Navigation – Plan du site

Sylvain Bourmeau (dir.), « Attention école », Cahier AOC, n° 2, 2020

Jean Bernatchez
Attention école
Sylvain Bourmeau (dir.), « Attention école », Cahier AOC, n° 2, 2020, 212 p., Paris, La Découverte, ISBN : 9782348054631.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 AOC (analyse, opinion, critique) : https://aoc.media/.
  • 2 Sylvain Bourmeau (dir.), « “Gilets jaunes”. Hypothèses sur un mouvement », Cahier AOC, n° 1, 2019 ; (...)

1Ce deuxième numéro de la revue Cahier AOC est un recueil de 24 textes initialement publiés dans le média numérique AOC (analyse, opinion, critique) en 2018 et en 2019. Les contributions de ce média sont écrites par des chercheurs, des intellectuels, des journalistes et des artistes. En formule quotidienne, il a comme ambition « de remettre un peu de verticalité dans un espace public désormais déstructuré et horizontalisé en publiant des textes qui visent autant que possible à (re)faire autorité et à structurer le débat »1. Le premier Cahier AOC portait sur le mouvement des Gilets jaunes2. Le deuxième se consacre à la question de l’école, « du CP à Parcoursup, mais en s’arrêtant aux portes de l’université » (p. 7), qui est l’une des plus traitées dans les colonnes du média. Les textes du dossier sont essentiellement des textes d’analyse et d’opinion (pas de textes de critique) ; ils ne sont pas regroupés par thèmes mais présentés dans l’ordre chronologique de leur parution. Parmi les angles d’analyse, la sociologie, l’histoire, les sciences politiques et les sciences de l’éducation sont privilégiées. Plusieurs textes sont signés par des chercheurs reconnus pour leur expertise en éducation. Parmi ceux-ci, cinq retiennent ici notre attention.

  • 3 Émile Durkheim, Le suicide. Étude de sociologie, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Q (...)
  • 4 Alain Erhenberg, Le culte de la performance, Paris, Calmann-Lévy, 1994. Voir aussi cette conférence (...)
  • 5 Michel Foucault, Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard, 1975.

2Annabelle Allouch, sociologue, aborde le problème de l’angoisse de performance des étudiants en contexte de réforme de l’accès à l’université en France. Dans l’espace public, des affiches publicitaires ciblent les étudiants et vantent les vertus de produits pharmaceutiques de type anxiolytique. « Le message transmis est on ne peut plus clair : en période d’examen, le médicament offre un soutien aussi utile qu’adéquat à la gestion du stress, et s’impose donc comme une condition à la réussite scolaire » (p. 57). Les travaux pionniers d’Émile Durkheim sur le suicide3 mettent en évidence que l’anxiété n’est pas qu’un trait propre à l’individu, mais aussi un phénomène social. En outre, la réforme de l’accès à l’université, consacrée par la loi Orientation pour la réussite des étudiants (ORE) de 2018, crée les conditions de concurrence entre les individus qui favorisent l’anxiété. L’auteure se réfère à l’ouvrage d’Alain Erhenberg sur le culte de la performance4, avec les figures du sportif et de l’entrepreneur comme idéaux d’excellence. « Toute réussite sociale ne devient possible qu’au prix d’une victoire sur l’autre » (p. 59). Se référant cette fois à Michel Foucault5, elle soutient que l’examen contribue à structurer le temps scolaire : la crainte de sanction qui l’accompagne favorise la docilité de l’élève.

  • 6 Pisa (Programme international pour le suivi des élèves) : cette enquête conduite aux trois ans par (...)
  • 7 La gloire de mon père est un roman autobiographique de Marcel Pagnol paru en 1957 et qui a comme pe (...)

3David Dominé-Cohn, historien, observe à la lumière des résultats des enquêtes Pisa6 que les classes les plus difficiles sont prises en charge par des contractuels plutôt que par des enseignants de carrière. Il campe son analyse autour du concept de vocation, figure de la mythologie scolaire française. Dans l’imaginaire de Marcel Pagnol7, soutient-il, l’instituteur est le curé de la République que a la charge de l’âme des futurs citoyens. Au XXIe siècle, le concept de vocation « continue d’occuper une place centrale pour penser la présence, l’action et les motivations des professeurs de l’Éducation nationale, aussi bien par l’institution elle-même que par les commentateurs extérieurs » (p. 72). Or, l’installation de la République au XIXe siècle est un projet collectif qui mobilise les enseignants. La vocation appartient au registre moral et non à celui de la compétence. Maintenant, l’absence de grand projet de société mine la cohésion sociale et, faute d’un projet commun et mobilisateur, il n’est plus possible de compter sur l’argument de la vocation enseignante pour gouverner l’école à peu de frais.

  • 8 Savant ou expert ? Les politistes sont confrontés à ce dilemme. Le Prince de Nicolas Machiavel (151 (...)

4Les propos de Pierre Mathiot s’inscrivent dans le registre de l’analyse politique, mais aussi dans la perspective de l’acteur qui a contribué à la rédaction du rapport de 2018 dont le ministre français de l’Éducation nationale s’est inspiré pour proposer la réforme du bac et du lycée général et technologique. Plus fondamentalement, ses propos peuvent être interprétés autour de l’enjeu de la pertinence de conseiller le Prince8. Ses réflexions sur la réforme discréditent la thèse intentionnaliste à l’effet de vouloir remplacer un système efficace et égalitaire par un système élitiste et méritocratique d’inspiration néolibérale, sacrifiant ainsi les élèves les plus vulnérables. Le politiste critique la « sociologie des effets pervers » impliquant l’idée que la réforme proposée engendrera des effets pires que la situation actuelle, légitimant ainsi le statu quo. Il rappelle les problèmes observés qui justifient la volonté de réforme : la lourdeur du bac, sa valeur certificative et le lien entre le lycée et l’enseignement supérieur. « S’essayer à réformer un système défaillant c’est bien entendu courir le risque que la réforme soit impopulaire, incomplète voire même inefficace mais c’est à tout le moins proposer des décisions, arbitrer entre des positions irréductibles, assurer l’hyper-complexité, bref c’est s’essayer à la responsabilité » (p. 119).

5Eirick Prairat, philosophe, rend compte que la première vertu éthique du professeur est celle de la justice, qui reconnaît les droits et les mérites de chacun. Le professeur doit être juste au sens où il fait vivre la dialectique de l’égalité et de l’inégalité. « Égalité dans les attentes et les visées car tous les élèves sont conviés à réussir. Inégalité dans les moyens mis en œuvre, les soutiens, les appuis, les étayages ; inégalités dans l’accompagnement au nom des difficultés d’apprentissage, certes contingentes, mais bien réelles » (p. 121-122). La vertu de justice doit en outre se déployer en complémentarité avec les vertus de présence et de bienveillance. La vertu de présence se caractérise par trois dimensions : être présent à soi et aux autres ; être au présent dans l’immédiate actualité ; et accueillir le présent comme un cadeau. La vertu de bienveillance n’est pas complaisance, mais acte de se soucier et de prendre soin de l’autre. Eirick Prairat ne croit pas à la « justice froide » dont fait état le philosophe Alain, mais plutôt à une volonté de réconfort pour accompagner l’élève confronté à l’inquiétude, à l’anxiété et à la désillusion. L’auteur propose que l’entrée dans la profession enseignante soit marquée symboliquement par le serment de Socrate, comme c’est le cas avec le serment d’Hippocrate pour la profession médicale.

  • 9 Ivan Illich, Une société sans école, Paris, Seuil, 1971. Voir aussi cet entretien avec Ivan Illich  (...)

6Faut-il avoir confiance dans l’éducation, s’interroge finalement le sociologue François Dubet ? La période de massification de l’éducation amorcée dans les années 1960, et qui s’accélère à compter des années 1980, n’a pas tenu toutes ses promesses, observe-t-il. Trois arguments justifient ce mouvement : la croyance dans le progrès et l’égalité ; le déploiement d’une société de la connaissance qui impose le développement du capital humain ; l’esprit des Lumières, de la raison et de la volonté démocratique. L’auteur ne conteste pas le fondement de ces arguments, mais juge que « leur mise en œuvre a engendré des tensions, des contradictions et des déceptions qui nous obligent à regarder les faits en face et à nous interroger, aujourd’hui, sur les réformes nécessaires » (p. 163). Des conservateurs dénoncent le nivellement par le bas, tributaire selon eux de l’égalitarisme. Des penseurs critiques, comme Ivan Illich9, croient que l’école cause plus de problèmes qu’elle n’en résout. François Dubet accepte plutôt l’option de la massification « tout en regardant en face ses épreuves et ses paradoxes afin de réduire la distance entre les principes et les faits » (p. 169). Le premier impératif consiste à se préoccuper des vaincus de la méritocratie scolaire. L’école doit se transformer, croit-il, mais pas dans le sens de ses réflexes habituels.

7Autant sur le plan du contenu que sur celui de la forme, le Cahier AOC « Attention école » propose des textes synthétiques, rigoureux, argumentés et très bien écrits. Plus généralement, le média numérique AOC réussit au quotidien l’exploit de proposer à ses abonnés trois textes – une analyse, une opinion et une critique – qui permettent de documenter et de cadrer les enjeux de société de manière originale et audacieuse. L’équipe d’AOC est pilotée par Sylvain Bourmeau, qui coordonne aussi ce Cahier. Il a contribué par le passé à « trois réussites médiatiques durables : la revue de science politique Politix, l’hebdomadaire Les Inrockuptibles […] et le quotidien en ligne Mediapart […]. Il fut, par ailleurs, directeur adjoint de la rédaction de Libération »10. Des collègues associés comme lui à la production d’émissions sur France Culture contribuent à façonner la personnalité médiatique d’AOC : ils maîtrisent l’art de la communication efficace. Le cahier Attention école se présente en conséquence comme une carte de visite susceptible de diriger ses lecteurs et ses lectrices vers le média numérique AOC (analyse, opinion, critique) qui se révèle d’une très grande richesse.

Haut de page

Notes

1 AOC (analyse, opinion, critique) : https://aoc.media/.

2 Sylvain Bourmeau (dir.), « “Gilets jaunes”. Hypothèses sur un mouvement », Cahier AOC, n° 1, 2019 ; note critique d’Arthur Jatteau pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/33053.

3 Émile Durkheim, Le suicide. Étude de sociologie, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Quadrige », 2013 [1897], disponible en ligne : http://classiques.uqac.ca/classiques/Durkheim_emile/suicide/suicide.html.

4 Alain Erhenberg, Le culte de la performance, Paris, Calmann-Lévy, 1994. Voir aussi cette conférence d’Alain Erhenberg : https://www.canal-u.tv/video/universite_de_tous_les_savoirs/nervosite_dans_la_civilisation_du_culte_de_la_performance_a_l_effondrement_psychique.1149.

5 Michel Foucault, Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard, 1975.

6 Pisa (Programme international pour le suivi des élèves) : cette enquête conduite aux trois ans par l’OCDE permet de mesurer, dans une perspective internationale et comparative, les compétences développées par les élèves de 15 ans.

7 La gloire de mon père est un roman autobiographique de Marcel Pagnol paru en 1957 et qui a comme personnage principal son père Joseph Pagnol, instituteur à Aubagne et héraut de la République. Le film d’Yves Robert (1990) traduit bien l’imaginaire de l’époque. Voir la notice Wikipedia : https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Gloire_de_mon_père.

8 Savant ou expert ? Les politistes sont confrontés à ce dilemme. Le Prince de Nicolas Machiavel (1515) demeure le grand classique qui rend compte de cette question. L’ouvrage est disponible en ligne : http://classiques.uqac.ca/classiques/machiavel_nicolas/le_prince/le_prince.html.

9 Ivan Illich, Une société sans école, Paris, Seuil, 1971. Voir aussi cet entretien avec Ivan Illich : https://www.youtube.com/watch?v=eEkLbGSYkG4.

10 AOC, qui sommes-nous ? : https://aoc.media/a-propos-de-aoc/.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Bernatchez, « Sylvain Bourmeau (dir.), « Attention école », Cahier AOC, n° 2, 2020 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2020, mis en ligne le 25 juin 2020, consulté le 08 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/42502

Haut de page

Sujet

Éducation

Recherche

Politique

Professions

Intégration

Inégalités

Haut de page

Rédacteur

Jean Bernatchez

Professeur en administration et politique scolaires, Université du Québec à Rimouski (Canada), groupe de recherche Apprentissage et socialisation.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page