Navegación – Mapa del sitio

Pauline Delage, Marylène Lieber et Marta Roca i Escoda, Contrer les violences dans le couple. Émergence et reconfiguration d’un problème public

Auréliane Couppey
Contrer les violences dans le couple
Pauline Delage, Marylène Lieber, Marta Roca i Escoda, Contrer les violences dans le couple. Émergence et reconfigurations d'un problème public, Lausanne, Antipodes, col. « Existences et société », 2020, 208 p., ISBN : 978-2-88901-154-4.
Inicio de página

Texto completo

1Issu d’une enquête collective financée pendant trois ans par le Fonds national de la recherche scientifique suisse, le présent ouvrage analyse la manière dont sont construites et évoluent les catégories de l’action publique de lutte et de prévention contre les violences faites aux femmes. Pauline Delage, Marylène Liever et Marta Roca i Escoda ont souhaité éclairer la grande diversité des acteur·ice·s mobilisé·e·s mais aussi la multiplicité des définitions proposées, des controverses qui les accompagnent, et des arènes au sein desquelles se joue la construction de l’action publique, autant d’éléments essentiels pour comprendre la manière dont la lutte contre les violences au sein du couple s’est aujourd’hui imposée comme une évidence en Suisse.

2En mettant en avant cette multiplicité d’éléments et les changements qui ont construit le problème public des violences faites aux femmes, l’ouvrage rend compte des processus de requalification qui ont mené à l’usage généralisé de l’expression « violences domestiques » au lieu de « violences conjugales » qui prévalait entre les années 1970 et 1980, au début des luttes féministes suisses pour la reconnaissance des violences au sein du couple.

  • 1 Citons par exemple Élisa Herman, Lutter contre les violences conjugales. Féminisme, travail social, (...)

3L’étude concerne trois cantons, ceux de Genève, de Vaud et de Zurich. Elle montre la particularité du contexte suisse, dont l’action publique est relativement décentralisée, et replace la lutte contre les violences faites aux femmes en son sein. Toutes les différences entre cantons dans le développement et la gestion du problème public des violences au sein du couple sont mises en exergue, mais aussi les similarités dans les processus de requalification à l’œuvre. Cette analyse nuancée apporte un éclairage nouveau sur la construction du problème des violences conjugales en Suisse, et rejoint la lignée des travaux sur l’histoire des violences au sein du couple et des problèmes publics1.

4Au sein de la démarche sociohistorique employée pour restituer au mieux la complexité et l’évolution des trois cantons, les autrices ont diversifié les matériaux d’enquête, puisqu’à l’étude d’archives cantonales, fédérales et associatives s’ajoute une quarantaine d’entretiens réalisés auprès d’acteur·ice·s issu·e·s des différentes structures ayant été impliquées dans la lutte contre les violences. On trouve ainsi des témoignages d’ancien·ne·s bénévoles, de commandant·e·s de police ou encore de travailleur·se·s du secteur médical.

5L’ouvrage se divise en trois parties qui suivent chronologiquement l’évolution de la définition et de la prise en charge des violences au sein du couple dans les cantons étudiés. La première partie décrit l’apparition du problème des violences conjugales et les différentes associations qui s’en sont saisies en premier lieu. Dans les cantons de Genève et Zurich, ce sont bel et bien les associations féministes qui font émerger le problème. En revanche, dans le canton de Vaud, la question est soulevée par des structures qui ne sont pas féministes. Leurs membres doivent toutefois se spécialiser afin de proposer une aide adaptée et les savoirs féministes vont influencer et politiser les bénévoles, qui sont en grande partie des femmes, au fur et à mesure qu’elles se forment sur la question des violences faites aux femmes. Cette politisation reste individuelle et n’est pas suffisante pour transformer les associations en structures féministes ; car ce ne sont que les bénévoles qui se politisent, et non les responsables.

  • 2 Pauline Delage, op. cit.

6La nécessité de se spécialiser afin de mieux aider et accompagner les victimes, déjà étudiée au sein des contextes français et états-uniens2, est un des grands points communs aux structures des trois cantons. Cette professionnalisation entraine des modifications d’organisation du travail, notamment au sein des cantons genevois et zurichois, où l’organisation, au départ fondée sur les valeurs politiques du féminisme, tend à s’estomper. La question des hommes auteurs de violences émerge dans le même mouvement et les trois cantons assistent à la naissance de structures centrées sur ces derniers.

7Les violences conjugales, soulignent les autrices, sont avant tout analysées comme une conséquence d’un rapport de pouvoir genré, qui demande le développement de pratiques de travail spécifiques, centrées sur l’écoute des femmes, la visibilisation des divers types de violences qu’elles peuvent subir, et la nécessité d’assurer leur autonomie. La grille d’analyse et la définition féministes des violences prédominent dans les trois cantons.

8La deuxième partie plonge dans la complexité de l’espace de lutte contre les violences faites aux femmes, qui se construit avec la participation grandissante des institutions étatiques dès la fin des années 1980. L’arrivée d’acteur·ice·s appartenant aux sphère étatique, mais aussi médicale et policière, va permettre la légitimation de cet espace de lutte, tout en le modifiant profondément.

  • 3 Didier Fassin, Richard Rechtman, L’empire du traumatisme. Enquête sur la condition de victime, Pari (...)

9Les trois cantons étudiés ne font pas exception au mouvement pour la reconnaissance institutionnelle des victimes, qui anime de plus en plus de pays3 dès les années 1980 et 1990, rejoignant celui pour l’égalité entre hommes et femmes qui s’est lui aussi institutionnalisé. Les violences faites aux femmes sont de plus en plus visibles, et l’État s’implique dans leur prise en charge, avec en 1993 la Loi sur l’aide aux victimes d’infractions (Lavi), tournée vers la protection et la réparation des torts causées aux victimes. Simultanément, des secteurs liés à la prise en charge des victimes – et des auteurs, dont la responsabilisation devient une priorité – vont occuper une place centrale dans le champ des violences au sein du couple.

10L’ouvrage permet d’appréhender les changements apportés par les institutions policière et médicale, qui jouent un rôle essentiel dans la prise en charge des femmes et la responsabilisation les auteurs de violence. La nécessaire coopération des associations avec ces acteur·ice·s va conduire à une relative dilution de la grille d’analyse féministe. Il s’agit en effet de trouver des compromis définitionnels avec des personnes qui ne sont pas féministes et qui critiquent le qualificatif de violences « conjugales » et l’accent mis sur la domination masculine. Pour minimiser les désaccords et faciliter la mise au point de pratiques de lutte contre les violences, l’expression « violences domestiques », plus consensuelle, commence à être employée. Parallèlement, à mesure que des dispositifs médicaux se développent et prennent de l’importance, le langage de la santé publique en vient à prédominer. Victimes et auteurs sont requalifié·e·s en « patient·e·s », qu’il convient de traiter sans stigmatiser. Si le facteur des inégalités de genre reste présent, il devient un « facteur aggravant en termes de risques épidémiologiques » (p. 108).

11Cette coopération entre secteurs est d’autant plus nécessaire que le problème des violences au sein du couple est de mieux en mieux appréhendé et que les parcours des victimes sont de mieux en mieux connus. Il devient alors vital que chacun·e des acteur·ice·s en contact avec des femmes victimes de violence puisse être intégré·e au champ de la lutte contre les violences au sein du couple, et soit formé·e à la prise en charge des victimes comme des auteurs.

12Ainsi, avec la professionnalisation du champ de lutte contre les violences au sein du couple, de nouvelles priorités naissent, centrées sur la réparation des torts et la répression des violences ; mais ce sont aussi de nouveaux enjeux, et notamment des enjeux définitionnels, qui émergent entre les structures féministes et celles et ceux qui cherchent à s’en détacher.

13En effet, la dernière partie de l’ouvrage s’attarde sur l’émergence d’une définition des violences au sein du couple qui veut explicitement se différencier de la définition féministe. Au sein des trois cantons l’appellation de « violences domestiques » l’emporte désormais sur celle de « violences conjugales ». Si elle permet d’inclure les victimes de violence au sein de la famille, tels que les enfants, elle dilue toutefois la notion de rapport de pouvoir entre homme et femme qui était au cœur de l’expression « violences conjugales » et de la grille d’analyse féministe, désormais jugée trop simpliste face à un problème qui est connu, documenté, défini comme « complexe » (p. 159) et nécessitant l’intervention de professionnel·le·s.

14Ces professionnel·le·s appartiennent souvent au milieu de la psychologie ou de la psychiatrie ; le langage et les pratiques thérapeutiques s’imposent. Ces dernières se construisent en opposition avec les analyses féministes qui insistent sur les rapports de pouvoir comme cause de la violence, et se concentrent à la place sur les conséquences. Il s’agit de « réparer les individus victimes, plutôt que de participer à l’autonomisation des femmes » (p. 156). Qui plus est, ces approches thérapeutiques qui se veulent innovantes en viennent à proposer des savoirs et des dispositifs rejetés par l’analyse et les pratiques féministes. Les entretiens de couple entre victime et auteur en sont un exemple ; le dispositif est présenté comme nouveau quand, en réalité, il s’agit d’une pratique connue et rejetée par les milieux féministes. Au travers de tous les savoirs et dispositifs décrits, se dessine le fil conducteur de ces approches apparemment innovantes : sous couvert d’étudier mieux que ne le faisaient les féministes la complexité des violences et des couples dans ces situations de violence, en vient à être adoptée une approche psychologique qui place l’accent sur la responsabilité de chacun des membres du couple dans ce lien dysfonctionnel.

15Au fil des années, de l’institutionnalisation du problème et des conflits définitionnels, la lutte contre les violences au sein du couple se transforme. Elle sort du champ des rapports de genre, où les associations féministes l’avait inscrit, en partie à cause de divergences politiques mais aussi sous l’effet du besoin de coopérer avec les diverses instances qui se saisissent de ce problème et de s’adapter aux modalités de l’action publique. Elle intègre alors le champ de lutte contre la violence en général, marqué par la nécessité de poursuivre les auteurs et de s’intéresser non pas aux causes de cette violence et à sa prévention, mais uniquement à la répression des auteurs et à la réparation des victimes.

16Cet ouvrage dense restitue, dans toute sa complexité, ses évolutions et ses luttes internes, le processus de requalification qui agit sur le problème public des violences au sein du couple, sur la manière dont ce dernier est défini, et sur les acteur·trices de sa prise en charge. Il permet aux autrices de soulever très justement la question des conséquences de l’abandon par les associations et les services d’aide aux victimes de la perspective féministe, et de toute l’histoire qui a menée à visibiliser les violences faites aux femmes.

Inicio de página

Notas

1 Citons par exemple Élisa Herman, Lutter contre les violences conjugales. Féminisme, travail social, politique publique, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, coll. « Le sens social », 2016, ou encore Pauline Delage, Violences conjugales, du combat féministe à la cause publique. Paris, Presses de Sciences Po, 2017.

2 Pauline Delage, op. cit.

3 Didier Fassin, Richard Rechtman, L’empire du traumatisme. Enquête sur la condition de victime, Paris, Flammarion, coll. « Champs Essais », 2011.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Auréliane Couppey, « Pauline Delage, Marylène Lieber et Marta Roca i Escoda, Contrer les violences dans le couple. Émergence et reconfiguration d’un problème public », Lectures [En línea], Reseñas, 2020, Publicado el 29 junio 2020, consultado el 02 julio 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/42526

Inicio de página

Redactor

Auréliane Couppey

Doctorante contractuelle en sociologie à l'École des hautes études en sciences sociales, et membre du LIER-FYT (Laboratoire interdisciplinaire d'études sur les réflexivité - Fonds Yan Thomas, FRE 2024 EHESS/CNRS).

Inicio de página

Derechos de autor

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Inicio de página