Navigation – Plan du site

Christian Savès, Esthétique de l’imposture. Une expérience humaine

Frédérick Port-Levet
Esthétique de l'imposture
Christian Savès, Esthétique de l'imposture. Une expérience humaine, Paris, L'Harmattan, coll. « Questions contemporaines », 2020, 224 p., ISBN : 978-2-343-18716-7.
Haut de page

Texte intégral

1Dans nos sociétés où les faux semblants et les mises en scène brouillent les vérités, nous vivrions dans une état d’imposture permanente ou potentielle. Non seulement nous pouvons être victimes d’imposteurs mais nous –mêmes éprouvons parfois dans nos choix et postures, à des degrés divers, le sentiment d’inauthenticité qui nous place en position d’imposteur. Pour Christian Savès, il y aurait donc urgence à traiter de cette dimension de l’être et de nos sociétés, qui relève tout autant de la nature humaine, toujours prompte à porter des masques et à se réinventer face à ce que l’existence peut avoir de décevant, que du fonctionnement de notre époque. Dans l’ouvrage qu’il consacre à cette expérience humaine, sous le titre troublant d’Esthétique de l’imposture, le politologue propose une analyse fouillée des ressorts individuels et collectifs qui poussent une personne à suivre l’injonction « deviens ce que tu n’es pas » pour atteindre un « moi en majesté ». Il s’attache également à déceler les formes de l’imposture dans tous les domaines, de la politique à la culture démocratique en passant par l’histoire.

2L’approche est donc double, clairement exposée en deux grandes parties de poids égal : la première est centrée sur la construction de soi tandis que la seconde aborde la construction sociale de l’imposteur, ce qui conduit l’auteur à mettre en relief la dimension politique de l’imposture, politique entendue comme théâtre où se vit et se représente la cité.

3Si l’on comprend l’esthétique comme la science et la manifestation de la sensibilité affective, expérimentée par chaque individu, et si l’on considère qu’elle ne peut rien donner à connaître en dehors de normes étrangères à son propos, alors le titre prend tout son sens. Dans sa première acception, le terme d’imposture désigne la force qui conduit un individu à se forger un autre soi-même pour tenter d’être soi, à se réaliser à travers un autre, tout en restant soi-même, ce qui est le comble du narcissisme. L’imposture correspond à une structure psychique qui pousse un individu à courir vers sa grandeur, jusqu’à sa perte le plus souvent : en effet, l’imposture n’existe que lorsqu’elle est découverte et que la belle construction de la vie inventée s’écroule.

4Tout au long de la première partie de l’ouvrage, Christian Savès tente de cerner la définition de l’imposture en la démarquant précisément de ce qu’elle n’est pas. Cette démarche conduit à une investigation très psychanalytique du psychisme de l’imposteur, de ses motivations, développée dans une série de courts chapitres qui démontent la mécanique du leurre et de la réinvention de soi, logée parfois profondément dans l’inconscient. En dédoublement permanent, l’imposteur devient à lui-même sa propre altérité et, dans son rapport à l’autre, il éprouve de l’empathie… pour lui-même.

5Tout part sans doute d’une vulnérabilité du psychisme, de blessures narcissiques, et la psychologie clinique peut nous aider à éviter de prendre l’imposteur pour un simple mythomane, ou un menteur. Si la mythomanie est une construction délirante, si le mensonge peut être facilement reconnu dans le sujet qui le produit, par contre l’imposture est le détour qui relève le caractère relationnel de nos vies dans une société de la performance, laquelle peut nous conduire à rechercher le subterfuge qui nous revalorise, jusqu’à nous y perdre. La difficulté de nous sentir exister face aux autres nous pousse à la construction volontaire d’un autre moi, correspondant mieux au potentiel que l’on estime bridé en nous par les vicissitudes de la vie et de notre entourage. L’imposteur n’est jamais dupe, malgré parfois l’incohérence de ses inventions et détours pour exister autrement, au danger de prendre ce désir d’être autre pour la réalité.

6Les titres des trois premiers chapitres sont explicites : « Du moi en jeu au moi en je… » traite du narcissisme ; « Une construction psychotique comme recomposition du réel » montre comment le faux-semblant devient le vrai-semblant, dans un récit alternatif permanent ; « Repenser son rapport à l’altérité : l’Autre… c’est moi » pointe l’aller sans retour de l’imposteur qui vit dans un huis clos, moi, jeu, lui étant… la même personne. Ces pages multiplient les références à des œuvres d’Albert Camus (L’Étranger, Caligula, p. 45-49) et consacrent de longs développements à la pensée de Socrate (p. 50-59), le « premier champion de la révélation des impostures humaines […] sous ses deux formes [...] le mensonge dans l’imposture du semblant et du paraître […] le faux savoir, soit la posture de l’ignorance » (p. 56). L’imposteur, qui a le talent de sa posture nouvelle, est bien un artiste qui fait œuvre de sa vie et la redessine en destin.

7Le quatrième chapitre est consacré à cette mise en scène de l’inauthentique qui doit être suffisamment crédible pour que l’imposteur y croie lui-même – rappel de l’amor fati nietzschéen –, jusqu’à l’ivresse du sentiment d’impunité et l’autodestruction. L’œuvre majeure de Francis Scott Fitzgerald, Gatsby le magnifique, est convoquée pour illustrer cette mystification-substitution.

  • 1 Libido dominandi : volonté de puissance, orgueil qui nous enjoint de nous dominer nous-mêmes mais a (...)

8Par la richesse de ses références littéraires (Cocteau et Thomas l’imposteur, Sartre et les personnages du Diable et le Bon Dieu, Malraux, lui-même personnage de fiction) mais aussi intellectuelles (avec Alexandre Kojève, dont la trajectoire correspond à une longue manipulation des idéologies de son époque), ce chapitre est central dans la démonstration du rapport de complicité entre le « jeu » et le « je » qu’entretient l’imposteur. Les deux chapitres suivants (« Un rôle de composition, l’imposture comme art de vivre… et de mourir » et « Une fuite en mode majeur : sacrifier aux caprices de sa “libido dominandi” »1) prolongent cette thèse et développent les spécificités de l’expérience intérieure de l’imposteur. L’imposture apparaît parfois nécessaire, dictée par les circonstances, mais elle reste le plus souvent volontaire et porte la signature personnelle de celui qui considère que les jeux ne sont pas faits, et que jouer enfin le rôle de sa vie est toujours possible pour devenir « quelqu’un qui soit enfin soi-même » (p. 81), avec les risques d’échec.

  • 2 Voir Philippe di Folco, Les grandes impostures littéraires, Paris, Éditions Écriture, 2006.

9Si tout individu est un être de volonté et de désirs, c’est le décalage entre le personnage réel et le personnage projeté qui explique l’imposteur. Le dernier chapitre de cette première partie est centré logiquement sur la place de l’écriture et du roman (« L’écrivain face à ses démons : entre dépossession de soi et conspiration de l’ego »). L’écrivain se livrant à un travail d’auto-analyse se met en scène, pour se fuir et/ou devenir quelqu’un d’autre. L’auteur s’attarde ici sur le cas emblématique, car le plus manifeste, d’imposture littéraire qu’a incarné l’œuvre de Romain Gary/Émile Ajar, exemple célèbre de dédoublement de la personnalité littéraire. Rivalisant avec la réalité, cet auteur se dit lui-même « contrebandier de l’irréel » : « je ne suis dans la réalité que de passage », estime-t-il (cité p. 107). On peut pardonner l’imposture par l’œuvre, lorsque l’imposteur a du talent, mais ce n’est pas toujours le cas2.

10Dans la deuxième partie du livre, Christian Savès élargit l’analyse de l’imposture comme affection individuelle pour explorer ses dimensions collective et sociétale. Utilisant le même procédé de courts chapitres aux titres explicites, l’auteur procède au diagnostic clinique du « phénomène de société » par lequel l’imposture se diffuse en même temps que se développe le vide ontologique de notre monde moderne. Dans ce monde, en effet, la représentation, l’apparence, la tentation et les jeux de miroirs de nouvelles conventions conduisent les individus à se défendre contre la désintégration du Moi, par l’entremise du simulacre et du jeu de rôle. Ainsi la société du spectacle laisse-t-elle place à la société de l’imposture.

  • 3 Revue fondée en 1929 par Lucien Febvre et Marc Bloch, intégrant l’histoire à l’ensemble des science (...)

11Cette « psychopathologie de la vie quotidienne », qui donne son titre au premier chapitre, est ensuite étudiée plus spécifiquement dans la sphère historique où, selon l’auteur, règne le mensonge. Ce deuxième chapitre, le plus développé de l’ouvrage (p. 129-152), s’appuie sur les nombreux mythes et exagérations qui forgent un récit national ou une histoire officielle. Les légendes, narrations, représentations et interprétations des faits et évènements peuplent l’histoire et nous imposent des croyances, au point de modifier nos comportements sociaux. Selon Christian Savès, c’est l’historiographie du XIXsiècle qui serait coupable d’imposture, en particulier Ernest Lavisse et l’enseignement véhiculé par l’école républicaine. De Jules César à De Gaulle en passant par Vercingétorix, Clovis, Charlemagne et François Ier, l’auteur parcourt l’histoire de France en démontant les mythes attachés à ces grandes figures. L’exemple de Charlemagne, présenté comme le premier grand européen et le promoteur de l’école, alors qu’il était illettré et jugé, déjà par Voltaire, comme « le tyran Karl surnommé Magne », illustre parfaitement cette imposture, voulue pour l’édification du roman national, tel qu’enseigné dans les écoles. L’auteur peut ainsi, légitimement réhabiliter au passage Napoléon III, injustement accablé par Victor Hugo. S’il est vrai que, par porosité, l’imposture peut se loger partout, la démonstration flirte ici avec les limites de ce qu’un politologue de formation peut se permettre par rapport à l’histoire, qui a su se refonder. Depuis l’école des Annales3, les recherches contemporaines ont permis des mises à jour indispensables pour ne plus pratiquer un enseignement traditionnel centré sur les « grands hommes qui ont fait l’histoire ». Le « cours de l’histoire » aujourd’hui dénonce toutes les exagérations et légendes que l’immobilisme académique avait véhiculées.

12Cette réserve quant à la pertinence de la notion d’imposture s’applique également au cinquième chapitre, intitulé « Le communisme : posture et imposture d’une idée qui prétendait tenir lieu de réalité ». Il nous semble en effet que l’évidence des crimes et du mensonge permanent n’est une preuve de l’imposture que pour ceux qui ont cru sincèrement au « grand soir ». L’auteur néanmoins révèle avec clarté les ressorts de l’adhésion et de la croyance à l’idéologie communiste, laquelle, substituant la fin aux moyens, a occulté tragiquement le réel (p. 194-195).

  • 4 Ethos : ensemble des comportements, caractères et attitudes communs à un groupe d’individus apparte (...)

13C’est dans le domaine de la politique, de la vie démocratique et de la société que l’ouvrage retrouve sa pertinence (chapitre 3 « La politique ou le prix du non-dit : le réel comme acte manqué », chapitre 4 « Malaise dans la cité : l’imposture démocratique à l’épreuve de la subversion socratique, chapitre 6 « La société, théâtre de la vie et de l’imposture : exorciser le spectre du néant »). Le politologue, rejoint par le philosophe et le sociologue, est ici à l’aise pour étayer la montée en puissance de l’imposture dans nos sociétés contemporaines. En matière politique, il semble loin le temps où Jaurès pouvait affirmer qu’il fallait aller de l’idéal au réel avec toute son âme, dont la puissance pouvait changer la vie. Le « politiquement correct » a privé l’action politique du souci d’authenticité et de prise sur le réel, mettant à mal l’ethos4 politique, tant la chose publique semble trafiquée et menacée de corruption. La parole socratique, telle que pratiquée à Athènes, a du mal à rétablir la part du juste et du vrai dans la gestion de la cité. La grande scission entre vérité et politique, entre sagesse et politique, est consommée (p. 168-172). D’où la détresse de l’individu contemporain face à l’imposture que représente le passage de l’état de nature à l’état de société. Le contrat social cher à Rousseau, censé apporter sécurité et consensus sur le plan collectif comme sur le plan privé, a perdu son pouvoir de séduction. Tromperie quant aux attentes. Mais s’agit-il d’une imposture ?

14Christian Savès fait le constat amer et pessimiste qu’à côté du conflit social produit par les règles et interdits, par le factice, voire l’absurde et le désenchantement, demeure en chacun un conflit intime et individuel, qu’accentue le « malaise dans la civilisation » ou plus justement le « malaise dans la culture », titre original, tel qu’exposé par Freud (p. 199-208). La tension entre le principe de plaisir et le principe de réalité, entre égoïsme et altruisme est source d’angoisse au point de choisir des « satisfactions de substitution », dont l’affirmation narcissique qui est à la base de toute imposture.

  • 5 Herbert Marcuse, L’homme unidimensionnel, Paris, Éditions de Minuit, 1968.

15Pour fuir l’« homme unidimensionnel »5 qu’étudie Herbert Marcuse, renvoyant dos à dos capitalisme et stalinisme, coupables d’écraser l’esprit critique en contrôlant pensées et comportements, l’imposture peut être considérée comme une thérapie, tout être sain étant multiple, selon l’expression de Camus dans L’Homme révolté. Il y développe la nécessaire révolte de l’individu contre son statut dans une société où il a du mal à vivre, contre lui-même et les autres.

  • 6 Barbey d’Aurevilly, « Le dessous de cartes d’une partie de whist », in Diaboliques, Paris, Gallimar (...)

16Tant qu’il y aura des hommes, il y aura donc des imposteurs, conclut l’auteur de cette étude (p. 211). Conclusion pessimiste. Mais le livre n’aborde pas un des ressorts justifiant cette expérience humaine : entre l’imaginaire et la représentation, il y a le plaisir de l’imposture. Ce qu’un auteur un peu oublié du XIXe siècle, Barbey d’Aurevilly résumait en ces termes « Je suis convaincu que pour certaines âmes il y a un bonheur de l’imposture. Il y a une effroyable mais enivrante félicité dans l’idée qu’on ment et qu’on trompe ; dans l’idée qu’on se sait seul soi-même , et qu’on joue à la société une comédie dont elle est la dupe, et dont on se rembourse les frais de mise en scène par toutes les voluptés du mépris »6. Notre monde contemporain, à l’ère des réseaux sociaux, permet de multiplier ce type de plaisirs.

Haut de page

Notes

1 Libido dominandi : volonté de puissance, orgueil qui nous enjoint de nous dominer nous-mêmes mais aussi de dominer les autres. « Il veut être grand mais se voit petit », Pascal, Les Pensées (Divertissements, L’amour propre).

2 Voir Philippe di Folco, Les grandes impostures littéraires, Paris, Éditions Écriture, 2006.

3 Revue fondée en 1929 par Lucien Febvre et Marc Bloch, intégrant l’histoire à l’ensemble des sciences humaines.

4 Ethos : ensemble des comportements, caractères et attitudes communs à un groupe d’individus appartenant à une même société.

5 Herbert Marcuse, L’homme unidimensionnel, Paris, Éditions de Minuit, 1968.

6 Barbey d’Aurevilly, « Le dessous de cartes d’une partie de whist », in Diaboliques, Paris, Gallimard, coll. « Folio », 2017.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédérick Port-Levet, « Christian Savès, Esthétique de l’imposture. Une expérience humaine », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2020, mis en ligne le 29 juin 2020, consulté le 15 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/42537

Haut de page

Rédacteur

Frédérick Port-Levet

Ancien professeur d’histoire-géographie.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page