Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020Karine Meslin, Les réfugiés du Mé...

Karine Meslin, Les réfugiés du Mékong. Cambodgiens, Laotiens et Vietnamiens en France

Adélaïde Martin
Les réfugiés du Mékong
Karine Meslin, Les réfugiés du Mékong. Cambodgiens, Laotiens et Vietnamiens en France, Bordeaux, éditions du Détour, coll. « Venus d'ailleurs », 2019, 220 p., ISBN : 9791097079499.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Meslin Karine, Les Réfugiés cambodgiens des Pays de la Loire. Étude ethnographique d’une immigratio (...)

1Comblant une lacune des études migratoires, la sociologue Karine Meslin explore l’histoire collective des ressortissants d’Asie du Sud-Est en France. Dans la lignée de son travail de thèse mené auprès de réfugiés cambodgiens des Pays-de-la-Loire1, elle propose plus précisément de revisiter la situation des individus poussés à l’exil par le contexte politique de leurs pays d’origine – réunification du Vietnam, arrivée au pouvoir du Pathet Lao au Laos et des Khmers rouges au Cambodge. En dévoilant ce qui se joue derrière la « bonne réputation » de ces migrants, l’auteure souhaite traiter tant de la politique d’accueil, des processus d’installation et d’accès à l’emploi que des cheminements post-migratoires. Elle s’appuie sur un matériau empirique accumulé entre 1996 et 2004 – constitué d’un corpus conséquent d’entretiens avec des réfugiés, leurs enfants, des employeurs et des travailleurs sociaux, d’archives départementales et privées, d’observations dans des espaces communautaires –, combiné aux données statistiques disponibles et aux trajectoires individuelles repérées dans la littérature scientifique et autobiographique.

  • 2 Citons par exemple deux expositions : « Face au génocide, du Cambodge à l’Isère », du 24 avril au 1 (...)
  • 3 Levasseur Thierry, « Les Vietnamiens en France du milieu des années 1920 au milieu des années 1950. (...)
  • 4 Luguern Liêm-Khê, « La représentation des immigrants. Des immigrants en représentation ? Le cas des (...)
  • 5 Colloque « Générations post-réfugié·e·s. Parcours des descendant·e·s d’Asie du Sud-est en France », (...)

2Original par son ambition de synthèse sur ceux qu’on réduit trop souvent au terme de boat people, cet ouvrage donne au lecteur l’occasion de (re)découvrir un objet qui est passé de l’histoire à la mémoire2. La majorité des travaux sur les populations du Sud-Est asiatique en France ont en effet été écrits au cours des années 1980 et 1990, dans le prolongement de la vague d’arrivée de réfugiés entre 1975 et 1989. En rompant avec la tendance qui consiste à étudier la situation d’un seul groupe – national (Laotiens, Cambodgiens ou Vietnamiens) ou minoritaire (Chinois ou Hmongs) –, Karine Meslin retient comme pivots de sa recherche le partage d’une origine géographique sud-est asiatique et l’obtention du statut administratif de réfugié. Elle s’écarte ainsi des travaux récents focalisés sur les épisodes antérieurs et « invisibles » de migrations, liés à l’histoire (post)coloniale3, qui font de l’immigration des populations d’Asie du Sud-Est en France un processus permanent depuis le début du XXe siècle4. En adoptant un point de vue dynamique incluant les descendants, l’auteure s’inscrit dans un renouvellement des études migratoires sur les « générations post-réfugiées »5.

  • 6 Akoka Karen, « L’archétype rêvé du réfugié », Plein droit, vol. 90, n° 3, 2011, p. 13-16, disponibl (...)

3Organisé en quatre temps, l’ouvrage prend d’abord pour objet l’acheminement des ressortissants du Sud-Est asiatique, en remontant aux années 1950 pour comprendre les conditions du départ, qui mêlent à la fois « économie, politique, crainte de la guerre et appréhension du régime au pouvoir »6. Portant attention aux étapes connues par les individus au cours du voyage, les camps notamment, il s’attarde sur les stratégies individuelles et les contournements de la règle pour rentrer dans le cadre du regroupement familial. Le deuxième chapitre aborde les modalités spécifiques d’arrivée en France, décrivant avec précision le discours médiatique compassionnel, la mobilisation associative d’ampleur et le dispositif étatique. Les réfugiés originaires d’Asie du Sud-Est ne se différencient pas des autres migrants par les circonstances de leur exil mais par l’exceptionnalité de cette politique volontariste comprenant des quotas mensuels prédéterminés, une reconnaissance quasi automatique du statut de réfugié par l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra), et par des dérogations par rapport aux autres demandeurs d’asile en matière d’aide sociale et de naturalisation. Ces éléments contribuent à faire de ces exilés l’incarnation de la figure du « vrai » réfugié, victime politique capable d’intégration (p. 90), et à justifier durablement leur présence en France.

  • 7 Billion Pierre, « Où sont passés les “travailleurs refugiés” ? Trajectoires professionnelles des p (...)

4La déconstruction de cette catégorie sert ensuite de fil conducteur pour le reste de l’ouvrage, consacré aux incidences sur le long terme des représentations collectives visant ce groupe. À partir des modes d’insertion et des itinéraires professionnels des réfugiés, l’auteure revient dans le troisième chapitre sur les raisons pour lesquelles « ces étrangers légitimes […] passent pour des travailleurs exemplaires et accommodants » (p. 107). Rejetant une lecture culturaliste associant l’« origine asiatique » à une prédisposition culturelle au travail et à la malléabilité (p. 135), elle analyse finement les ressorts sociaux de cette « docilité », relevant tant des normes de travail des sociétés d’origine que des conditions d’arrivée – engendrant sentiment d’obligation et faibles exigences – et de leur positionnement social dominé dans la société d’accueil. « Préposés à occuper des emplois non qualifiés, notamment ceux que la suspension de l’immigration de travail, votée en 1974, a libérés » (p. 93), les réfugiés sont en effet sujets à une prolétarisation généralisée, y compris ceux qui sont issus de milieux sociaux privilégiés dans les sociétés de départ. La perte de ressources matérielles et du prestige social s’avère d’une grande violence, comme le montre le témoignage de Lomy (p. 118-122). Loin du cliché du commerce alimentaire comme occupation professionnelle dominante, l’auteure met en lumière les 58 % d’ouvriers et employés recensés parmi les populations originaires du Sud-Est asiatique. En cela, elle vient confirmer les analyses de Pierre Billion, élaborées à partir des chiffres du recensement de 19907. Attentives au genre, les pages sur les relations à l’usine, « les décalages et des malentendus » des femmes cambodgiennes face à la culture d’atelier (p. 115), sont riches d’enseignements sur le long apprentissage des codes de conduite. Si les populations originaires du Sud-Est asiatique ne semblent pas se différencier non plus des autres migrants par leurs positions socio-professionnelles post-migration, elles revendiquent le statut singulier de « réfugié » pour éviter de leur être assimilées. Consacré aux espaces familiaux et associatifs, le quatrième chapitre met en évidence les formes de contrôle intergénérationnel et communautaire sur les plus jeunes et les familles les plus modestes (p. 199-202) pour conserver les bénéfices de cette distinction, quitte à conforter les « préjugés positifs » (p. 212). L’auteure révèle ainsi les mécanismes de domination au sein du groupe et les recompositions sociales au fil de la vie en France : l’écart des positions sociales dans le pays d’origine, atténué au moment de l’exil et de l’accueil, reprend graduellement (p. 184), notamment par le biais des descendants (p. 192) – la réussite scolaire des enfants étant corrélée à la dotation de ressources sociales et culturelles ante-migration. Si une même « vague » et un destin migratoire commun autorisent les croisements entre les ressortissants réfugiés des pays d’Asie du Sud-Est continentale, l’auteure prend garde à ne pas essentialiser le groupe et s’attache à démontrer son hétérogénéité, en dénaturalisant le caractère fédérateur de l’origine nationale.

  • 8 Sur le dispositif d’accueil, Tertrais Hugues, « La Cimade, l’Indochine et ses réfugiés (1969-1979)  (...)
  • 9 Mariani Léo, « Identités narratives et identifications sensibles : itinéraires de migrants franco-c (...)
  • 10 Le Saint Brett, « Temporalités et appartenances dans les récits de « retours » des anciens réfugiés (...)
  • 11 Ponrouch Julia, « Entre retour au pays et visite des lieux de mémoire : le tourisme des Cambodgiens (...)
  • 12 Wijers Gea D. M., « Contributions to Transformative Change in Cambodia: A Study on Returnees as Ins (...)

5Largement nourri de la thèse de Karine Meslin soutenue en 2004, l’ouvrage gagnerait à inclure des travaux plus récents sur les réfugiés du Sud-Est asiatique8, même si on peut souligner la mention de productions culturelles d’exilés et de descendants (p. 25, p. 173-174). Si l’auteure reconnaît les dynamiques de retour et justifie le choix de les écarter (p. 213), il aurait été pertinent, à notre sens, de citer certains travaux reliés à ce champ de recherche qui auraient pu permettre d’approfondir les trajectoires9 et les appartenances10, sans compter les apports de l’approche circulatoire et transnationale, notamment en termes de pratiques touristiques11, d’activités entrepreneuriales12 et de ressources mobilisables. Les défauts relatifs à l’édition scientifique, avec des auteurs mentionnés dans le corps du texte sans références bibliographiques en notes de bas de page (p. 68, p. 84-85, p. 133-134), peuvent en outre laisser le lecteur spécialiste sur sa faim.

  • 13 Pour ne citer que deux auteures : Ponrouch Julia, La présence cambodgienne en France depuis le prot (...)
  • 14 Gayral-Taminh Martine, « Voyage au bout de la mer : les boat people en France », Hommes & Migration (...)

6Sur les ressortissants cambodgiens, domaine de spécialité de Karine Meslin, on aurait apprécié une diversification des lieux d’installation, Nantes, Saumur ou Cholet n’étant pas forcément représentatifs de l’ensemble de la France13. Ce biais conduit à restreindre l’objet aux parcours des réfugiés passés par les camps et arrivés entre 1979 et 1985 (p. 151). D’autres ressortissants du Sud-Est asiatique sont pourtant déjà en France, notamment les étudiants, ou y parviennent par leurs propres moyens depuis le début des années 1970 ; ils deviennent souvent des réfugiés statutaires après 1975, comme le montre Martine Gayral-Taminh à partir de l’exemple vietnamien14. Différenciés socialement dans la société de départ et d’installation, ils ont un rôle dans la formation des associations culturelles, ainsi que dans l’accueil de leurs compatriotes (p. 61). Si les intégrer dans l’étude aurait permis de dresser un portrait collectif dans toute sa diversité sociale et spatiale, on comprend aisément pourquoi l’auteure, ne serait-ce qu’en raison du contexte régional de ses données de terrain, préfère maintenir la focale sur les catégories sociales déclassées dans la migration.

7Au-delà de ces remarques, cet ouvrage articule adroitement le dispositif national d’accueil, les positions sociales ante- et post-migration et les tensions internes au groupe. Doté d’une écriture limpide et agréable, il livre une contribution bienvenue à la connaissance des réfugiés d’Asie du Sud-Est, liés moins par une culture commune que par le regard que la société française porte sur eux.

Haut de page

Notes

1 Meslin Karine, Les Réfugiés cambodgiens des Pays de la Loire. Étude ethnographique d’une immigration de « bonne réputation », Thèse de doctorat en sociologie sous la direction de Ali el-Kenz, Université de Nantes, 2004.

2 Citons par exemple deux expositions : « Face au génocide, du Cambodge à l’Isère », du 24 avril au 12 octobre 2009, Musée de la résistance et de la déportation de Grenoble ; « Voyages au bout de la mer - Boat people, hier, aujourd’hui », du 3 décembre 2009 au 2 mai 2010, Musée de Bretagne de Rennes.

3 Levasseur Thierry, « Les Vietnamiens en France du milieu des années 1920 au milieu des années 1950. Une immigration entre nationalisme et communisme », in Ahmed Boubeker et Abdellali Hajjat (dir.), Histoire des immigrations (post)coloniales. France, 1920-2008, Paris, Éditions Amsterdam, 2008, p. 31-41 ; compte rendu de Julien Beaugé pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/706. Voir aussi Luguern Liêm-Khê, Les « Travailleurs Indochinois ». Étude socio-historique d’une immigration coloniale, Thèse de doctorat en histoire sous la direction de Gérard Noiriel, Iris-EHESS, 2014 ; Daum Pierre, Immigrés de force : les travailleurs Indochinois en France, 1939-1952, Arles, Éditions Solin, 2009 ; Gayral-Taminh Martine, « Une immigration invisible, gage d’intégration ? Récits de vie d’étudiants vietnamiens émigrés en France dans les années 1955-1970 », Ethnologie française, vol. 39, n° 4, 2009, p. 721-732, disponible en ligne : https://doi.org/10.3917/ethn.094.0721.

4 Luguern Liêm-Khê, « La représentation des immigrants. Des immigrants en représentation ? Le cas des Asiatiques, Vietnamiens en particulier », Hommes & Migrations, n° 1314, 2016, p. 141-145, disponible en ligne : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/3694.

5 Colloque « Générations post-réfugié·e·s. Parcours des descendant·e·s d’Asie du Sud-est en France », Paris, Sciences Po, 7 décembre 2018, organisé dans le cadre de la coopération entre University of California Berkeley Social Science Matrix et Sciences Po Paris.

6 Akoka Karen, « L’archétype rêvé du réfugié », Plein droit, vol. 90, n° 3, 2011, p. 13-16, disponible en ligne : https://doi.org/10.3917/pld.090.0013.

7 Billion Pierre, « Où sont passés les “travailleurs refugiés” ? Trajectoires professionnelles des populations du Sud-Est asiatique », Hommes & Migrations, n° 1234, 2001, p. 38-49, disponible en ligne : https://doi.org/10.3406/homig.2001.4829.

8 Sur le dispositif d’accueil, Tertrais Hugues, « La Cimade, l’Indochine et ses réfugiés (1969-1979) », in Dzovinar Kévonian, et al. (dir.), La Cimade et l’accueil des réfugiés. Identités, répertoires d’actions et politique de l’asile, 1939-1994, Nanterre, Presses universitaires de Paris Ouest, 2013, p. 173-181, disponible en ligne : http://books.openedition.org/pupo/2565. Les impressions de la rescapée cambodgienne fictionnelle de Richard Rechtman sur un centre de transit en banlieue parisienne, le récit de son interrogatoire par un agent de l’Ofpra et son refus de partir pour un centre provisoire d’hébergement auraient en outre pu venir compléter les témoignages d’enquêtés. Voir Rechtman Richard, Les Vivantes, Paris, Éditions Léo Scheer, 2013, p. 110-117. Sur les trajectoires scolaires des enfants d’immigrés du Sud-Est asiatique, voir Ichou Mathieu, Les enfants d’immigrés à l’école. Inégalités scolaires, du primaire à l’enseignement supérieur, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Éducation et société », 2018 ; compte rendu de Théoxane Camara pour Lectures : http://journals.openedition.org/lectures/28685.

9 Mariani Léo, « Identités narratives et identifications sensibles : itinéraires de migrants franco-cambodgiens de seconde génération à Phnom Penh », Revue européenne des migrations internationales, vol. 28, n° 3, 2012, p. 89-106, disponible en ligne : https://doi.org/10.4000/remi.6065.

10 Le Saint Brett, « Temporalités et appartenances dans les récits de « retours » des anciens réfugiés laotiens et de leurs descendants », in Michèle Baussant et al. (dir.), Migrations humaines et mises en récit mémorielles. Approches croisées en anthropologie et préhistoire, Nanterre, Presses universitaires de Paris Ouest, 2015, p. 183-201.

11 Ponrouch Julia, « Entre retour au pays et visite des lieux de mémoire : le tourisme des Cambodgiens de France », Diasporas. Histoire et sociétés, n° 14, 2009, p. 63-77, disponible en ligne : www.persee.fr/doc/diasp_1637-5823_2009_num_14_1_1179 ; Peyvel Emmanuelle, Vigne Christophe, « Entre tourisme et construction nationale : l’exemple des Vietnamiens de l’étranger », Diasporas. Histoire et sociétés, n° 14, 2009, p. 95-112, disponible en ligne : www.persee.fr/doc/diasp_1637-5823_2009_num_14_1_1182.

12 Wijers Gea D. M., « Contributions to Transformative Change in Cambodia: A Study on Returnees as Institutional Entrepreneurs », Journal of Current Southeast Asian Affairs, vol. 32, n° 1, 2013, p. 3-27, disponible en ligne : https://doi.org/10.1177/186810341303200101.

13 Pour ne citer que deux auteures : Ponrouch Julia, La présence cambodgienne en France depuis le protectorat (1863-1953) jusqu'à aujourd'hui : des étudiants aux réfugiés en passant par les soldats et travailleurs pendant les guerres, une immigration en constante mutation : un cas d’étude : la ville de Toulouse, Thèse de doctorat en histoire sous la direction d’Alain Forest, Université Paris Diderot, 2007 ; Wijers Gea D.M., « The reception of Cambodian refugees in France », Journal of Refugee Studies, vol. 24, n° 2, 2011, p. 239-255, disponible en ligne : https://doi.org/10.1093/jrs/fer008.

14 Gayral-Taminh Martine, « Voyage au bout de la mer : les boat people en France », Hommes & Migrations, n° 1285, 2010, p. 163-171, disponible en ligne : http://journals.openedition.org/hommesmigrations/1200.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Adélaïde Martin, « Karine Meslin, Les réfugiés du Mékong. Cambodgiens, Laotiens et Vietnamiens en France », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 06 juillet 2020, consulté le 04 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/42683 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.42683

Haut de page

Sujet

Colonisation

Travail

Population

Migrations - minorités

Logement

Intégration

Haut de page

Rédacteur

Adélaïde Martin

Doctorante en science politique à l’Université Paris-Nanterre et membre de l’Institut des sciences sociales du politique (UMR 7220).

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search