Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2020Ivan Segré, L’Occident, les indig...

Ivan Segré, L’Occident, les indigènes et nous

Marie-Aimée Romieux
L'Occident, les indigènes et nous
Ivan Segré, L'Occident, les indigènes et nous. Éléments d'histoire et de philosophie, Paris, Amsterdam Editions, 2020, 560 p., ISBN : 9782354802042.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Titulaire d’un doctorat en philosophie, il a publié Qu’appelle-t-on penser Auschwitz ? et La réacti (...)
  • 2 Hélène Carrère d’Encausse, L’Empire éclaté, Paris, Flammarion, 1978.

1Qu’est-ce que l’Occident ? Telle est la question à laquelle le philosophe et talmudiste Ivan Segré1 se propose de répondre. Il rappelle dans son introduction que le basculement d’une grille de lecture idéologique à une grille de lecture civilisationnelle de l’Occident se serait opérée en 1979 lors de la guerre d’Afghanistan. Au début du conflit, la résistance islamique à l’occupation soviétique était l’alliée du « monde libre » et a bénéficié de l’appui de la CIA et des médias internationaux. Selon Hélène Carrère d’Encausse, après la chute de l’URSS en 1991, « la confrontation se déplace, elle oppose l’Islam à ce qui est étranger, aux systèmes de valeurs fondés sur le matérialisme et l’expérience historique du monde occidental »2. L’argument d’une fracture idéologique résorbée qui laisse apparaître une fracture civilisationnelle s’impose dans le panorama de la recherche et des médias, avec l’essai d’analyse politique Le Choc des civilisations publié en 1996. Dans cet ouvrage, l’Américain Samuel Huntington élabore un nouveau modèle conceptuel très discuté par la suite, qui analyse les relations internationales sous le prisme d’oppositions non plus idéologiques ou politiques mais culturelles voire religieuses appelées « civilisationnelles ». La religion est alors conçue comme la clé définissant une civilisation et elle devient dès lors la principale source de conflit dans le monde. Dans L’Occident, les indigènes et nous, Ivan Segré réexamine ce modèle conceptuel. L’ouvrage est organisé en trois « mouvements », entrecoupés de deux transitions appelées « intermezzi », qui questionnent les concepts occidentaux tels que l’Occident, la raison, la race et le capitalisme, depuis l’Antiquité jusqu’à la traite négrière. Il s’agit en bref de comprendre le fonctionnement d’une praxis, une « conception du monde » articulée à une « norme de conduite » (p. 33-34), celle du clivage civilisationnel et de l’Occident. Les indigènes sont définis de façon indirecte, comme des groupes sociaux et politiques dont la conception du monde diffère voire s’oppose à la celle de l’Occident.

  • 3 Cette particularité dans l’écriture philosophique a été soulignée et expliquée dans plusieurs entre (...)

2La méthodologie mise en œuvre par l’auteur est spécifique3 : il fait aussi bien référence à des poètes qu’à des historiens, sociologues, anthropologues, cinéastes ou politiciens. Cette méthode peut sembler parfois déstabilisante, en particulier lorsque les chronologies s’entremêlent. Cependant, elle permet de mieux cerner et discuter les concepts interrogés et ouvre parfois des réflexions supplémentaires.

  • 4 Immanuel Wallerstein, Le Capitalisme historique, Paris, La Découverte, p. 81.

3La première partie balaye à grands traits les clivages civilisationnels afin de déceler la formation de l’Occident et de ses caractéristiques conceptuelles. L’objectif de recherche de cette partie n’est pas forcément plus explicité que ce qui a été proposé dans l’introduction, ce qui complique la lecture ; il n’est éclairci qu’à partir de la page 74. L’auteur interroge successivement le monothéisme hébraïque, l’esclavage et le servage, puis les oppositions entre l’Église latine, l’Église orthodoxe et les Ottomans durant la période médiévale. À partir des affrontements militaires, le philosophe souligne des marqueurs convergents et divergents, qu’il relativise en montrant que les conflits mêlent bien souvent des facteurs civilisationnels (ethnico-religieux), des causes matérielles (économiques et sociales) et des choix politiques. La thèse défendue par Ivan Segré reprend le propos de l’historien Wallerstein : « [Le racisme] a par nature vocation à dresser les victimes les unes contre les autres »4. L’objectif est de comprendre comment et pourquoi les affrontements politiques sont représentés et analysés par le masque communautaire. L’auteur part alors du postulat de l’anthropologue français Claude Lévi-Strauss qui veut que « nulle civilisation n’est supérieure à une autre, sinon sur la base d’un préjugé ethnocentré » (p. 98). Il s’attache à décortiquer la naissance d’une rationalité moderne qui serait née entre Montaigne et Descartes au tournant du XVIe et du XVIIe siècle. Afin d’analyser la notion d’Occident, une large place est consacrée à l’armée et à la violence légitime d’État. La capacité de l’armée à tempérer la colère par la discipline serait un indicateur clé de son occidentalisation. Au final, le pouvoir revient à celui qui domine l’appareil de production et les forces armées, aboutissant à une praxis destructrice. Ivan Segré distingue donc deux praxis antagonistes : « la première vaut par son potentiel destructeur dans le cadre d’une statique du rapport de force, la seconde par son potentiel créateur dans le cadre d’une dynamique de la réciprocité » (p. 118) ; il oppose donc ainsi les classes possédantes et les classes ouvrières. Peut-on le comprendre sous l’angle d’une opposition entre l’Occident et les indigènes ? C’est ce qu’il se propose d’analyser ensuite.

  • 5 Durant l’empire incas, la mita est un système de travail obligatoire auquel étaient astreints les s (...)

4La deuxième partie s’intéresse à la découverte du Nouveau Monde et interroge l’esprit des conquêtes et des navigations, qui serait le point de départ d’une nouvelle modernité. Deux justifications sont avancées et analysées pour justifier des conquêtes du Nouveau Monde : la soif de l’or des conquérants et la faim de sucre des États. Ivan Segré relativise donc les autres justifications (politiques, religieuses, scientifiques…). Ainsi, « le principal moteur de l’expansion atlantique aurait donc été la recherche d’un approvisionnement en or, encore plus que le souci d’étendre l’empire de l’Église, de satisfaire un besoin de combustibles ou de connaissance, ou encore de commercer avec l’Inde » (p. 128-129). Ces objectifs expliqueraient l’organisation d’une nouvelle économie-monde et justifierait un système de domination rationalisé. À cette obsession de l’or, s’ajoute la faim de sucre qui inaugure un second souffle dans l’ouverture atlantique du XVIe siècle, avec l’établissement d’un nouveau paradigme : la plantation insulaire. S’opère par ailleurs un glissement entre le XVIe et le XVIIe siècle puisque l’initiative publique devient secondaire, après l’initiative privée. La puissance du marché aurait relégué au second plan l’autorité politico-religieuse. Les deux objectifs s’appuient de fait sur un système esclavagiste qui donne du sens à l’opposition entre la praxis de l’Occident et la praxis indigène. L’examen de cette opposition lui permet de conclure ainsi : « La conquête du Nouveau Monde prolonge bien la Reconquista, l’enjeu étant d’empêcher que les problèmes économiques ou sociaux appellent une autre solution que la guerre ou l’expansion ; ou pour le dire autrement, il s’agit de déplacer et de travestir l’antagonisme, de sorte qu’il prenne une forme raciale plutôt que sociale » (p. 191). Ivan Segré insiste ici sur un point fondamental : au-delà des représentations de la conquête, qui laissent apparaître a priori un antagonisme « racial » entre conquérants et conquis, c’est l’antagonisme social qui domine car les conquérants espagnols se sont appuyés à leur avantage sur le système de domination incas préexistant, la mita5. De ce fait, il remet en cause durablement l’effectivité d’un « clivage civilisationnel ».

  • 6 Tidiane N’Diaye, Le génocide voilé, Enquête historique, Paris, Gallimard, 2008.

5Pour trancher la question de l’antagonisme « racial » vs social, Ivan Segré s’appuie, dans une troisième partie, sur la traite atlantique. La question est la suivante : pourquoi les colons américains ont-ils pris comme esclaves des Noirs venus d’Afrique plutôt que les indigènes natifs du continent américain ? Le philosophe rappelle que la traite atlantique est devenue rationnelle et légitime du fait que l’exploitation des esclaves noirs faisait l’objet d’un commerce, alors que celle des indigènes amérindiens aurait nécessité leur capture préalable, d’autant plus qu’elle s’inscrit dans la continuité d’un trafic d’esclaves noirs par les Arabo-musulmans. Sur ce point, un ouvrage clé manque à l’appel : Le génocide voilé de l’économiste et anthropologue Tidiane N’Diaye6. Ivan Segré balaye ainsi les thèses selon lesquelles les Noirs auraient été préférés aux indigènes amérindiens pour leur force physique, leur docilité ou leur aptitude au travail.

  • 7 Grégoire Chamayou, La société ingouvernable. Une généalogie du libéralisme autoritaire, Paris, La F (...)

6On gagne un éclairage fructueux sur la façon d’aborder des points difficiles de l’histoire de l’Humanité. Finalement, c’est la démarche analytique qui apparaît la plus fructueuse : « Ce n’est pas en récusant toute pertinence théorique à son propos qu’on prendra la meilleure distance critique, c’est davantage à suivre notamment Chamayou7, en analysant les praxis historiques » (p. 247-248). Par cette démarche, l’auteur invite ainsi le lecteur à prendre du recul sur les antagonismes supposés entre les races, les cultures et les religions. Le titre de l’ouvrage prend alors tout son sens. La discussion filée d’historiens, de politiques, de poètes, de sociologues et autres permet à Ivan Segré de se libérer du point de vue chronologique parfois tautologique de l’histoire, et ouvre une nouvelle perspective passionnante sur la lecture du monde d’hier et d’aujourd’hui. On regrette néanmoins l’absence d’une bibliographie synthétique en fin d’ouvrage.

Haut de page

Notes

1 Titulaire d’un doctorat en philosophie, il a publié Qu’appelle-t-on penser Auschwitz ? et La réaction philosémite en 2009 aux éditions Lignes, Le Manteau de Spinoza en 2014 aux éditions La Fabrique et La trique, le pétrole et l’opium aux éditions Libertalia en 2019. Il vit aujourd’hui en Israël, où il poursuit ses recherches talmudiques et philosophiques.

2 Hélène Carrère d’Encausse, L’Empire éclaté, Paris, Flammarion, 1978.

3 Cette particularité dans l’écriture philosophique a été soulignée et expliquée dans plusieurs entretiens parmi lesquels : Paul Guillibert, Caroline Izambert et Jérôme Martin, « Une politique de la phrase. Entretien avec Ivan Segré », Vacarme, n° 77, 2016, disponible en ligne : https://www.cairn.info/revue-vacarme-2016-4-page-98.htm ; « Ivan Segré : « être à l’affût de toutes les convergences progressistes », Ballast, 14/09/2014, en ligne : https://www.revue-ballast.fr/ivan-segre/.

4 Immanuel Wallerstein, Le Capitalisme historique, Paris, La Découverte, p. 81.

5 Durant l’empire incas, la mita est un système de travail obligatoire auquel étaient astreints les sujets de l’empereur.

6 Tidiane N’Diaye, Le génocide voilé, Enquête historique, Paris, Gallimard, 2008.

7 Grégoire Chamayou, La société ingouvernable. Une généalogie du libéralisme autoritaire, Paris, La Fabrique, 2018 ; compte rendu d’Alexandre Klein et note critique de Thibault Le Texier pour Lectures : http://journals.openedition.org/lectures/34108 et https://journals.openedition.org/lectures/34765.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Aimée Romieux, « Ivan Segré, L’Occident, les indigènes et nous », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 07 juillet 2020, consulté le 01 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/42698 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.42698

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search