôle de « l’essentialisme naïf » des acteurs et la répétition des mêmes clivages et conflits ethniques. Si les enquêtes empiriques ont davantage illustré le second point de vue, peu d’hypothèses primordialistes ont pourtant pu être vérifiées, qu’il s’agisse du choc des cultures de Samuel Huntington ou encore de l’ancienneté historique des conflits (constatée davantage qu’expliquée). Malgré leur présence rémanente, même les inégalités sociales – hypothèse plutôt mise en exergue par les constructivistes – restent équivoques. Parmi les facteurs de conflit ethnique les mieux établis, les auteurs notent « la manipulation par les élites », la « concentration régionale des ressources naturelles » et « le groupe ethnique comme coalition minimale gagnante » (p. 114). L’ethnicité rassemblerait donc par sa taille, sa visibilité et ses rapports avec la distribution des revenus. Et les auteurs concluent finalement que, si les conflits ethniques sont nombreux, l’ethnicité est davantage une motivation d’ordre politique (construire une identité cohésive) et économique (motivations matérielles) qu’une cause à proprement parler.

10Ce manuel clair et analytique rend accessibles des connaissances foisonnantes et pointues. Le parti pris positiviste – voulant certifier par des enquêtes empiriques la moindre des explications – se comprend mieux in fine devant la nature polémique des enjeux et la malléabilité des catégories explicatives mobilisées. Au demeurant, les auteurs montrent aussi que ces preuves partielles ne convergent pas toujours, et l’exposé de résultats contradictoires rend parfois difficile la lecture de l’ouvrage.

  • 3 Se référer par exemple à Catherine Coquery-Vidrovitch, Petite histoire de l’Afrique. L’Afrique au s (...)
  • 4 L’enquête est référencée dans le texte comme « Michalopoulos et Papaioannou (2016) », mais ces aute (...)

11Qui plus est, l’évacuation des grands débats peut produire des biais cognitifs, que ce soit à propos de la démocratie comme cause ou effet (cf. supra), du terme controversé d’ethnie3, ou du facteur colonial. La grille de lecture choisie aboutit en effet à relativiser ce dernier, dont on apprend la nuisance au détour d’une phrase du troisième chapitre et au terme d’un long développement consacré au… choc des cultures : « les zones géographiques où résident des groupes ethniques séparés entre plusieurs États font l’objet de confits plus intenses et les violences contre les civils non combattants y sont environ 40 % plus fréquentes » (p. 111). Autrement dit, sans euphémisme, on peut dire qu’une enquête4 révèle que les conflits ethniques les plus violents sont un legs colonial.

12L’écueil du positivisme découle moins de sa recherche de preuves empiriques que du respect excessif d’un traitement académique nullement neutre, aux effets contestables sur la présentation, l’organisation et la hiérarchisation des connaissances. La science n’a pas inventé l’esprit critique, c’est au contraire ce dernier qui lui permet d’exister.

Top of page

Notes

1 Voir Jean-Claude Passeron, Le raisonnement sociologique. Un espace non poppérien du raisonnement naturel, Paris, Nathan, 1991.

2 Le risque d’être attaqué à son tour comme ethnie, après avoir été mis devant le fait accompli par d’autres.

3 Se référer par exemple à Catherine Coquery-Vidrovitch, Petite histoire de l’Afrique. L’Afrique au sud du Sahara de la préhistoire à nos jours, La Découverte, 2011, p. 55 : « l’idée d’ethnie est un faux concept comparable à celui d’identité nationale, aussi mouvant, fluctuant et insaisissable ».

4 L’enquête est référencée dans le texte comme « Michalopoulos et Papaioannou (2016) », mais ces auteurs ne figurent pas dans la bibliographie, ainsi que nombre d’autres noms cités dans l’ouvrage.

Top of page

References

Electronic reference

Ivan Sainsaulieu, « Raul Magni-Berton, Sophie Panel, Le choix des armes », Lectures [Online], Reviews, 2020, Online since 25 June 2020, connection on 10 August 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/42492

Top of page

About the author

Ivan Sainsaulieu

Professeur de sociologie à l’université de Lille, auteur notamment de Conflits et résistances au travail (Les Presses de Sciences Po, 2017) et de Petit bréviaire de la lutte spontanée (Éditions du Croquant, 2020).

Top of page

Copyright

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Top of page