Skip to navigation – Site map

La sociologie est définitivement un sport de combat

À propos de : Marc Joly, Après la philosophie. Histoire et épistémologie de la sociologie européenne, Paris, CNRS, coll. « Interdépendances », 2020.
Guillaume Arnould
Après la philosophie
Marc Joly, Après la philosophie. Histoire et épistémologie de la sociologie européenne, Paris, CNRS, series: « Interdépendances », 2020, 568 p., ISBN : 9782271131935.
Top of page

Full text

  • 1 Émile Durkheim, Les règles de la méthode sociologique, Paris, Puf, 1895 ; Max Weber, Essais sur la (...)
  • 2 Du nom de la revue créée en 1929 pour accueillir ce nouveau type de recherches : les Annales d’hist (...)
  • 3 Lucien Febvre, Combats pour l’histoire, Paris, Pocket, 1995 [1953].
  • 4 Voir notamment : Marc Joly, Devenir Norbert Elias, Paris, Fayard, 2012 ; compte rendu de Franck Bou (...)

1Ce livre de Marc Joly s’inscrit dans la tradition sociologique qui conduit régulièrement les grands auteurs en sciences sociales à traiter de questions épistémologiques. Les fondateurs de la sociologie, Émile Durkheim ou Max Weber, ont ainsi écrit, entre la fin du XIXe et le début du XXe siècles, des ouvrages devenus classiques visant à déterminer l’origine logique, la valeur et la portée de cette nouvelle science sociale1. On peut aisément qualifier Après la philosophie d’ouvrage de combat tant il rappelle les efforts que les historiens de l’école des Annales2 avaient dû livrer au sein de leur profession pour faire évoluer le paradigme de leur discipline en prenant en considération ses dimensions économiques et sociales. Comme dans Combats pour l’histoire de Lucien Febvre3, le sociologue Marc Joly réunit divers articles de recherche et des recensions, publiés pour la plupart dans des revues ou des livres, ainsi que quelques inédits. Ces contributions interrogent toutes le statut scientifique de la sociologie selon une approche historique, dans la lignée des travaux de recherche précédents de l’auteur qu’il qualifie lui-même « d’histoire sociale des sciences sociales »4.

  • 5 Johan Heilbron, La sociologie française, Paris, CNRS, 2020 ; compte rendu pour Lectures à paraître  (...)
  • 6 Cette enquête a pour sources les archives des auteurs étudiés, leurs publications et des entretiens (...)

2L’ouvrage comporte une introduction originale et très dense qui expose la démarche retenue par l’auteur. Le recueil est découpé en trois parties : la première se penche sur la naissance de la sociologie ; la deuxième, intitulée « genèses, sanctions et ruptures », réunit des études ponctuelles sur des thèmes ou des auteurs précis ; la troisième partie porte sur les travaux de Norbert Elias et sur leurs apports décisifs dans le domaine épistémologique. Après la philosophie paraît au même moment que la traduction du livre de Johan Heilbron sur la sociogenèse de la sociologie française et chez le même éditeur5, montrant ainsi à quel point la réflexion sur les racines de cette science sociale reste primordiale pour en expliquer et comprendre l’intérêt et la portée. La démarche de Marc Joly est toutefois différente de celle du sociologue hollandais, car il mène une véritable enquête6 pour démontrer la triple ambition de la sociologie : viser une science sociale intégrée ; contribuer à élaborer une théorie générale de la connaissance ; nourrir une image scientifique de l’humanité et du monde. La sociologie vise ainsi à étudier l’ensemble des comportements humains en lien avec les autres sources de connaissances, en respectant les règles scientifiques d’administration de la preuve de ce qu’on avance. L’auteur prend appui sur les réflexions d’Émile Durkheim et de Jean Piaget pour apprécier par exemple les rapports entre sociologie et psychologie, en refusant à la fois de les opposer et de considérer qu’une des deux disciplines dominerait l’autre.

L’art de la controverse

3Marc Joly discute dans son introduction de la controverse issue de son analyse de la naissance de la sociologie. S’il parle de « révolution », c’est qu’une des conséquences du développement de ce nouveau domaine de connaissances a permis de dépasser la philosophie, qui était jusqu’alors la discipline dominante, au moins symboliquement, de l’étude critique des sciences, l’épistémologie. La sociologie, en prenant appui elle-même sur une démarche scientifique, réalise le projet métaphysique fixé par Emmanuel Kant : définir ce qui est humain et définir ce qui caractérise la connaissance. C’est un nouveau régime de pensée qui remplace fonctionnellement la philosophie (la « dé-fonctionnalise ») et opère une révolution scientifique. L’approche de Marc Joly, si elle donne l’occasion de penser au-delà des disciplines, et notamment leur articulation, est une source de tensions avec ses collègues philosophes, qu’il s’efforce de clarifier. Il défend en effet une approche ambitieuse mais qui ne se veut pas surplombante ou englobante. La sociologie constitue un outil qui rend possible simplement de comprendre les avancées scientifiques en tenant compte du cadre social et historique dans lequel elles ont lieu. Cette grille de lecture s’applique d’ailleurs directement à la sociologie, dont l’autonomie théorique comme science sociale peut s’expliquer par le contenu d’ouvrages savants autant que le positionnement des auteurs dans les institutions du savoir. Dès lors, on ne peut réduire la sociologie à une simple narration. Ce n’est pas une forme de littérature : elle administre la preuve de ce qu’elle avance et elle ne repose pas seulement sur des convictions. C’est une science sociale qui croise en permanence théorie et empirie, idées et pratiques concrètes.

4Le fil directeur de l’ouvrage est inspiré de l’analyse du sociologue britannique Richard Kilminster, également biographe de Norbert Elias, qui considère que la sociologie suit une approche « post-philosophique » dont Elias serait l’idéal-type. Cette nouvelle science sociale intègre en effet les processus sociaux et psychiques dans une entreprise empirique pour expliquer et comprendre les comportements humains. Marc Joly montre à quel point cette approche a éclairé ses propres travaux d’histoire de la pensée et questionne les enjeux du couple changement/continuité dans le développement de ce nouveau régime de pensée scientifique, né à la fin du XIXe siècle. La sociologie relève des sciences théorico-empiriques, comme la biologie et la psychologie. L’auteur parle donc des sciences « bio-psycho-sociologiques » pour traiter des approches qui analysent la production de connaissances dans un contexte social donné, c’est-à-dire les sciences qui raisonnent en termes de configurations ou de processus et qui laissent une forte place à la prise en compte des facteurs de contingence. L’enjeu essentiel est de comprendre comment le savoir et la connaissance peuvent se généraliser et s’accumuler. La triple vocation de la sociologie permet à l’auteur de parler de « paradigme », dans le sens que Thomas Kuhn donnait à l’évolution des idées en sciences physiques.

La révolution sociologique et ses processus

  • 7 Wolf Lepenies, Les trois cultures. Entre science et littérature, l’avènement de la sociologie, Pari (...)
  • 8 Entre l’ouvrage collectif Pierre Bourdieu, Jean-Claude Chamboredon, Jean-Claude Passeron, Le Métier (...)

5Ce changement de configuration est ainsi illustré par l’introduction institutionnelle de la discipline sociologique dans l’Université allemande (à Berlin), en termes de processus socio-historique, avec des tensions, des luttes, des avancées ou des reculs pour faire valoir les progrès dans la connaissance scientifique qui en découlent. Ainsi, pour Marc Joly, on ne peut non plus réduire la sociologie à la « troisième culture » décrite par Wolf Lepenies7, qui s’insérerait entre les lettres et les sciences, car elle repose sur un véritable ancrage scientifique. C’est d’ailleurs cela qui explique les querelles avec les philosophes sur la dé-fonctionnalisation de leur discipline : la sociologie modifie la connaissance de l’humanité et la connaissance de la connaissance. La philosophie est ainsi reléguée au normatif, à la morale (à l’image des religions). L’auteur invite à assumer la conflictualité entre les deux disciplines et défend l’idée que cette forme de pensée bio-psycho-sociologique de l’humanité n’est pas non plus une forme particulière de philosophie politique. La naissance de la sociologie et les vigoureux débats qui y sont afférents sont indissociables des progrès scientifiques que cette discipline a achevés dans la compréhension des comportements humains. Marc Joly montre ainsi, à travers l’évolution des conceptions épistémologiques de Pierre Bourdieu8, cette articulation entre des notions théoriques et des pratiques sociales selon des rapports de force entre individus qui mobilisent des ressources pour faire valoir leurs points de vue et intérêts. Bourdieu dépasse ainsi l’épistémologie telle que Gaston Bachelard la concevait en montrant, à travers les pratiques scientifiques, que le progrès découle aussi de la configuration dans laquelle les connaissances sont produites et circulent.

  • 9 En plus des ouvrages évoqués, on peut penser à Wolf Lepenies, Auguste Comte. Le pouvoir des signes, (...)

6Le rôle spécifique qu’a pu jouer Auguste Comte dans l’avènement de la sociologie, particulièrement présent dans les travaux d’Heilbron ou Lepenies9, n’est pas souligné dans l’analyse de Marc Joly. L’originalité des réflexions de l’inventeur du terme « sociologie », son ambition intellectuelle, sa faible reconnaissance institutionnelle font pourtant penser régulièrement à Norbert Elias, qui semble connaître et subir les mêmes avanies un siècle plus tard. Cette volonté de construire une véritable connaissance scientifique unifiée et ordonnée et les menaces qu’elle fait peser sur l’organisation de l’enseignement en France paraissaient s’inscrire dans le cadre d’analyse de l’auteur, au moins au même titre que la querelle entre Ferdinand Tönnies, Max Weber et Georg Simmel lors du premier congrès de la Société allemande de sociologie en 1910. L’étude de cet angle mort pourrait sans doute fournir des éléments de réponse aux sévères incompréhensions et aux jugements d’autorité caricaturaux de certains philosophes à l’égard des travaux de Marc Joly.

Naissances de la sociologie

  • 10 Johan Heilbron, French Sociology, Ithaca-Londres, Cornell University Press, 2015, traduction frança (...)
  • 11 Jacqueline Carroy, Nuits savantes. Une histoire des rêves (1800-1945), Paris, EHESS, 2012.
  • 12 Thomas Hirsch, Le temps des sociétés. D’Émile Durkheim à Marc Bloch, Paris, EHESS, 2016.
  • 13 Bernard Lahire, L’interprétation sociologique des rêves, Paris, La Découverte, coll. « Laboratoire (...)

7Les trois articles qui composent la première partie de l’ouvrage sont des notes critiques. L’auteur y évoque notamment les livres du sociologue Johan Heilbron sur l’apparition de la tradition sociologique française après Auguste Comte10 et des historiens Jacqueline Carroy, sur l’analyse des rêves11, ainsi que Thomas Hirsch, sur les nouvelles conceptions du temps qui accompagnent les profonds changements sociaux et intellectuels du début du XXsiècle12. Marc Joly traite ainsi de la manière dont la sociologie s’est développée comme véritable science, autonome des pouvoirs religieux, politiques et économiques. Elle a su imposer des objets et des méthodes d’analyse originaux et rigoureux. Cette science sociale est également apparue grâce à des revues, des auteurs (chercheurs et enseignants) et des institutions qui lui ont permis de faire valoir sa validité scientifique. C’est ainsi que l’analyse des rêves, qui semble en tout point antinomique de la science, a pourtant beaucoup d’intérêt car elle démontre ce qu’une approche bio-psycho-sociologique peut produire dans la compréhension des sociétés (en termes de représentations sociales ou de préjugés, par exemple). Avec un court appendice inédit rédigé sur une controverse autour du livre de Bernard Lahire, L’interprétation sociologique des rêves13, Marc Joly défend la posture du sociologue dont le décentrement est nécessaire pour établir une science théorico-empirique : il faut objectiver les intérêts des producteurs de connaissance. Enfin, la discussion porte sur la naissance d’une conception sociologique du « temps », emblématique de la triple ambition plusieurs fois évoquée par l’auteur : la sociologie, en combinaison avec l’histoire, les sciences naturelles ou la psychologie, amène à comprendre comment des travaux empiriques portant sur diverses sociétés démontrent que la durée n’est pas un simple découpage de nature technique. Le temps est influencé par les mentalités. Des historiens, des anthropologues, des psychologues, chacun dans sa discipline, montrent ainsi à partir de 1900 que le temps est une construction sociale… comme le défendaient les sociologues dans le sillage d’Émile Durkheim, puis Norbert Elias plus tard. Nous plongeons dans le climat intellectuel des années d’entre-deux-guerres où l’historien des Annales, Marc Bloch, semble incarner cette conversion de l’histoire à la sociologie sans réellement la revendiquer ou l’assumer ; où le sociologue Maurice Halbwachs rédige un compte rendu des Rois Thaumaturges de Bloch publié en 1924, somme toute assez critique, pour souligner justement ce que l’ouvrage aurait gagné à s’appuyer sur la sociologie. Or, si une discussion, assez relâchée toutefois, débute entre histoire et sociologie, on constate surtout la sévérité des jugements des philosophes sur l’utilité des recherches de Durkheim et des durkheimiens. En substituant l’observation et l’analyse des faits sociaux à la spéculation métaphysique pour étudier les comportements humains, Émile Durkheim consacre le processus de dé-fonctionnalisation de la philosophie repéré par l’auteur.

La sociologie dans et autour des laboratoires

  • 14 Elle fonde par exemple l’opposition classique entre la micro-économie, qui étudie les comportements (...)

8La deuxième partie est d’une grande richesse. Marc Joly y explore autant les questions sémantiques que les apports ponctuels d’auteurs plus ou moins connus au développement d’une approche bio-psycho-sociologique. Il propose ainsi régulièrement dans son ouvrage de dépasser les couples d’opposition simplistes qui figent l’analyse des sociétés. En sciences humaines et sociales, l’antinomie entre « individu » et « société » apparaît presque comme une évidence aujourd’hui14. Pourtant, elle découle d’un processus où c’est surtout le positionnement des différents intellectuels dans les universités qui explique cette volonté de partition entre les sciences qui étudieraient l’individu (comme la psychologie) et celles qui étudieraient la société (à l’image de la sociologie). L’auteur applique cette grille d’analyse à l’évolution de la notion de « déterminisme », qu’un cadre de pensée scientifique rigoureux a permis d’importer de la biologie vers les sciences sociales sans la réduire à une approche conservatrice ou traditionnelle. Le déterminisme biologique devient social quand il montre les facteurs qui empêchent et/ou favorisent le changement des comportements humains selon un processus qui n’a rien de mécanique ou d’automatique. Un appendice sur le développement des neurosciences conduit l’auteur à rappeler que l’épistémologie qu’il défend combine les données biologiques, psychologiques et sociologiques pour expliquer et comprendre les humains sans céder aux sirènes de causalités simplistes. Trois articles de cette deuxième partie explorent ensuite le rôle important joué, en termes de processus, par les producteurs de connaissances : le baron Tosti qui s’efforçait de mettre en œuvre l’approche psycho-sociale défendue par Gabriel Tarde ; les relations entre la pensée politique socialiste de Jean Jaurès et la sociologie naissante ; la rupture entre Raymond Aron et Pierre Bourdieu à l’occasion des évènements de mai 1968. Chacune de ces études met en valeur les positionnements d’auteurs et de penseurs de la société cherchant à faire reconnaître des progrès scientifiques dans des champs de connaissances structurés, leurs choix et leurs conséquences sur l’évolution de la sociologie comme discipline.

9L’analyse de l’évolution du champ sociologique à partir de 1968 est un sujet très emblématique des apports de l’approche de Marc Joly. La sociologie à l’université française est incarnée à la Sorbonne par deux grandes figures antagonistes : Georges Gurvitch et Raymond Aron. C’est autour de ce dernier qu’ont gravité des grands noms des sciences sociales de la deuxième moitié du XXe siècle : Pierre Bourdieu, Alain Touraine ou Michel Crozier. L’auteur souligne habilement la manière dont chacun de ces sociologues s’est émancipé de la tutelle d’Aron, mais aussi les processus qui expliquent les affinités que les uns et les autres ont pu avoir avec leur directeur de thèse. Cette réflexion, qui prend appui sur les entretiens menés, les mémoires des intéressés, la structure des institutions universitaires et de recherche, montre que la production des connaissances s’explique aussi bien par des faits que des comportements ou des stratégies.

L’inspiration sociologique et épistémologique de Norbert Elias

10La troisième partie est consacrée à Norbert Elias, qui était également le sujet de la thèse de l’auteur. Ces « études eliasiennes » sont captivantes et passionnantes pour l’histoire des idées. Marc Joly y expose la trajectoire intellectuelle de celui qui est devenu un grand classique des sciences sociales, en partant de la philosophie au sein de l’Université allemande pour déboucher vers la reconfiguration de la sociologie, et dont l’exil subi, sans reconnaissance institutionnelle, retarde de nombreuses années la publication des travaux fondateurs. Marc Joly montre également le processus de réception des idées d’Elias : les historiens français héritiers de l’école des Annales considèrent sa sociologie comme une bonne illustration de l’étude des mentalités qu’ils défendent et mettent en œuvre ; la correspondance d’Elias avec Pierre Bourdieu fait apparaître que leurs approches nourrissaient de nombreux points communs ; l’incompréhension de son épistémologie post-philosophique est perceptible dans les cercles universitaires britanniques qui l’ont accueilli… On y découvre surtout un Norbert Elias emblématique du penseur bio-psycho-sociologique, ouvert à la variété des sciences sociales (en particulier la psychanalyse et la psychologie), produisant une réflexion scientifique fondamentalement ambitieuse, qui ne pouvait accepter l’épistémologie dominante, issue d’une grille de lecture réductrice propre aux débats sur les sciences physiques (Karl Popper, Imre Lakatos), toujours soucieux de débattre et d’expliquer.

  • 15 À ce titre, on peut regretter que Marc Joly ne parvienne pas à mobiliser une démarche proche de cel (...)
  • 16 En économie, on peut penser par exemple à André Orléan (dir.), À quoi servent les économistes s’ils (...)

11Au final, on referme ce livre en ayant l’impression d’avoir voyagé dans le temps et découvert de nouveaux territoires. On en ressort avec la volonté réaffirmée de faire dialoguer les diverses sciences sociales et de rejeter définitivement les tentatives impérialistes et simplistes visant à clore les débats scientifiques15. Le sens de la polémique et l’impressionnante culture historique et sociale de l’auteur montrent bien à quel point la pensée de l’humain et de la société a radicalement changé à la fin du XIXe siècle, et que ce programme de recherche a de beaux jours devant lui. Il est ainsi fort décourageant de constater, au fil du livre, la difficulté de plus en plus prononcée de produire un discours en sciences sociales qui fasse l’objet d’une compréhension pluraliste. Les anathèmes des philosophes évoqués dans l’introduction de Marc Joly résonnent étrangement comme la répétition d’une querelle des méthodes qui n’en finirait pas16.

Top of page

Notes

1 Émile Durkheim, Les règles de la méthode sociologique, Paris, Puf, 1895 ; Max Weber, Essais sur la théorie de la science, Paris, Plon, 1965.

2 Du nom de la revue créée en 1929 pour accueillir ce nouveau type de recherches : les Annales d’histoire économique et sociale.

3 Lucien Febvre, Combats pour l’histoire, Paris, Pocket, 1995 [1953].

4 Voir notamment : Marc Joly, Devenir Norbert Elias, Paris, Fayard, 2012 ; compte rendu de Franck Bousquet pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/9106 ; Marc Joly, La révolution sociologique, Paris, La Découverte, 2017, compte rendu de Matthias Fringant pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/22440 ; Marc Joly, Pour Bourdieu, Paris, CNRS, 2018, compte rendu de Kevin Toffel pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/31395

5 Johan Heilbron, La sociologie française, Paris, CNRS, 2020 ; compte rendu pour Lectures à paraître : http://journals.openedition.org/lectures/41444.

6 Cette enquête a pour sources les archives des auteurs étudiés, leurs publications et des entretiens menés avec quelques grands sociologues.

7 Wolf Lepenies, Les trois cultures. Entre science et littérature, l’avènement de la sociologie, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1990.

8 Entre l’ouvrage collectif Pierre Bourdieu, Jean-Claude Chamboredon, Jean-Claude Passeron, Le Métier de sociologue, Paris, École Pratique des Hautes Études, Mouton and Bordas, 1968, composé de grands textes de référence, et Pierre Bourdieu, Science de la science et réflexivité, Paris, Éditions Raisons d’Agir, 2001, basé sur son enseignement au Collège de France.

9 En plus des ouvrages évoqués, on peut penser à Wolf Lepenies, Auguste Comte. Le pouvoir des signes, Paris, Maison des sciences de l’homme, 2012.

10 Johan Heilbron, French Sociology, Ithaca-Londres, Cornell University Press, 2015, traduction française op. cit. ; qui fait suite à Johan Heilbron, The Rise of Social Theory, Cambridge Polity Press, 1995 traduction française Naissance de la sociologie, Marseille, Agone, 2006.

11 Jacqueline Carroy, Nuits savantes. Une histoire des rêves (1800-1945), Paris, EHESS, 2012.

12 Thomas Hirsch, Le temps des sociétés. D’Émile Durkheim à Marc Bloch, Paris, EHESS, 2016.

13 Bernard Lahire, L’interprétation sociologique des rêves, Paris, La Découverte, coll. « Laboratoire des sciences sociales », 2018 ; note critique de Quentin Ravelli et compte rendu de Mathilde Fois-Duclerc pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/25347 et https://journals.openedition.org/lectures/26423.

14 Elle fonde par exemple l’opposition classique entre la micro-économie, qui étudie les comportements individuels, et la macro-économie, qui analyse les comportements agrégés.

15 À ce titre, on peut regretter que Marc Joly ne parvienne pas à mobiliser une démarche proche de celle entreprise par le sociologue Jean-Michel Berthelot qui, pour identifier les moments clés de changement de paradigme scientifique, réunissait les différentes disciplines autour d’une réflexion commune : Jean-Michel Berthelot (dir.), Épistémologie des sciences sociales, Paris, Presses universitaires de France, 2001.

16 En économie, on peut penser par exemple à André Orléan (dir.), À quoi servent les économistes s’ils disent tous la même chose ? Manifeste pour une économie pluraliste, Paris, Les Liens qui Libèrent, 2015, qui fait suite à un essai qualifiant de « négationnisme économique » des approches qui ne sont pas considérées comme relevant de la méthodologie dominante.

Top of page

References

Electronic reference

Guillaume Arnould, « La sociologie est définitivement un sport de combat », Lectures [Online], Review Essays, 2020, Online since 29 June 2020, connection on 10 July 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/42523

Top of page

About the author

Guillaume Arnould

Professeur agrégé d’économie et de gestion, académie de Normandie.

By this author

Top of page

Copyright

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Top of page